AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  competitive dicks with adrenaline kicks. (keith)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

keith & nevh

competitive dicks with adrenaline kicks

24 avril 2017 // Ca fait un moment qu’il n’a pas mis les pieds au troisième camp. Par lâcheté. Parce qu’ils se sont bien éclatés, avec Ronan, sur la route. Parce qu’il a pu envahir à nouveau les rues de New York et étrangler à mains nues chaque démon portant le nom d’Alec qu’il trouvait sur son chemin. (A tous les coins de rues, en fait. Les souvenirs d’Alec sont incrustés dans chaque pierre qui compose New York.) Parce qu’il y avait juste eux, pas de plan, de l’alcool et aucune envie de revenir pour faire face aux conséquences de leurs actes. Et quels actes. « Fuck you, Kai. » Il lâche dans l’air libre. Ouais, fuck him. Pas qu’il regrette d’avoir quitté le camp près d’un mois et demi plus tôt. Pas que le camp lui manque, comme ailleurs, y’a rien d’autre pour lui ici qu’un lit, et les lits, ça se trouve n’importe où. Mais fuck him, parce qu’il est comme n’importe quel con, à accorder de l’importance à des objets inutiles, et à venir pleurer quand ils s’abîment. Qu’il arrête de chialer, les objets, ça se répare, c’est pas comme les gens. Fuckin’ dickhead.
Mais par automatisme, il s’est retrouvé dans Sanford. C’est un peu comme d’être au troisième camp, au final. Il passait plus de temps dans la ville que dans sa chambre du camp. Il en connaît les recoins - ceux qui craignent, ceux où tu trouveras tout ce dont tu as besoin, ceux qu’il faut éviter, ceux où personne ne passera jamais et où tu pourras te faire discret si besoin et tous les autres. Mais c’est pas ce qu’il cherche - enfin, plus, parce qu’il a fumé, qu’il a bu, et qu’il a refusé les pilules qu’on lui a glissé dans la main. Il les a quand même gardées, glissées dans sa poche. On sait jamais. Il ne sait pas trop ce qu’il attend, là, adossé au mur qui fait face à un bar populaire de Sanford, à observer depuis le trottoir d’en face les groupes de fumeurs et les groupes de potes qui titubent et crient des trucs qu’il pige pas. Pas qu’il cherche à piger, ceci dit. Il tire une taffe de sa cigarette, fronce les sourcils quand il s’aperçoit que c’est pas une cigarette - il se rappelait même pas avoir un joint dans les mains, et recrache la fumée qui lui brouille la vue pendant un instant. Il imagine la fumée qui lui tournoie dans les poumons, puis dans les veines. L’air est glacial, mais la chaleur de l’alcool et la drogue qui lui détend les muscles le rendent pratiquement insensible. La fumée sous ses yeux se dilue dans l’air, et il peut à nouveau observer. Il ne sait pas encore trop ce qu’il cherche. Une fille, peut-être, parce qu’il ne dit pas non à des courbes prononcées et des sons plus doux et moins rauques quand il a fumé. De la violence, peut-être, parce qu’il ne se refuse jamais la violence. C’est seulement quand son regard accroche une silhouette familière qu’il décide que c’est exactement ce qu’il cherchait. Ils ne sont pas vu depuis des mois. Du moins, ils ne se sont pas adressés la parole. Et Nevh aurait continué ainsi, parce qui est Keith ? No one, like I give a fuck, voilà ce qu’il est. Mais Ronan est revenu démonté et Keith est l’auteur des bleus qui décorent son frère. Pas qu’il en ait quelque chose à foutre, de ce que Ronan fait de sa vie. Nevh jugerait pas, au contraire. Mais bon, ce qui l’emmerde, c’est que ce soit Keith. « An’ fuck you, too. » Il marmonne, les lèvres autour de ce qu’il reste de son joint. Il prend le temps de le terminer, de laisser la fumée lui masquer la vue que Keith offre dans l’ombre de la rue puis de le faire réapparaître, cultive lentement la colère qui lui empoisonne les veines. Puis, il traverse la rue, jette son mégot quelque part sur le trottoir, et s’approche de Keith pour aller s’appuyer contre le mur qui lui fait face. Il ignore le reste du monde, le vigile du bar qui lui jette oeil méfiant, les groupes qui fument et discutent, ceux qui parlaient avec Keith et lui jettent un regard troublé, il regarde juste Keith et appuie la tête contre le mur, gorge semi-offerte et sourire dangereux accroché aux lèvres. « So you punched Ronan, too. Breaks my heart. Thought we had somethin’ special, you beating the fuck outta me and me lettin’ you do it. » Il lève une main pour la poser contre son coeur, moue dramatique plaquée sur le visage. Son regard reste le même, attentif, dévorant, provocateur au possible. « Feels like ya cheated on me. » Il mime une expression triste, et retrouve rapidement son sourire du début. Il passe une main sur sa mâchoire, l’air de rien, et son sourire s’élargit. « Knew you were raised by wolves, but that’s fucked up, dude. Ya can’t keep ruining people’s faces, that ain’t how you make friends. » Pour la première fois, il détourne le regard pour adresser un sourire plus sombre à ceux qui les entourent. « Hi. Name’s Nevh. Go away, we’re having fun and you’re not invited. »


AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Nevh & Keith

competitive dicks with adrenaline kicks.


Tu te sens vide sans aucune raison valable et tu ne sais pas réellement comment réussir à combler cela. Pour quelles raisons ? Tout est là, tant que tu n'es pas capable de mettre des mots sur ce mal être, sur ce vide que tu ressens, tu ne peux pas réussir à trouver la solution qui comblera celui ci. Tu n'as pas non plus cet réel impression de pouvoir réussir à faire quoi que ce soit contre ça, alors autant penser et passer à autre chose, de ne pas seulement voir à travers ça mais au contraire et comme à ton habitude, laissez ça de côté et ignorer. Oui simplement ignorer même si cela n'a jamais été une réel solution à tes problèmes, c'est ton moyen le plus efficace pour continuer à mettre un pied devant l'autre sans pour autant être asséner de millier de pensées qui pourrait mettre un terme à cette marche. Tu n'es pas du genre à parler de toi ou de tes soucis, tu ne mets jamais en avant le fait que tu possèdes des problèmes, des failles, trop consciencieux à l'idée d'être parfait. Une idée ... ça te fait sourire, un sourire qui s'élargit lorsque celui ci est capter par la gente féminine juste en face de toi à l'extérieur de ce bar que tu as rejoins pour cette nuit. L'alcool n'a jamais été un échappatoire pour toi, non, c'est plutôt une habitude de vie que tu aimes pratiquer et qui ne te sert pas à cacher un mal profond. Non ça tu t'en débarrasse toi même sans l'aide de quoi que ce soit ou de qui que ce soit. Alors dire que tu es présent ce soir à ce bar pour éviter de broyer du noir ou ne pas penser à ce vide que tu ressens un peu plus chaque jour, certainement lié à ton problème au niveau de ton pouvoir cela dit en passant. Bien sur que non, tu es présent ce soir, comme beaucoup d'autres soirs afin de sortir, de ne pas rester enfermer dans la Maison Deux du troisième camp, de voir du monde, de t'amuser, de t'intégrer à cette nouvelle époque et surtout, oui surtout, de pouvoir être accompagné d'une ou voir deux belles jeunes femmes à ton retour au pieu. C'est ça qui est le plus intéressant dans ton programme, l'alcool et l'ambiance étant un bonus, l'acte de la séduction, du charme, de la draguer, c'est ce qui te fait le plus vivre, ce qui te fait vibrer et te donnes la pleine satisfaction d'être en vie lorsque tu passes aux sports de chambre là où tu ne te gêne pas pour dire que tu es le plus parfait possible.

Tu as déjà commencer à repérer celles qui seront susceptible de finir la soirée avec toi, notamment celle qui est actuellement en face de toi et qui ne cesse de répondre à tes sourires qui par moment sont lancés en aléatoire, maladroite ou involontairement. Mais tant qu'il y a une réponse quand bien même ça ne lui est pas destiné de base, ça ne peut que satisfaire ton ego et montrer à quel point ton charme reste l'un de tes plus puissants atouts. Tu sais en jouer, tu sais en devenir maître et manipulateur mais tu sais aussi l'utiliser à bonne contribution afin de calmer ou apaiser une personne, la mettre en confiance et lui apporter une certaine valorisation, favoritisme voir par moment. Bon, il faut avouer que cette deuxième partie ou plutôt utilisation est plutôt rare venant de ta part puisque tu t'en amuses plus des mauvais côtés qu'autre chose. Mais qu'importe, tu pars du principe que tu ne dois rien à personne, que tu n'as rien à prouver et que tu laisses avec satisfaction les rageux parlés dans leurs coins. Revenons plutôt à quelque chose de plus intéressant, celle actuellement en face de toi, brune aux verts avec une coupe de cheveux plutôt court mais qui l'a met à son avantage, un style plutôt bad girl mais seulement d'apparence. Tu relèves ton regards sur elle, ce petit sourire qui fait ton charme sur les lèvres alors que tu portes ta cigarette en bouche pour ingérer un peu de fumée et te mettre à dire à la suite entre deux souffles, " So ... What does a clever girl like you do in this bar ? " , annonces-tu d'une voix plutôt volage, un son charmant et qui donne envie de participer à la conversation. A savoir déjà que tu traînes avec ce petit groupe de jeunes gens depuis ton arrivé dans le bar, vous vous êtes plutôt bien entendu et avez décidé de passer tranquillement la soirée ensemble à échanger et faire la fête. C'est ainsi que tu as su qu'elle est médecin cardiologue ce qui n'est pas rien selon le niveau d'étude que l'on t'a décris. Elle s'est donc mise à sourire avec un regard plutôt provocateur et plein de sous entendu, elle te répond, " A bad boy for a bad girl, you know ... " affirme t'elle avec un clin d’œil appuyé à ton égard, " You're not afraid of breaking hearts then ? It's ironic ... And you think, maybe, that i'm the bad boy you do need ? " , elle s'approche pas la suite pour venir te prendre la cigarette que tu avais en bouche pour commencer à fumer et venir te susurrer à l'oreille, " Only for tonight ... Keith. " , lâchant ensuite la fumée emmagasiner, cela ne peut que te faire sourire davantage alors qu'un frisson d'excitation a parcouru ton corps. La soirée promet d'être intéressante mais cela était sans compter l'arrivé imprévu d'une certaine personne que tu n'avais pas revu depuis quelques temps, avec qui tu as à peine discuter depuis ce qu'il s'est passé. Tu le vois apparaître nonchalamment devant toi en intégrant le groupe comme s'il était là depuis le début, ignorant tout le monde comme à son habitude et se focalisant sur toi. Tu as d'abord un léger soupirer, presque inaudible en écoutant ces propres et venant à parler de ce qu'il s'est passé avec Ronan. Comme si celui ci ne l'avait pas chercher, tu n'es pas un homme qui se laisse marcher sur les pieds ou qui a même envie d'écouter des propos absurdes et laisser libre court à la provocation sans riposter. Tu secoues la tête, avant de récupérer ton verre que tu as posé quelque part et boire un petit peu avant de finalement observer le comportement de Nevh envers les autres, jugeant par lui seul qu'il était bon de te laisse seul avec lui, ce dont tu n'avais nullement envie. Déjà de part le comportement qu'il a ce qui n'annonce rien de bon pour votre échange mais surtout parce que tu comptes bien repartir accompagné de Sam ici présente pour finir ta soirée. Tu te redresses un peu, prenant plus d'assurance avant de faire face à Nevh pour couper le regard menaçant qu'il projette et d'appuyé d'un ton tout aussi dur, " Get out of my way, CEREN ! Go play elsewhere, asshole! " , tu ne comptes pas répondre à ces provocations et encore moins te justifier sur ce qu'il s'est passé avec Ronan , tu fais un signe de tête à Sam pour qu'elle te rejoigne avant de glisser d'autres mots à Nevh discrètement pour que seul lui entends, " Have fun alone dude ... i'm sure you capable of that ...
After all you didn't wait for me or look after me to start, right?
" , tu lui tapotes ensuite l'épaule avec un petit sourire victorieux avant de te glisser aux cotés de Sam pour commencer à approcher de la porte d'entrée du bar.

AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

keith & nevh

competitive dicks with adrenaline kicks

24 avril 2017 // Keith secoue la tête, et Nevh reste immobile, détendu et le regard provocateur. Keith prend son temps, saisit son verre, comme si leur conversation était des plus naturelles. Ca le fait sourire de l'intérieur, parce que Keith ne s'écrase pas comme ça et c'est ce qui attise l'intérêt de Nevh. Qu'ils se haïssent ou qu'ils s'adorent, Nevh ne s'est jamais ennuyé. Ca n'a rien à voir avec ses conneries avec Ronan. Ils sont trop pareils, à chercher le karma pour se le prendre en pleine gueule et se plaindre après. A rechercher ce qui leur rappelera qu'ils sont vivants et qu'ils crèveront un jour, comme les autres. Keith, c'est un poing contre un autre, mais dans un combat qui se fait le sourire aux lèvres et pas forcément en se cognant dessus. Keith keeps him interested. Well. Kept him. Still does? Whatever.

Quand enfin, Keith se décide à agir, c'est pour faire barrage entre son petit groupe et le regard acéré de Nevh. Un sourire narquois s'installe au coin de ses lèvres. "Get out of my way, CEREN ! Go play elsewhere, asshole!" Oh, Keith s'énerve. L'emploi de son prénom, celui qu'il n'utilise jamais - qu'il n'autorisait que dans la bouche de sa mère, lui tire un rire rauque. Le rire qui n'annonce jamais vraiment rien de bon, parce que ça ne le fait absolument pas rire. "'m good playin' here, you don't own the fuckin' place." Il indique l'entrée du bar, la rue, la ville entière si ça peut l'amuser. "No one forces ya to stay here, I ain't stopping ya from taking your..." Il observe le groupe, pose les yeux sur les filles, les étudie. ".. whatever chick you're gonna put in your bed and leavin'. Be my fuckin' guest." Il écarte légèrement les bras, sans se décoller du mur derrière lui. Qu'il se casse. Qu'il assume sa lâcheté de merde. Ca frappe, mais c'est pas foutu d'assumer plus, forcément. Nevh laisse échapper un son qui pourrait être un rire. Ou un grondement. Puis Keith se rapproche, et ajoute quelques mots, qui cette fois, le font vraiment rire. Comme s'il allait attendre Keith. A quel point se sent-il important ? Il pensait peut-être qu'après une droite pour un baiser même pas plaisant, il allait s'abstenir pendant des semaines en espérant son retour avec des larmes dans les yeux ? Merde, Keith est pathétique. Personne n'a cette importance, dans sa vie. Personne, et surtout pas un mec probablement refoulé pas foutu de faire face à ses tourments au sujet de son orientation sexuelle. Pathétique. Il plante son regard dans celui de Keith. "Damn right, I didn't. Y'know what? There were a few times I pictured you instead of 'em, when I was fuckin' 'em." Son sourire s'élargit, ses pupilles aussi, quand il y repense. "T'was fuckin' good." Il croise les bras sur sa poitrine, et reporte son attention sur les filles qui l'entourent. "But hey, have fun bein' a coward. 't's nothin' new." Son sourire disparaît, mais la moquerie dans son regard reste, brûlante. Puis, quand il tourne enfin la tête vers le groupe derrière Keith, il ne dit rien, mais les observe. Fucking boring. Le type le plus reculé du groupe est le seul qu'il aurait probablement ramené dans son lit. Et encore. Une ruelle aurait suffit. "Hey, before you leave, tell me. Which one're you gonna fuck?" Il désigne les filles.


AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Nevh & Keith

competitive dicks with adrenaline kicks.


Ce qui aurait certainement pu te plaire en temps normal, cette tension excitante, ce jeu de chat et de la souris, à savoir qui aurait le dessus sur l'autre, t'aurais totalement plus si un contexte passé ne serait pas venu entaché tes émotions sur le moment présent. De une, tu ne pensais certainement pas à ce que Nevh puisse débouler ainsi et commencer à ruiner ta soirée en se mettant en avant comme il aime le faire. Parce qu'après tout depuis ce fameux soir, cette erreur de ta part, ni l'un ni l'autre n'avez fait un pas vers l'autre, sûrement par fierté enfin pour ta part en tout cas. Et puis ce moment de blanc, où Nevh a totalement disparu du camp sans réellement donner de nouvelles en tout cas pas à toi et le gars qui revient comme ça, comme s'il n'avait rien eu et qui se permet de s'immiscer dans ton programme de ta soirée en envoyant bouler ce petit monde avec qui tu as décidé de passer la soirée.

Bref, tu te mets à écouter d'une oreille les paroles de Nevh, aussi perçantes qu'elles peuvent être, tout cela pour chercher une certaine réaction de ta part, dû moins tu le vois ainsi. Mais c'est sans compter l'idée que tu t'es faites ce soir, de ne pas te prendre la tête avec toutes ces conneries et de passer une bonne soirée afin de repartir avec cette fille avec laquelle tu as déjà très bien sympathisé durant le début de soirée. Tu n'as pas aidé non plus à calmer la chose, en lui faisant comprendre que tu n'es pas d'humeur à avoir une conversation de la sorte avec lui, pas ce soir, pas comme ça alors que tous les deux vous ne partagez pas un état d'esprit clair à cause notamment d'alcool. Tu as autant réussi à lui faire monter les nerfs que lui a réussi à te le faire aussi, mais tu essayes tant bien que mal de cacher ça, de ne pas lui montrer pour ne pas qu'il se sente gagnant d'avoir au moins réussis ça si ce n'est pas autre chose. Tu l'écoutes de nouveau alors que tu commences à entamer ton bout de chemin avec Sam pour retourner à l'intérieur, les paroles de Nevh te frappent de plein fouet mais essayant de calmer cette colère au fond de toi qui malgré tout augmente de plus en plus. Tu ne lui en veux pas de te traiter de lâche après tout, tu l'as bien insulté également il y a de ça quelques minutes et puis bon, tu sais qui tu es et tu n'as pas besoin de le prouver et ceux à qui que ce soit. Tu te stoppes à ses derniers mots, alors que tu sens un énervement te prendre jusqu'au cou, tu observes le regard des autres personnes du groupe qui n'ont réellement par l'air de comprendre ce qui se passe. Alors que Sam t'incite à rentrer à l'intérieur avec elle, avec un regard un peu inquiet, tu te mets à lui sourire avec un petit clin d’œil en prime pour lui dire, " Don't worry, go back inside, I'll join you. I'm going to set things straight with him. " , et de manière inattendu tu l'as vois venir d'embrasser avant de jeter un regard de provocation à Nevh et de rentrer à l'intérieur avec le reste du groupe. Tu attends devant les portes avant de tourner la tête vers Nevh en fixant un moment, " You're happy ? Did you get what you wanted? You did well in show. Everyone has had their eyes on you, is that enough for you? Can you fuck yourself now? " , annonces-tu d'un ton légèrement sauvage avant de t'approcher de lui en sortant une cigarette pour commencer à fumer. Tu relèves de nouveau un regard sur Nevh alors que les gens autour de vous étonner par son comportement commencent à passer à autre chose. " Speak ... Say what you have to say since you wanted to talk to me alone, right? But do it quickly, I don't have your time. " , plutôt sec, un ton que tu n'as jamais utilisé avec lui mais qui te semble indispensable vu la situation. Tu détournes le regard pour te concentrer sur ta cigarette au fond tu aimerais parler de ce qu'il s'est passé, d'essayer de te faire pardonner parce que ce n'était pas toi mais tu n'y arrives pas encore plus quand les peu de rencontre avec Nevh partent aussi violemment.

AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

keith & nevh

competitive dicks with adrenaline kicks

24 avril 2017 // Il n’y a pas grand chose qui fasse réellement réagir Nevh. Bien sûr, on touche à ce qui fait mal - sa mère, Dionysos, Niamh, Alec, - il est en rage. Mais il connaît ça. La rage, la colère, ce sont de vieux amis, maintenant. Et puis, encore faudrait-il qu’on sache où appuyer pour lui faire mal. Et en règle général, celui qui provoque une réaction, c’est lui. C’est pour ça qu’il se donne en spectacle. Pour assister à son propre divertissement - les voir tiquer, les voir serrer les poings, les voir se mordre la lèvre, quelque soit la scène, il aura quelque chose. Qu’on le divertisse. Qu’on fasse quelque chose pour le sortir de ses pensées et de l’orage qui gronde et détruit tout à l’intérieur. C’est pour ça qu’il sourit quand la fille embrasse Keith. Il ne commente pas, parce qu’il sait que quoi que Keith dise et quelles que soient les idées que se fait cette nana, il est plus important qu’elle. Après une nuit, peut-être deux, Keith passera à la suivante et oubliera son prénom avant même qu’une semaine ne soit passée. Pauvre conne. Mais Keith revient, et un sourire satisfait s’installe au coin des lèvres de Nevh, qui pose un regard brûlant sur lui. « If I’m happy? C’m’on, don’t be fucking boring. » Il détourne la tête pour poser un regard désinvolte sur les groupes qui les entourent. Sur son visage, l’ennui. « You're just being a bitch, it’s your fault if everyone’s staring, you’re the one who started yellin’. » Il hausse une épaule, reporte son attention sur Keith, laisse son sourire réapparaître lentement. Il fixe la cigarette de Keith jusqu’à ce qu’elle atteigne ses lèvres. Puis, Keith reprend. « But do it quickly, I don’t have your time. »

Il n’y a pas grand chose qui fasse réellement réagir Nevh. Ce qu’il veut, ce sont les réactions. La colère. L’excitation. Le tout dans l’extrême, puisqu’il n’y a rien de meilleur que ces émotions lorsqu’elles sont intenses et incontrôlables. Qu’on le haïsse ou qu’on l’admire, il ne les laisse pas indifférents. Parce que ce qu’il ne veut pas, c’est l’indifférence. Et c’est ce que lui donne Keith. Immédiatement, Nevh se redresse légèrement, sort une cigarette, l’allume d’un geste brusque, plonge le briquet dans sa poche, et fixe Keith. « I told ya, no one forces you to stay here, y’know. I’m sure that bitch can’t wait to suck your dick, I’d go if I were you. » Aucun sourire ne ponctue sa phrase, cette fois : son ton est distant, ennuyé. Il tire sur sa cigarette une ou deux fois, le regard étudiant toujours Keith. « I’m leaving, it’s fucking boring here. » Et il se décolle du mur, fait un pas en avant, et avant de se retourner, affiche un sourire narquois. Parce qu’il en a envie, et parce qu’il sait que ça a fonctionné la dernière fois, il agrippe le col de Keith, l’attire contre lui et se penche juste assez pour l’embrasser - non, le mordre, pas aussi fort que la fois précédente, mais juste assez pour le faire réagir - réagis, bordel. Quand il le lâche, il a le sourire aux lèvres, faux mais présent. « See you never, asshole. » Et il balance son mégot aux pieds de Keith d’un geste vif, avant de se détourner pour redescendre la rue.


AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Nevh & Keith

competitive dicks with adrenaline kicks.


Tu sais très bien à quel moment tout a merdé puisque après tout c'est de ta faute si tout cela a commencé à partir en cacahuète, ta fierté à la con n'ayant rien arrangé. Mais tu n'arrives pas saisir comment cela se fait que tu ... non plutôt vous ayez laissés cela en arriver jusque là. Peut être que le pseudo départ de Nevh du camp n'a pas arrangé non plus, c'est donc une succession de petites choses qui ont fait finalement que votre relation en est arrivé jusque là. Et tu regrettes, oui tu regrettes puisque après tout Nevh est l'une des rares personnes que tu considères véritablement comme un ami proche, si tu oses dire, mais qui t'as redonné goût à la vie. Qui t'as appris à revivre dans ce monde qui n'est pas le tiens, l'un des rares qui connait ton secret et donc avec qui tu peux être totalement toi même sans qu'on puisse émettre des soupçons ou à te trouver bien étrange. Y avait toujours l'excuse du Lotus Casino comme il te l'a une fois suggérer avec ça tu as l'impression de renier tes ancêtres, ton histoire et le temps d'où tu viens et ça tu détestes ça. Tu as finalement perdu une espèce d'ancre qui te gardait un semblant d'équilibre ici bas, encore fragilisé d'être revenu du monde des morts, tu n'aurais jamais penser qu'une seule personne pouvait te déstabiliser autant et faire en sorte que ton monde change. Tu n'y a jamais pensé mais tu ne te l'avoues pas non plus, oh que non tu ne l'avoueras jamais. Déjà parce que tu en es incapable et que ça lui ferait trop plaisir de te savoir fragilisé à cause de tout cela. Tu as préféré repartir de bon pied, comme pour essayer de te trouver un nouvel ancrage car que tu le veuilles ou non, tu as l'impression que cela t'es nécessaire afin de ne pas te laisser envahir par ces ténèbres qui sommeillaient en toi et qui ont fini par être libéré depuis ton retour des Enfers.

Tu te concentres à nouveau sur Nevh alors que tu es revenus vers lui pour avoir cette discutions, peut être explications ou autre, de savoir surtout pourquoi il tient à être seul avec toi et pourquoi est-ce qu'il a choisis spécialement ce jour pour venir te faire chier. Tu sens le ton de Nevh légèrement amusé mais plus agacé ou ennuyé qu'autre chose, à te demander s'il ne serait pas venu juste pour essayer de passer le temps en te saoulant avec ce qui s'est passé entre vous. Tu montres quand à toi, un ton détaché, indifférent qui démontre que tu veux vite passer à autre chose pour retourner à l'intérieur afin de récupérer ta proie du soir. Tu craches un peu de fumée en secouant la tête pour répondre à Keith, t'accusant d'avoir déclencher ce spectacle donné à tous, " You're killing me right ? Now, it's my fault if you're a fuck weird boy who loves being the guy that everyone see. Whatever ... " , finis-tu par dire en montrant également un signe d'ennui ne voulant pas te lancer dans un tel débat qui ne servira à rien. Tu sens pourtant quelque chose au fond de toi, que seul lui est capable de déclencher. Tu l'as sentis dès que tu as posé tes yeux sur lui et ça t'énerve, ça t'énerve parce qu'il est le seul capable de ça et tu te demandes bien pourquoi. Tu continues à fumer ta clope en attendant une nouvelle réaction de Nevh, le voyant se redresser pour s'allumer une cigarette alors que tu t’apprêtes à finir la tienne. Tu ne sais pas jusqu'au où ça va aller mais ce silence à peine installer comme déjà à te faire chier. Et le voilà qu'il la ramène encore en disant que tu aurais pu l'ignorer, continuer ta route pour retourner t'amuser à l'intérieur afin d'être occupé avec celle que tu as décidé de passer la soirée. Tu te mets à rire, un rire pas du tout sincère, plutôt moqueur, " You're serious ? What da fuck man, You make me sick just to say that. Something I already know ... Com'on. " , tu essayes de ne pas te laisser emporter par la colère. Secouant la tête après avoir écouté ces conneries gardant une certaine distance et désinvolture face à Nevh, quelque chose que tu n'as jamais eu envers lui et pourtant, ça en est là aujourd'hui. Tu aimerais pourtant que ce soit le contraire, tu sens toujours cette intensité resurgir quand tu le regardes mais tu n'oses plus d'y approche par peur de reproduire les mêmes erreurs, erreur qui vient pourtant d'une envie caché. Et puis comme ça, tu le vois quitter le mur sur lequel il était adossé avant de balancer sa phrase signe de son ennui total et de le voir commencer à partir. Tu laisses ta cigarette tombé au sol et l'écraser au sol dans une colère qui peut se lire sur ton visage. Fixant la clope écrasé au sol comme si tu essayes de te soulager de quelque chose. Et puis tu ressens sa présence à nouveau près de toi, très près et ce nouvel échange qui te rappelle presque le précédant. Cette phrase cinglante et une nouvelle disparition, te laissant sur le cul alors que ton visage se transformer et que tes yeux deviennent noirs. Tu craques à nouveau, plus fort que toi, ton sang ne fait qu'un tour avant de courir en sa direction de le chopper au passage avant de le coller sans contrôler ta force contre le premier mur que tu rencontres dans cette petite ruelle. " You fucking killing me, aren't you ? What ... why did you this again ? " , tu sens ta colère prendre le dessus alors que ton regard ne change pas, viré au noir, ne pouvant même plus distingué tes pupilles. Et que ta main se porte sur la gorge de Nevh près à la serrer lentement mais surement. " Why you ... why i am ... shit ... SHIT. You make me fucking crazy. " , tu grognes près à l'exterminer mais pourtant ce n'est pas comme la dernière fois, il y a quelque chose de plus, quelque chose qui a été étouffé la fois dernière mais qui se veut plus présente maintenant. Quelque chose qui te pousse à retrouver tes esprits, ce que tu souhaites bien évidemment, éviter la même issue que la dernière fois. Mais cette sensation au fond de toi, d'être insatisfait, comme si ton corps en réclamait plus. C'est clairement ça, ton corps en veut plus, il veut contraire davantage de chose que ce simplement échange, pourquoi, comment alors que ça t'es jamais arrivé. Tu n'en sais rien mais cela te fout dans une position inconfortable vis à vis de ce que tu prétends être. Tu jettes un regard à gauche, un regard à droite avant de l'agripper violemment et de l'approcher pour goûter à nouveau à ses lèvres et être sur de ce que ton corps réclame. Une fois fais, aucun dégoût, non de nouvelles réclamations, plus précises et grandissante. Mais ça ne te plait pas, ta fierté à nouveau, tu le relâches avant de lui foutre une droite et te mettre à dire, " Don't ever touch me again ... pieces of shit. " , tout est faux, tout est semblant la violence et l'agressivité pour repousser quelque chose de nouveau et inhabituel mais tu n'arrives pas à gérer ce que tu ressens en l'instant présent, tu n'as pas l'impression que c'est toi mais pourtant. Tu recules d'un pas en fixant Nevh, comme près à partir mais de nouveau ton corps attendant une réaction pour confirmer ce que tu t'apprêtes à faire.

AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

keith & nevh

competitive dicks with adrenaline kicks

24 avril 2017 // Il marche et marche et il ne sait pas vraiment où il va, parce que ça l’emmerde d’être emmerdé, ça l’emmerde d’être touché par l’indifférence de Keith. Il est censé être comme les autres - rien du tout. Rien du tout, juste un type comme un autre, une occupation comme une autre, pas quelque chose qui le touche, pas quelqu’un qui lui fait du mal. La colère vibre dans sa poitrine, ronronne lascivement, mais il l’étouffe. Il n’a pas le temps pour ça. Pas le temps pour quelqu’un comme Keith. Il se passe la langue sur la lèvre, là où il sent encore la pression des lèvres de Keith sur les siennes. Fuckin’ asshole. Il se mord la lèvre avec force, pas assez pour saigner mais assez pour effacer la sensation fantôme.
Mais il ne va pas bien loin. Il n’a pas le temps de réaliser quoi que ce soit avant d’être plaqué contre le mur, la pierre lui frappe le dos et il grimace malgré lui, la douleur familière et rassurante et apaisant sa colère. « Y’know exactly why I did this. Look at yourself. » Un sourire s’étire sur ses lèvres, et Nevh ignore la douleur et ouvre la bouche pour poursuivre, mais la main de Keith se glisse contre sa gorge et serre, lentement. « Fuck, that’s why I did it. Seems to works every damn time. » Son sourire s’évanouit lentement, devient un fantôme sur ses lèvres, mais son regard brûle, ses pupilles dilatées par le joint, par la tension, par la pression contre sa gorge et la présence du corps de Keith trop près du sien. Et Keith perd la tête, face à lui. Ses paroles n’ont aucun sens, et Nevh l’observe, silencieux, parce que cette fois, il ne veut rien dire et veut voir les barrières s’effondrer dans le regard de Keith. Come on. Puis, le sourire réapparaît, acéré. « You think this is me making you go crazy? » Un rire s’échappe d’entre ses lèvres, rendu plus rauque qu’à l’ordinaire par la main qui enserre toujours sa gorge. Il inspire. « You should see how crazy I’d make you go, if you’d let me. I’d make you forget your own fucking name, Stark. » Il voit que le regard de Keith s’est assombri, mais il semble différent de la dernière fois. Nevh efface ce constat avec indifférence. Il gagne toujours, quelque part. Il a encore gagné, obtenu une réaction, quelque chose. Il pousse ses coudes contre le mur, garde la tête contre le mur mais rapproche tant bien que mal son corps de celui de Keith, le regard toujours plongé dans le sien, défiant. Et le silence, alors que Nevh scrute Keith, immobile, maintenant. Do something. Come on.

Le regard de Keith se promène de part et d’autre de la ruelle. Nevh ne bronche pas, il attend. Come on. Et ça arrive enfin - les mains de Keith s’emparent de lui avec violence, sa main quitte sa gorge et Nevh peut enfin respirer pour une fraction de seconde, avant qu’il ne l’embrasse. Holy motherfucking shit. Il a envie de rire mais se l’interdit, juste le temps que le contact dure, et il lève les mains pour les poser sur Keith, sauf qu’il le repousse aussitôt, et Nevh ne voit pas venir le coup. Il retourne heurter le mur, se laisse glisser contre celui-ci, et le goût du sang lui envahi la bouche et il a l’impression d’être ivre. Don’t ever touch me again. Cette fois, Nevh se met à rire. Ca lui secoue le corps tout entier, parce que la victoire a le goût de sang mais qu’il n’en attendait pas moins de la part de Keith, et qu’il est toujours aussi imprévisible, et ça rend Nevh complètement ivre. « Yeaaah, that’s what I’m talking about. Knew you’d like it rough. » Il parvient à le dire au milieu de son rire, et il laisse sa tête tomber en arrière, appuyée contre le mur, le regard sur Keith et il rit encore. Puis, lentement, le rire s’éteint, et il incline la tête, l’incendie dans le regard et le danger sur les lèvres. « But, dude, that was so fucking gay. How’s your ego holding up? Does it hurt? D’you wanna punch me again? » Son sourire s’étire, et de dangereux, il passe à prédateur. Il se sent surpuissant, là. Parce qu’il a gagné, parce qu’il a le pouvoir, quelque part. Il reste au sol, mais il a l’impression d’être immense. « Next time, just ask nicely. » Puis, il reprend, et cette fois, entre les flammes de l’incendie qui brûle son regard, il y a quelque chose d’autre. « Don’t look at me like this. Y’know what, I’ll make you a promise. » Il laisse les flammes danser un instant, et poursuit. « I won’t fucking touch you, ever again. » Il se redresse lentement, fait face à Keith. « We both know you’ll be the one touching me. » Un nouveau rire lui échappe. « Fuck, you’ll probably beg for it. Admit it, you fucking want this. » Il s’approche de Keith, prend soin d’envahir son espace, et murmure à son oreille. « You want the easy thing? Get back inside, your girl’s waiting. But y’know what, I think we both know she ain’t what you want. » Il recule, s’adosse contre le mur et fixe Keith. « You gotta get your shit together, man. » (Mais vraiment, ce qu’il dit n’a aucune importance, parce que son attitude le crie, et le sang dans ses veines aussi, et peut-être même le reste du monde : I won, I won, I won, I won, I fucking won.)


AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
 
competitive dicks with adrenaline kicks. (keith)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Another study time with you {PV Keith}
» Randal Keith Orton.
» KEITH PARKINSON
» August Raffaelo Luttazzi ► Keith Powers
» Bibliographie batailles / soldats / art

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
cities.
 :: (sanford) :: rues.
-