AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  stop making me think about you. (ronan)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Finn Rosenwald
+ messages : 73
+ face and credits : florian neuville. (sixty)


stop making me
think about you

02.07.2017 // Nyssa a passé l'après midi à sautiller d'attraction à attraction, de stand à stand en traînant Finn derrière elle. Il ne se plaint pas, lui a passé le plus clair de son temps à faire fondre des morceaux de barbe à papa sur sa langue et à refiler des petits morceaux au chiot. (Il a arrêté après un certain temps, parce qu'il n'a absolument aucune idée des effets du sucre sur les chiens. Est-ce qu'il pourrait en mourir ? Etre malade ?) Parce qu'il a emmené le chiot. Le chiot est une excellente excuse pour refuser les attractions les plus violentes, et il a ainsi échappé aux montagnes russes. Une excellente technique, donc. Ce n'est pas qu'il n'aime pas ça, c'est juste qu'il sait que Nyssa ne sait pas s'arrêter et se laisserait probablement secouer dans tous les sens jusqu'à se vider les tripes à ses pieds : autant éviter le drame, quitte à se faire traiter de poule mouillée pendant le restant de la journée.
Cette idée d'aller au parc d'attraction, c'est celle de Nyssa. Lui n'était pas extrêmement motivé, mais quand elle est venue frapper à la porte de son appartement, il n'a pas réellement eu le choix. Et puis, ça lui permet de se vider la tête. Il est trop occupé, en ce moment. Trop de travail. Trop de fatigue. Trop de temps passé à se repasser encore et encore la dernière soirée passée avec Ronan. C'est pas sa faute, mais le chiot qu'il lui a largué est là tous les jours pour lui rappeler que Ronan était là, que quelque chose a explosé, et qu'ils ne se sont pas revus depuis. Alors il repense à ce qu'il a dit, à ce que Ronan a dit, et il se sent bien con. Et sûrement trop fier pour recontacter Ronan, ne serait-ce que pour lui dire qu'il a toujours son chiot, qui n'a toujours pas de nom (mais qui répond de plus en plus à celui de "buddy", malheureusement), et qu'ils avaient un autre deal, au départ.

"Finn, you're staring at your dog, it's weird." l'informe Nyssa en lui donnant un coup de coude. Il redresse la tête, cligne des yeux, et fronce les sourcils. La moitié de sa barbe à papa a disparu. Quelle peste. Mais il n'a pas vraiment le temps de chercher une excuse : Nyssa semble avoir repéré quelque chose et l'a empoigné par le poignet. Elle l'entraîne déjà derrière elle, et lui n'a que le temps de récupérer le chiot dans ses bras et de suivre. Après un instant, son regard capte le nom de l'attraction : love ride, en lettres calligraphiées. Il se fige. Oh, non. "Nope." Nyssa a un sourire aux lèvres, qui veut dire qu'elle va probablement soit l'égorger, soit qu'elle a un plan. Il n'aime aucune de ces deux options. Mais il n'a pas vraiment le temps d'ajouter quoi que ce soit : Nyssa le pousse sans cérémonie, il parvient à se tourner pour éviter que le chiot se fasse assommer violemment, et... Il se retrouve dans une barque, plaqué contre quelqu'un, et la barque démarre avant qu'il n'ait le temps de se relever et de partir. "What the fuck." Il marmonne, avant de se redresser tant bien que mal, et de vérifier que le chiot va bien. "Sorry, buddy. You know how much of an idiot she can be." Finn lui marmonne, avant de redresser la tête et de se tourner vers son camarade de barque forcé pour s'excuser. Il se fige avant d'avoir ouvert la bouche. Soudainement, la barque lui semble minuscule, et il prend conscience du fait qu'ils sont serrés, là-dedans. Le chiot sur ses genoux jappe une ou deux fois. Finn essaie désespéremment de mettre un minimum de distance entre eux deux. Il a l'impression que l'air est devenu électrique. "Ronan." Il lâche, incapable de trouver autre chose à dire. La dernière fois qu'ils se sont vus, ça ne s'est pas bien fini. Du tout. Dire qu'il n'arrête pas d'y penser est un euphémisme : l'absence de Ronan, ces derniers temps, s'est faite ressentir. Il était devenu une présence familière, recherchée. Il le faisait se sentir... tranquille. Et Finn ne l'avait pas réalisé jusqu'à ce que ça lui manque. Il garde le regard sur lui, longtemps, avant de soupirer. "I'm sorry, Nyssa pushed me. I didn't mean to... uh, be here." Et ce n'était probablement pas la meilleure façon de le dire, maintenant qu'il y songe.

AVENGEDINCHAINS

_________________

unloveable

malgré ça, même si je suis dépassé, que je dors plus, j'essaye de tirer de nouveaux plans, de quoi me refaire, reprendre de l'air.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ronan Byrne
+ messages : 116
+ face and credits : brandon flynn (c) honeybadger.
RONAN & FINN
i know i screw up a lot
but please don't leave

2 juillet 2017 - « There’s no fuckin’ way I’m gettin’ in one of these. » Il jette un nouveau coup d’œil à l’attraction derrière eux et peut s’imaginer, même sans le voir, le sourire débile de son frère. Ça l’énerve un peu, parce qu’au moment où Nevh l’a mis au défi, il savait qu’il accepterait. Question d’égo (parce qu’il n’y a concrètement rien à gagner à part my total respect). Ronan se tourne à nouveau vers Nevh, avant d’obtempérer. « Fuck off. » Et il grimpe dans une des barques, et compte sur son frère pour avoir quelque chose de mieux à faire et de partir loin d’ici.
C’est la pire attraction de toutes, précisément celle qu’il n’avait aucune envie de faire. Du coup, il espère passer tout le parcours seul (comme ça, il fera une sieste, ce sera toujours mieux que de supporter les décors kitch et les fleurs et le rose et l’atmosphère pleine d’amour et le reste). Ou alors, avoir une meuf canon à côté. Ça peut toujours être intéressant, ça. Ce qui se passe sur les barques reste sur les barques. Même si, en soi, il aimerait vraiment passer ce mauvais moment seul, à marmonner que c’est le pire défi au monde, qu’il aurait jamais dû accepter, que Nevh a d’toute façon toujours ce qu’il veut et que ça commence à bien faire et que toute cette situation est ridicule au possible.
Il se laisse un peu glisser en arrière en soupirant (et en jurant, pour ne pas changer), et puis il se fait presque écraser par quelqu’un (ce qui lui arrache une nouvelle injure) et l’attraction démarre avant même qu’il ait compris quoi que ce soit à ce qui s’est passé. Il n’met pas beaucoup de temps toutefois à reprendre ses esprits (ou quelque chose du genre) puisque le chiot le reconnait et que lui-même reconnait Finn et que « Ah. Fuck me. » qu’il marmonne dans la barbe qu’il n’a pas. La pire attraction du monde, j’vous dis. Peut-être que s’il ne dit plus rien, il passera inaperçu… Si seulement ces barques n’étaient pas aussi petites. Et si seulement il n’était pas monté dans l’une d’elles.
Ce qui le rassure un peu, c’est que Finn est tout aussi paumé que lui. Mais, pour une fois, Ronan se sent obligé de détourner les yeux alors que le jeune homme le regarde, et de s’attarder sur ses bracelets, tirant dessus (pour s’occuper, se changer les idées, faire mine que ce n’est pas Finn à côté de lui).
All in the same boat, qu’il pense, toujours sans regarder Finn. (Nyssa est à Finn ce que Nevh est à lui, apparemment) Literally. « I didn’t mean to… uh, be here. » Ronan regarde derrière eux, l’eau, avant d’enfin regarder avec un peu plus d’attention (ou presque) Finn. « You can still jump out of here. » Son ton se fait plus agressif que prévu et, quitte à s’enfoncer un peu plus, l’irlandais détourne à nouveau la tête. C’est stupide. Ce n’est pas comme ça qu’il voulait le dire (c’est même pas du tout ça qu’il aurait dû dire) mais c’est fait. Pourtant, si c’est bien de la faute de quelqu’un, c’est de la sienne. D’avoir débarqué chez Finn le mois dernier, complètement ivre et complètement… pas stable, d’avoir dit ces choses ou justement ne pas les avoir dites, d’avoir tout gâché putain. Il relâche les bracelets de cuir à son poignet et fait genre de regarder le parcours, sans plus rien dire.
« You still have the dog… », il fait remarquer et, là encore, y’a peut-être un peu trop d’amertume. Putain, c’est à lui qu’il s’en veut, pas à Finn, pas au chien, à lui, juste lui. Déjà, si t’avais pas débarqué comme ça, rien de tout ceci n’aurait eu lieu et t’aurais pas fui pendant un mois, sans donner de nouvelles, sans repasser à Brooklyn, sans même faire une escapade dans le quartier comme t’en avais pris l’habitude. Si t’avais pas bu, si tu t’étais pas énervé, si t’avais pas craqué aussi, mais putain t’as été con, t’as tout foiré alors que, clairement, la seule chose qui te donnait encore un peu d’espoir dans la vie, c’était Finn (et le chien, par extension, mais surtout Finn, faut bien admettre).
« I mean… » Et la rancune envers lui-même laisse place au malaise. « Look, I… Well… » Et y’a même pas d’alcool pour le sauver, son niveau de pathétisme vient de bondir d’un coup. Il regarde le chiot, qui a l’air débile (et qui a bien grandi, aussi, plus rien à voir ou presque avec la petite boule qui gémissait à tout va qu’il a trouvé dans une poubelle), et qui n’a toujours pas de nom en plus (Ronan se souvient avoir rapidement balancé un Anraí. It’s like Henry but in Irish, waaaaaay more cool mais vu qu’il était complètement arraché, ça a sûrement pas compté beaucoup, et ça a été effacé par le reste de la soirée, putain cette soirée). « I’m sorry for, uh, everything. You know. That night. » Au moins, il regarde enfin Finn. « I can take the dog back, if you want. » Pathétique, ridicule, y’a rien d’autre qui lui traverse la tête à part qu’il a merdé. Finn doit le détester. Après tout ce qui s’est passé, il n’y a aucune raison que… ça reparte comme avant. C’est un peu con, mais ça lui fout un peu mal au cœur d’y songer. Remarque, ce serait plus simple comme ça.

_________________

Dans la nuit, j’ai la foule, les liquides bleus fluo qui me protègent de moi. Dans la nuit, j’ai les néons, les courants de chaleur qui me protègent de mes démons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Finn Rosenwald
+ messages : 73
+ face and credits : florian neuville. (sixty)


stop making me
think about you

02.07.2017 // Ronan évite son regard, évite de le regarder tout court, et ça donne envie à Finn de se jeter à l’eau. Littéralement. Mais la présence du chiot l’en empêche, et il n’a pas vraiment le choix. Nyssa ne le laisserait jamais vivre en paix s’il admettait avoir préféré tenter la noyade plutôt que d’affronter Ronan. “You can still jump out of here.” La voix de Ronan est acide, et cest ce qui empêche Finn de répondre machinalement, I was thinking about it. Il se mord la lèvre, le regard sur le chiot, qui n’a absolument aucune idée de ce qu’il est en train de vivre et semble tout joyeux. C’est bien le seul. “Do you want me to jump?” Il demande finalement, parce que peut-être que Ronan n’a pas envie qu’ils passent le reste du trajet ensemble. Sûrement, même. Il s’est lassé. Comme beaucoup avant lui. Ils ne se sont pas parlé depuis cette fameuse nuit, après tout. Finn doit bien être le seul des deux à y penser encore.
You still have the dog...” Finn lui jette un regard irrité. “Of course, I do. Did you think I’d kick him out?” Ca le blesse, de savoir que Ronan ait pu penser sérieusement qu’il se soit débarrassé du chien. Comme s’il était du genre à l’abandonner, ou à le refiler à quelqu’un d’autre. C’est pas au chien, qu’il en veut, c’est... A lui-même, probablement. Et un peu Ronan, aussi. C’est pour ça, sûrement, qu’il a passé les dernières semaines à regarder son téléphone en se demandant si tout allait bien, plutôt que d’envoyer lui-même un message. “I mean... Look, I... Well...” Finn détourne les yeux du chiot,parce que le ton de la voix de Ronan est étrange, et que même après l’autre soir, ça le stresse. Bordel, il est bon pour aller faire un tour à l’épicerie du quartier et à cuisiner pour le restant de la soirée. Nyssa va être ravie. Ronan ne le regarde toujours pas, il a les yeux fixés sur le chiot, et Finn avait oublié l’espèce de coup de poing dans le ventre que ça lui fiche de regarder Ronan. “I’m sorry for, uh, everything. You know. That night.” Ca le fige sur place. Ronan le regarde enfin. “I can take the dog back, if you want.” Ca lui re-colle un poing dans le ventre, mais pas dans le bon sens. Est-ce que c’est juste à propos du chien ? Il s’excuse pour le récupérer ? Non. Non, le chien appartient à Ronan, il aurait juste eu à dire qu’il voulait le récupérer, pas vrai ? Il rame un moment pour trouver les mots - des mots, tout court, en fait. “No.” Il s’arrête net, parce que le mot a été prononcé avec un peu trop de ferveur. “I mean, you don’t have to take the dog back. We’re best friends, now, it’s too late. He knows all of my secrets.” Il panique, se force à la boucler, et regarde le paysage. Ils sont au beau milieu d’une jungle (enfin, c’est comme ça qu’il s’imagine la jungle, en tout cas). “I mean. I’m sorry, too. I’m not good with words and I could’ve been more... less of an asshole, the other night.” Il complète après un instant. Le silence qui suit est assourdissant. Il détache enfin son regard de Ronan, et avec l’impression de pouvoir à nouveau respirer, il se concentre sur le rebord de la barque.


AVENGEDINCHAINS

_________________

unloveable

malgré ça, même si je suis dépassé, que je dors plus, j'essaye de tirer de nouveaux plans, de quoi me refaire, reprendre de l'air.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ronan Byrne
+ messages : 116
+ face and credits : brandon flynn (c) honeybadger.
RONAN & FINN
i know i screw up a lot
but please don't leave

2 juillet 2017 - Une part de lui aurait sûrement aimé que Finn saute, et qu’il disparaisse, et que le chien aussi, ainsi que tout ce qu’il associe à eux. Il aurait ainsi pu continuer à ignorer le fils d’Héphaïstos, et à complètement l’éviter, faire semblant que les SMS n’existent pas pendant encore des mois, puis des années, jusqu’à ce que Finn ne soit plus qu’un fantôme, que tout ne soit plus qu’un souvenir. Ça aurait été plus facile ainsi.
Et puis il y a l’autre part de lui qui lui rappelle qu’il s’est forcé à n’envoyer aucun message, à ne pas trop retourner à Brooklyn ou en tous cas dans la rue de l’appartement de Finn, ou même dans son quartier. Qui lui rappelle la soirée où tout a basculé, que c’est de sa faute, qu’il a merdé, que Finn doit le détester et qu’il est tout à fait dans son endroit. Cette même part qui lui souffle que s’il le voulait, ça pourrait effectivement être plus facile, mais que rien ne serait détruit cette fois.
Il veut que Finn saute et, en même temps, il veut qu’il reste. Avoir la chance de… s’excuser ? De réparer quelque chose, avant qu’il ne décide à nouveau de tout briser. C’est Finn, il n’a pas le droit de revenir et de repartir de sa vie, c’est malsain, il le sait. Et il a envie de lui expliquer, un peu, qu’il pète les plombs comme ça très souvent et que Finn devrait juste l’effacer de sa vie, que ça ne peut pas continuer comme ça.
Ronan regarde le chiot aussi ; non, il ne veut pas que Finn saute, et non, probablement que Finn n’aurait pas abandonné Anraí. Il les regarde tour à tour sans rien dire, baisse juste les yeux sur ses mains, avant d’à nouveau regarder ailleurs, pas fichtrement capable de soutenir l’air irrité de son interlocuteur, et de reposer son attention sur le chiot. Quelle boule d’énergie, n’empêche. Une petite boule de joie, c’est insupportable.
C’est ça que ça lui évoque, Finn et le chien, la joie. Une promesse de bonheur ou une connerie du genre. Il n’en veut pas. (Mais putain qu’est-ce qu’il en veut.)
Il est paumé. Il ne sait même pas formé une phrase correctement. Comment dit-on à quelqu’un qu’on est désolé de gâcher sa vie ? Est-ce qu’il peut considérer ça ainsi ? Est-il seulement assez important pour « gâcher » la vie de quelqu’un comme Finn ? Le chiot a l’air tout content d’être sur une barque, agite sa queue comme un forcené. C’est ridicule ces petites choses, quand même. Et c’est supposé être à lui, mais c’est Finn qui en prend toutes les responsabilités. Bordel, il est vraiment qu’un con.
Cela dit, pour s’excuser, Ronan préfère regarder Finn. Par sincérité. Parce qu’il l’est, vraiment, désolé pour tout et surtout pour ce soir-là. Reprendre le chien lui semble la seule chose à faire maintenant, s’en occuper (enfin), laisser Finn tranquille avec tous ses problèmes. Il n’a pas besoin de tout ça, Finn. Personne n’a besoin de tout ça.
Bien sûr, la réponse de Finn le surprend un peu. Ou, en tous cas, la façon dont il a refusé, d’un coup, vivement. Ronan se serait pris un coup de poing – littéralement – que ça en aurait été tout pareil. Il hausse très légèrement les sourcils, d’ailleurs, ne s’attendant pas à tant de… ferveur à propos d’un chien. Et puis quand Finn donne ses « explications », Ronan, il laisse échapper un rire. Un vrai rire. Peut-être un peu teinté de raillerie, mais tout de même. « Well… » Il ne dit rien d’autre, parce que Finn détourne la tête.
Et Finn ajoute quelques paroles.
Pardon ?
Y’a un lourd silence, pour une fois. Ronan regarde Finn, qui regarde la barque. Il a bien entendu ? Finn a bien dit ça ? Finn s’est excusé ? Attendez, quoi ? Il est un peu estomaqué. Encore plus paumé qu’auparavant, aussi. Il fronce les sourcils, les défronce, tourne un peu la tête comme si on allait lui annoncer que c’est juste une stupide blague ou de la comédie. Il attend franchement le clapman annoncer le clap de fin de scène.
En fait, il a envie de rire, le rire qui claque, jaune, cette fois. Mais il n’y arrive même pas. Les seules paroles qui viennent briser le silence – ou du moins le seul mot – c’est un « What ? » tout en fixant Finn, scrutant son visage pour espérer y voir… Non, Finn a l’air sérieux dans ce qu’il dit. Il pense vraiment ça ? « Are you serious ? » Ses sourcils s’arquent à nouveau. Il a soudainement besoin de bouger, de marcher, de faire les cent pas, et commence à se lever avant de se rappeler qu’ils sont dans une barque, et donc se rassied en faisant toujours attention à ne pas trop coller Finn (dans la mesure du possible). Le chien ne comprend rien, et tant mieux pour lui. « You did not say that, right ? Holy. Fuckin’. Shit. » Il sourit, pourtant, mais c’est un sourire confus à ne pas en douter. Finn. Finn !! Il a envie de le secouer. Ronan n’a jamais été aussi abasourdi de toute sa vie, en fait (sauf peut-être quand on lui a dit que son père était un dieu, mais passons). « You’re serious, oh god, why are you like this… » Ce n’est pas tant un reproche… quoique…  Ronan se lève quand même, laisse enfin échapper un rire jaune. Il n’y croit pas. Il ne croit pas que Finn soit celui qui s’excuse. Il ne croit pas que même la simple idée de s’excuser lui ait effleuré l’esprit et ait dépassé ses lèvres. « Unbelievable. »
Il se rassied à nouveau, se tournant plus vers Finn. « That’s a joke, right? You, the asshole? » Il fait une pause, fixe encore Finn, fronce les sourcils, retrouvant un semblant de sérieux. « You’ve been amazing. I mean… not like… Whatever. I mean I was an asshole. You were not. Far from it, actually. » Ses mains s’agitent.  « You don’t need to apologize! I was the one who came at two a.m. like a… drunk, bloody mess... at your home. Without an explanation. I’m the one who’s sorry. »
Et puis ça le frappe, encore. Finn, et tout ce qu’il est. Finn qui s’excuse, Finn qui pense avoir été l’enfoiré de service également ce soir-là. Peut-être qu’il n’est pas bon avec les mots, mais… Finn, un enfoiré ? Bordel, mais… C’est n’importe quoi. Ronan fronce encore les sourcils et, au bout d’un moment, il finit par déclarer, Presque calmement : « Why are you not angry? » ça le dépasse. Il n’s’était pas attendu à ça.

_________________

Dans la nuit, j’ai la foule, les liquides bleus fluo qui me protègent de moi. Dans la nuit, j’ai les néons, les courants de chaleur qui me protègent de mes démons.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
stop making me think about you. (ronan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» he's a one stop, got me hot, making my ugh pop - loxias
» 05_ i just can't stop loving you
» 01. Don't stop me now !
» 222 t-shirts et du stop-motion
» ♍ I Can't Stop - Flux Pavilion ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
cities.
 :: (coney island) :: attractions.
-