AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  i'm a wanderess, i'm a one night stand. (kenna)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Kenna Malone
+ messages : 100
+ face and credits : alycia debnam-carey, (c) ultraviolences.

kenna harper malone
ft. adc
↘ carte d'identité
nom : lui venant de son père, il s’agit d’un nom aux origines typiquement irlandaises (ou écossaises, elle n’a jamais réellement cherché à savoir mais sait juste que ce n’est décidément pas anglais), Malone. Je vous épargne la translation en gaélique. + prénoms : à nouveau, son père a voulu rappeler ses origines dans le prénom donné à sa fille, Kenna, jadis écossais. Probablement pour faire un clin d’œil à sa compagne que fut un jour Aphrodite, Kenna veut dire « belle » ou « élégante ». Soit. Un second prénom lui a été attribué, plus banal, Harper, mais elle ne l’utilise jamais. + surnom : en soi, elle n’en avait pas avant de débarquer à la Colonie, bien des années auparavant (sauf le typique « Princesse »). Puis les gens ont commencé à l’appeler « Queenie », et c’est resté, non pas pour lui déplaire. + âge : la demoiselle a fêté ces vingt-deux ans il y a de cela peu de mois. Ça la stresse légèrement, de vieillir. + date et lieu de naissance : elle est née un certain huit octobre mille-neuf-cent-quatre-vingt-quatorze, dans la ville de San Clemente, en Californie, jadis à l’ouest des États-Unis d’Amérique. Elle en connait les plages par cœur, même si elle se trouvait plus souvent à Los Angeles, pas loin de là. + orientation sexuelle : elle s’est toujours dite hétérosexuelle mais doute, des fois. Mais n’ayant jamais conclu avec une fille, et n’étant pas sûre d’être attirée physiquement par celles-ci, elle préfère croire qu’il n’y a que les hommes pour elle et s’en contente plutôt bien. + statut civil : incapable de tenir un couple sur le long-terme, elle préfère accrocher des têtes à son tableau de conquêtes, volontairement ou non, et est donc célibataire depuis toujours, concrètement. + occupation : petite, elle rêvait de faire de longues études, avoir une excellente situation (et pas uniquement grâce aux sous de papa), et si elle en a toujours l’ambition aujourd’hui, son hyperactivité et sa dyslexie ont compliqué ses études au point qu’elle a fini le lycée avec difficulté. Elle a certes déjà été serveuse ou hôtesse d’accueil de temps à autre, pour dépanner, mais rien de bien stable. Mais depuis qu’elle est devenue permanente à la Colonie, donc quelques années, elle vend les cultures du camp sur le marché de New-York. + groupe : les pensionnaires de la Colonie des Sang-mêlé, dans le bungalow 10.

parent divin : sa mère est Aphrodite, déesse grecque de l’amour, de la beauté, du désir, du plaisir, vous voyez. + pouvoirs : il s’agit de l’enjôlement et de la télépathie. Si elle est capable de contrôler le premier (mais autant le dire, elle en abuse parfois), le second lui échappe totalement et il lui arrive souvent de se retrouver à lire les pensées des autres malencontreusement, surtout quand ceux-ci ont des pensées plus… violentes, ou douloureuses, ou sombres, bref la joie quoi. + arme de prédilection : on ne peut pas dire que la demoiselle soit une guerrière pure et dure (c’est tout le contraire, en fait) et, d’ailleurs, les armes, ce n’est absolument pas son délire. Elle a tout de même jeté son dévolu sur un fouet, tout en bronze céleste, parsemé de minuscules dents piquantes, rétractable en bracelet. + particularité : les enfants d’Aphrodite, reconnus, bénéficient du fameux maquillage permanent de leur mère pendant quelques jours au maximum. Eh bien, Kenna, elle peut appliquer le même maquillage (bon ou mauvais) à autrui pendant une journée maximum. C’est cool pour aider les copines, et pour se venger des autres.

↘ caractère
comédienne + curieuse + malicieuse + joueuse + débrouillarde + charmeuse + douce + se fait passer pour plus conne qu’elle ne l’est + désinvolte + profiteuse + volage + superficielle + séductrice + bornée + opportuniste + dynamique + souriante + acharnée + maligne + fière + impatiente + capricieuse + jalouse + ne supporte pas la solitude + manipulatrice + princesse + croit qu’elle peut tout régler dans le sexe et a bousillé probablement un million de relations à cause de ça + aime un peu trop les jeux de pouvoir + a des airs compatissants mais réussit toujours à tout gâcher d’une façon comme d’une autre + optimiste + un peu arrogante par instants.

↘ Depuis combien de temps sais-tu que tu es une sang-mêlée ?
Petite, il y avait déjà quelque chose qui n’allait pas chez elle. Pourtant, elle aurait du tout avoir pour réussir, à en croire sa famille ; elle était une petite fille mignonne, qui savait ce qu’elle voulait, pas méchante, intelligente, ce genre de choses. Ce furent le diagnostic du TDAH qui changèrent la donne, l’envoyèrent dans une école spécialisée, détruisirent ses chances de faire de longues études comme tout le monde la voyait faire. Et puis, quand elle a commencé à entendre des voix ou à séduire les gens par accident, forcément, elle-même sut que ce n’était décidément pas normal. En fait, se faire tirer de force par un mec-chèvre dans une Colonie des Sang-Mêlé ne fut qu’une chose de plus dans la logique des choses… Cela fait donc maintenant douze ans qu’elle est au camp, mais elle n’y est permanente que depuis la fin de Cronos, n’y passant que les vacances avant ça. En soi, elle s’est plutôt bien adaptée à la vie de demi-déesse, à la vie au camp, probablement même aux batailles même si, autant le dire, si elle peut éviter d’aller sur le terrain, eh bien, elle évite. Elle préfère s’occuper des affaires au sein de la Colonie, ou juste vaquer à ses occupations de fille d’Aphrodite.

↘ As-tu pris part à la bataille de Manhattan ? Et celle contre Gaïa ? Si oui, à quel camp as-tu choisi d'être loyale ?
Kenna a bien participé aux deux batailles. Mais, n’étant pas vraiment (pas du tout, en fait) une guerrière, à moins de se sentir en danger, elle est principalement restée à l’arrière de la scène, n’intervenant que s’il fallait des renforts, et ce aussi bien pour la bataille de Manhattan que pour celle contre Gaïa – même si elle s’est montrée légèrement plus combattive dans cette dernière, ayant plus d’années d’expérience. Dans les deux « guerres », la fille d’Aphrodite a défendu les demi-dieux de la Colonie et de la Nouvelle Rome (ou Camp Jupiter, peu importe), corps et âme (surtout âme, certes). Elle n’a pas grand-chose contre les dieux, donc elle n’aurait jamais pu être partisane de Cronos et Gaïa… C’était Gaïa, pas besoin d’en faire un dessin, les images et souvenirs suffisent. Aujourd’hui, elle demeure loyale à sa nouvelle famille, la Colonie. Après la fin de Cronos, elle est même devenue permanente au camp, comme s’il y avait eu un déclic – celui de se bouger un peu plus, quand même !

↘ Et maintenant, que deviens-tu ?
Contrairement à beaucoup d’autres, Kenna s’en sort probablement plutôt bien… Elle n’a pas réellement été en plein milieu des batailles, souvent reléguée au rang de renfort ou bien de guérisseuse, s’occupant ou ramenant les blessés, faisant les ravitaillements. Elle ne s’est retrouvée que quelques fois à devoir se battre, à devoir attaquer (même si elle avait plus l’impression de se défendre qu’autre chose, poussée par l’instinct de survie, surtout contre les monstres de Gaïa). Elle est restée debout là où beaucoup sont tombés… Plusieurs lui ont déjà fait la remarque : qu’elle était vivante alors qu’elle ne s’était pas battue, qu’elle ne s’était pas donnée à fond dans la bataille, alors que d’autres étaient morts en héros… Kenna préfère ne pas s’attarder là-dessus, parce qu’elle sait, elle. Elle sait les pensées noires de ceux qui se sont suicidés le jour d’après, elle sait les pensées sombres que certains (beaucoup) trainent toujours derrière eux, leurs peurs si profondes qu’elles se trouvent en surface, prêtes à percer, et, aussi, les secrets de certains, ceux qu’on ne peut définitivement pas cachés à tout le monde. Kenna sait, entend, alors elle observe, attend… Ce ne sont pas ses propres pensées qui l’accablent, ce sont celles des autres. Kenna, de toute façon, elle garde le sourire, sa petite arrogance aussi, son optimisme à toute épreuve. Elle aide ceux qui en ont besoin, la Colonie, toutes ces choses. Elle continue à vivre.
derrière l'écran
honeybadger | elo
âge : 20 ans. + présence : le week-end principalement. + personnage inventé ou scénario/pv : personnage inventé. + avatar : alycia debnam-carey. + un dernier mot ? je suis émotion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kenna Malone
+ messages : 100
+ face and credits : alycia debnam-carey, (c) ultraviolences.
look like the innocent flower
but be the serpent underneath
2004 – 9/10 ans.
« C’était pas ma faute, je te jure. » « Ne juge pas, Kenna. » La fillette fit la moue. Elle croisa les bras et, comme son père ne détournait pas le regard, baissa la tête.
C’était vrai, en plus. Elle ne mentait pas… D’accord, elle mentait assez souvent, mais pas cette fois-ci. Elle n’y était pour rien… Elle avait juste protesté face à un instituteur, tenté de lui parler poliment et calmement comme son père lui aurait dit de faire et…
« On te change d’établissement, ma puce. » « Le deuxième en trois ans, parfait… » Kenna jeta un regard noir à sa belle-mère, ou en tout cas à la femme que son père fréquentait depuis un an, après avoir lâché la première après à peine deux ans de mariage.
La fillette n’avait jamais aimé les femmes de son père, déjà parce qu’il changeait sans arrêt et qu’elle parvenait à peine à les connaître, mais aussi parce que ces femmes volaient son temps avec son père. Même si, en soi, elle n’avait guère à se plaindre. Son papa était en or… juste absent. Apparemment, son boulot lui prenait beaucoup de temps. Elle le soupçonnait d’avoir d’autres activités, mais préférait ne rien dire, juste bouder un temps lorsqu’il rentrait, la prenait dans ses bras et s’excusait des jours d’absence qu’il laissait derrière lui. S’excuser. C’étaient des mots, mais elle les buvait tous ; du moins, une part d’elle-même le faisait. L’autre le détestait pour la laisser seule avec une baby-sitter la majorité du temps, pendant que Monsieur était à l’autre bout du pays pour elle-ne-savait-quelle raison encore. Elle avait arrêté de demander, au bout d’un temps.
Mais, à chaque fois, il revenait lorsque quelque chose se passait, donc des évènements très souvent en rapport avec la vie scolaire de Kenna. Toute la famille Malone, que ce soit ceux implantés ici, en Californie, ou les oncles et tantes restés au pays, de l’autre côté de l’océan, en Grande-Bretagne, ou encore ceux qui se trouvaient à Paris, avaient de grands espoirs en la fillette. Intelligente, belle, destinée à de grandes études, comme la majorité des Malone – sauf du côté de son oncle et ses inombrables cousins, qui se prenaient un peu pour la famille Weasley, perdus dans les montagnes écossaises, bien loin du milieu mondain et riche (autant l’admettre) que représentait le reste de la famille. Alors, dès qu’il y avait un « imprévu » dans le grand programme du futur de Kenna, Papa Malone écourtait ses voyages d’affaire et revenait à la villa familiale de San Clemente.
Et là, il était revenu pour des « faits graves ».

Kenna se revoyait encore au poste de police. Son père, cherchant un avocat ou quelque chose pour expliquer tout cela. Sa belle-mère, effarée. Et le mec derrière son bureau cherchant à comprendre ce que cette fillette de neuf ans était en train de lui dire, pour en conclure au fait que c’était un cas d’attouchements sur mineurs, ou d’harcèlement de mineur ; Kenna n’en avait saisi que quelques mots, comprenant juste que son instituteur serait poursuivi ou sanctionné.

« Mais j’ai tous mes amis là-bas… » Même si elle avait déjà changé une fois auparavant, notamment lorsqu’on lui avait diagnostiqué, assez tôt, sa dyslexie et, pour ne rien arranger, son TDAH – Trouble Déficient de l’Attention avec Hyperactivité, comprenez – elle était attachée au collège où elle était, à ses copains, ses copines, les gens, le milieu. « Je sais, princesse, je sais. » « Tu sais. » répéta-t-elle, déçue, sachant bien que la décision était prise et, au fond d’elle, elle comprenait pourquoi.
Mais elle n’y était pas pour rien. Elle le savait. Il s’était passé la même chose lorsque, du jour au lendemain, elle avait commencé à entendre des voix, comme si quelqu’un parlait constamment à côté d’elle. Elle avait cru devenir folle, en avait parlé à sa belle-mère de l’époque qui l’avait amenée chez un psychologue et un médecin, sans trouver la cause du problème. Comme ça ne donnait rien, Kenna avait fini par ne plus en parler, garder ça pour elle, s’en occuper, et finalement comprendre que tout ce qu’elle entendait, c’était les pensées des autres, joyeuses, malheureuses, douces, violentes, amoureuses, physiques, secrètes, horribles, mignonnes, absolument tout ce qui leur passait par la tête.
Ce n’était pas cette… aptitude qui l’embêtait désormais, elle s’y faisait – et c’était assez drôle de connaître tout ce que pensaient les gens – mais autre chose. Et c’était de sa faute. Elle l’avait fait exprès ou, en tout cas, à moitié… Enfin… Ca venait d’elle ! Elle avait parlé au professeur, pour éviter cette punition parce qu’elle avait trop bavardé en classe. Parlé, tenté de sortir son épingle du jeu… Et ça s’était transformé en séduction, comme ça, sans raison, elle-même n’avait pas compris parce qu’elle ne faisait rien. Il n’empêche que ça ne s’était pas passé comme prévu. Une gamine de dix ans ne doit pas agir comme ça, et un homme mature ne doit pas réagir ainsi. On n’enjôle pas les gens à dix ans, Kenna. Mais plus tard, tu pourras.

2009 – 14/15 ans.
« C’est stupide… Pourquoi tu veux faire ça ? T’es pas obligée, tu sais, c’est… » L’adolescente haussa un sourcil avec un demi-sourire, intriguée. « C’est quoi ? » rit-elle, alignant un coquillage avec un autre, partie d’OXO improvisée sur la plage obligeant. « Stupide, c’est ! » Kenna secoua la tête, toujours le même sourire. « Quel est l’intérêt ? A quoi ça sert, tu peux me le dire ? » « Tu sais bien. » « Non, justement, dis-moi, je peine à comprendre tant ça me parait… Ah ! Sérieusement ?! » « Ne t’énerve pas. »
Kenna se leva, ayant de toute façon perdu la partie d’OXO, épousseta son short pour en enlever le sable collé, et commença à faire les cent pas. « C’est un rite de passage, tu comprends ? » « Oui, merci, mais le vôtre est franchement malsain, si tu veux mon avis. » « Je ne veux pas ton avis. » « Je m’en doutais bien. C’est juste que… je ne comprends pas. »
Kenna, tout sourire, vint se rasseoir à côté de son amie. Les filles d’Athéna, à toujours chercher la petite bête… Heureusement qu’elle l’appréciait quand même. Remarque, elle appréciait beaucoup de monde au camp… Elle pouvait se vanter d’avoir plus d’amis que d’ennemis, c’était sûr. Amis, ou potes, ou bonnes connaissances en tous cas.
Elle s’était rapidement adaptée à la vie à la Colonie. Ca lui plaisait, d’ailleurs. L’ambiance, principalement, et aussi son bungalow. Le bungalow des enfants d’Aphrodite – les meilleurs, les plus beaux, les plus talentueux, les… Les plus beaux, ça, c’était certain (même si les Apollon n’étaient pas en reste), le reste, c’était à voir. C’était devenu une véritable petite famille, qui changeait tellement de l’ambiance à la maison, où rien ne changeait ; son père fréquentait toujours autant de femmes, était toujours aussi absent, la maison toujours aussi vide, les plages à perte de vue où elle aimait déambuler pour se détendre, pour être loin de tout, quelques instants. La Californie lui manquait, c’était pourquoi elle ne restait à la Colonie que le temps des vacances – d’été, d’hiver et de printemps, donc d’une semaine à deux mois maximum. Elle s’occupait des cultures, daignait s’entraîner de temps à autre, préférait observer les gens, élargir son cercle de connaissances, aider parfois, surtout ceux qui, bon sang, ne s’avaient pas accorder un tee-shirt orange avec un bas de bonne couleur. Non mais un tee-shirt orange ? De l’orange, sérieusement ? C’était la pire chose au sein de la Colonie des Sang-mêlé : le tee-shirt orange avec le symbole du camp.
« Lui. » lança-t-elle sans préavis en pointant du menton un demi-dieu passant avec un groupe, sans doute pour rejoindre l’autre bout de la plage. Directement, elle put entendre les pensées de mécontentement de la fille d’Athéna, ce qui la fit sourire. « Naaan… Me dis pas que… Oh, ma petite Théa craque pour un mec ? » « Quoi ? Moi ? Je, non, pas du tout ! » Kenna sa rapprocha, joueuse. « Oh mais tu craques vraiment ! » « Sors de ma tête, Kenna. » L’intéressée haussa des épaules avec une petite moue malicieuse – éternel rictus espiègle. Elle suivit du regard le jeune homme ; il devait être du même âge qu’elles ou un peu plus âgé. Beau gosse. Mignon en tous cas. Et objet de convoitise de son amie, même si cette dernière prétendait le contraire. La fille d’Athéna prit d’ailleurs la parole, remarquant que Kenna ne lâchait pas le garçon des yeux tandis qu’il s’éloignait. « T’es pas sérieuse, mais, Kenna… » Kenna haussa les épaules. « Quoi ? » « Ce rite de passage, c’est n’importe quoi ! Tu vas aller le séduire, le faire tomber amoureux de toi, puis lui briser le cœur, sérieusement, c’est ça votre délire chez les Aphrodite ? Je rêve ! » « Tu as juste la haine parce que tu sais que je l’aurai avant toi. » La fille d’Athéna se leva d’un bond dans un grognement, attrapa son sac à dos et s’éloigna vivement. Kenna se lança à sa suite avec un léger soupir. « Oh voyons Théa, pars pas comme ça… » « Va te faire voir, Kenna. » « Et puis si tu le veux vraiment, vas-y, cours lui après, dis-lui qu’il te plait, bouge ! » Théa se stoppa, puis se tourna vers elle. Kenna comprit qu’elle s’était radouci légèrement, et, faisant genre de comprendre, perdit son sourire taquin pour un sourire plus compatissant. « C’est pas… aussi simple… » Théa crevait de trouille. Elle avait peur que ce garçon la rejete. Franchement, Kenna avait tout de même un peu de mal à comprendre ; au moins, Théa serait fixée ! Mais non, elle préférait observer ce mec de loin et subir les évènements. « Tu fais la maligne aux entraînements mais t’es incapable de parler à un garçon de ton âge… D’accord. Logique. » « Laisse tomber. » Ce fut au tour de Théa de hausser les épaules. « Tu ne peux pas comprendre. Et je n’ai pas de don enjôleur pour les faire tomber comme des mouches, moi. » « Oh. Ok. » se contenta Kenna. Théa lui lança un regard encore assez sombre avant de continuer son chemin.
Kenna soupira. Incompréhensible, la Théa. Mais la fille d’Aphrodite changea vite d’occupation et chercha le garçon du regard.
Ce serait lui. Pas un autre.

3 août 2016 – 21/22 ans.
Il est mort. Il est mort. Il est mort et je n’ai rien fait, c’est de ma faute…[…] C’est moi qui aurait du mourir à sa place, je… […] Je ne ressens rien. […] On ne peut pas laisser une telle chose arriver à nouveau. [...] Je l'ai tué, j’ai tué quelqu’un, je suis un monstre. […] Qu’est-ce qu’on est devenu… ? […] Sourire. Lever la tête. Tu peux le faire, ma belle, tu peux le faire. T’es une guerrière, tu vaux mieux que ça. […] Demain je ne suis plus là. […] Je veux mourir. […] Pleurer aujourd’hui, sourire demain. […] Kenna traversa le campement en trombe, ouvrit la porte de son bungalow, attrapa de la musique et mit enfin ses écouteurs, augmentant directement le volume.
Soufflant enfin, elle se laissa tomber sur son matelas et se passa une main sur le front, éloignant ses cheveux de son visage. Elle avait un de ces maux de crâne… Des jours que ça durait. Il n’y avait que la musique pour… éloigner ces voix. Les éloigner toutes, ces pensées envahissants, cognant dans sa tête, s’entrechoquant dès qu’elle passait à côté d’une personne, d’un groupe de gens. Des pensées qui n’étaient même pas les siennes, bon sang, et elle avait l’impression de vivre, de ressentir tout ce qu’ils vivaient, tout ce qu’ils ressentaient. Quelle ironie.
Elle ferma les yeux, appréciant la musique, le calme. Il y avait bien des gens dans le bungalow, mais la musique prenait le dessus sur leurs pensées.
Elle n’en pouvait plus. Dire qu’elle n’avait même pas… combattu vaillamment, disons. Mais il s’était passé la même chose lors de la première guerre, contre Cronos cette fois – et non contre Gaïa, qu’ils avaient vaincu deux jours auparavant – des pensées envahissantes, sombres. Des pensées qui lui arrivent pas dizaines, centaines, sans parfois qu’elle ne sache de qui elles étaient. Elle savait tout mais, dans la foule, elle était incapable de distinguer les pensées de A des pensées de B. Elle savait que A avait tué quelqu’un, que B voulait se tuer lui, que C ne ressentait plus rien, que D partirait de la Colonie demain et qu’elle rejoindrait ses parents de l’autre côté du continent, loin du monde mythologique dont ils faisaient partie, que E avait surtout envie d’un bon bain chaud et d’une énorme pizza pour oublier tout ça, que F aurait préféré une bouteille d’alcool mais que tout avait été confisqué, que…
Interminable.
Bien sûr, au milieu de tout ça, il y avait aussi des pensées plus douces que celles-ci, qui concernaient l’entraide, l’espoir… Mais elles se faisaient très souvent écraser par les autres. Les pensées lui étaient plus discernables si les personnes souffraient – colère, tristesse, désespoir, haine, deuil. Mais bon sang, qu’est-ce qu’elle aurait aimé entendre autre chose, comme avant la bataille… Elle aurait préféré savoir que A et B avaient enfin conclu après des mois à se tourner autour, que C avait trouvé un boulot à New-York pour enfin vivre le rêve américain, que D avait bien envie de prendre quatre fraises au lieu de trois et de les tremper dans du chocolat, que E n’avait qu’une envie, retrouver son chat à la maison après les vacances terminées…
Mais pas le reste. Pas les pensées que tout le monde cachait aux yeux du monde, certains mieux que d’autres. Kenna se disait que ça se tasserait. La bataille n’avait eu lieu qu’il y a quelques jours, on faisait encore son deuil, on cherchait encore des corps, on enterrait encore des morts. Elle ferma les yeux plus forts. Elle n’avait pas été blessée lors du combat, n’avait perdu aucun proche, n’avait pas été forcée à tuer qui ou quoi que ce soit, sauf des monstres peut-être, et n’avait au final vu que les autres subir tout ça.
Désormais, elle pouvait presque reconstituer les scènes avec les morceaux de pensées qu’elle attrapait, au détour d’un chemin, en passant devant un bungalow ouvert, en traversant les douches, en faisant absolument tout et n’importe quoi.
Mais ça passerait. Tout devait passer, même ça.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noah S. Warsmond
Admin
+ messages : 457
+ face and credits : jeremy allen white, (c) dark dreams.
JE T'AIME TU LE SAIS CA? :keur:
bordel kenna elle est trop cool. :urg: je m'attendais pas à ce que tu nous pondes une nana aussi ouf! (quoique depuis le temps je devrais y être habituée Arrow ).
DÉPÊCHE TOI DE NOUS FINIR CETTE FICHE QU'ON PUISSE RATTRAPER TOUT CE TEMPS DE RP PERDU. :nya:

_________________
hold on darling
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theodore A. Brennan
+ messages : 401
+ face and credits : tyler young, bazzart.
J'appuie les paroles de Noah, ELLE GERE DE FOU ! Aphrodite, je ne peux bien sûr qu'approuver, et son caractère, daaaamn. :faints:

Hâte de lire ta fiche, et d'en savoir plus. :nya: Bienvenue officiellement, en tous cas, et tu sais que si tu as des questions, on est là. :keur:

_________________


how many yous have you been? how many, lined up inside, each killing the last? ☽ but on dark days he likes to walk, beside the heartsick sea. and as the waves begin to howl, he drops down to his knees, and cries for all he's lost and for all he used to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


Ceci est mon message de bienvenue :pepito:

T'AS VU ELLE EST BRUNE! TON ARGUMENT IS FAAAAAAAAAAAAAAAALSE :lalala:

Plus sérieusement, trop contente de voir la petite Kenna ici, ma petite barbie girl, j'ai hâte de rp avec toi pour voir qu'est-ce que ça donne notre duo :lalala:

T'en jette énormément, t'es classe ( et t'es bonne aussi on va se le dire)

Alors bonne continuation :keur: *pompom*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kenna Malone
+ messages : 100
+ face and credits : alycia debnam-carey, (c) ultraviolences.
TROP DE PRESSION. :pepito:

noah; big up au vava mais tu le sais déjà ET MOI AUSSI JTM :urg:
oui je te réserve plein de rps obligééééé

theo; à chaque fois je lis theodora au lieu de theodore :zad:
merci merci, toi aussi je veux plein de rps :aw:

lokiki; JE REEEEEEEEVE. :fuck: :fuck: :fuck:
merci quand même uesh, ET J'AI TROP HÂTE AUSSI limite j'y ai rêvé cette nuit :facepalm:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
omfg, Alycia est trop jolie, toute ma vie :haa: :yaa:
On est deux bg, alors obligé je te réserve un petit lien, très chère one night stand :miguel:

Tes deux avatars (profil + fiche) m'ont émoustillés, le regard qu'Alycia nous lance :seksi:

Bref, bienvenue ici, bonne chance pour le reste de ta fiche ! :keur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
A. Kai-Dewyn Higgins
+ messages : 168
+ face and credits : • Feat Lucas Bernardini // (c) Cosmic light
Heeeeeeeeeeeey sexy girl :héé: :miguel: Bienvenue ici :nya: Trop content de te voir à nouveau fouler les terres majestueuses du rpg afin de partir en quête de nouvelles aventures :mrr: *regard lointain*

J'aime beaucoup le caractère du personnage, ça va être intense à la Colonie pour ne pas dire un bordel sans nom :zad:
Belle association en tout cas entre l'avatar, le parent divin et les pouvoirs :bave: :leche:

Le détail qui tue :siffle: : + croit qu’elle peut tout régler dans le sexe et a bousillé probablement un million de relations à cause de ça. (ou comment dire ouvertement que tu vas foutre la merde J'AIME BIEN)

Bon courage pour la suite de ta fiche, j'ai hâte d'en apprendre plus sur ton personnage, réserve moi un lien :ih:

_________________
I love the way you lie !
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kenna Malone
+ messages : 100
+ face and credits : alycia debnam-carey, (c) ultraviolences.
abel; ohlalalala bob :wa: :seksi: :hin:
oui c'est obligé, en plus j'ai déjà été faire un petit tour sur ta fiche et ça m'avait déjà donné une idée :bwala:
merci bien :keur:

kai; MDRR t'as tout compris :mdr: :mdr:
je te réserve lien, rp, toussa toussa aussi tiens :bwala:
merciii :chou: :keur:

_________________


There isn't time - so brief is life - for bickerings, apologies, heartburnings, callings to account. There is only time for loving - and but an instant, so to speak, for that.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noah S. Warsmond
Admin
+ messages : 457
+ face and credits : jeremy allen white, (c) dark dreams.
BRAVO
bienvenue, demi-dieu!

Mais qu'est-ce qu'elle est cool Kenna! :pepito: Non vraiment je l'aime trooop. I love you T'as intérêt à me garder une place pour un lien et pour un rp, parce que, orh, elle est trop cool ok. Arrow (Mais stp m'enjôle pas j'suis gentil :zad: ). Breeeeef tu gères jtm.

En tout cas, bienvenue parmi nous dans le monde mythologique! On espère que tu te plairas ici, parce que tu peux plus nous quitter! Il y a quelques points importants que tu dois effectuer avant d'être membre à part entière :keur2: :

- tu peux commencer par venir te recenser par > là < histoire d'être bien dans les règles comme il faut. :radis:
- tu peux ensuite créer ta fiche de liens > par là <, parce qu'entre nous, c'est toujours mieux d'avoir des potes. Pour organiser tes rps, parler de ta vie dans un journal c'est > ici < que ça se passe.

Ensuite, pense à aller voir les animations ainsi que ce qu'il se passe du côté de ton groupe > ici < et > là < pour ne pas être à la ramasse! Pour finir sur une note un peu fofolle, on a aussi une catégorie de flood > ici < donc dès que t'as un peu de temps libre, n'hésite pas à passer nous faire coucou! :N:


_________________
hold on darling
Revenir en haut Aller en bas
 
i'm a wanderess, i'm a one night stand. (kenna)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wednesday Night Raw # 37
» Wednesday Night Raw # 60
» Wednesday Night Raw # 44
» Comparaison des armures blue def/forti/eva
» Régiment de Gnoblars ou de Gobelins ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
character.
 :: (who you are) :: présentations validées.
-