AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  You don't own me, I'm not just one of your many toys- KrystaliaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Krystalia M. Hemingway
+ messages : 14
+ face and credits : Margot Robbie

Krystalia M. Hemingway
ft. Margot Robbie
↘️ carte d'identité
nom : Hemingway, nom reçu à l'orphelinat dans lequel elle a grandi, elle a toujours aimé se dire qu'il s'agissait du nom de son père et qu'elle descendait du célèbre écrivain. + prénom(s) : Krystalia Megara, idem, elle s'est longtemps demandé si c'était l'une des bonnes femmes de l'hôpital ou de l'Orphelinat qui avait choisi ses prénoms, ou si sa mère s'en était chargé, du peu qu'elle a connu son père, il ne lui a pas donné plus d'informations, on dira qu'il n'était pas du genre très causant, bien loin de là. + surnom(s) : La plupart des gens qu'elle connait l'appellent Krys, sinon, elle a beaucoup d'autres surnoms, celui qu'elle déteste par dessus tout, c'est Krykry et tout autre surnom débile au possible . + âge : 25 ans + nationalité et origines: Nationalité américano-cubaine, du coté des origines, on parlerait d'origines vaguement cubaine, et encore plus loin si l'on remonte l'arbre généalogique d'origines russes.  + date et lieu de naissance : Le 15 avril 1992 à Key West, Floride, juste après sa naissance, on l'a déposée a Cuba, sur les marches d'un orphelinat. + orientation sexuelle : Elle se définirait de prime abord, comme hétéro, cependant, elle ne nie pas qu'elle pourrait tomber sous le charme d'une femme. En quelques sorte, elle reste très ouverte sur la question. + statut civil : Célibataire, rien à signaler de ce coté là. + occupation : Etudiante en archéologie, elle est en première année de doctorat d'archéologie sur les civilisation comparées précolombienne & européennes, elle donne également des cours aux première années de licence.  + groupe : The Wild Ones après près de 12 ans passées à la colonie.

parent divin : Tyché, déesse de la chance, de la fortune et du hasard, mais aussi du destin des mortels, de l'insécurité de leurs décisions, symbole du désordre et de l'irrationnel... Merci maman ! + pouvoir(s) : Régénération cellulaire douloureuse: On pourrait croire que ce serait un pouvoir d'un des gamins d'Apollon, que nenni ! Pensez à la route de la fortune, tu as un pouvoir génial, qui te permet de guérir de tout et n'importe quoi, oui, génial, sauf que tu as un prix à payer : le fait de souffrir le martyre, jusqu'à demander qu'on l'achève à chaque fois qu'elle déclenche le pouvoir. Il y a encore peu de temps en arrière, le pouvoir se déclenchait à chaque fois qu'elle était blessée/malade/ pour un bleu, un saignement de nez ou même une petite coupure. Désormais elle le contrôle mieux, mais autant dire : vu à quel point c'est douloureux, elle préfère carrément s'en servir en cas d'extrême urgence, et encore, pas sûr que ça marche si elle se fait malencontreusement arracher Le bras. / Aurification : Vous connaissez le pouvoir de Midas ? En gros elle a le pouvoir de transformer en or ( ou a contrario, de redonner son état originel) tout objet de son choix, enfin n'allez pas non plus lui demander de changer votre Clio, votre appart en or, ça ne marche pas comme ça, elle peut tenter, mais vous risquer de vous retrouver seulement avec une pièce en or, faut pas non plus pousser mémé dans les orties, faut pas exagérer non plus.  + arme de prédilection : Satine, sa batte de base ball en érable, recouverte de bronze céleste et rehaussée de petits pics, elle se rétracte en bâton de rouge à lèvre rouge sang qui ne la quitte jamais. + particularité : Capacité de faire des arbres à monnaie : Vous connaissez la fameuse phrase qu'on vous lance quand vous faites tomber un pièce : " Ca ne pousse pas sur les arbres ?" détrompez vous, avec Krys, c'est possible, sur des petites pièces ( genre des quarts de dollar, ou des billets d'un dollar), si elle plante une pièce, l'arrose d'un peu d'eau, un mini buisson ou un bonsaï ( tout dépend de l'énergie qu'elle y met) pousse immédiatement, les fruits ? Les petites soeurs de celle qu'elle a planté ! Pratique pour arrondir les fins de mois !

↘️ caractère
Anecdotes : Elle est très intelligente, ferue de connaissance ♠️ Elle est assez distinguée, parle posément, mais s'énerve tout aussi rapidement, c'est tout tout l'un ou tout l'autre ♠️ Elle a un penchant pour la moto, sportive de préférence ♠️ Elle a une double personnalité, qui se déclenche le plus souvent quand son pouvoir de régénération douloureuse s'active, quand elle est crevée, ou toute grosse émotion qu'elle ne sait pas gérer ♠️ Elle a une passion pour les craies de couleur pour les cheveux quand elle est en crise, elle en a toujours dans sa poche, des bleues, des roses, des rouges, elle a également un marqueur de peau qui lui permet de se faire des tatouages éphémères ♠️ Elle parle couramment Espagnol, anglais, et grec, en ce moment elle se passionne pour l'Italien, elle envisage de se mettre à l'allemand dans quelques temps ♠️ Autant elle peut être très sophistiquée, avoir un penchant pour les talons haut, elle adore les tenues provocantes que son autre moi lui fait porter. ♠️ Elle a été strip-teaseuse pour payer ses études supérieures, de ses 18 à 21 ans, elle aurait pu revendre des objets qu'elle transformait en or, mais elle pensait que c'était triché, elle a arrêté dès qu'elle a reçu l'héritage de son père, à sa majorité ♠️ Le seul vrai tatouage qu'elle possède se trouve sous le sein gauche, une phrase ou il est écrit: Death is only the begining ( elle a attendu de savoir maitriser ses pouvoirs pour le faire), elle projète de se faire tatouer un phénix dans le dos ♠️ Elle a un chat, un Mau Egyptien qu'elle a nommé ironiquement Bastet, elle trouvait ça très drôle, comme référence  ♠️ Elle peut avoir un humour très décalé, surtout quand elle est en pleine crise ♠️Elle se souvient, il y a quelques années, à la colonie, elle s'est coupée avec une feuille de papier, elle maitrisait encore mal ses pouvoirs,  elle s'est tordue en deux, agonisante, jusqu'à ce que la coupure ne se guérisse... ♠️  Un de ses hobbies ? Acheter des breloques et les transformer en or, elle se demande si elle ne va pas finir par en créer un business...
Sinon on peut dire que Krys est :  Passionnée - Artiste - Insouciante - Libre - Mélomane - Rebelle - Féminine - Sanguine - Drôle - Violente - Sociable - Franche - Surdouée - Impatiente - Optimiste - Jalouse - Insoumise - Fougueuse - Méticuleuse - Fantasque - Cultivée - Bipolaire - Lunatique - Protectrice - Peut se montrer parfois solitaire - Douce - Charismatique - Partageuse - Pétillante - Difficile à cerner - Méticuleuse - Loyale - Sensible - Provocatrice - Ambitieuse - Sans pitié - Naturelle - Joueuse - Minutieuse - ordonnée - Souriante - Humble - Extravertie - Energique - Pugnace - A l'écoute - Généreuse - Intrépide - Tête brûlée - Têtue - Résistante - Imaginative - Volontaire. Autant de traits de caractère que de facettes de sa personnalité, le ring et le yang faite femme.  

↘️ Depuis combien de temps sais-tu que tu es un(e) sang-mêlé(e) ?
Tout dépend de quel point e vue on se place, j'avais entendu les termes de Orisha étant gamine, mais je n'y croyais pas vraiment, après mon père biologique a travers les mythes qu'il me racontais, les histoires héroïques des demi dieux me faisait rêver, j'ai du attendre mes onze ans et mon arrivée à la colonie des sang-mêlés pour savoir qui j'étais réellement, ma nature première, la fille de Tyché. Oui, passionnée d'antiquité comme je l'étais, je n'ai pas eu peur, loin de là, j'ai tout de suite trouvé ça génial, par contre, j'ai fait un peu plus la gueule en voyant mes pouvoirs... Certes, la régénération cellulaire, c'est sympa, quand tu as l'impression que ton corps est en feu, beaucoup moins ... Par contre j'aime bien mon pouvoir d'aurification, le pouvoir de Midas, je le trouve génial, plutôt pratique quand on sait bien s'en servir. Si il y a une chose que je regrette de ma condition de demi dieu ? Oui, celle de ne pas connaître ma mère, j'aurai aimé savoir qui elle était vraiment, les possibles traits de caractère que nous avons en commun ... Je ne saurai probablement jamais, encore heureux, j'ai été reconnue au bout de six mois après mon arrivée à la colonie.

↘️ As-tu pris part à la bataille de Manhattan/du mont Othrys ? Et celle contre Gaïa ? Si oui, à quel camp as-tu choisi d'être loyal(e) ?
Pendant les batailles, j'ai délibérément demandé à des personnes de mon camp de me mettre au tapis avant d'aller sur le champ de bataille... Pourquoi ? Pour laisser cet autre moi prendre les commandes et ne ressentir aucune peine, aucune pitié, malheureusement, j'y ai laissé des plumes, j'ai perdu l'un des frères, à la bataille de Manhattan, dont j'étais la plus proche, et même venger sa mort ne m'a pas soulagée... J'étais également présente à celle du Mont Othrys, encore une fois sur mon autre personnalité, parce que c'est plus facile, et qu'elle est plus mordante que je le suis... j'ai quitté la colonie après, pour souffler, pour enlever le poids de la culpabilité, pour éviter de fondre en sanglots pour un oui ou pour un non et tenter d'avoir une vie normale. Même si j'étais sans pitié sur le champ de bataille, ce n'est pas le cas quand je redeviens moi même... Bien loin de là... Sinon, hormis moralement, et les blessures avant combat, j'ai eu la chance de ne pas être mise au tapis, de toute façon, avec mon caractère, j'aurai tout de même voulu y retourner juste après l'une de mes foutues régénérations cellulaires.

↘️ Et maintenant, que deviens-tu ?
J'ai décidé, comme je le disais juste avant, de prendre du recul avec mon coté mythologique, pour me consacrer à mes études, à ma passion. L'archéologie, je suis en 1ère année de doctorat en archéologie comparée précolombienne & européennes, j'oscille entre champ de fouille, mes crises ou elle se réveille, et les course que je donne aux première année de licence. Malgré tout, je garde un pied dans les différents camps, ce n'est pas rare de me voire trainer à la colonie, mais je pense que je n'y serai plus pensionnaire, j'ai trop à gérer dans ma vie personnelle... Par contre, si jamais une autre foutue entité maléfique venait à se réveiller, je sais que je serai la première à prendre les armes et à défendre le monde qui est le mien, au fond je reste pro olympienne, très attachée à la colonie, ceux que je considère comme mon propre camp, ma famille, mes racines.  
derrière l'écran
redfantasy | Auré'
âge : Indéterminé. + présence : JAMAIS  :666: . + personnage inventé ou scénario/pv : Inventé  :keur:  + un dernier mot ? Soyez prêtes pour le coup le plus génial, soyez prêtes pour le plus beau sandale  :run:  :yeah:  

_________________
THEY SAID THAT I'M CURSED
Maybe tonight we can forget about it all, it could be just like heaven. I am a machine, no longer living, just a shell of what I dreamed.Do you live, do you die, do you bleed for the fantasy?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Krystalia M. Hemingway
+ messages : 14
+ face and credits : Margot Robbie

I have long had the taste of death on my Tongue.

La Habana, si elle ferme les yeux, elle serai presque à même d’imaginer l’agitation de la ville qui l’a vue grandir.  Une seule pensée. Ses sens en éveil, des souvenirs...  La sensation du soleil sur sa peau, le rire des gamins paumés de Los Tavitos suffit juste de prendre sur la droite, dans le quartier de Fontanar pour se retrouver face à l’orphelinat qui a longtemps été son domicile, depuis sa naissance… L’odeur des tamales qui grillent sur le feu, le goût des plantanas, du congri, du riz à la cubaine crépitent encore sur ses papilles. Cette odeur de cigare qui flotte dans les rues de la capitale au même titre des airs de salsa et de mambo qui marquent au fer rouge l’âme de la ville, comment oublier ?  Tout ça lui manque, mais désormais, cette page de sa vie a été tournée depuis bien trop longtemps pour qu’elle y envisage un avenir. Certainement parce que c’est beaucoup trop douloureux pour y faire face, encore aujourd’hui.
Un bébé déposé sur les marches de l’orphelinat, emmitouflé dans une couverture piquée de rose, de vert, et de jaune, couleurs criardes pour certains, couleurs chaudes comme Cuba, ici, ça ne choque personne, bien au contraire. Seul le nom brodé au fil cuivré sur cette dernière évoque le prénom de l’enfant : Krystalia Megaré Hemingway.  La petite fille s’époumone, serrant les points, devenant écarlate, arrachée à une chaleur maternelle qu’elle n’a eu que le temps d’entrapercevoir. L’ombre qui vient de l’abandonner jette un dernier coup d’œil au nourrisson, lui caressant doucement la joue, un je t’aime murmuré, la lumière de la petite chambre de bonne de la concierge de l’orphelinat, une certaine Karolina, s’allume. Puis l’ombre s’enfuit, laissant le poupon aux bons soins des bonne âmes de Los Tavitos. «  ¡Madre de Dios !  » murmure t’elle en voyant le nouveau-né, encore si fragile, si petit, laissé sur les marches comme un vulgaire paquet indésirable. Comme si la délicatesse était faite femme, Karolina prends avec douceur la petite fille dans ses bras,  la berçant doucement contre son cœur, fredonnant la première comptine qui lui passe alors par l’esprit. Très certainement, Ya viene el ninito .

Les années passent et se ressemblent à l’orphelinat, la religion est tabou, longtemps interdite au sein du régime de Castro, pourtant depuis 92, on tolère, on a compris son importance, on l’entretien. Le cinquième anniversaire de Krystalia est marqué par la visite de Fernando, babalawos respecté dans la communauté de la Santeria, la religion cubaine par excellence, syncrétisme parfait entre les croyances catholiques et païennes des anciens esclaves. Homme en costume blanc, au panama de couleur ivoire rehaussé d’un liserai rouge, il a cette odeur qui lui est particulière, reconnaissable entre miles, mélange du fumet entêtant et boisé du  Romeo et Julieta, cigare de luxe de l’île, considéré par beaucoup comme l’un des meilleur, de camphre et d’après rasage parfumé à la citronnelle. Le prêtre santero, négociateur de cigares, est l’un des bienfaiteurs de Los Tavitos, les enfants lui ont préparé des dessins, il y est reçu comme un prince, il est attendu comme le messie. Soudain, alors qu’il distribue des bonbons à la confiture de lait, denrées rare au sein de l’orphelinat, les gamins se pressent autour de leur bienfaiteur. Pourtant une petite tête blonde reste sagement à côté de Karolina, la main fermement agrippée dans les jupons colorés de celle qui s’est toujours occupée d’elle. «  Va chercher des bonbons Krystalia, tu n’as pas à avoir peur, monsieur Fernando est bon avec les fils de la patrie. » Les fils de la patrie, le nom donné par le régime à ses orphelins. La gamine secoue la tête en signe de négation, s’accrochant un peu plus au tissu de la robe de sa protectrice, pourtant Fernando, au loin remarque la petite fille, et s’approche d’elle, un fin sourire dessinant ses traits. A sa hauteur, il s’accroupi de manière à se retrouver face à elle, lui tendant une confiserie dont elle raffole en temps normal. « Bonjour, jeune fille. Tu veux un bonbon ? » Silence. Karolina ne sait pas comment faire, cherchant le regard de l’homme, elle lui prie du regard de la pardonner, tout en poussant avec douceur, Krystalia d'un geste de la main dans le bas du dos. « Savez-vous d’où elle vient ? Elle est spéciale, cette enfant, une orisha… J’aimerai si vous me l’autoriser à consulter son avenir dans les cauris. » «  Bien entendu señor Fernando… mais vous êtes sûre qu’elle est une … » Orisha mime elle sur ses lèvres, le mot santero utilisé pour définir les demi-dieux. Avec précaution, il sort de la poche de son costume, un minuscule coquillage, le fameux cauri dont il parlait, et murmure silencieusement, une prière normalement réservée à la cérémonie de l’Ita. La gamine l'observe avec deux grands yeux ronds comme des billes, et se met à trembler, le regard de l’homme devant elle, tourne au blanc, il s’approche de son oreille et ne lui souffle qu’un seul et unique nom : Eleggua …  Son sourire se redessine, il se relève doucement ayant pris le soin de donner une grosse poignée de bonbons à Krystalia qui, dans les secondes qui suivent, ensevelit son visage dans la robe de Karolina, cet homme la terrorise, elle est à deux doigts de pleurer. A l’adresse de la concierge de Los Tavitos, il annonce son présage, à mi chemin entre énigme et vérite universelle : «  L’enfant qui descend de la fortune temporairement protégée par Eleggua pour qu’aucun vil esprit ne la persécute verra son destin changé à l’aube de ses huit ans quand son passé rattrapera son présent. » Il allume un cigare avec une allumette qu'il allume derrière son oreille, puis disparait dans un nuage de fumée, énigmatique, laissant derrière lui toute une flopée de question dans l’esprit de Karolina qui pose son regard sur Krystalia. «  Je savais que tu étais spéciale, mi preciosa … »

Avec le temps, Karolina oublia les paroles énigmatiques du prêtre Santero, par principe, travaillant depuis l’âge de ses seize ans au sein de l’orphelinat, elle faisait comme partie des meubles, elle savait qu’elle ne devait pas s’attacher à ses pensionnaires… Certains chanceux étaient adoptés, d’autre quittaient Los Tavitos à leur majorité, mais souhaitant aller de l’avant, jamais ils ne revenaient au bercail. Les enfants qui avaient croisés sa vie demeuraient des vieilles photos jaunies par le temps qu’elle gardait précieusement dans un album photo. Au-delà des bijoux, au-delà des maigres possessions qu’elle possédait, il était de loin son bien le plus précieux. La gardienne aimait se dire qu’elle les avait poussés de l’avant, mais elle ne s’attachait pas, pour ne pas se retrouver le cœur en miettes au moment de leur envol vers des contrées plus joyeuses. Pourtant, du jour ou elle avait trouvé Krystalia, si frêle dans sa couverture, la porte de son cœur était restée ouverte, l’y invitant et petit à petit, elle qui n’avait jamais eu ses propres enfants, considérait l’un des enfants de la patrie comme la sienne. Les papiers d’adoption de son petit ange blond étaient maintenant posés sur le bureau de sa minuscule chambre de bonne depuis plusieurs jours, pesant à longueur de journée, les pours, les contres, elle n’était pas riche, mais elle offrirait à Krys ce qui se rapprochait de l’amour d’une mère biologique. Etait-ce réellement suffisant ? La fille de Tyché, pourtant venait à peine de fêter ses huit ans, si la prophétie de Fernando disait vrai, son passé influerait son présent, aussi Karolina aurait-elle du y songer…

Deux semaines, jour pour jour après la date anniversaire de le petite blonde, un homme brun, une petite trentaine, au fort accent sud-américain quand il parlait espagnol, se présenta aux portes de l’orphelinat. Il venait pour elle, celle qu’il nommait sa fille, celle disait-il, dont il venait tout juste d’apprendre l’existence par on ne sait quel mystère. Fort pot de vin aux directeurs de l’orphelinat, passeport américain en règles en plus de ses papiers cubains, l’homme en question qui disait se nommer Grayson Ragen Hemingway, allait emmener Krys loin du monde qu’elle avait toujours connu. Présage d’un avenir meilleur ? Ce point là était bien incertain, seul l’avenir serait propice à nous en révéler plus. On l’amena à lui dans la plus belle robe qu’elle avait, blanche rehaussé de minuscules hibiscus rouges dans le jupon, les cheveux nattés sur le coté avec une fleur rose dans les cheveux, on aurait dit un ange. Le bureau du directeur de l’orphelinat aurait pu contenir les cuisines d’un restaurant gastronomique tellement il était grand. Une photo du Che au mur, un énorme ventilateur qui tournait sans arrêt alors que les gamins crevaient de chaud au beau milieu de l’été, quelques sculptures de l'époque pré-colombienne, ça et là, un range document qui devait très certainement contenir les informations de chacun des pensionnaires … Oui, l’endroit en lui-même était plus luxueux que n’importe quelle pièce de Los Tavitos.  Le regard de l’américain se pose sur le directeur des lieux, alors que Karolina, les larmes aux yeux, amène avec docilité Krystalia, la main sur l'épaule. La gamine se demande alors ce qu’elle fiche bien ici. Le temps semble se figer, on pourrait très certainement entendre le bruissement du vent sur les feuilles du palmier de la cour. « Je pense que vous saurez faire preuve de toute la discrétion possible, je ne voudrais pas que l’histoire s’ébruite, il est déjà assez scandaleux que connaissant le nom de l’enfant, nous n’ayez pas chercher à me contacter Gerardo. » Rictus aux lèvres, le petit homme responsable des lieux, ventripotent, alcoolique à ses heures perdues, s’enfonce un peu plus dans son siège de cuir noir, comme si il voulait disparaître, s’évaporer loin de cette situation qui le rend fiévreux.  Son regard se pose alors sur la concierge à qui il fait signe d’amener Krys vers l’inconnu.  Krystalia ne comprend pas qui est cet homme, pourquoi on l’a demandé de venir ici, pourquoi Karolina, qui lui avait promis de l’adopter, a les larmes aux yeux, elle reste silencieuse, sa main solidement accrochée à celle de sa protectrice. L’étranger se tourne vers la gamine, un léger sourire aux lèvres, à coté de lui, elle peut sentir son parfum, mélange de musc, d’ambre et de bois de sental, voir ce regard hazel qui se pose avec un sentiment qu’elle ne connait pas. « Bonjour Krystalia, je suis ravi de te recontrer, tu ne peux pas imaginer pendant combien de temps je t’ai cherché … » Elle penche la tête sur le coté, l’étudiant sous tous les traits, elle remarque à peine que Karolina vient de lui lâcher la main dans un sanglot, alors que Grayson lui tend un cadeau qui renferme une gourmette en or à son nom. « Qui êtes vous ? » demande t’elle simplement, méfiante, sans porter la moindre attention, comme tous les gamins le feraient. «  Ca, c’est une longue histoire, nous aurons le temps d’en parler quand nous seront en route pour Miami… »

Parmi les faits les plus marquant de son histoire, elle se souviendra toujours du déchirement qui a été le sien au moment où elle a dû quitter Karolina, des pleurs, des supplications, des sanglots, elle qui n’avait connu que l’orphelinat et la chaleur d’une femme qui n’était pas sa mère, elle, elle partait pour ce qui lui semblait être le bout du monde. L’homme pris le temps de lui expliquer les choses, malgré le mutisme dans lequel elle s’était terrée, elle l’écoutait d’une oreille plus qu’attentive. La peur de se retrouver avec un parfait inconnu, qu’elle ne connait ni d’Adam, ni d’Eve, même s’il lui clame haut et fort qu’l est son père et que sa mère lui a caché sa descendance… Il lui parle d’une brume, qu’il peut voir à travers, de monstres, de dieux dont elle n’a jamais entendu parler mais qui étrangement lui semblent familier, et un nom qu’elle entend et qu’elle retient parmi tous ceux qu’ils prononcent : Tyché. Elle est morte de peur, elle se dit que le type qu’elle a en face d’elle est fou, totalement fou, elle maudit l’orphelinat qui l’a monnayée contre des billets verts comme si sa vie ne valait que ça… L’argent, le nerf de la guerre, elle l’apprendra quelques années plus tard…

Elle s’acclimate petit à petit à cette vie qui devient la sienne, elle ne manque de rien, fréquente la meilleure école privée de Miami, il faut dire que Grayson mène un train de vie tout ce qu’il y a de plus aisé : meilleurs restaurants, soirées caritatives, dépenses à outrance, il est tout le temps au téléphone, à parler avec telle ou telle personne importante. Krys quant à elle devient bilingue en anglais, sans aucun accent, à cet âge-là, il paraitrait que notre cerveau est celui d’une éponge, ça aide. Celui qu’elle doit appeler papa, parfois, l’observe, pendant de longues minutes, sans lui dire un seul mot, levant le nez de son livre, avant d’y replonger comme si de rien était. Elle se fait petit à petit à cette vie totalement différente de celle qu’elle menait à l’orphelinat. Un jour, il l’emmène avec lui, il fait nuit noire, il doit être dans les 3 ou 4 heures du matin, elle a onze ans. «  On va où Papa ? » Papa, elle a toujours eu du mal à l’appeler ainsi, mais elle se dit que ce n’est qu’un surnom comme un autre, après tout, si ça peut lui faire plaisir, soit. En soit, elle l’apprécie ce type, il n’est pas pire qu’un autre , il s’occupe d’elle , même si il ne lui parle pas beaucoup. Est-ce qu’elle l’apprécie ? Oui, et les maigres conversations qu’ils ont ensemble, les rares sujets qu’ils abordent sont passionnant de son point de vue… Il lui fait découvrir l’archéologie, pour laquelle il se passionne, elle visite durant ces quelques années, les plus beaux sites archéologiques, elle voyage, elle rêve, elle apprend la différence entre colonnes doriques, colonnes ioniques, ou  corinthiennes, les oushebtis, les quipus et ainsi de suite . Tout cela sans se douter qu’il est en réalité un trafiquant d’objet d’art très connu dans le marché noir, on lui passe des commandes, il les honore sous réserve d’un très gros cachet. « J’ai juste l’un de mes clients à voir, toi tu restes bien dans la voiture, cache toi sous les sièges, je ne veux pas qu’ils te voient … » «  Je ne peux pas venir avec toi ? J’ai l’habitude tu sais, depuis que t’es venu me chercher à Los Tavitos, j’en ai vu passer des atafacts… » Foutue dyslexie qui ne la lâche pas…  « Artefacts Krystalia… Et qu’est ce que je t’ai déjà dit ? Ne parle jamais de ma profession à personne, c’est compris ? » D’un mouvement de la tête, Krystalia acquiesce, finissant de boucler sa ceinture. Il arrive au point de rendez-vous, pour la première fois, quand il ajuste son blazer, elle remarque le holster qui est dissimulé dans son dos. «  Je reviens, ne bouge surtout pas. » «  Mais … » Le regard que Grayson lui lance fait taire toute négociation possible, normalement, jamais il l’amène sur le lieu direct de ses transactions, elle l’attend à l’hôtel, à la maison, ou il se débrouille pour qu’elle soit couché, là, il n’a pas eu le choix, la foutue baby-sitter ne répondait pas, la femme de ménage avait la quinceanera de sa nièce. Il regretterait presque de ne pas l’avoir laissé toute seule à la maison, mais il y a toujours des risques, surtout au sein de sa "profession"…

Ca fait une foutue demi heure qu’elle attends maintenant dans la voiture, et elle a en marre, comment voulait-il qu’elle, hyperactive, comme elle l’était reste bien sagement en place… Krys pose la main sur la clenche de la portière, jetant un coup d’œil par la fenêtre, mais tout est bien trop mal éclairé pour qu’elle voit ce qui se trame entre son père et le client sur les foutus docks de Miami. En plus, le nokia 3410 vient de rendre l’âme en pleine partie de snake, sur un coup de tête, elle se décide à rejoindre Grayson, elle allonge la main pour appuyer sur le bouton et dévérouiller les portes. Son paternel est à 50 mètres à peine de leur voiture, perchée sur des hauts talons, une femme lui fait face, le ton monte entre les deux sans que Krys ne parvienne à comprendre quel est le sujet de la dispute. Soudain, la femme tourne la tête vers elle, ses yeux rouges brillent soudain dans la nuit. «  Krys qu’est ce que je t’avais dit ? » La dispute son père. Sans quelle ne comprenne comment ça arrive, la bonne femme se jette sur elle, sortant une patte griffue, elle entaille fortement l’épaule de la fille de Tyché. Son père se jette sur la créature qui s’avère en réalité être une sirène, mais il ne fera pas le poids contre le montre qui lui plante ses griffes dans le torse d’un coup rapide et bref. «  Papa ! »  Un douleur fulgurante à l’épaule lui prend, elle sombre doucement dans l’inconscience tellement la douleur est forte, elle hurle très certainement, elle prie pour que la créature l’achève. Son pouvoir de régénération cellulaire douloureuse vient de s'enclencher pour la toute premier fois... Dans son regard brouillé par une forte fièvre, perdant connaissance dans une agonie bien trop puissante, elle croit apercevoir un homme…. Des pattes de chèvres… Le monstre prêt à l’achever exploser dans une poussière dorée. Puis, le vide, le trou noir.

Short à paillettes et seins nus, la silhouette gracieuse et svelte d’une jolie blonde s’enroule lascivement autour de la barre de pole dance au son du dernier tube à la mode de Rihanna, S&M. Elle charme la foule masculine venant se distraire du spectacle, mâles en manque d’un présence féminine ,impuissants en quête de luxure ou maris que leur épouses ne comblent plus au lit depuis la nuit des temps, telle est la charmante clientèle des lieux. La sensualité qu’elle dégage leur fait sortir les billets verts, ce pourquoi elle est là, pour payer ses études qui lui coutent un bras. Soudain, un petite tête blonde s’appuie sur le rebord de la scène, le regard de Krys croise le sien, la honte la prend aux tripes, d’un mouvement du bras, elle cache sa poitrine. «  Mais qu’est ce que tu fous là ? Qui t’as laissé entrer ? » gronde-t-elle en faisant signe à son patron qu’elle arrête son show quelques minutes. Sous ses yeux se trouve l’un de ses frangins, Lucky, également fils de Tyché, tout comme elle, il vit à la colonie des sang mêlés. Levant les yeux au ciel, elle attrape le t-shirt que lui envoie l’un des gorilles de la boite dans laquelle elle travaille comme strip-teaseuse, la nuit tombée. « Tu devrais être à la colonie… Et … Comment tu as trouvé ma trace ? » « Facile je t’ai suivi ! Et tu savais que tu pouvais avoir une fausse carte d’identité pour quelques dollars chez fédex ? C’est dingue !» lui annonce le gamin de 15 ans, certes il fait plus vieux que son âge mais quel abruti à laisser entrer un préado dans un club de strip tease ? Oui, elle connait le truc des cartes bidons faites chez fédex, c’est comme ça qu’elle a pu réussi à rentrer dans ce trou à rats. Sans lui laisser le choix, Krys descend de la scène et lui empoigne le bras, le trainant jusqu’à sa loge sous le regard courroucé de son patron. Derrière eux, elle ferme la porte à clef, désignant le petit canapé mité qui se trouve la pièce. « Jamais plus je ne veux que tu reviennes ici Lucky !  Tu croyais quoi ? Que j’allais t’accueillir avec un grand sourire et continuer comme si de rien n’était ? » Râle t’elle, elle sent que sa seconde personnalité prend le dessus, elle tente de se contrôler pour ne pas, que son double ne prenne le dessus, auquel cas son frère passerait vraiment un très mauvais moment. « Krys… Par tous les dieux ! Qu’est ce que tu fous dans un endroit pareil ? Je veux dire, t’es intelligente, t’es belle, j’arrive pas à comprendre. En plus ton père biologique t’a laissé un sacré pactole, j’comprends pas pourquoi tu fais la pute dans un endroit aussi minable ! » Le gamin râle, oui, Krys a toujours été la pour lui, elle lui fait des cadeaux, ils avancent main dans la main depuis qu’il est arrivé à la colonie et qu’elle l’a pris sous son aile. Le ton de son frère la refroidi, en soupirant elle se passe une main dans ses long cheveux blond, avant de se mettre accroupi, face à son frère, prenant appui sur les genoux de ce dernier en y posant les coudes.  «  Ecoutes Lucky, premièrement je n’ai jamais, jamais vendu mon corps contre de l’argent, je danse, je ne fais pas de passes vu que ça semble te chagriner. Deuxio, mon père a bloquer le ‘sacré pactole’ tel que tu le nommes jusqu’à ma majorité, si je veux payer mes études, je n’ai pas le choix… C’était le seul job qui se calait parfaitement avec mes horaires de cours, les entrainements à la colonie et les obligations qui s’y rapportent. Ce n’est qu’une question de temps. Tu crois vraiment que ça m’amuse de bosser ici ? «  Il baisse les yeux sur son torse, en pleine réflexion, avant de murmurer doucement. «  Toi non, mais l’autre oui… » D’un geste de la main particulièrement doux, elle remonte le menton de son frère pour l’obliger à la regarder droit dans les yeux. « Nous sommes la même personne, tu sais, elle est juste plus… aventureuse, extravertie et audacieuse  que je ne le suis au quotidien, mais je peux t’assurer, que peu importe mon humeur du moment, je déteste cet endroit… » « Tu rentres avec moi à la colonie ? » « Oui, mais avant je veux que tu me promettes une chose, gardons secret  mon activité nocturne… Promis ? » « Le gamin se jette dans ses bras, il lui murmure à l’oreille. «  Je te le promets Krys.. »

Premier véritable champ de bataille, elle a déjà participé à des quêtes et autres missions dangereuses, affronté des monstres mais jamais, elle n’a eu à se battre contre d’autres demi dieux et cette simple pensée lui donnerait presque la nausée… Satine, sa batte de base ball en main, elle la change malencontreusement en or alors qu’elle reçoit les instructions de ceux qui se sont déclarés leader du camp grec. Grommelant un instant dans sa barbe, elle redonne son aspect initial à son arme, elle a les mains moites, le souffle court, son stress culmine à un niveau presque jamais atteint. Se tournant vers le fils d’Arès, un petit nouveau,  qui est à ses cotés, un plan qu’elle juge bien ficelé en tête, elle lui lance. «  Tu veux me rendre un service ? Frappe-moi ! Casse moi le nez ! » Le type la regarde comme si elle avait perdu la raison, il la dévisage un instant en se posant la question si son but est de déserter, avant qu’elle ne lui pose la question, elle anticipe. «  Fais-moi confiance,  je te promet que tu comprendras… » Haussant les épaules, le fils de la guerre lui assène un coup de pommeau dans le nez. Il n’a pas raté son coup, un flot de sang empli le nez et la bouche de la petite blonde qui pousse dans la seconde qui suit un fot d’injures en tout genre, avant d’être prises de spasmes incontrôlable. Son corps est en feu, elle hurle, se courbe de douleur, son corps n’est qu’une plaie, elle prise pour qu’on en finisse avec elle, elle roule des yeux, crache du sang, le spectacle est tout simplement atroce. Après une agonie de plusieurs longues minutes, elle finit par se relever, tout sourires, en se passant l’avant bras sur le visage pour effacer toute trace de sang. Tout sourire, elle se met à chantonner, la peur de tomber sur des gens qu’elle connait est envolée, elle se retrouve à pincer le fessier du fils d’Arès qui ne comprends rien à tout la scène. «  Ah, la c’est mieux, merci grand fou ! Je reviens dans trentes seconde, j’ai quelque course à faire, impossible que je me batte dans cette foutue armure. »  Elle flane un instant dans les rues de la ville, batte sur l’épaule, avant de s’arrêter net devant une boutique de farces et attrapes et autres costumes, alors que la porte est ouverte, elle donne un coup de batte dans la vitrine et rentre dans la boutique. Spray coloré pour les cheveux, short à paillettes aux couleurs des Etats-Unis, t-shirt  blanc avec un centaure dessus, on dirait qu’elle fait son marché. Elle finit par se changer, sans se ficher de savoir si elle peut être vue, se colore les cheveux de la bombe de spray rose, puis avant de rejoindre son camp pour la bataille, elle jette un clin d’œil à son reflet dans le miroir. «  Yeah baby ! Là t’es hot pour aller botter des culs ! » Elle s’apprête à quitter la boutique, mais avant elle change un masque vénitien en or d’un simple toucher de la main et le dépose à coté de la caisse enregistreuse. «  J’allais oublier de payer… »  

Sauf qu’au dehors le combat à déjà commencé, elle soupire lourdement, entrant dans la bataille avec entrain, elle repousse des créatures, des demi dieux, sans aucun état d’âme… tout ce passe à merveille,  avant de voir son frère, Lucky, aux proies avec un des partisans du vieux schnock de Cronos, telle qu’elle vient tout juste de le surnommer dans son esprit. Tout est trop rapide, elle voit son frère s’effondrer sur le sol, le partisan retirer sa lame de la poitrine de son frère. Les émotions se mélangeant en elle, les larmes coulent sur ses joues, elle hurle, un cri de guerre, et se met à courir vers le meurtrier de son frère. Arrivé à sa hauteur, c’est une furie à qui il a à faire, Krys se jette sur lui, elle frappe, sans pouvoir se retenir, encore et encore, sans voir le sang, sans se rendre compte qu’elle s’acharne sur un cadavre, jusqu’à ce qu’une main ne se pose sur son épaule. « Stop Krys... Il est mort… »  Sans dire un mot, elle se dirige en courant vers son frère, dont certains grecs s’occupent déjà, l’équipe de secours, elle en pousse certains se jetant sur son frère. Elle sert son corps sans vie, comme si elle pouvait lui transmettre un peu de son pouvoir de régénération aussi douloureux soit il, personne n’ose la repousser, le temps qu’elle se calme. Avec une douceur tout particulière, elle caresse la joue de son frère, ses cheveux, le secouant de temps en autre en espérant au fond d’elle que tout ne soit qu’une mauvaise blague. «  Non, non, non… »

Elle se réveille en sursaut, sa passant le dos de la main sur le front, elle efface les quelques larmes qui perlent sur ses joues, hier soir encore, elle a perdu le contrôle, hier soir encore, elle a laissé sa double personnalité prendre le dessus. Une fois encore elle a écourté sa nuit à cause d’un cauchemar, à tâtons elle recherche le bouton de sa lampe de chevet dans son appartement trois pièces de New York, jetant rapidement un coup d’œil au réveil qui affiche 3 :28. Krys ne regrette pas d’avoir quitté la colonie, les deux batailles, c’était trop pour elle, elle avait besoin de vivre sa vie, de vivre pour elle, d’avoir son indépendance, de continuer ses études, de tenter de survivre, tout simplement. Pourtant, elle ne peut pas renier ce monde mythologique qui est aussi le sien, il fera toujours partie d’elle. Trainant des pieds en nuisette jusqu’à la cuisine, elle se fait couler un café, allumant son ordinateur pour aller bosser sur ses cours, ceux qu’elle doit donner ce matin même à ses élèves de première année de licence, il faut aussi qu’elle pense à jeter un coup d’œil sur son exposé pour la conférence sur le rapport entre la recherche de la vie éternelle et les peuples précolombiens… Ca fait bien longtemps qu'elle a laissé son costume de strip-teaseuse au placard, après tout, cela fait maintenant prêt de 4 ans qu'elle est majeure, et désormais titulaire d'un compte bancaire bien rempli... Autant dire, qu’elle a du pain sur la planche.

_________________
THEY SAID THAT I'M CURSED
Maybe tonight we can forget about it all, it could be just like heaven. I am a machine, no longer living, just a shell of what I dreamed.Do you live, do you die, do you bleed for the fantasy?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chelsea V. Falcoln
+ messages : 47
+ face and credits : emily kinney (c) cosmic light
KRYYYYS ENFIN I love you I love you I love you
je l'aime trop bordel !!! je veux des liens !!! des rps !!! tout !!! t'es géniale
et puis margot robbie :keur: :keur:

_________________

we've suffered enough
she's proof that you can walk through hell and still be an angel. • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dorian C. Falcoln
+ messages : 14
+ face and credits : ◘ Feat William Higginson / (c) sweet disaster
KRYYYYYYYYYYYYYYYS :keur: :keur: :lov: :lov:
Tellement belle, tellement canon :bave: :leche:

JE DIS OUI JE DIS OUI !!! :nya: :nya:
En tout cas, bienvenue again hâte de voir ce que t as prévu avec ce personnage, je pense qu'elle va pas mal être modifié ce qui est normal du coup je veux découvrir ça :kai:

Tu me réserves pleins de liens et tout ça :love: :kiss:

_________________
La musique souvent me prend comme une mer ! Vers ma pâle étoile, sous un plafond de brume ou dans un vaste éther, je mets à la voile ; la poitrine en avant et les poumons gonflés. Comme de la toile, j'escalade le dos des flots amoncelés. Que la nuit me voile ; je sens vibrer en moi toutes les passions. D'un vaisseau qui souffre ; le bon vent, la tempête et ses convulsions. Sur l'immense gouffre. Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir. De mon désespoir !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Finn Rosenwald
+ messages : 73
+ face and credits : florian neuville. (sixty)
j'ai été hypnotisée par l'avatar de la fiche :mdr:

kryyyys ça fait tellement plaisir de la retrouver :aw: je veux des lieeens :hin:

_________________

unloveable

malgré ça, même si je suis dépassé, que je dors plus, j'essaye de tirer de nouveaux plans, de quoi me refaire, reprendre de l'air.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Krystalia M. Hemingway
+ messages : 14
+ face and credits : Margot Robbie
Aaaah les loulous :lov: En vrai, vous imaginez même pas la pression de malade que vous me mettez :mdr:

Chel' :keur:  : Toi aussi t'es géniale ma poulette, et je veux absolument des liens, des RP, bref, le combo :lov: Mais oui, je n'ai pas pu résister à ramener Krys, toujours le même caractère mais avec une histoire un brin différente :zad:

Dodo :lov: :  Contente de voir que Krys te fait cet effet là :zad: Et j'espère carrément que l'histoire et cette nouvelle version de ma blonde va te plaire :keur: Et oui, liens, RP, je te réserve la totale promis :love:

Finn  :cloud: : Je t'avoue que quand j'ai trouvé le fameux avatar j'ai aussi phasé dessus "ooooh, c'est beau... ça bouge... C'est magique !"  :bave: Reste à voir si tu seras aussi hypnotisée par Krys ma courgette chérie :lov: Et je te garde des liens au chaud, promis, on se fait ça ( et qui dit liens, dit RP, t'es prévenue :zad: )

_________________
THEY SAID THAT I'M CURSED
Maybe tonight we can forget about it all, it could be just like heaven. I am a machine, no longer living, just a shell of what I dreamed.Do you live, do you die, do you bleed for the fantasy?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie J. Keystone
+ messages : 363
+ face and credits : Ira Chernova - Psychotic Kid
Sexy :miguel:
Rebienvenue Tartine ! Elle promet cette miss, ça va être sympa comme tout à suivre :zad:
Amuse toi et je reviendrai pour les liens :hero:

_________________


The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound
(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Voilà, tu pues, tu crains, on m'a obligé à venir ici What a Face /pan/

Rebienvenue par ici, sous visiblement une tête et une demi-déesse qui craque les slips de sa mémé :zad: ( et bon, t'es bonne aussi, on ne se le cachera pas :zad: )

Alors, comme j'avais déjà dit auparavant : LOS TACOS :lov: non mais voilà, j'adore lire et j'ai hâte d'en voir plus de cette petite archéologue fofolle :zad:

* laisse sa carte de visite et s'en va avec des paillettes*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luca M. Carnstairs
+ messages : 237
+ face and credits : odeya rush (moony.) + astra (signa)
ooooooh ouais Tyché :wa: rebienvenue parmi nous, j'aime beaucoup ce que j'ai lu, elle promet ta demoiselle :cute:

_________________

   
Who will fix me now?
what doesn't destroy you, leaves you broken instead. got a hole in my soul growing deeper and deeper. and i can't take one more moment of this silence. the loneliness is haunting me and the weight of the world's getting harder to hold up.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Krystalia M. Hemingway
+ messages : 14
+ face and credits : Margot Robbie
Charlie : Merci Rillette :zad: toi aussi t'es sexy :lov: Viens, me demander des liens quand j'aurai fini ma fiche, je t'attends :amour:

Kieran :  GENRE ! Je pue ? Je crains ? mais que quelqu'un le fouette :urg: Sur le champ, cul nu   :string: :fouet:
Plus sérieusement, contente que Krys te plaise,  et si t'es sage Kieran & Krys iront manger des TACOS ensemble :mdr: Et merci pour me donner l'image de Kieran qui envoie des pluies de paillettes aux gens quand il donne sa carte de visite, c'était magique :mdr:

Luca : Oooh merci  Luca :lov: Super contente que ce que tu as lu de Krys te plaise, en espérant que ce soit la même chose pour toute la fiche :zad:

_________________
THEY SAID THAT I'M CURSED
Maybe tonight we can forget about it all, it could be just like heaven. I am a machine, no longer living, just a shell of what I dreamed.Do you live, do you die, do you bleed for the fantasy?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
You don't own me, I'm not just one of your many toys- Krystalia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» CANNELLE CANICHE TOY 9 ANS
» Votre prenom sous toute les formes !!
» Mouhahhhaah, crrraignnez Mister potatoe!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
character.
 :: (who you are) :: présentations validées.
-