AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  howl at the moon - KeithVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Alice Hunter
+ messages : 132
+ face and credits : Lindsay Perry - .cranberry


22 mars 2017. La soirée s'était annoncée douce pourtant. Pas de nuages venant voiler les étoiles. Pas de vent frais pour la faire frissonner. Pas de soucis, de responsabilités ou de cauchemars en vue. Pour cela qu'elle restait allongée dans l'herbe, non loin des deux maisons. Le givre n'avait pas fait d'apparition depuis un petit moment et tout dans l'air avait des allures de printemps. Un printemps encore frêle, certes, mais Alice pouvait le sentir autour d'elle. C'était ténu, presque fugace, des indices disséminés ici et là. Pas besoin d'être enfant de Déméter pour s'en rendre compte.

C'est le craquement d'une branche qui attira son attention. D'un coup d'oeil, elle embrassa le décor et tomba sur la silhouette raidie de Keith. Visiblement, il n'avait pas remarqué sa présence dans le coin, trop occupé à regarder le ciel.

Sur son visage, les premiers éclats de la lune venaient faire briller ses prunelles. Alice s'attarda sur ce tableau, émue par la dureté des traits du garçon que l'aura argentée adoucissait. Le temps sembla suspendre sa course... et puis Keith se secoua soudainement , comme sorti d'un songe lointain. Elle aurait aimé que cela perdure, pas seulement pour la beauté du moment mais surtout pour ne pas avoir à contempler l'expression qui siégeait à présent sur le visage de son compagnon de chambrée.

Quand il s'éloigna, le premier réflexe de la jeune femme fut de se redresser. Avant de stopper tout mouvement. Pensivement, elle observa le chemin par lequel il avait disparu, pesant le pour et le contre. Keith n'avait jamais aimé qu'on se fasse trop curieux. Derrière ses airs sans gène et un peu extravertis, il restait quelqu'un d'assez secret malgré tout. Elle l'entendait parfois s'agiter la nuit sans lâcher le moindre bruit et si la plupart du temps, il y avait l'aide d'une femme – et bruitages en prime dans ces cas-là – Alice se doutait qu'il pouvait aussi en être tout autrement. Ils n'ont jamais été proches tous les deux, leurs caractères semblant marquer une limite qu'elle ne comprenait pas vraiment. Oh, elle était habituée à ce qu'on se fasse réticent devant sa manière d'être, bien qu'en général, les gens restaient naturels. De temps à autre, néanmoins, quelques personnes refusaient sa façon de voir le monde. Nevh et Ronan étaient de ceux-là. Keith l'était probablement aussi.

Mais est-ce qu'elle devait retenir son instinct pour autant ? Mordillant sa lèvre inférieure, ses yeux bleus toujours bloqués sur le chemin désert, elle hésitait. Finalement, elle opta pour lui laisser un peu d'avance et alla chercher un gilet pour se protéger du vent que l'on trouve en ville. Dans un sac, elle glissa un plaid, un paquet de biscuits au chocolat et deux bières fraîches. Kit de secours en cas de coups durs.

Elle ne croisa pas grand monde sur son chemin vers Sanford. Discrète dans sa jupe de bohémienne et son débardeur, ses sandales ne faisaient pas grand bruit à travers la forêt. Et une fois parvenue en ville, elle enfila son gilet en grosses mailles, comme prévu. Le temps s'adoucissait une fois la nuit tombée. Elle se demanda si Keith le ressentirait malgré la colère qui semblait suivre ses pas. Alice lui avait laissé une petite heure d'avance, et il lui fallut une demi-heure de plus pour pouvoir le retrouver. Les étoiles avaient été son seul indice cette fois-ci, et quelque part, elle était soulagée qu'il n'ait pas été trop loin. Posté sur le toit d'un bar un peu bruyant, il était presque invisible de là où elle se trouvait. S'il n'avait pas bougé à ce moment-là, son attention n'aurait pas été attirée dans sa direction. Mais avec des si, on refait le monde.

Silencieuse, la fille de Déméter s'engouffra entre les deux immeubles, et leva le regard sur l'échelle murale. Bien sûr qu'il l'avait remontée, la solitude lui sied comme un gant. Cette vision la fit se mordre les lèvres à nouveau. Certains diraient que c'était de la stupidité d'agir contre la volonté de Keith, et elle leur donnerait probablement raison. Mais si, pour avoir ne serait-ce qu'un faible espoir d'aider son camarade, elle devait accepter les moqueries, alors elle embrasserait l'étiquette de la stupidité sans aucun regret.

Aussi prudente fut-elle dans son escalade, elle parvint tout de même à s'écorcher les mains. Mais tant pis, l'échelle était descendue. Le grincement caractéristique aurait pu réveiller les morts du coin, mais personne ne montra le bout de son nez. Faut croire que le bar faisait un boucan plus terrible encore.

Sans attendre davantage, elle grimpa les marches jusqu'au toit, et chercha Keith du regard. Le voyant assis à contempler de nouveau le ciel, elle prit un instant pour respirer calmement. « Keith ? » Elle eut l'impression qu'il se figea, mais n'en fut pas certaine. Avançant, elle ne le quittait pas des yeux. Et lui tendit enfin l'une des deux bières. « C'est ça, ou des gâteaux au chocolat. Et non, ce n'est pas moi qui les ai faits. »

_________________
Elise for the win:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Alice & Keith

howl at the moon


Une longue journée derrière toi après avoir pratiqué différents entraînements pour les membres du troisième camp qui se sont inscrit à tes exercices afin de continuer à apprendre ou savoir ce défendre. Bon en réalité ce n'est pas seulement cela qui t'a fatigué mais l'accumulation total de la journée, entre les entraînements, les occupations et amélioration à faire dans la maison deux et à ta mission personnelle que tu devais à tout prix faire ce jour là malgré ton emploi du temps chargé. Mais en fin de journée, tout ceci te rendait plutôt heureux de tes accomplissement mais surtout dans l'idée que tu allais pouvoir dormir comme un ours en hibernation une fois allongé sur ton lit. Mais c'était sans compter les caprices de tes cauchemars du moment qui est à peu près toujours le même en ce moment, tu te réveilles d'une longue nuit, les yeux brouillés par de l'eau. De l'eau au premier coup d’œil mais très vite tu ressens ce goût de fer en bouche, cette vision d'horreur de ton corps baignant dans une marre de sang à l'extérieur des maisons du camp, des corps de demi dieux parsemés un peu partout. Ton glaive pas très loin tu remarques que tes bras sont totalement ensanglantés et que tout porte à croire que tu es l'auteur de se massacre. Alors que petit à petit tu découvres les visages de tes camarades sans vie, de tes amis et de tes proches même d'antan, tu as l'impression de te retrouver dans un cercle infernal incapable de pouvoir faire quoique ce soit, d'ailleurs tu as l'impression que ton corps ne réagit pas à ta détresse, tiraillé et horrifié de l'intérieur. Tu te vois pourtant marcher d'un pas sur et sans émotion vers un miroir qui se trouve en plein milieu de cette vision de cauchemar et c'est là que tu te vois, ton reflet, ton visage, ton corps mais pourtant tu ne te reconnais pas. Cette expression sur ton visage, ce sourire carnassier qui semble satisfait de ce massacre, tout ce sang sur toi qui ne te fait même pas frémir et surtout ces yeux noirs, profond et vide de toutes émotions. Tu relâches un cri de détresse de l'intérieur de ton corps mais ce qui en ressort n'est autre qu'une rire mauvais et moqueur de celui que tu observes dans le miroir. Tu essayes de toute tes forces de récupérer le contrôle de ton corps par ta volonté, quand tu te sens reprendre le dessus sur cet être qui n'est pas toi, tu donnes un coup de poing dans le miroir afin de le briser comme un signe de rupture, de combat qui montre que tu ne te laisseras pas faire mais dont ton reflet prend un malin plaisir à prendre cela comme un défi.

Et c'est à ce moment là généralement que tu te réveilles, comme ce soir, en sueur mais sans un bruit simplement ta respiration qui se veut un peu plus rapide et appuyé. Tu te redresses en mettant ta tête entre tes mains avant de les laisser glisser le long de ton visage pour venir ensuite caresser lentement ton cou tout en fixant le plafond d'un regard désespéré et interrogateur. Tu finis par te lever après quelques minutes de répit pour te diriger vers la salle de bain sans réveiller ceux qu sont susceptible de dormir bien que tu ne vois pas Alice présente dans son lit. Tu laisses un peu l'eau couler en levant le robinet avant d'en prendre un peu dans tes mains et te l'appliquer sur le visage, tu te fixes pendant un moment dans le petit miroir juste en haut du lavabo en lâchant un soupire assez affirmé signe de ton incompréhension dû à ses cauchemars avant de secouer la tête dépité à l'idée de retourner dormir et te laisser à nouveau plonger dans ce genre de cauchemar. Qui si récurrent signifie bien quelque chose pour toi mais quoi ? De ce fait, tu préfères largement rester éveiller, voir même sortir pour ne pas repenser à ça, te laisser torturer par ça ou continuer à subir cela en restant ici. Tu t'habilles donc assez rapidement et de manière plutôt discrète vu que la nuit est là, des vêtements de nuit donc plutôt sombre, d'ordinaire tu ferais attention à ce que tu portes surtout sous les conseils avisés de Kenna mais là, tu n'as qu'une envie, d'échapper au plus vite de cette tourmente alors tu prends les premiers vêtements dans le ton choisis qui vient. Tu t'échappes ensuite assez rapidement de la maison tout aussi discrètement que tu l'es dans ta chambre pour ne pas réveiller qui que ce soit au cas où. Une fois à l'extérieur, tu te mets à marcher d'un pas assez lent au début en ne cessant de te questionner sur tout ça, à te demander si ces cauchemars ne te viennent pas de ton séjour aux Enfers ou si ce n'est pas lié à quelque chose d'autre. Avec toujours en tête, cette idée de savoir si c'est un potentiel toi qui est capable de surgir sous cette forme dont tu te vois dans ces cauchemars. Sortant rapidement de tes pensées sans faire attention au monde qui t'entoure, une idée précise du lieux où tu veux te rendre. Tu accélères cette fois ci le pas, le regard lourd, brute et impassible signe de ton état actuel d'incompréhension et ça tu détestes ne pas savoir quelque chose qui tourne autour de toi.

Tu files assez rapidement en centre ville, à Sanford, pas si loin que ça du camp mais ça ne te dérange pas de marcher, d'une parce que tu es encore incapable de bien conduire et de deux parce que marcher s'avère être une bonne solution pour penser à autre chose et ne pas te laisser aller à trop de question. Mais tu sais finalement que le seul remède qui va te permettre d'améliorer ta nuit et une bonne bouteille de vodka. Et c'est bien pour ça que tu te diriges vers un bar/club assez animé de nuit qui te permettra d'être dans une toute autre ambiance sans pour autant y participer. Tu ne te sens pas d'humeur à faire la fête mais simplement à boire et à ne rien pense. C'est alors qu'une fois sur place, tu entres dans le bar simplement pour acheter deux bouteilles de vodka avant de ressortir, ton idée ? Comme tu aimes bien être en hauteur mais surtout d'humeur à rester tranquille et seul. Tu as ton petit coin sur le toit de ce même bar à pouvoir écouter l'ambiance, la musique mais à rester en tête à tête avec ta bouteille, l'humeur au placard. Tu as donc grippé à l'échelle avant de la remonter pour être sur de ne pas être dérange par des personnes trop ivres capable de monter ici pour faire le show à leurs amis car tu n'es pas non plus d'humeur à jouer le super héros qui va sauver ces cons d'humains pas capable de ce gérer sous l'influence d'un produit. Bref, une fois assis sur le rebord du toit du bar/club, la bouteille de vodka ouverte que tu commences à entamer, écoutant le rythme un peu éteins de la musique lorsque les portes sont fermés, incapable de bien distinguer ce qui se passe en bas ou un peu au loin à cause des néons sous tes pieds qui t'aveuglent quelque peu. Tu te concentres plutôt sur la Lune, le symbole de ta mère, en la fixant réclamant presque une réponse à ce qui t'arrives, croyant presque qu'ELLE sera capable de te répondre et de te guider. Une illusions malgré l’existence concrète, trop occupé à rêvasser tu n'entends pas la personne monter sur le toit puis bon avec le bruit des gens en bas et de la musique ... C'est le son de sa voix, pas inconnu, qui te fait sortir de tes songes dans un léger sursaut croyant pendant un quart de seconde avoir entendu la voix de ta mère car n'ayant pas du tout distinguer celle d'Alice mais bel et bien d'une autre personne. Tu tournes la tête vers elle en te demandant bien ce qu'elle fait ici avant de comprendre qu'elle a surement dû te suivre, " Je te remercie mais j'ai déjà ce qu'il me faut ... " , dis-tu d'un ton banale sans émotion particulière en faisant bouger la bouteille de vodka dans ta main avant finalement d'ajouter, plus fort que toi en voyant le ton que tu as pris avec elle, " Mais je veux bien des gâteaux si ce n'est pas toi qui les a fait ... " , tu essayes de sourire, tu y parviens même mais que très peu appuyé, très vite rattraper par ton humeur de la soirée et par cet appel fait à la Lune.


AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alice Hunter
+ messages : 132
+ face and credits : Lindsay Perry - .cranberry
« Mais je veux bien des gâteaux si ce n'est pas toi qui les as faits... »

Un peu plus et Alice levait les yeux au ciel à cette tirade. A la place, elle garda une expression légèrement amusée et vint prendre place aux côtés de Keith, lui tendant le fameux paquet de gâteaux au chocolat, merci le supermarché. « Un jour, je t'en ferais qui te feront tomber par terre. » La lueur qu'elle perçoit quasiment aussitôt dans le regard masculin la fait soupirer. « De plaisir, Keith, de plaisir. » Oh, elle y parviendra un jour. Pour le moment, elle ne brille que par sa ratatouille, ses frites de patates douces, et son poulet rôti, mais elle ne compte pas baisser les bras. Et il y avait intérêt à ce que Keith soit toujours là pour goûter ses tentatives plus ou moins ratées de tarte aux pommes. Donc non, elle ne comptait pas tuer son testeur, quelle idée.

L'air frais qui vint faire voleter ses cheveux lui rappela leur emplacement. Distraitement, elle laissa ses yeux voyager sur le paysage que s'offrait Keith ce soir. Sanford n'avait rien à voir avec New-York ou San Francisco. La ville en contrebas n'était qu'ombres mouvantes, illuminées par quelques rectangles de vie. Des bâtiments se dressant dans l'obscurité, dont les fenêtres laissaient à imaginer l'intimité des gens. Elle remarqua une famille en train de dîner tardivement, un enfant sur sa console , et d'autres scènes personnelles dont elle ne devrait pas avoir connaissance. Alors son regard glissa sur la silhouette de profil de son camarade de maison. Silencieuse, elle l'observa, s'imprégnant des traits qu'elle connaissait pourtant par cœur. Ses lèvres s'étirèrent dans une ébauche de sourire tendre avant que les coins ne s'affaissent, et qu'elle reprenne sa contemplation de leur ville. Les sons du bar la réchauffaient un peu, comme si la musique et les rires qu'elle percevait pouvaient la faire vibrer de l'intérieur. Elle attrapa sa bière et l'ouvrit avec habileté, prenant déjà une gorgée. Encore fraîche, Alice se sentit aussitôt frissonner, et ferma les yeux pour se concentrer sur l'instant. Sur tout ce qu'il y avait autour d'eux. Au loin, elle perçut les roues d'une voiture qui freinait durement sur l'asphalte. Les pas d'un groupe dans la forêt un peu plus au nord. Le piétinement juste sous haut des danseurs qui s'animaient plus ou moins en rythme. Elle se gorgea de toutes ces sensations, de tous ces détails qui lui rappelaient sans cesse qu'elle ne serait jamais véritablement seule ici bas. Encore moins si elle ne le souhaitait pas.

Qu'en est-il de Keith? Elle ne connaissait pas son histoire en détails, et n'avait jamais posé de questions. Le silence est d'or pour ceux qui peuvent le comprendre. D'un geste, elle tira le plaid de son sac à dos et le posa sur leur dos. Un coup d'oeil la fit sourire. « C'est bon, il va pas te manger. » S'il râlait, elle allait répliquer. C'était certain. Oh pire, ça le ferait parler, et quelque part, ça la rassurerait elle. Pas habituée à ce qu'il reste aussi pensif. Repliant un bras autour de son ventre, elle porta à nouveau le goulot à ses lèvres. Le silence revint, tranquille. Alice ramena ses jambes contre elle, et reprit sa contemplation du monde comme s'ils allaient recevoir une réponse à une question qu'elle ne connaissait pas vraiment.

La mélodie changea, et elle pouffa. « Edelweiss aime cette musique. » Elle avait vu la blondinette danser sur cet air-là le week-end dernier. Enfin, en même temps, Edel pouvait danser sur n'importe quoi. Donc bon. Pensive, la fille de Déméter se remémora les visages des demi-dieux du troisième camp, imaginant untel ou unetelle se déhancher sur ce qu'ils entendaient présentement. Son sourire s'élargit et elle secoua un peu la tête, se moquant d'elle-même et de la tournure de ses pensées. « On devrait danser Keith. Toi, moi, et la foule qu'il y a en bas. Sous les étoiles si tu veux. Pieds nus même. Tout ce que tu veux qui pourrait effacer cette expression de ton visage. » L'excitation que l'on percevait au début de sa tirade se calma peu à peu, et aux derniers mots, elle tournait la tête dans sa direction. Son sourire prit une teinte désolée et elle secoua les épaules. « Comment veux-tu que je l'ignore ? » Voyons, comme si c'était dans ses cordes, d'ailleurs.

_________________
Elise for the win:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Alice & Keith

howl at the moon


Tes yeux se sont à nouveau rivé à la Lune étrange être qui te semble familier mais dont en réalité tu ne sais que peu de choses. Tu te rends compte que finalement, c'est le même sentiment qui se bouscule en toi lorsque tu penses à ta mère, une mère que tu n'as jamais vu, jamais entendu. Tu as déjà eu quelques sensations, ressentis, un frisson comme si quelqu'un t'observait ou était passé à côté de toi. Ton espoir voulant que tu t'attaches à ces choses banales en pensant que ça sort de l'ordinaire et que c'est peut être une manifestation de l'aura divine de ton parent divin. Mais depuis ta mort, tu ne te fais plus aucune illusion, alors que tu as prié les dieux pour te sortir de ce calvaire qu'était ta mise à mort, tu n'as reçu aucune aide pas même celle de ta mère. Alors aujourd'hui, tu as perdu foi, peut être pas envers tous les dieux puisque tu resteras toujours fidèle à certains comme Jupiter ou Mars. Mais Trivia ... et malheureusement c'est dans ces moments là alors que tu te sens au plus faible, parcourus par ces cauchemars à répétitions, que tu ne cesses de penser à tout ça, à ce qu'était ta vie et au pourquoi tu es à nouveau présent, dans ce monde là, à cette époque ci. Et plus tu avances plus tu te dis finalement que cela est plus une représentation de l'Enfer qu'autre chose, même si tu as littéralement été en Enfer et que ce n'est donc pas comparable. Mais de vivre dans un monde inconnu, condamné à revivre par cauchemar ta mort, à repenser à toutes les personnes que tu as perdu à cette époque là et à toutes les désillusions auxquels tu fais face de plus en plus. Une nouvelle épreuve des dieux ? Peut être mais à quoi bon en sachant que tu as déjà tout perdu, ton camp, ton statut, ton honneur, ton entourage, ta vie. Que te reste t'il à prouver ? Que malgré tous ces malheurs qui te tombent dessus, tu es capable de te relever afin d'y faire face, de te battre et d'en sortir vainqueur ? Mais pour gagner quoi ? Et pour qui surtout vu que tout ceux pour quoi tu t'es battue n'est plus que souvenir maintenant et que ton camp pour qui tu es mort ne t'es même plus accessible.

Tu te mets à soupirer lourdement avant de te faire revenir à toi par la voix d'Alice, tu l'aurais presque oublier avec toutes ces conneries que tu as en tête. Tu fixes un instant le paquet de gâteau qu'elle te tend en te demandant pourquoi avant de te rappeler que c'est toi qui ai fait la demande. Tu hoches de la tête avant de poser ta bouteille et prendre le paquet pour grignoter quelques gâteaux. Tu écoutes ensuite ce qu'Alice a à dire avant de retrouver ce petit sourire sur ton visage que même toi tu ne trouverais pas sincère, si tu pouvais te faire face et te mettre une racler pour te réveiller, tu le ferais avec un plaisir sans nom. " Oui, tu t'es bien rattraper parce que j'aurai plutôt dit de prendre ça au sens littéral et donc me voir raide mort après une bouchée de tes gâteaux. " , tu tentes de rire mais il n'y a qu'un léger son qui parvient à se déployer de ta gorge mais pas assez enjoué ou appuyé pour qu'on ressente réellement le sentiment d'une joie certaine. Mais heureusement Alice passa rapidement à autre chose pour se mettre à observer la ville et les gens présents autour de vous. Pour ta part, tu t'allonges à nouveau pour fixer la Lune afin de replonger dans tes songes. Repensant finalement à l'idée que depuis ton retour parmi les vivants tout semble s'empirer, comme ce qu'il s'est passé l'autre soir ou avec Nevh. Cette manifestation de ton pouvoir qui se veut incontrôlable et involontaire encore une chose sur lequel tu dois travaille et tenir compte pour ne pas que tout parte réellement en vrille. Même si finalement ça serait peut être une solution, de tout abandonner, de te laisser aller aux ténèbres pour peut être rejoindre plus facilement et rapidement le monde de paix que tu as réussis à trouver après ta mort. Bon tu te mens à toi même en vrai en disant paradis puisque même en Enfer tu étais en proie à tes tortures, c'est peut être pou ça que tu es de nouveau envie à cause de ce goût de ne pas avoir régler tous tes comptes sur terre, notamment envers le Sénat qui s'est fait un malin plaisir à t'assassiner après tout ce que tu as fais pour eux. Tu te réveilles à nouveau quand tu sens Alice passer son bras autour de toi pour y déposer un plaid, tu hausses un sourcil avant de laisser ton naturel reprendre petit à petit le dessus, " Si tu as envie de me pécho tu sais y a pas besoin de faire tout ça hein ... " et là finalement tu souris pour de bon, un sentiment d'échapper enfin à tout ce qui te passe par la tête et qui te saoule à force en vérité. Alors que le silence reprend place, tu choppes à nouveau la bouteille de vodka que tu as acheté afin de boire quelques gorgées pour sentir cette sensation au combien puissante et excitante de l'alcool brûlant parcourant ta trachée. Alice se mit à parler d'Edel par rapport au changement de musique de la boite de nuit et tu hoches de la tête puisque ce qu'elle dit et vrai, que tu l'as déjà constaté de tes yeux également. Edel, c'est cette petite boule d'énergie de la maison deux qui réussit à mettre la joie et un peu de folie partout où elle passe, un bien fou quand tu vois l'état psychologique des autres membres de la maison deux, dont toi. Tu te mis à fixer Alice alors que tu allais reprendre une petite gorgée de ta boisson préféré, tu secoues la tête en haussant un sourcil, " Tu crois vraiment que j'ai envie de danser là ? Je suis le premier à faire la fête d'habitude mais là je veux juste resté tranquille et donc pas spécialement avoir l'envie d'être entouré d'ados surexcité et ne tenant pas l'alcool. " , tu te mets à sourire en coin, un petit pique lancer à ces petits bonhommes en bas du bâtiment sur lequel vous êtes logés, puis tu commences à boire à nouveau, les yeux détournés d'Alice, " Hummmf ... Je ne t'ai pas demandé de l'ignorer mais je ne te demande pas non plus d'y prêter attention ... là est toute la différence. Je suis conscient de mon état, je tiens simplement à ce que personne n'intervienne parce que ça ne regarde que moi ... " , ceci étant dit tu te rends un peu compte que peut être cela a été dit d'une manière plutôt sèche mais si ça peut éviter à ce que quiconque cherche davantage plus loin, et bien tant mieux.

AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
 
howl at the moon - Keith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Howl At The Moon à Paris (Convention)
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» 01. Another study time with you {PV Keith}
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
cities.
 :: (sanford) :: bars et boîtes de nuit.
-