AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  (meera) i will gut you if i need to. Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Meera Rainleigh
+ messages : 38
+ face and credits : jenna louise coleman, (avatar, unknown / signature, gifs acciosiriusblakc, icon vinyles idylles)

Meera Rainleigh
ft. jenna louise coleman
↘️ carte d'identité
nom : rainleigh, emprunté, volé, elle ne sait même plus d'où il vient, c'est devenu le sien. + prénom(s) : asa, son nom de naissance. meera, celui sous lequel on la connaît, sous lequel elle se présente. + surnom(s) : personne ne lui en a jamais donné - ils ont essayé, ils ont échoué. + âge : vingt-huit ans. + date et lieu de naissance : le dix-huit octobre, à new york. + orientation sexuelle : tout. rien. ce que la situation demande. elle n'est rien d'autre qu'une image, après tout. elle est ce que le moment requiert, rien de plus. un coeur de glace qui ne s'attache pas, jamais, mais s'il le faut, elle peut prétendre. + statut civil : célibataire. sauf quand elle ne l'est pas. + occupation : elle est ce qui est nécessaire - hôtesse d'hôtel, serveuse, escort girl, mécanicienne, et tous les autres - mais avant tout, elle est comédienne. ou assassin. ou voleuse. au choix.  + groupe : the wild ones.

parent divin : janus. les choix multiples. les possibilités. un peu comme elle. + pouvoir(s) : intangibilité (elle peut passer à travers les murs, les coffres, à peu près tout en fait, quand elle le veut. évidemment, plus elle l'utilise, plus elle est épuisée et plus c'est difficile, et il lui arrive d'être à sec d'énergie pour utiliser son pouvoir : c'est avec modération.) + métamorphose animale (grenouille jaune, phyllobates terribilis, qui sécrète un venin capable de tuer en quelques minutes et provoque des insuffisances cardiaques, de la sueur, pétrifie les muscles, entre autres. elle peut maintenir la transformation pour une durée qui ne dépasse jamais quelques heures). + arme de prédilection : ses pouvoirs sont déjà une arme à eux seuls, mais elle possède une arbalète. sa collections d'armes à feu, elle, ne concerne que ses affaires mortelles. + particularité : lorsqu'elle touche quelqu'un, elle peut faire douter cette personne de n'importe quoi. un sourire angélique et une question innocente, et la pauvre victime n'est même plus certaine de l'existence de son propre enfant. ça ne dure que le temps du contact, et les esprits les plus forts peuvent y résister, mais pendant une seconde, le doute est bien présent.


↘️ caractère
elle est la digne fille de son père, qu'elle le veuille ou non, incarnant tous les possibles + c'est ce qui l'a sauvée toute sa vie, est devenu son mode de vie : elle n'est rien d'autre qu'un miroir, une image, une actrice. elle joue, surjoue, devient ce que les autres souhaitent ou celle qu'il faut pour accomplir son but. + jamais franche, jamais honnête, il n'y a pas une once de vérité dans ses propos : des histoires, elle en a des millions, préparées soigneusement, preuves à l'appui, et elle peut se glisser dans un rôle ou dans un autre avec une aisance qui lui est venue avec le temps. + elle cumule les identités, détient quatre identités "favorites", et se présente toujours sous le nom de Meera, à moins qu'elle ne travaille. + elle n'habite jamais longtemps au même endroit, passant de la suite luxueuse au huit mètres carré de banlieue sans sourciller. + elle sait maintenir ses rôles à la perfection, et ce jusqu'au bout : elle mourrait plutôt que de faillir. + la croiser le soir dans un bar, c'est faire face à un mur impassible, peut-être calculateur. si elle ne voit pas d'avantage, elle ne discute pas. si elle ne voit rien à y gagner, elle ne s'attarde pas. + elle préfère sa vie du côté mortel à celle du côté divin : là-bas, sa liberté est entravée, les stratégies branlantes, les chances de survie trop fines. + elle prétend ne tenir à rien ni personne, et c'est sûrement vrai. rares sont ceux qui ont le courage de regarder au-delà de l'assassin, au-delà de la machine, pour apercevoir la personne derrière. + elle-même a passé trop de temps à bloquer ses propres émotions, à ne vivre qu'en calculant, qu'en profitant, qu'elle n'est pas sûre qu'il reste quelqu'un, là-dessous. l'enfant joueuse et discrète a depuis longtemps laissé place à l'assassin dont le seul but est de survivre. + elle a du mal à saisir le concept de compassion, mais déteste le travail sale et mal fait : le plus rapide, le plus discret, le moins de dégâts possible, elle n'est pas là pour torturer ou tuer inutilement. elle se contente de remplir ses contrats et d'empocher sa paie. + dans le milieu, on dit d'elle qu'elle vendrait sa mère pour assouvir sa soif d'argent. ils n'ont pas tort. + elle ne s'engage dans des jobs que lorsqu'elle est pleinement consciente de réussir : et consciente, elle l'est. toute personne peut être achetée ou convaincue. + dans le milieu,  c'est bien simple : elle est difficile à trouver, difficile à acheter, mais elle vaut le coup. un coup d'oeil à son visage innocent, aux fossettes qui apparaissent parfois dans l'ombre d'un sourire, et on pourrait se dire que cette gamine dans sa vingtaine n'est capable de rien. on se tromperait lourdement. son comportement le démontrerait immédiatement, d'ailleurs. son assurance, pour commencer, mais également sa suffisance, la façon dont elle mentionne son travail sans ciller, dont elle assure son efficacité sans douter un instant. elle est efficace, rapide, et soignée. Meera ne se repose sur personne pour travailler, et ça se sait. + rien ne l'insupporte plus que la violence inutile ou le meurtre sans raison. ces tueurs en série la dégoûtent, les violeurs en sortie de boîte la feraient vomir, et elle tient parole. lorsqu'elle promet quelque chose, si on ne la trahit pas, elle le fera. c'est son code, car elle en a un. + elle fait bien son travail, et elle sait bien le faire. c'est ce qui fait qu'elle continue. après tout, sans ça, elle n'est rien.

↘️ Depuis combien de temps sais-tu que tu es un(e) sang-mêlé(e) ?
Cela faisait huit jours qu'elle avait passé le pas de la porte de la maison qui l'avait vue grandir quand les loups l'ont trouvée. Ce n'est pas faute d'avoir essayé : elle n'a pas pu leur échapper, et elle a affronté les épreuves de Lupa avec la même détermination bornée que s'il s'agissait d'une mission donnée par Joe. Et puis, les révélations. Son père n'est pas mort, son père est un dieu. Son père, qui lui est apparu peu de temps après son arrivée à la Nouvelle Rome, Te voir faire face à des choix impossibles, ma fille, quel spectacle !, qu'elle a seulement observé avec une distance froide.
La Nouvelle Rome n'était pas son univers. On les disait durs ? Elle avait vécu avec Joe. On les disait carrés, loyaux. Elle avait appris à n'être loyale qu'à elle-même. Elle n'est restée qu'un peu plus d'un an à la Nouvelle Rome, avant de s'en échapper. Plus jamais. On la considère probablement comme une traîtresse, partie avant même d'avoir fini ses années à la légion, infidèle au Camp Jupiter. Mais ce n'est pas son monde. Elle n'en a que faire, des monstres pour enfants et des villes protégées.

↘️ As-tu pris part à la bataille de Manhattan/du mont Othrys ? Et celle contre Gaïa ? Si oui, à quel camp as-tu choisi d'être loyal(e) ?
Elle était partie depuis longtemps, coupée du monde mythologique, quand les batailles ont eu lieu. Elle ne l'a su qu'après, dans les murmures discrets entre les rues ou dans les messages encore plus secrets de ses contacts du monde mythologique. Cronos, elle n'en avait que faire : ses affaires à elle lui rapportaient de l'argent, et même si elle n'a jamais été pour les dieux, elle ne s'en est jamais souciée suffisamment pour vouloir leur destruction.
La bataille contre Gaïa, en revanche, a pu compter sur sa présence. Elle est arrivée la tête haute, a ignoré les remarques et les regards du camp romain, et a accompli sa part du travail, avant de disparaître à nouveau.

↘️ Et maintenant, que deviens-tu ?
Maintenant, Meera a une mission, et elle veut l'accomplir. Et si cela signifie qu'elle doit remettre les pieds dans le monde mythologique, qu'il en soit ainsi. Le traumatisme de la guerre contre Gaïa n'a rien d'un traumatisme : la guerre n'a provoqué que son indifférence, elle est trop habituée aux corps sans vie et aux cris d'agonies. Et peut-être qu'elle est épuisée par la vie qu'elle mène, et n'en est pas satisfaite, mais là n'est pas le but : elle est supposée être celle que les autres veulent, de leur obtenir ce qu'ils souhaitent. Pas de combler ses envies à elle. Alors elle continue. Et elle accomplira sa mission - quoiqu'il arrive.
derrière l'écran
sixty | lea
âge : vingt-trois ans. + présence : on sait tous que ce sera tous les jours. + personnage inventé ou scénario/pv : inventey. + un dernier mot ? me revoilà :zad:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Meera Rainleigh
+ messages : 38
+ face and credits : jenna louise coleman, (avatar, unknown / signature, gifs acciosiriusblakc, icon vinyles idylles)
you're a weapon and weapons don't weep
Elle a les mains pressées à plat l’une contre l’autre, le regard fixé au loin par la fenêtre. Entre les arbres, elle peut voir la ville. Lointaine. Elle pourra sortir, bientôt. Parcourir les rues de la ville avec Joe. Assister aux affaires de celui qui s’est proclamé son père adoptif. Asa sait que c’est ce qu’il veut - qu’elle travaille pour lui, qu’elle lui soit utile. Qu’elle étende l’influence de la famille. C’est pour ça qu’il l’a enlevée, et non laissée derrière et tuée. Il le lui a dit, quelques années plus tôt. Aujourd’hui, elle a huit ans, et elle va enfin pouvoir quitter la maison au beau milieu de la forêt. La maison de vacances, d’après Scott. Il le dit toujours d’un ton sarcastique, parce qu’il n’a que deux ans de plus qu’elle mais peut aller librement, lui. Mais Asa comprend mieux que lui. Elle est plus importante. Elle doit aussi retenir l’histoire. Joe ne la laissera sortir que lorsqu’elle ne commettra aucune erreur. Aujourd’hui, elle a huit ans, et elle va pouvoir sortir. Parce qu’elle se l’est promis.
« Très bien, petite, » fait la voix de Joe. Grave, avec un accent prononcé. Elle se redresse sur son siège, détache le regard de la fenêtre et le pose sur son père adoptif. « Ne me fais pas perdre mon temps, cette fois. » Elle répond d’un hochement de tête. Sec. Au creux de son estomac, la pression forme une boule, lourde. « Je m’appelle Asa Riley. Mes parents sont morts, et j’ai été recueillie par un ami proche de la famille, Joseph Riley. » Sa voix est minuscule, après celle grave et forte de Joe. Il incline la tête. « Comment sont morts tes parents, Asa ? » Les flash lui reviennent. Le son assourdissant des armes à feu, l’éclair de chaque tir, sa mère qui s’affale sur le canapé, son père projeté sur la table basse. Et les autres. Ceux qui tenaient les armes, la tache rouge qui s’étend sur le chemisier de sa mère, et le regard de glace de l’homme qui l’observe. Viens avec moi. Et, plus tard, Je m’appelle Joe. Puis les flammes, qui dévorent la maison comme un monstre gigantesque. Sa respiration ne tremble pas quand elle ouvre la bouche. « Maman n’arrêtait pas de se plaindre que le chauffage ne marchait pas, alors papa a voulu aller voir. Sauf qu’il a fait exploser la maison, et comme j’étais dans le jardin, j’ai juste été coupée par les éclats de vitres, là et là, » D’un geste fluide, elle indique sa joue, où une cicatrice fine et pâle marque sa peau, et montre vaguement ses côtes. Joe l’observe toujours. Il n’y a rien sur son visage - et Asa se le promet, un jour, il n’y aura rien sur le sien non plus. « Qu’est-ce qu’il s’est passé, ensuite ? » Des heures de trajet assise à l’arrière d’une voiture, le regard posé sur le paysage dans un silence complet. Puis la maison dans les bois, au moment où elle réalise ce qu’il s’est passé. Le reste est flou. « J’ai été chercher Joe, parce qu’il me gardait souvent quand j’étais plus petite, et que papa m’a toujours dit d’aller le voir si jamais je ne les trouve pas. Il m’a gardée avec lui, parce qu’il tient sa promesse à papa. » Joe, cette fois, hoche la tête lentement. « On dirait que Scott avait tort. Cette fois, tu repars avec moi. » Asa esquisse un sourire. Discret. Au fond d’elle, la joie explose.

Ce qu’il s’est réellement passé la nuit où ses parents sont morts reste incertain. Après des années à apprendre son histoire, la version qui serait entendue et répétée, et à vouloir se convaincre de la véracité de ses paroles, Asa n’est plus sûre. Ce qu’elle sait : Joe savait quelque chose d’elle avant même qu’elle ne le sache, ce qui la rend si spéciale et indispensable aujourd’hui, ce qui est tout sauf naturel et la rend pas tout à fait humaine ; Joe est quelqu’un de puissant, quelqu’un qui commande et dont les ordres ne sont pas discutés. Ce qu’elle ne sait pas : qui étaient ses parents, comment Joe l’a trouvée, et surtout, pour quel but précis a-t-il besoin d’elle. Elle déteste ne pas savoir. Mais elle saura, un jour. En attendant, elle apprend. Parce qu’il est inutile de pleurer sur ses parents perdus quand elle ne se souvient plus d’eux. A la place, elle apprend de Joe, qui la laisse l’accompagner partout, sous le regard parfois sombre de ses associés. Parce que Joe a le titre de chef, même s’il ne fait pas grand chose - avant, il faisait beaucoup, il le lui a raconté. Drogues, filles, armes, tout y passait. Maintenant, on l’observe trop, alors il laisse sa place. Les affaires sont gérées par le restant de la famille, et lui ne donne les ordres que depuis le bureau de la maison, laisse les autres agir. Il passe du temps avec elle. Elle apprend à tirer sur diverses armes. Elle apprend à traverser les murs et les coffres. Elle apprend à se battre à mains nues et à connaître les points faibles de ses adversaires. Elle apprend à être plus rapide, plus forte, à reconnaître ses erreurs avant de les commettre. Elle apprend à être une arme.
De Scott et ses amis, Asa apprend aussi. A leur mentir, à les tromper, à obtenir ce qu’elle souhaite avec les bons mots. A leur faire croire qu’elle est désolée, ou qu’elle est triste pour avoir ce qu’elle veut. A battre des cils au bon moment pour obtenir la bonne réaction. Ils ne le savent pas, mais ils lui apprennent à être meilleure. Meilleure actrice, meilleure comédienne. Elle n’en sera que plus douée lorsqu’elle récitera son histoire, si quelqu’un la lui demande. Ou lorsqu’elle en inventera de nouvelles.
Sa première véritable transformation foudroie quatre hommes, avant que les deux autres comprennent et ne la touchent pas. Les minutes s’étirent entre l’instant où ils ont touché l’animal minuscule sur le bureau et celui où ils ont cessé de bouger. Leurs visages sont crispés. Joe se tient dans un coin de la pièce, et l’observe, le sourire aux lèvres. « C’est ce dont je vous parlais. » Les deux hommes encore debout hochent la tête. La grenouille, d’un jaune vif, saute sur le sol, puis s’immobilise. Un instant plus tard, Asa est debout à sa place, et s’empare machinalement de la veste qu’on lui tend pour qu’elle se couvre. Elle la resserre contre elle. Sur le sol, les quatre hommes ne bougent plus. « Asa. » Elle tourne la tête, croise le regard de Joe, et hoche la tête, avant de sortir. C’est la première fois qu’elle se transforme pour tuer, mais pas la première fois qu’elle tue - la première fois était une fin de journée hivernale et le regard critique de Joe entre ses omoplates : elle n’avait pas hésité un instant. C’est aussi la première fois qu’elle réalise qu’elle pourrait détruire l’intégralité de la famille, si elle le souhaitait. Elle joue avec l’information pendant un moment. Mais elle ne fait rien. Elle commence à comprendre la raison de son enlèvement - la raison de sa présence.

L’influence de la famille semble retrouver, l’espace d’un instant, son importance d’antan. Mais ça ne dure pas. Ils sont trop pressés, mal coordonnés, et à l’intérieur, ça parle. D’Asa, de l’arme, de la gamine à qui tout est permis tant qu’elle accompli son job. De Scott et de son imprudence. De Joe et du fait qu’il ait peut-être fait son temps. On entend beaucoup lorsque l’on reste silencieuse, à nettoyer ses armes dans un coin de la pièce. Même l’atout qu’elle est ne rend pas l’influence promise au reste de la famille par Joe. Et elle, elle n’a plus rien à apprendre. Elle est devenue l’arme qu’ils ont pris le temps de forger lentement, l’assassin qu’ils voulaient créer, la voleuse dont ils avaient besoin. Elle n’a plus rien à apprendre, et plus rien à comprendre : c’est clair, maintenant. Joe la voulait, a tué ses parents, et compte se servir d’elle jusqu’à la fin. Et Asa ne veut pas être utilisée, maintenant qu’elle sait comment se débrouiller.
Asa a quatorze ans aujourd’hui. Joe est installé dans son fauteuil, juste derrière son bureau, et son regard froid la suit alors qu’elle lui tourne le dos et part. Mission sur mission. Meurtre sur meurtre. Elle a tout appris. Vous n’êtes plus rien, » qu’elle lui a soufflé juste avant de se retourner. « Vous êtes finis. » Et je ne tomberais pas avec vous. Joe ne dit rien. Elle était son atout, il ne la lâchera pas comme ça, elle le sait. Ne lui reste qu’à prouver que l’élève a dépassé ses multiples maîtres. Elle bouscule Scott en sortant, rassemble ses affaires, et tourne le dos à la famille. Huit jours plus tard, les loups la trouvent et elle devient Meera Rainleigh. Juste comme ça, Asa Riley n’existe plus.

Il faut cinq ans à Joe pour la retrouver. Rien d’étonnant, quand l’une de ces années a été passée dans un lieu n’existant que dans les mythes. Ou quelque chose y ressemblant. Les quatre années suivantes, elle les met sur le compte de sa trace devenue plus que glaciale, et du fait qu’elle ait changé d’identité deux fois durant cette période.  Elle n’a pas pu compter sur son ancienne identité pour se faire une vie. Ils pourraient la retrouver. D’une certaine façon, elle serait toujours à eux, si elle conservait le nom qu’on lui avait imposé. Alors elle en a créé d’autre. Elle les forge lentement, tout en se faisant un réseau encore restreint mais solide. Lentement, mais sûrement. Parce qu’elle ne voit pas quoi d’autre faire : elle a rejeté la Nouvelle Rome ouvertement, disparaissant avant la fin de son service. Ils l’ont sûrement fichée comme traîtresse, non pas qu’elle s’en soucie. Mais aujourd’hui, le monde s’offre à elle, et ce qu’elle sait faire le mieux est de remplir des contrats, l’un après l’autre. On ne fait pas aisément confiance, dans ce milieu. Et encore moins à une enfant de dix neuf ans. Mais elle leur prouve qu’ils ont tort. Et lentement, on la croit. Lentement, on commence à la réclamer. A demander ses services particulièrement. A enchérir pour l’avoir avant d’autres. Lentement, le nom Rainleigh se murmure du bout des lèvres, entre deux gorgées de whisky hors de prix et dans les effluves de parfums sophistiqués.
C’est là que Joe la retrouve. Ou plutôt, Scott la retrouve pour Joe. Un dimanche pluvieux où elle slalomait entre les passants, avant d’être tirée dans l’angle d’une ruelle et de croiser le regard sombre de Scott, la lame de son couteau appuyé contre la gorge. Elle s’était attendue à un monstre - il n’est pas rare qu’elle en croise, maintenant que la protection de Joe n’est plus. Il devait avoir un demi-dieu à sa solde, pour qu’elle n’ait jamais été attaquée avant les loups. Elle lève les yeux, plante son regard dans celui de Scott. « Cinq ans. » Scott pince les lèvres. « Cinq ans durant lesquels tes punitions ont été mûrement réfléchie. » Un sourire s’étire sur les lèvres de la jeune femme. Sincère, aux yeux de n’importe qui. « Tu m’as manqué. » Contre sa gorge, la lame tremble. Dans le regard de Scott, la surprise. Elle n’a jamais eu de mal à le cerner. Il ne leur faut pas longtemps pour qu’ils entrent dans la chambre d’hôtel de Scott, et n’abandonnent leurs vêtements sur le sol. Plus tard, lorsque Scott est étendu sur le lit, bras écartés, elle se tourne vers lui, encore entièrement nue. Un sourire joue sur ses lèvres, celui de celle qui voudrait encore rester des heures entre les draps. « Qu’est-ce qu’il y a ? » Il demande après un moment, le sourire au coin des lèvres, le sourire de celui qui sait ce à quoi l’autre pense. « Je pensais au fait que c’est court, cinq ans, pour oublier. » murmure-t-elle, le regard songeur. Scott se redresse légèrement. « Oublier quoi ? » Le regard qu’elle pose sur lui n’a rien de celui, presque rêveur, qui s’affichait auparavant. Elle ne prend pas la peine de répondre, et l’espace d’un instant, elle disparaît et la grenouille jaune prend sa place. Quand elle se rhabille, elle jette un dernier regard à Scott, et referme la porte derrière elle.  

Aidan parle, parle, et parle encore. Il n’a pas avalé un seul morceau de son plat. Meera, elle, pioche de temps à autres dans les morceaux de poulet de son assiette. Elle n’écoute Aidan que d’une oreille, cela dit : alors qu’elle parcourt le restaurant du regard, elle songe aux rumeurs qui courent dans les rues de New York. Des murmures, qui ne proviennent pas de ses sources habituelles, mais qui s’échappent des ruelles et sont soufflés discrètement. On parle de Gaïa, d’une guerre imminente. « Anna, tu m’écoutes ? » Meera lève les yeux, et un sourire aisé s’installe sur son visage. Les yeux éclairés, elle tend une main pour s’emparer de celle d’Aidan. « Toujours. » Le sourire qu’il affiche lui indique qu’il est satisfait de sa réponse. Il ne lâche pas sa main, cela dit, et la tourne entre ses doigts, effleurent la pierre à son doigt. « Plus que deux semaines, » elle souffle, avant qu’il ne se penche pour l’embrasser. Plus que deux semaines, et le contrat de mariage sera signé. Plus que deux semaines, et elle aura accès à toutes les informations réclamées par ses employeurs. Plus que deux semaines, et le rôle d’Anna ne sera plus qu’un souvenir. Aidan lui effleure la joue. « Je savais dès le moment où je t’ai rencontrée que j’allais t’épouser. » En réponse à son regard joueur, elle émet un rire cristallin. « Tu aurais dû me poser la question ce jour-là. » Son regard se fait rêveur. « On aurait pu être mariés depuis déjà deux ans... » Il aurait pu être mort depuis déjà deux ans, et Meera n’aurait pas eu à endosser l’identité d’Anna pendant deux longues années. Aucun monde n’est parfait. Le regard qu’elle pose sur lui est d’une douceur infinie. « Deux semaines. »

Elle revoit encore les regards de ceux qui l’ont reconnue et vue revenir, fouler le sol de la colonie comme si elle en connaissait quelque chose. Gaïa. Meera n’en aurait eu que faire si cette garce n’était pas déterminée à détruire la planète dans son entièreté. Le fait était qu’elle faisait à peine confiance aux demi-dieux, romains comme grecs, puisque ceux-là existaient également. Et après deux ans à jouer la fiancée parfaite, elle voulait redevenir Meera, ou quelque chose de proche. Remettre l’arme en fonction. La dérouiller. Les regards lui sont passés au travers, les remarques aussi, et elle s’est battue auprès des demi-dieux, malgré l’animosité palpable. Plus difficile qu’une mission - aucun calcul, pas d’observation, juste la bataille et le sang, les armes et les pouvoirs, l’épuisement aussi. Elle s’en est sortie avec une cicatrice, minuscule, parmi tant d’autres. Rien de grave. La bataille finie, elle a disparu comme elle est venue, a retrouvé son appartement à New York. Et les affaires ont repris. Elle passe d’un contrat à un autre, prudente. Cela fait longtemps que Joe ne la cherche plus, ayant rendu l’âme depuis une poignée d’années. Mais on l’observe, elle aussi. Des corps emportés par son poison, ça ne court pas les rues. Alors elle fait attention, aux monstres, aux autres, au monde entier. Elle n’a pas le choix. Elle ne peut pas arrêter non plus - que ferait-elle, alors ? Elle a été construite pour ça. Modelée pour ce travail. Elle n’a pas d’autre choix que de continuer.

Elle a failli ne pas prendre le dossier. Faire demi-tour, refuser, et passer à une autre proposition. Mais quelque chose l’a poussée à s’en emparer - en plus de la somme satisfaisante qu’on lui proposait. Il n’y a pas beaucoup d’informations sur la cible, mais le peu qui s’y trouve attise sa curiosité. Anciennement de la mafia, mercenaire et tueur, devenu simple videur de boîte de nuit. Connu sous différents pseudonymes lui tirant un sourire narquois,  haut placé au sein de la famille Petrov - son sourire se fait impressionné - et parlant cinq langues. Et ses aptitudes... Elle imagine l’affrontement. Arme contre arme. Elle ne gagnerait pas au corps à corps - force brute, bras robotique, inutile de l’imaginer. Mais elle est un atout. Elle trouvera un moyen. Et les ordres sont simples : récupérer les informations, terminer la cible, rentrer à la maison. Classique. Après un instant à étudier le dossier censuré de part en part, elle lève les yeux sur le jeune homme qui attend. « Combien de temps ? » Il sourit, remonte ses lunettes sur son nez d’un geste fluide. « On m’a conseillé de vous laisser travailler comme bon vous semble. » Meera hoche brièvement la tête, repose les yeux sur le dossier. « Très bien. Je reprendrais contact pour vous tenir au courant. Je vous contacte, et pas l’inverse. » L’homme acquiesce, et elle referme le dossier, le lui redonne, et s’avance jusqu’à la porte. « Vous ne voulez pas le garder ? » Elle se retourne, l’espace d’une seconde. « Le dossier ? Il est là-dedans. » Elle pose un doigt sur sa tempe, affiche un sourire angélique, et disparaît. Une fois dehors, elle sort son téléphone, cherche parmi ses contacts, et lève l’appareil jusqu’à son oreille. « C’est moi. Trouve-moi tout ce que tu peux sur Jayson Petrov. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keegan Thompson
+ messages : 40
+ face and credits : Shay Mitchell
JENNA LOUISE ! ptn d'sa mère, azy je suis in love :nya:

Citation :
statut civil : célibataire. sauf quand elle ne l'est pas
:mdr:

ah mais j'aime tellement son caractère :radis: j'suis pressée de la croiser en rp, et pis bon, je réserve déjà un lien avec Delilah :zad:

courage pour les questions, t'as l'air déjà bien partie pour l'histoire :lov:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Despre
+ messages : 70
+ face and credits : ella weisskamp la plus belle, (c) venus in furs.
MEEEEERA.
MEERA.
MEEEEEEEEEEEEEEEEEEERA.
je l'aime trop cette nana ptn. I love you I love you I love you I love you vite finis moi cette fiche je veux tout savoir. :zad: t'es la best, la mejor. :pepito:

_________________

her soul is a kaleidoscope
bursting with every shade and hue, but shift your gaze ever so slightly and she's something entirly new. • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Meera Rainleigh
+ messages : 38
+ face and credits : jenna louise coleman, (avatar, unknown / signature, gifs acciosiriusblakc, icon vinyles idylles)
keegan - merciii, contente qu'elle te plaise, hihi :zad: je note pour le lien avec delilah, j'ai hâte de la voir débarquer :héé: :héé:

kim - merciiiii bb, j'espère qu'elle ne te décevra pas. :dramaqueen: je finis vite (révisions ? haha c koi) :v:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zadig P. Lyndon
+ messages : 186
+ face and credits : Mariano Di Vaio + Bazzart (.nephilim)
Oh put*in :haa:
Toi aussi t'es fucking bonne :urg:

Et puis Janus quoi. Les pouvoirs, le feat et le début de ta fiche ! Tu roxx sa grand-mère encore une fois ! J'adore **

_________________

It's gonna be alright...
Nothing is softer or more flexible than water, yet nothing can resist it. - Lao Tzu. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jayson A. Petrov
+ messages : 47
+ face and credits : ○ Sebastian Stan // (c) schizophrenic
YOU ! :mrr: :pepito: *pose une main sur son arme* Suspect

COMMENT JE SUIS TROP CONTENT DE VOIR MEERA :nya: :nya: :wa: :wa: :cute: :cute:
Jolaime tellement cette nana sérieux, elle est tellement cool et badass, je KIFF :bwala: :string: :cool:

Bon bienvenue parmi nous avec ce nouveau personnage, même si tu es l'une des chefs de la maison faut que je joue le coté officiel tsé :hin: :cutie:

Que dire du choix de l'avatar, tu en as mis du temps pour trouver celle qui collerait parfaitement au personnage ET JE SUIS PAS DU TOUT DÉÇU :bave: :leche: :amen: :theo:

Bref je te l'ai déjà dis, l'ensemble est parfait, j'adore les pouvoirs et la particularité, on a déjà déliré sur la grenouille et l'intangibilité :mdr: hâte de mettre ça en pratique en rp :kai:

Et puis hein ... " You can fuck me when i'll kill you " :bed: :nevh: :siffle:

_________________

You know that the past is never dead
Cold warrior ⊹ There is the man and the soldier, yet the two are one. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Meera Rainleigh
+ messages : 38
+ face and credits : jenna louise coleman, (avatar, unknown / signature, gifs acciosiriusblakc, icon vinyles idylles)
zadig - héhé merci bien :urg: contente que le mix te plaise :zad:

jayson - aw t'es venu sous jayson pour mes beaux yeux ? je suis touchée. :hin: en tous cas j'suis ravie qu'elle te plaise, que l'ava final te plaise (ce fut difficile, OUI), et d'avoir eu ton avis sur le parent divin + pouvoirs :héé: (et merci pour tes infos sur les grenouilles aight)
et j'ai suuuper hâte de mettre notre lien en action, ça va déchireeeer. :wa:
et je rectifie : you won't fuck me, you'll be dead before it happens, xoxo, gossip girl
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noah S. Warsmond
Admin
+ messages : 458
+ face and credits : jeremy allen white, (c) dark dreams.
BRAVO
bienvenue, demi-dieu!

dois-je préciser que JE KIFFE meera??? genre wow je lui fais du sale. :pepito:
elle est trop cool et j'adore ce que t'as fait d'elle pour aw! elle change de la version originale, mais elle est encore mieux je trouve! I love you j'ai trop hâte de la voir en rp, et j'ai hâte qu'on se trouve un lien avec june. :zad: pas touche à mon bro. :zad:


En tout cas, bienvenue parmi nous dans le monde mythologique! On espère que tu te plairas ici, parce que tu peux plus nous quitter! Il y a quelques points importants que tu dois effectuer avant d'être membre à part entière :keur2: :

- tu peux commencer par venir te recenser par > là < histoire d'être bien dans les règles comme il faut. :radis:
- tu peux ensuite créer ta fiche de liens > par là <, parce qu'entre nous, c'est toujours mieux d'avoir des potes. Pour organiser tes rps, parler de ta vie dans un journal c'est > ici < que ça se passe.

Ensuite, pense à aller voir les animations ainsi que ce qu'il se passe du côté de ton groupe > ici < et > là < pour ne pas être à la ramasse! Pour finir sur une note un peu fofolle, on a aussi une catégorie de flood > ici < donc dès que t'as un peu de temps libre, n'hésite pas à passer nous faire coucou! :N:


_________________
hold on darling
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
(meera) i will gut you if i need to.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meera Reed
» „ et ma vie pour tes yeux, lentement s'empoisonne” MEERA
» ça meera ou ça meera pas (lol)
» Meera V. Talwar ► Deepika Padukone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
character.
 :: (who you are) :: présentations validées.
-