AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  Get the hell out of here! (Aramis)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité
GET OUT
EXORDIUM.


La nuit avait été courte. J'étais rentré tard, un peu de footing la nuit, me foutant du couvre-feu à dire vrai, plus un peu d'alcool, ça ne fait jamais du bien à personne. Et je m'étais réveillé dans ma salle de bain, dans le bain à dire vrai. Enfin, pas dans ma salle de bain. Dans la salle de bain de la maison d'Eileen, maison que j'habitais depuis mon retour et maison qui était mienne à ce qu'il paraît parce que j'avais hérité de sa clef, j'avais bien l'impression. Juste à penser  à.... elle.. son prénom... Je fermai les yeux et écrasai les larmes qui roulaient un peu sur mes joues. Je ne devais pas céder. Je ne devais pas me faire avoir. Je ne devais certainement pas être faible. C'était du passé tout ça. Un passé dont je me souvenais pas et que peut-être, c'était mieux ainsi. Peut-être. M'étirant lentement, je sortis du bain et allait me diriger vers le miroir.

Me regarder dans le miroir suite à une nuit où je me rappelais rien était toujours une surprise. Pourquoi? Parce que je ne savais jamais quelle tête j'allais avoir par la suite. Une crainte restait toujours présente parce que je ne savais jamais à quoi m'attendre. Jamais ce que je pouvais faire non plus. C'est avec une grande surprise que le reflet qui me fixai dès lors n'avait rien. Comme si j'avais décidé que d'être un bad-boy serait trop surfait et que je devais simplement aller m'échouer dans mon chez moi, dans mon bain sans trop faire de vague. Roulant les yeux devant ce comportement, je me passai une main dans les cheveux et je reniflai mes vêtements, me demandant si j'étais vraiment dans mon état normal ou non. À dire vrai, je n'avais même pas besoin de sentir pour m'en rendre compte. Il y avait deux trois cadavres de bouteilles ça et là. Pourquoi se faire chier alors que l'on pouvait avoir la réponse directement?

Baillant, je descendis pour aller à la cuisine avec la ferme intention de manger un peu avant d'aller m'entraîner. Parce que bon, même si je n'avais pas eu la meilleure des nuits, il fallait que je me rattrape et prouver ma valeur à la légion parce qu'un rien pouvait me foutre dehors. Et .... je ne voulais pas perdre une des rares choses qui me tenaient encore en vie. Alors, ce fut lentement, mais sûrement que je me rendis à cette cuisine. Enfin, j'étais sur le chemin avec l'intention de, mais le problème c'est que je n'avais pas prévu de trouver quelqu'un dans cette dite maison.

Je ne l'aurai jamais vu si je n'avais pas vu la porte d'entrée grande ouverte. J'ignorais comment et j'ignorais pourquoi, mais cette putain de porte était ouverte. Donc, en allant la fermer, je me rendis compte qu'il y avait des choses qui n'étaient pas à leur place habituelles et même que certaines avaient apparues. Trouvant ça plus qu'étrange, je regardais partout autour de moi, retirant mon anneau pour combattre ce qui était arrivé dans cette maison.

M'avançant lentement, je regardai partout autour de moi dans l'espoir d'apercevoir des couleurs, une indication d'un son qui n'était pas là auparavant. Et en vrai, tout ce que je pu voir, ce fut un corps. Un homme, endormi sur mon canapé. Furieux, je l'attrapai par le col de ses vêtements et le soulevai sans vraiment faire attention. « Bon déjà, tu vas me dire tu es qui et ce que tu fais chez moi? Et ensuite, si t'as brisé ne serait-ce un seul truc, tu vas le payer en triple et en quadruple même.» Le secouant sans ménagement, je le laissais retomber au sol et lui coinçai ma lame sous la gorge. S'il avait dégradé la chambre d'Eileen......

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
GET OUT
EXORDIUM.


Pour Il ne savait quelle étrange raison, Aramis avait subitement eut envie de se rendre à la Nouvelle-Rome. Pourtant Aramis n'aimait pas la Nouvelle-Rome. Les gens là-bas avaient tendance à ne pas être amusants du tout. Mais quand il disait du tout, c'était vraiment du tout. A croire que tout ce qui avait un rapport au rire c'était évanoui dans la nature chez eux. Aramis était même persuadé que certains n'avaient jamais eut de fou rire. Quelle vie ennuyeuse pas vrai. En tout cas, d'après lui, ils ne savaient pas ce qu'ils rataient. Mais, dans tous les cas, comme il avait envie et que le fils d'Hermès était du genre à suivre ses envies, il était partie pour la Nouvelle-Rome. La vérité, se téléporter de la Colonie à la Nouvelle-Rome c'était demander à mourir sur place. Au lieu de ça, il se décida à prendre l'avion. Avec quel argent? Humm... celui de la personne à qui il avait emprunté le porte-monnaie. Une âme charitable qui allait sans doute pleurer en s'en rendant compte. En même temps, ce n'était pas la faute d'Aramis s'il n'avait pas d'argent. Enfin... en partie. Il se refusait à utiliser l'argent que sa mère lui envoyait de temps à autre. Sa mère ou plutôt sa génitrice. Ce n'était pas comme si ils avaient passés tant de temps ensemble. Elle l'avait abandonnée quand il avait quatre ans. Et elle continuait à penser qu'elle pouvait se racheter avec l'argent qu'elle envoyait. Mais Aramis n'était pas acheté par ce genre de choses. Il avait donc pris l'avion, était arrivé en milieu d'après-midi et avait erré avant de trouver un taxi qui l'emmène non loin du tunnel et ainsi de suite. Résultat, il avait finit par arriver en fin de journée. La seule chose qu'il n'avait pas prévut c'était qu'une fois là-bas, il ne réussirait pas à trouver Mica, son romain préféré. Oupsi doupsi. Où était donc le médecin? Tournant en rond dans la Nouvelle-Rome, Aramis décida de fonctionner autrement. Il entrerait dans la première maison ouverte qu'il trouverait, prendrait à manger dans les placards et dormirait sur le canapé. Cela n'avait rien de plus compliqué. D'ailleurs, il aperçut une maison à la porte entrouverte et il décida d'aller dedans. Il faisait noir à l'intérieur et il se cogna contre plusieurs meubles avant de trouver un placard avec des chips. L'odeur d'alcool qui régnait dans la maison lui faisait supposer que le propriétaire dormait, probablement assommé par le liquide qu'il avait ingurgité. Tant mieux. Il avisa le canapé du salon, enleva les objets qu'il y avait dessus et s'allongea. Une bonne nuit de sommeil en perspective.
Le réveil fut plus abrupt. Oups, le propriétaire était bien un de ces gars qui ne rigolait pas et qui passait son temps à râler. En vérité, à la colonie, c'était très habituel d'atterrir dans le mauvais bungalow ou de squatter le lit de quelqu'un d'autre. C'est pour cela qu'Aramis ne voyait pas trop pourquoi cela semblait poser un problème à ce blond à la tête... complètement à l'ouest. Il voulait bien répondre à ses question, cela ne le dérangeait pas. Mais pas sous la menace d'une arme. Et puis, il ne comptait pas non plus payer pour des dégâts qui n'avaient pas été fait par lui. Cet endroit ressemblait déjà à un capharnaüm quand il était rentré. Penchant la tête sur le côté, il se téléporta sur le dos du timbré armé.

-"Je m'appelle Aramis, je me suis perdu, la porte était ouverte, j'ai mangé un paquet de chips et j'ai dormis sur le canapé."

Il se re-téléporta sur le canapé mais, pas sous la lame, les jambes croisées en tailleur, un sourcil relevé.

-"J'ai pas trouvé Mica. Et puis, pour ton info, tout était déjà comme ça hormis ce que j'ai enlevé du canapé. Si quelqu'un a abîmé quelque chose, c'est toi."

Aramis ne mentait pas. Sauf quand il faisait des farces. Mais là, il n'avait pas de raisons de mentir. De toutes les manières, ce n'était pas comme si il avait de l'argent pour le repayer. Et il n'avait rien cassé. Aramis n'était pas connu pour être violent. On pouvait même dire qu'il ne l'était pas du tout. Mais malgré ses airs de gamin désabusé, il s'entraînait au combat depuis l'âge de quatre ans. Papa Gleeson avait bien veillé à ce qu'il sache se battre. Et s'il séchait les entraînements depuis la fin de la guerre, il n'était certainement pas sans défenses, oh que non. Son sourire ne le quittait pas, comme d'habitude. Mais, depuis la guerre, Aramis était plus méfiant, plus frileux, plus prompt à répondre à une provocation. Seul ceux qui le connaissaient bien l'avaient remarqué. Quelque chose c'était brisé dans cet enfant, quelque chose que même lui ne voyait pas.  C'était là le problème. Qu'il ne le voit pas et que cela devienne particulièrement dangereux. Qui sait quand il péterait un câble? Qui sait? Il était déjà imprévisible au naturel. Alors quand quelque chose d'autre et de plus sombre le poussait à l'arrière. Mieux valait ne pas chercher à le savoir.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
 
Get the hell out of here! (Aramis)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: (rps)-