AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  what doesn't kill me might make me kill you (nevh)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
June L-M. Summers
+ messages : 48
+ face and credits : ivana baquero, smoaks.
15 mars 2017 - Longue journée. Elle avait l'impression que ces derniers jours n'avaient été que les mêmes événements tournés en boucle - gardes de nuit, empêcher un monstre d'atteindre la limite qu'ils s'étaient fixés avant d'intervenir, manger, s'entraîner, se retenir de coller son poings dans la figure d'une dizaine de personnes (dont Nevh), et c'était reparti. Le train quotidien ne la dérangeait ordinairement pas - elle agissait comme une sorte d'automate depuis des années, sans vraiment chercher à se sortir de cette spirale répétitive. Mais ces derniers temps, elle avait l'impression de se sentir comme une bête en cage - c'était comme si une espèce d'hystérie s'insinuait doucement dans son esprit pour venir la narguer, susurrer à ses oreilles qu'elle était piégée pour de bon et ne pourrait pas se sortir de là. Elle chassait toujours la voix intérieure qui lui soufflait ce genre de choses d'une gifle mentale - mais c'était de plus en plus difficile. Elle était morte intérieurement depuis des années - et elle n'avait pas encore trouvé le moyen de revenir d'entre les morts. Les seules choses qui la gardaient en vie étaient l'entraînement, et la tenue du camp - ainsi qu'Oswin, Ilan et Jayson, son frère, avec qui elle entretenait toujours des contacts bien qu'irréguliers.
Il devait être aux alentours de sept heure quand elle en eut fini avec son tour de garde. Ses muscles étaient endoloris - elle avait passé une bonne partie de la nuit a repousser les attaques d'un duo de harpie déchaînées. Elle était couverte de boue, ses vêtements étaient en lambeaux par endroit et ses bras parcourus d'estafilades, égratignures et griffures - du sang séché maculait ses bras. Elle méritait bien une douche - elle aurait bien pu passer sa vie dedans, au vu de son état de fatigue.

Pas de Theodore en vue quand elle entra dans leur chambre - tant mieux, elle n'avait pas vraiment envie qu'il la voit comme ça. Non pas qu'elle avait quelque chose à faire de son apparence - elle aurait tout autant pu se balader en large et en long du camp de cette façon, mais il avait tendance à paniquer vite. Et elle préférait lui épargner ce genre de sensations, sachant qu'il était très sensible - tout le contraire d'elle, en somme. En plus, elle ne se sentait pas capable de supporter un regard inquiet de la part de qui que ce soit - mais personne ne la regardait avec inquiétude. Personne ne s'en faisait pour elle, car on avait tendance à la penser invincible - mais c'était faux. La fille de Chioné était déjà brisée, raison pour laquelle elle semblait intouchable maintenant : comment blesser quelqu'un qui a tout perdu?
Soupir. Elle se laissa tomber sur son lit, et ferma les yeux quelques secondes - mais il s'avéra qu'elle s'était assoupie pendant une heure. Il était huit heure quand elle se réveilla, toujours sale et courbaturée, plus fatiguée encore. Poussant un grognement, elle retira son tee-shirt et le laissa au pied de son lit - autant le jeter à la poubelle, au vu de l'état dans lequel il était. Elle pouvait prendre son temps de toute façon, tout le monde dormait ou était occupé ailleurs.

Elle accueillit l'eau chaude avec un petit soupir d'aise - elle resta une bonne vingtaine de minute à apprécier la sensation, avant de commencer à se laver. Elle emprunta le gel douche de Theo, et haussa les sourcils en voyant l'inscription "fleur d'oranger". Elle ne savait pas qu'il était du type floral - enfin, non pas qu'elle en ait grand-chose à faire, tant qu'il entretenait son hygiène. Hors de question qu'elle partage sa chambre avec un hippie écologiste refusant de se laver. Elle l'utilisa aussi pour ses cheveux, parce qu'elle n'avait rien d'autre sous la main - si les Aphrodite de la colonie avaient assisté à la scène, elles auraient sûrement hurlé. Mais, heureusement pour tous, elles n'étaient pas là.
Une fois lavée, elle s'observa un instant dans le grand miroir de la salle de bain, à travers la buée qu'elle finit par effacer. Elle avait été pas mal amochée - mais, entre nous, elle avait connu pire. Elle attrapa une serviette qu'elle enroula autour de son corps, ayant déjà essoré ses cheveux pour qu'ils arrête de goutter en trop grande quantité. Elle passa une main sur son visage avant d'ouvrir la porte. Pour se retrouver face à Nevh, confortablement installé sur son lit. Elle n'attendit pas pour agir - un regard glacial, trois pics de glace menaçant aux pieds de la brune pointés vers lui. « Three seconds. » Signe de menton en direction des pics. « Before these tear you apart. »

_________________


☆☆☆ you are a weapon and weapons don't weep.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)


15 mars 2017 - La nuit avait été interminable - allongé au bord du lac, une bouteille à la main, à regarder la fumée de ses clopes disparaître dans l'air froid, le sable qui s'infiltre dans ses vêtements et les galets qui lui défoncent le dos. Une paire d'écouteurs volés enfoncés dans les oreilles, de la musique qui hurle et frappe et qui lui explose le cerveau, il n'a pas foutu grand chose. Il a bu. Il a sûrement parlé tout seul, à un moment. Peut-être même qu'il a chanté. Il aurait tout aussi bien pu faire ça au chaud, dans sa chambre. Mais non. Parce qu'ils ont merdé (il paraît). Parce qu'ils n'ont pas d'autre choix que de se barrer. Nevh, en tous cas. Ronan, il ne sait pas trop. Il est dans l'histoire aussi. Nevh sait juste qu'il ne restera pas pour subir la vengeance et le pouvoir de Kai. Il préfèrerait crever que lui balancer ses secrets. Il préfèrerait crever juste en général, en fait.
Jusqu'à nouvel ordre, c'est sa dernière nuit ici. Au camp. Ca ne lui fait pas grand-chose, à vrai dire. Là aussi, il voit Alec un peu partout. Même si le camp change rapidement avec les nouvelles constructions, il est là, même au bord du lac. Un fantôme au sourire moqueur qui retire ses vêtements pour aller se jeter dans l'eau - i'll suck your dick if you join me, c'm'on. Mais c'est comme New York. Comme partout où ils sont allés ensemble. Comme partout où ils ne sont pas allés ensemble. C'est Nevh, le problème. C'est Nevh, que le fantôme suit. Alors, bon. Le camp n'a aucune importance. Tout ce dont il a besoin, c'est de ses clopes, de ses bouteilles, et de ses fantômes : il peut se les trimballer partout. Avoir vécu quelques mois ici, ça ne veut rien dire. Le camp ne lui manquera. Ceux qui l'habitent non plus. Ils n'ont aucune importance, comme le reste. Des distractions quand il s'ennuie, pas grand chose de plus. Il passait plus de temps dehors que dedans, de toute façon. Au moins, Ronan et lui ne s'ennuieront pas, à découvrir du pays.

Il est un peu plus de six heures quand il se redresse. Même debout, il peut encore sentir les galets dans le creux de son dos. Ils se sont sûrement imprimés jusque dans ses os. Il a vidé la bouteille entière, mais lentement. Il a connu des moments plus ivres. Rarement des moments plus sobres. Le ciel hésite entre la nuit et le jour, lui hésite entre l'ivresse et la sobriété. Enfin. Sobriété. Aussi sobre qu'il puisse l'être sans exploser. Ils partent en fin de journée. Ou en début d'après-midi. Il ne sait plus trop - Ronan viendra le chercher, s'il s'emmerde, de toute façon. Lui, il retourne lentement vers le camp, donne un léger coup dans le pneu toujours accroché à sa place, et observe la maison un, de loin. Puis la maison deux. Personne ne lui manquera, ici. Il n'a personne à qui dire au revoir, et ça devrait être triste, mais ça le fait marrer.
Et c'est à peu près à ce moment-là, quand il est appuyé contre un arbre à rire tout seul, clope à la main, fumée dans l'oeil, qu'il la voit passer. Ca le calme immédiatement. Il la regarde entrer dans la maison deux. June. Ca l'éveille. Il la suit après avoir jeté son mégot sur le pas de la porte, bouteille à la main. Il la vide en une gorgée et la laisse dans la cuisine qui n'est pas la sienne, avant de rejoindre la chambre de June. Elle est absente, mais il entend la douche, et il attend. C'est sa dernière chance, après tout - un genre d'au revoir. Il le mérite, sûrement. Et comme personne n'est là pour l'en empêcher, il prend ses aises, se laisse tomber sur le lit de June, s'y étire tranquillement. Et il attend, yeux fermés, jusqu'à ce que la porte ne s'ouvre. Il rouvre les yeux.
Les pics de glace, menaçants, sont pointés sur lui. Il n'y prête pas la moindre attention. Comment est-ce qu'il le pourrait, quand June est là, enroulée dans une serviette, tout droit sortie d'un fantasme un peu cheap à son goût - mais qui est-il pour se plaindre ? Il arque un sourcil, la détaille du regard. Trois secondes ? Il hausse une épaule. "I'm leaving. Kiss me goodbye." Il reste sur le lit, détendu, le regard sur elle, même s'il ne sait pas où regarder en priorité. "'t's your last chance, after all." Un sourire s'étire lentement sur ses lèvres, et il lui jette un regard défiant. "Would you deny a dead man's last will?" Dramatique, sûrement. Pas faux, non plus. S'ils se barrent avec Ronan, le pourcentage de chances pour qu'ils crèvent au passage s'élève. Au-delà de ce qu'ils pourraient imaginer. Ca le fait vibrer d'énergie à l'avance - ça le fait se sentir vivant. "At least I'm not asking you to fuck me." Il ajoute nonchalamment. En fait, même un dernier coup de la part de June, ça lui conviendrait. Ca revient pratiquement au même, de toute façon, pour lui.


_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
June L-M. Summers
+ messages : 48
+ face and credits : ivana baquero, smoaks.
15 mars 2017 - Si elle avait pu congeler d'un regard, il serait déjà dans un cocktail. Quoique, elle aurait très bien pu le faire ... mais elle doutait qu'il soit de bon goût pour son whisky. Le voir installé sur son lit comme si c'était le sien, ça la fait grogner. Elle resserre sa main autour de sa serviette, plus par colère que pour l'éviter de tomber - de toute façon, si elle tombe, elle étouffera sûrement Nevh avec. Ou elle la lui fera bouffer. Plein de possibilités s'ouvraient à elle, elle n'avait qu'à faire marcher son imagination - mais pour l'instant, elle était concentrée sur le fait qu'il était affalé sur son lit. Soupir intérieur. D'un geste de la main, elle fit disparaître les glaçons pointés en direction du brun après la première réponse de ce dernier. Son regard se fit intrigué, alors qu'il était d'ordinaire désintéressé. Il partait? Pourquoi? Non pas qu'il allait lui manquer, mais elle était étonnée - il avait l'air de se plaire dans le chaos du troisième camp.
Un regard par la fenêtre lui indique que peu de gens sont réveillés - la cour est vide, il est encore tôt après tout. Elle était étonnée de le savoir levé d'aussi bonne heure, mais s'il partait pour de vrai, ça semblait logique qu'il se taille tôt. Est-ce qu'il partait tout seul? C'était son problème. Elle avait arrêté de se préoccuper du sort des autres depuis longtemps - depuis Zachary. Elle se contentait du strict minimum - Oswin, Ilan, Jayson, et deux trois autres proches. Personne d'autre. S'attacher coûtait trop cher - elle préférait vivre une vie de courant d'air, plutôt que de s'enchaîner aux autres. Elle avait assez souffert pour toute une vie - maintenant, tout ce qu'elle voulait, c'était vivre le reste de sa vie sans dommage collatéral, et se contenter de faire son job au camp.
C'était plus dur que ce qu'on pourrait penser. S'empêcher de créer des liens. Même pour elle, qui avait la réputation d'être un glaçon sans coeur - s'éloigner n'était pas facile, mais avec le temps elle avait fini par s'y habituer. La solitude ne pesait plus aussi lourd que les premières années passées à vivre selon ce principe aérien. Aujourd'hui, elle faisait avec - mais paradoxalement, c'était avec beaucoup de vigueur qu'elle défendait le camp et ses pensionnaires des attaques. C'était un peu ce pour quoi elle vivait maintenant - défendre les autres demi-dieux, puisqu'elle n'avait que ça à défendre.

Elle réprime un roulement d'yeux et tente de garder un air neutre quand il lui demande de l'embrasser. C'est pas comme si elle s'y attendait pas - c'est Nevh. Depuis le temps, elle a un peu compris comment il fonctionne de manière générale, sans plus s'intéresser à toutes les complexités de son être. Main droite tenant sa serviette autour d'elle, elle s'approcha de quelques pas. « Sure go ahead. » Pendant quelques secondes, elle planta son regard dans le sien avant de se pencher .. et de sortir de son dos un glaçon qu'elle lui colla sur les lèvres. « Fuck off. » Puis elle se redressa, passant directement à autre chose. Elle n'était pas du genre à s'attarder sur tout, et préférait les discussions pertinentes. Perdre son temps n'était pas dans ses habitudes.
D'un geste de la main gauche, elle resserra la serviette qui enroulait ses cheveux, les empêchant de goutter partout sur le sol. Theo lui avait déjà fait la remarque une fois - enfin, il avait soulevé le problème. Theo ne faisait que peu de remarques. Depuis, elle faisait attention. « What have you done? » finit-elle par demander. Il avait débarqué dans sa chambre sans autorisation, elle méritait des explications. Et s'il ne comptait pas parler, elle le ficherait dehors à coup de pied au cul sans aucune cérémonie. « Did you broke some Declan's porcelain dolls or what? » Elle se dirigea vers son armoire et en sortit ses vêtements, pour ne pas perdre plus de temps. « Seems like death's running after you. You're in a hurry. » lança-t-elle tandis qu'elle se saisissait de ses sous-vêtements, un jean noir et un tee-shirt bleu sombre. Elle était, dans le fond, un peu curieuse malgré tout.

_________________


☆☆☆ you are a weapon and weapons don't weep.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
what doesn't kill me might make me kill you (nevh)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Born to kill all lives...
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» Who is Josh Groban? Kill yourself!
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
this place you call home.
 :: (troisième camp.) :: maisons.
-