AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  awkward first meeting (sidney)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Rhydian Walsh
+ messages : 29
+ face and credits : matthew daddario @faust
Une feuille devant lui et un crayon en main, Rhydian contemplait l'horizon, cherchant une source d'inspiration quelconque pour son esprit débordant d'énergie et d'imagination. C'était ainsi qu'il passait la majeure partie de son temps, quand il ne devait pas essayer de survivre à une horde de monstres, ou à visiter la colonie. Aucune seconde ne se passait sans qu'il ressente la fibre artistique si cher à son géniteur. Son métier ne faisait pas exception, et son don pour naturel pour l'art faisait de lui un atout conséquent pour la galerie d'art dont il avait hérité de sa mère. Et quand il ne passait pas son temps à écumer le pays à rechercher des oeuvres à exposer, il appréciait de se ressourcer dans un endroit calme, rien que le temps de quelques heures, espérant sans cesse qu'un monstre ne vienne pas perturber cette accalmie tant apprécié. Central Park était l'endroit idéal, la colonie étant bien trop bruyante de par ses nombreux pensionnaires. La plupart des mortels ne lui adressaient même pas un seul regard, ce pour quoi il était plus que ravi. Un seul regard de travers et sa paranoïa grimpait comme jamais : la faute à un syndrome post-traumatique bien trop ancré. Des nuits à cauchemarder et des jours entiers à regarder par-dessus son épaule. Non, la vie de demi-dieu n'était pas de tous repos, mais, étrangement, il n'échangerait cela pour rien au monde. Une vie bien rangée sans la moindre excitation ou le moindre danger était pour le moins... ennuyeuse ?

Son hyperactivité pouvait se faire sentir alors qu'il demeurait là, allongé sur l'herbe, sa feuille de papier toujours aussi vierge. Rien ne semblait vouloir l'inspirer aujourd'hui, semblerait-il. Si ce n'est ce type, là-bas un peu plus loin, avec ses tatouages. Tatouages qui fascinaient Rhydian, de par la beauté des dessins, et par la grâce des traits. Lui qui avait toujours voulu en avoir se sentait encore plus convaincu de franchir le cap en apercevant l'inconnu. En regardant de plus près, l'inconnu n'en était pas vraiment un. Le grec l'avait déjà aperçu, lors de la bataille contre Gaïa, ainsi qu'au Camp Jupiter. Un romain. Romain dont il ne se souvenait malheureusement plus du nom, mais dont il ne parvenait à détourner les yeux. Oui, c'était décidé, ces tatouages seraient sa source d'inspiration. Reprenant son crayon, il fit glisser ce dernier le long de la feuille, prenant soin de reproduire chaque trait à la perfection. Qui sait, peut-être trouverait-il de quoi peindre avec de tels modèles. Ou bien, songea-t-il soudainement, peut-être ne serait-ce pas une si mauvaise idée d'ouvrir une exposition exclusivement sur l'art du tatouage, dans une des salles de sa galerie. Quelque chose d’éclectique et d'original qui était certain de passionner une génération un peu moins axé sur l'art contemporain en général.

Rhydian ne cessait de regarder l'autre demi-dieu, un peu trop fixement et longuement. A tel point qu'il décida de faire savoir ses intentions avant de passer pour le pire des stalkers que la terre ait porté. Au contraire de la plupart des gens, Rhydian n'avait jamais trouvé les tatouages de mauvais goût. Et, à ses yeux, le corps était une toile attendant d'être décoré. Que l'autre expose tout un tas de tatouage était une poésie artistique comme il n'en avait jamais vu auparavant. Il s'avança, quelque peu gêné, en lui adressant un sourire qui se voulait rassurant et avenant, mais qui était probablement beaucoup plus crispé qu'il ne le voulait. Euh, désolé de te déranger mais... ça te dérange si je prends tes tatouages en photos ? C'est pour un projet... enfin, je travaille dans une galerie d'art et... il s'empourprait à mesure qu'il parlait, clairement mal à l'aise dans le fait de demander une telle chose à quelqu'un qu'il connaissait à peine. Ce n'était pas du flirt au sens propre du terme, mais il se sentait tout aussi ridicule. Tu viens pas du Camp Jupiter, par hasard ? Une question  anodine, en soit. Au mieux, on lui répondrait par l'affirmative, au pire, il passerait pour plus étrange qu'il ne l'était déjà.


_________________
there's nothing you can do that can't be done. nothing you can sing that can't be sung. nothing you can say but you can learn how to play the game. it's easy. golden slumbers fill your eyes, smiles awake you when you rise. sleep, pretty darling, do not cry, and i will sing a lullaby.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney I. O'Reilly
+ messages : 67
+ face and credits : ♦ Feat Stephen James // (c) Morphine

Rhydian & Sidney

awakward first meeting



Écouteurs dans les oreilles, tu te balades tranquillement dans les rues de New York alors qu'il fait plein soleil et que beaucoup de monde sont de sorties sans compter ceux qui marchent vite dans les rues pour aller au boulot. Toi, tu n'es pas venu là pour bouger d'un pouce mais afin de chiller un peu, te détendre dans cette immense ville qu'est New York. A dire vrai, tu aimes passer de temps en temps dans cette ville afin de rendre visite à certains de tes amis du camp grec ou d'autres demi dieux qui ont élu domicile dans aucun camp. Un petit repas ce soir devait se faire entre vous, toi tu es là depuis hier soir, une avance voulus afin de profiter tranquillement de la journée car tu savais qu'il allait faire beau. Tu avances donc dans les rues de la ville sur un son de Bob Marley, te mettant à chanter et danser même sans te soucier un quelconque instant de ce que pourraient penser les personnes autour de toi. Tu te rends tranquillement vers Central Park, le sourire aux lèvres totalement de bonne humeur, habillé d'un petit jean bleu ciel, de basket blanche et d'un t'shirt blanc uni. Sans le vouloir tu attires bon nombre de regard, comme d'habitude finalement, le contraste du blanc en pleine lumière avec tes tatouages fait en sorte que les yeux sont souvent tourner vers toi. Mais tu t'en fiches, tu continues ton chemin malgré certains regards qui veulent surement dire que tu dois ressembler à un monstre de foire. Ce qui te fait sourire davantage vu que tu es ce que tu es quand bien même les gens s'interrogent sur ça, tous ces tatouages tu les as voulus pour toi et personne d'autre.

Une fois arrivé devant l'entrée du parc, tapant une petite danse en traversant le passage piéton, tu commences à marcher dans le parc en observant un peu les gens autour de toi, ceux qui en profitent pour courir, ceux qui promènent tranquillement leur chien, ceux qui sont venus en famille pour pique-niquer ou passer du temps avec leurs enfants vu que le temps y est propice. Bref, des humains dans leurs occupations habituels en quelque sorte bien loin d'imagine tout le monde mythologique qui se cache juste à côté d'eux et dont ils ne savent rien. Mais toi tu sais, tu es au courant qu'il y a un passage pour l'Olympe pas très loin et qu'à quelques kilomètres d'ici, une immense forêt abrite le camp de Sang Mêlé. C'est bien pour ça que New York est une niche à événement bizarres pour les humains, étant habité de manière longue ou courte par un tas de demi dieu, de créatures et de monstres également. Mais toi, ça ne te dérange nullement, toute cette agitation venant de ton monde à toi, au contraire malgré tout ce que tu as pu subir et vivre, bien que les humains t'en n'ont fait plus bavé que les demi dieux. Tu aimes vivre dans ce monde, à la fois parmi les humains que parmi les êtres divins, ce n'est pas pour rien que tu es un sang mêlé, tu as ça dans les veines. Et puis tu t'es souvent demander ce qu'aurait pu être ta vie sans ta particularité, quand bien même tu serais doué pour tatouer, tu aurais bien été triste sans tout le savoir faire dont tu es capable maintenant.

Bref, tu décides de te poser un petit moment sur un banc, un peu loin des agitations humaines, pour te concentrer sur ta musique, en allumant un petit joint. Tu te mets donc à fumer tranquillement, afin d'apaiser encore plus ton esprit, d'une plante pas du tout nocif pour le corps et bénéfique pour l'esprit et l'épanouissement imaginaire. Tu tiens ça d'un enfant de Cérès alors bon autant en profiter s'il te dit que c'est mieux que l'herbe humaine. Tu restes donc un bon moment là, à chanter les paroles de musique de Bob Marley un artiste que tu apprécies beaucoup pour son talent musicale. Tu te laisses baigné également par le soleil, caressant lentement et chaleureusement chaque partie de ton corps mettant encore plus en valeur tes tatouages que tu t'amuses à faire danser au rythme des chansons. " Let them all pass all their dirty remarks. There is one question I'd really love to ask. Is there a place for the hopeless sinner. Who has hurt all mankind just to save his own? Believe me. ... One love, one heart ... " , tu continues à chanter tranquillement en remarquant bien qu'une nouvelle fois, tu ne cesses d'attirer les regards, cela te fascine tant qu'on puisse être autant attirer par ton corps, tu le sais maintenant que c'est seulement pour ça et ça ne te dérange plus au contraire, tu as décidé d'en profiter même. Tu te mets donc à sourire en constatant rapidement que la personne assise au loin se met à gribouiller des choses tout en te fixant. Tu serais bien curieux de savoir ce qu'il fait et pourquoi s'est tombé sur toi. Et comme si ton vœux a été exaucé, tu le vois s'approché lentement de toi avant de parler de manière assez ... gêné. " Oh ... C'est la première fois que j'entends ça. " , te mets-tu à dire tout en lui lâchant un large sourire, fermant un œil en le regardant puisque le soleil te gêne un peu mais tu ressens un aura assez particulière émanant de lui, positive et ... chaleureuse. " Mais fais toi plaisir, si c'est pour un travail en plus et que je peux aidé. Puis j'ai toujours rêver de posé comme mannequin. " , tu ris un peu avant de te décaler pour enfin apercevoir son visage, déjà impressioner par sa taille mais là, tu te laisses nagé dans ces yeux noisettes avant de percuter ce qu'il venait de dire. " Hein ... ah ... euh oui j'en suis ... pourquoi ? J'espère que t'es pas un monstre et que tu m'attires pas pour me bouffer ... puis t'as plutôt une belle gueule pour un monstre, ça serait bizarre. " , tu ris à nouveau avant de penser que ça doit sûrement être un demi dieu avec cette étrange impression de déjà l'avoir croiser, " On se connaît peut être non ? Tu dois surement être grec sinon je me serais souvenu de toi ... bien que je me souviens à peine de ce que j'ai mangé hier. Mais enfin bref, tu veux les faire où ces photos ? " , tu ne sais pas pourquoi mais tu as l'impression que tu peux lui faire confiance et donc d'accepter cette séance photo t'es presque naturel. Et en bon fils de Vénus, si tu peux mettre ton corps en avant à travers l'art de la photographie pour qu'un maximum de personnes puissent voir le corps que tu possèdes, tu ne dis pas non.

AVENGEDINCHAINS

_________________
With my pretty little Galway Boy
She played the fiddle in an Irish band. But she fell in love with an English man. Kissed her on the neck and then I took her by the hand. Said, "Baby, I just want to dance"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rhydian Walsh
+ messages : 29
+ face and credits : matthew daddario @faust
Rhydian ignorait pourquoi il se sentait si mal à l'aise, et pourquoi il ne cessait de s'empourprer à chacune de ses paroles. Ce n'était habituellement pas son cas. Il était en effet accoutumé à parler à tout le monde sans souci, son côté sociable aidant grandement les choses. En outre, il resplendissait toujours de bonne humeur et de chaleur, ce qui aidait grandement à se sociabiliser. Il attirait la foule comme la lumière attirait les moustiques. Le fait d'avoir un physique avantageux devait également grandement aider, mais Rhydian n'avait jamais été de ceux à prendre conscience de son potentiel séduction. En réalité, il n'y faisait même pas attention. Tout comme son père, le demi-dieu avait hérité d'un physique très séduisant, qui, comblé à sa particularité, était sans doute la cause d'un tel succès et d'une telle popularité. Mais là, allez savoir pourquoi, c'est comme si son cerveau refusait de fonctionner correctement, le laissant quelque peu au dépourvu. Il fallait bien avouer que la situation était assez coquasse, et des plus gênantes. Demander de but en blanc à un inconnu s'il peut prendre en photo ses tatouages, cela pourrait paraître déplacé pour beaucoup. Mais l'autre ne semblait pas se vexer du tout, et semblait même des plus ravis. Cela rassura quelque peu Rhydian, qui avait eu peur de le faire fuir après une demande aussi surprenante que soudaine. Oh hum... parfait alors. Décidément, il ne parviendrait pas à former une seule phrase éloquente aujourd'hui. Comme si chacune de ses neurones étaient en court-circuit. Heureusement pour lui, son interlocuteur semblait se relaxer à mesure que Rhydian s'attardait là, en plein devant lui. Pour une fois, il remerciait sa particularité assez spéciale de détendre les autres, même si lui semblait se décomposer à mesure que les secondes défilaient. Oui, je suis bien grec... et c'est gentil. Toi aussi t'es assez mignon, enfin... je veux pas dire que... et arrête de parler, ça sera encore mieux, en fait. Rhydian n'avait jamais été doué pour le flirt, et tous les compliments qu'on pouvait lui dire ne suffisait qu'à le rendre encore plus gêné, à tel point qu'il collectionnait les incidents et les gaffes. Pas étonnant qu'il soit encore célibataire, en fait. Mais il n'était pas là pour ça, de toute manière.

On peut aller chez moi, j'ai une salle rien que pour ça. Et en d'autres situations, cela aurait pu sembler comme une invitation pour plus, sauf qu'aux yeux de Rhydian, tout avait été dit sur le ton le plus innocent au monde. Réalisant trop tard ce qu'il venait de dire, il s'empourpra de nouveau, avant de rectifier la chose. Ou bien à la galerie, si tu préfères... je ne voulais pas... enfin, tu sais, te mettre mal à l'aise. En réalité, c'était lui le seul gêné dans toute cette histoire. A ne pas vouloir sembler trop avenant, alors qu'il n'y avait rien de tout ça en premier lieu, il ne cessait de rendre la situation encore plus pittoresque qu'avant. Il fallait vraiment qu'il apprenne à se taire, ou à apprendre à ne être ridicule face à un mec canon. Rhydian avait beau être sûr de soi et avoir toute l'assurance nécessaire lors d'un combat, il se transformait en véritable catastrophe dés lors qu'il s'agissait de flirter ou de draguer. D'ailleurs, dans la plupart des missions ou des quêtes qu'il avait du faire, ce n'était jamais lui qu'on envoyait faire diversion. Il risquait d'empirer la situation bien plus vite que voulu. Et il n'aurait jamais pu croire que s'intéresser aux tatouages d'un inconnu puisse s'apparenter à ce même niveau-là. Il avait l'impression de perdre toute crédibilité, et pas de la meilleure manière qui soit. Comment en était-il arrivé là déjà ? Ce n'était quand même pas compliqué de demander poliment un service à quelqu'un sans pour autant se liquéfier sur place. Son calepin sous le bras, il manqua de faire tomber la moitié de ses dessins par pur maladresse, et également par pur embarras. Je m'appelle Rhydian, au fait. Fils d'Apollon. Parce que oui, se présenter restait encore la meilleure chose à faire quand on s'apprêtait à prendre un mec torse nu en photos, même si tout cela était pour une bonne cause. Aux yeux de Rhydian, tout était une bonne cause quand il s'agissait d'art. Passant une main gêné dans ses cheveux, il ne perdit pour autant pas son sourire, bien que toujours aussi crispé.

_________________
there's nothing you can do that can't be done. nothing you can sing that can't be sung. nothing you can say but you can learn how to play the game. it's easy. golden slumbers fill your eyes, smiles awake you when you rise. sleep, pretty darling, do not cry, and i will sing a lullaby.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney I. O'Reilly
+ messages : 67
+ face and credits : ♦ Feat Stephen James // (c) Morphine

Rhydian & Sidney

awakward first meeting



Tu as déjà été abordé de bien des façons différentes, même si pour la plupart du temps c'est assez direct, franc voir quelque peu brute quand on n'y a pas l'habitude. Puisqu'il faut déjà franchir le barrière des tatouages, les moins valeureux, les moins empreint à chercher quelque chose avec une personne remplis de tatouage s'écartent sûrement par peur de trouver en ma personne quelqu'un de très peu fréquentable, accro à la drogue et qui ne doit surement pas être net dans sa tête. Les stéréotypes de ceux qui sont pas mal tatouer en quelque sorte, sans comprendre que ça puisse être de l'art, une manière de s'exprimer ou tout simplement une passion. Et que cela reste une liberté propre à soi de pouvoir disposer de son corps comme on l'entend. Tout ça pour dire que ce sont généralement les plus brave, si tu oses dire, qui se permettent de venir jusqu'à toi ayant clairement qu'une seule idée en tête qu'est de pouvoir disposer de ton corps dans un échange charnel généralement assez hard. Les sentiments, le romantisme, la flatterie, la galanterie, tu n'y as jamais fait face où en de très rare occasion. Ce qui est plutôt assez bizarre pour un enfant de Vénus mais ta mère, la déesse de l'amour et de la sexualité, représente tout cela au sens large et pas que d'une seule manière précise. Peut être par malchance, ton destin est d'avoir hérité du côté plutôt brute, violent, malfaisant et rempli de vice de l'amour et du sexe. C'est quelque chose que tu ne peux plus défaire, qui fait partie de toi et ce qui t'entoure alors finalement tu l'as accepté et essayé de faire en sorte de vivre avec mais comme tu l'entends toi. Tu ne veux plus essayer de fuir cela mais au contraire de l'affronter et y prendre les rennes.

Et c'est bien pour ça finalement que tu es assez surpris de la manière de procéder de ce jeune homme, tu n'arrives pas à savoir pourquoi il agit et réagit comme ça. D'habitude, tu t'es toujours sentie inférieur face à ceux qui te voulaient, comme si tu n'étais rien d'autre qu'un corps dont on pouvait profiter. Mais là, tu sentais quelque chose de bien différent. Tu ne veux pas le croire au début en pensant qu'il joue surement la comédie mais grâce à ton pouvoir tu peux ressentir ces émotions et voir qu'il est sincère dans sa manière d'être et agir. Tu trouves alors cela d'autant plus touchant et mignon, déjà que tu n'arrivais pas à retirer ton sourire sur ton visage depuis qu'il est en face de toi mais avec tout ça, tu ne cherches même plus à savoir pourquoi il est là, et tu étires ton sourire davantage volontairement. " Un timide ... c'est très rare ... enfin dans mon cas mais c'est mignon. Et merci du compliment, je l'accepte d'autant plus que ça a du être difficile pour toi de l'avouer vu comment tu esquives mon regard. Tu m'as peut être pas assez bien regardé et tu dis que je suis mignon pour être sympa ? " , tu te mets à rire pour détendre un peu l'atmosphère et lui montrer que tu ne mords pas, enfin pas encore et qu'il peut se détendre avec toi car tu es plutôt cool avec tout le monde. Tu continues de le regarder, appréciant de pouvoir mieux observer les traits de son visage, ces joues qui rougissent et ce sourire presque aussi magnifique que le tiens, tu commences à ne plus douté sur son parent divin mais surpris par sa proposition. Tu souris de plus belle en secouant la tête, " Et ben dis donc ... T'es plutôt cash en faite, même pas le temps de se présenter que tu veux m'emmener chez toi. Mais je suis flatté hein, t'en fais pas. Mais d'habitude, on m'offre au moins un petit verre pour m'acheter. " , en faites tu commences à apprécier de pouvoir le mettre mal à l'aise comme ça, un jeu qui te plait vraiment puisque tu te sens enfin à égalité face à quelqu'un. Tu te lèves ensuite après qu'il est aussi proposé sa galerie pour que tu puisses poser pour ses photos, tu te mets presque en face de lui avant de le regarder dans les yeux et d'un ton un peu provocateur tu ajoutes. " Hum non, chez toi ça me va, le cadre sera plus intime, je pourras mieux me lâcher comme ça. " , ce qui est un mensonge puisque tu es tout à fait capable de te mettre à poil là tout de suite pour le lasser te photographier même devant une foule entière car en bon gosses de Vènus, tu n'as pas honte de ton corps bien au contraire. Mais tu ne craches pas sur un petit peu plus d'intimité pour apprendre à le connaître. Car tu sens qu'il mérite de l'être et tu ne t'es jamais sentie bien, à l'aise et en confiance depuis bien longtemps, est-ce seulement sa présence ? Ou l'effet d'un pouvoir, ce qui serait assez bizarre vu tu n'as encore rencontrer personne capable de briser les tiens. Tu tends ensuite ta main pour serrer celle de Rhydian, superbe prénom, fils d'Apollon donc, tu en étais presque certain ravie de voir que ce n'est pas un de tes frères car cela aurait été fort dommage. " Enchanté, Sidney, fils de Vénus pour servir. " , tu montres de nouveau tes dents dans un sourire franc avant de lâcher sa main et montrer le chemin d'une main, " Allons s'y alors je te suis, Rhydian ! J'aime beaucoup le prénom, me dit pas que tu as le pouvoir de t'illuminé parce que là ça ferait beaucoup comme coïncidence. " .

AVENGEDINCHAINS

_________________
With my pretty little Galway Boy
She played the fiddle in an Irish band. But she fell in love with an English man. Kissed her on the neck and then I took her by the hand. Said, "Baby, I just want to dance"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rhydian Walsh
+ messages : 29
+ face and credits : matthew daddario @faust
Son père était probablement en train de se lamenter en voyant Rhydian galérer ainsi. Car oui, une chose était certaine, il n'avait pas hérité de cette passion, et encore moins de ce talent, pour le flirt. En bon fils d'Apollon, il avait sans doute tout du physique et des pouvoirs disons-le lumineux, mais cela faisait pâle figure face à son incapacité à aligner plus de deux lignes face à quelqu'un de relativement attirant. Ce n'était pas faute d'essayer, toutefois. Mais chacune de ses tentatives se relevait être un désastre aussi impressionnant que pathétique. Rhydian avait son lot de groupies, depuis même son arrivée à la colonie, et ce même avant, malgré son jeune âge. Bien qu'il ne rivalisait probablement pas avec le charme naturel des enfants d'Aphrodite, Apollon était tout de même connu pour sa beauté, et c'est tout naturellement que Rhydian avait également hérité du même physique avantageux. Le physique, c'est bien, mais quand on est même pas capable de faire le pas ou de voir quand quelqu'un flirt avec soi, ça sert quand même relativement pas à grand chose. Si ce n'était le ridiculiser encore plus. A bégayer et trébucher sur chaque mot ainsi, il se dit qu'il aurait probablement mieux fait de se contenter d'observer à distance. L'embarras aurait moindre, au moins.

Son interlocuteur ne semblait pas trouver cela gênant ni même ridicule, néanmoins. Il ne se moquait pas de lui, et trouvait même toute la scène des plus attachantes. Rhydian sentit ses joues rougir, et son coeur accélérer la cadence comme s'il était en plein combat contre des monstres, alors même qu'il était figé sur place, les jambes profondément ancrés au sol. Est-ce qu'il était trop tard pour faire demi-tour ? Non ! Enfin, non, je suis sincère, tu es très, enfin... tu as un physique très plaisant. Et par tous les Dieux sur l'Olympe,  faites que tout cela cesse ! Ou, encore mieux, faites qu'il puisse construire une phrase sans s'embrouiller toutes les trois secondes ! Oui, il évitait son regard, ce qui n'arrangeait rien à la situation. Et plus il aggravait son cas, plus il avait envie de disparaître. Mais, évidemment, parce que les demi-dieux n'ont jamais de chance, Rhydian pouvait sentir sa particularité faire des siennes, comme si le fait de se ridiculiser devant un parfait inconnu était une raison plus que logique d'irradier encore plus de chaleur et de joie. Lui, qui souhaitait à tout prix se rendre invisible, devenait encore plus visible aux yeux des autres. Le demi-dieu en face de lui était beaucoup plus décontracté, un sourire aux lèvres, alors que lui se décomposait sur place.  Stupide particularité qui fonctionnait sur tout le monde sauf sur lui. Vraiment désolé ! Je... enfin, je peux toujours t'offrir un verre en route. Au point où il en était, il ne pouvait qu'avancer et continuait à s'enfoncer. Il n'y avait plus rien à faire pour lui, c'était terminé. Un cas perdu, qui ne savait vraiment plus comment sauver le truc sans paraître trop étrange. L'autre ne prit pas les jambes à son cou -par chance ou non, il ne savait plus vraiment- et vient se mettre en plein devant lui. Rhydian pouvait sentir son regard percer le sien, et il ne parvint à détacher ses yeux. Le miracle étant qu'il ne détourna pas le regard aussi vite cette fois, mais le garda fixement ancré dans celui de l'autre demi-dieu. Sentir sa présence d'aussi près n'aidait vraiment pas à la situation, et Rhydian pouvait sentir que cela l'amusait de le mettre autant mal à l'aise. Il déglutit avec difficulté, avant de reprendre - ou du moins essayer - de manière nonchalante. Aucun souci pour l'intimité là-dessus. Sa voix tremblait, trahissant une certaine appréhension. Il n'était pas du tout serein, et cela se voyait. Rhydian serra la main que l'autre demi-dieu lui adressa, toujours aussi mal à l'aise, mais bien trop poli pour ne pas retourner le geste. Oh, Aphrodite. Il avait encore du mal à se faire à la dénomination romaine des Dieux. Ca explique le physique alors. Et remets bien les pieds dans le plat, hein. A ce rythme, Sidney donc, allait finir par croire qu'il ne s'intéressait qu'à son physique, ce qui n'était pas le cas du tout.

Ah oui, je sais pas vraiment d'où ça sort, mais faut croire que ma mère aime l'originalité. C'est une artiste, après tout. J'aime également beaucoup le tiens. Ah, euh non. Je ne peux pas m'illuminer, enfin, pas vraiment. Je contrôle la lumière, mais ça s'arrête là. Il pouvait bien évidemment manipuler la lumière à sa guise, et sans doute la manier de telle manière à ce qu'elle resplendisse sur lui, mais il n'était en aucun capable de s'illuminer au sens propre du terme. Non, en réalité, il se contentait d'illuminer le quotidien des autres. C'est assez compliqué, en fait. Rhydia entraîna donc Sidney hors de Central Park, en direction de son appartement qui, fort heureusement, n'était pas si loin que ça. C'était une des raisons principales pour lequel il s'y était installé. La proximité avec la nature, et la possibilité de pouvoir souffler le temps de quelques instants. Enfin, quand une dryade ne se décidait à vous balancer des branches par prétexte que vous aviez mis de la peinture sur tout son arbre. Tu rends visite à quelqu'un ? Enfin, je veux dire, le Camp Jupiter est à l'autre bout du pays. Il voulait engager la conversation sur un sujet un peu moins embarrassant, quitte à paraître trop curieux. Il ne mettait que très rarement les pieds au Camp Jupiter, afin de rendre visite à Mica, la plupart du temps, et ne prenait jamais vraiment le temps de visiter. Il faut dire, qu'avec Gaïa, tout projet de tourisme était tombé à l'eau. Et depuis leur victoire, il préférait encore rester à New York, par habitude.

_________________
there's nothing you can do that can't be done. nothing you can sing that can't be sung. nothing you can say but you can learn how to play the game. it's easy. golden slumbers fill your eyes, smiles awake you when you rise. sleep, pretty darling, do not cry, and i will sing a lullaby.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney I. O'Reilly
+ messages : 67
+ face and credits : ♦ Feat Stephen James // (c) Morphine

Rhydian & Sidney

awakward first meeting



Plus tu continues à parler avec lui et plus tu ressens quelque chose d'étrange, pas directement émanant de lui, non tu n'as pas ce réflexe d'user de ton pouvoir pour sonder chaque personne avec qui tu parles. Plutôt une ambiance et un ressenti général dont tu n'as pas l'habitude et qui te fait dû bien. Tu t'es bien lancé dans un petit jeu de provocation et de séduction avec bel inconnu au doux nom qu'est Rhydian. Mais un jeu qui se veut plutôt innocent, calme, maladroit et très plaisant. Tu n'as presque jamais réussi à obtenir cela de la part d'une personne qui souhaitait arborer ton corps d'un peu plus près. Tu ne t'en plains pas bien au contraire, n'ayant pas l'habitude à ce genre d'échange tu en profites bien que au vue de la situation, tu as l'air de beaucoup plus t'en amuser que lui. Tu ne t'en veux pas pour autant, tu sais que ce n'est pas méchant et puis bon pour une fois que ça se passe ainsi et pas de manière brusque et violent, bien que ça ne te déplaise pas pour autant non plus. Tu profites du moment pour jouer avec lui, t'amuser à le rendre encore plus gêner et rouge qu'il ne l'est déjà, plutôt rare pour un enfant d'Apollon ? Non pas vraiment, ils ne sont pas tous dévergondé comme le laisse penser la rumeur, vu que toi-même en tant qu'enfant de Vénus vous subissez le même cliché. Bien que tu ne sois pas l'exemple parfait pour contre carré cela, tu le sais mieux que quiconque pour en avoir déjà connu qui sont à l'exacte opposé de ce que tu es et qui est pour autant un enfant de Vénus.Bref, tu préfères te concentrer sur le bel Apollon devant toi, si tu oses dire, en affichant un sourire plus que comblé après son compliment assez maladroit dans sa manière de l'appuyer. Tu te mets donc à rire légèrement en voyant qu'il te prend au pied de la lettre par rapport au verre avant le sexe alors pour le mettre encore dans l’embarras, tu déclares sans gêne puisque tu n'as jamais été très doué de subtilité. " Hum alors tu feras parti de ceux qui m'offre un verre avant qu'on finisse au pieu ? Ça me va aussi hein. " , tu continues de rire pour lui montrer que tu ne cherches qu'à le bousculer un peu, sans que cela soit méchant ou mal placé. Bien que ta façon de parler laisse à désirer bien entendu. Une fois en face de lui après les présentations, le serrage de main et toutes les notions primaires de respect dans la présentation, tu restes assez prêt de lui dégageant cette aisance et aura de séduction qui t'es propre. Te laissant par la même occasion irradié par ce que dégage Rhydian. " Oui, on peut dire que ça explique le physique, bien que je ne sois pas né ainsi, j'en prends soin et l'entretien avant tout. Ce que j'hérite réellement de ma mère est un charme à faire tomber par terre ... n'est ce pas ? " , déclares-tu en le frôlant quelque peu pour créer une charge électrique de séduction parcourant son corps.

Il en vient par la suite de parler de ces pouvoirs car après tout ça aurait été une très belle coïncidence de savoir qu'il serait capable de jouer de son corps en irradiant totalement de lumière mais bon selon ce qu'il te dit, ça s'en approche presque. " Ta mère a fait un très bon choix pour ton prénom et je te remercie pour le mien. Tu contrôles la lumière donc ? Rien que ça, c'est très intéressant, on peut donc dire qu'on ne sera jamais dans le noir avec toi ... c'est plutôt sympa. " aucun jeu de mot ou arrière pensée dans ce que tu as dis, simplement une constatation des faits. Une petite bride de logique qui t'est sortie de ton esprit qui ne pense pas forcément à cela d'habitude ... ou alors c'est clairement une allusion au fait qu'on ne risque pas de s'ennuyer au pieu avec lui s'il joue des lumières. Mouais partons plutôt sur la deuxième hypothèse vu comment tu penses et dans l'état que tu es actuellement. Tu veux bien concevoir que cela reste compliqué, toi même tu n'as encore jamais réussi à trouver les limites de ton pouvoir, n'aimant pas en abuser tu n'as jamais su jusqu'où tu pouvais aller dans ta manipuler empathique, de pouvoir ressentir à quel point les sentiments de quelqu'un mais surtout de pouvoir les contrôler et modifié à quel degré. Tu préfères plutôt user de ce pouvoir pour calmer les foules, les déboires de tes amis, les cœurs qui souffrent que d'en user réellement pour la manipulation et la perfidie. Bref, tu y réfléchis un peu sur le chemin en suivant de près Rhydian, peut être un peu trop près d'ailleurs mais ça tu ne le remarques pas, ça a toujours été ta manière de fonctionner. Tu ne peux pas t'empêcher d'être quelque peu tactile et proche des autres, surtout des demi dieux avec qui tu te sens en confiance, et apparemment c'est le cas ici présent. Il te fait revenir à toi en posant une question sur ta venue à New York aussi loin de chez toi, tu hoches la tête en souriant, " Oui je dois voir des amis ce soir, on a prévu de dîner sur New York, je suis arrivé un jour plus tôt pour profiter un peu. Et regarde donc, j'ai fais ta connaissance, c'est hyper sympa non ? " , te mets-tu à sourire avant de tourner la tête en sa direction attendant de savoir ce que te réserve la suite. Il y a bien une séance photo de prévu mais tu ne sais pas, quelque chose d'autre flotte dans l'air.

AVENGEDINCHAINS

_________________
With my pretty little Galway Boy
She played the fiddle in an Irish band. But she fell in love with an English man. Kissed her on the neck and then I took her by the hand. Said, "Baby, I just want to dance"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
awkward first meeting (sidney)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Meeting with the infinity
» 08. This is awkward.
» Sidney Crosby
» What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
cities.
 :: (new york) :: central park.
-