AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  Death everywhere | AlyciaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Alycia E. Ginger
+ messages : 49
+ face and credits : Shelley Hennig - Ice

Alycia Ginger
ft. Shelley Hennig
↘ carte d'identité
nom : Ginger + prénom(s) : Alycia Eudora + surnom(s) : Aly - Al - Lycia (par Jules) + âge : 25 ans + nationalité et origines: Américain et Brittanique + date et lieu de naissance : 1992, 3rd October à Manhattan + orientation sexuelle : bisexuelle + statut civil : très célibataire + occupation : Garde-chasse + groupe : Wild ones

parent divin : Arès + pouvoir(s) :Force surhumaine + Invocation des armes + arme de prédilection : Le katana + particularité : Aura de violence qui effraie les gens(annexe).

↘ caractère
Have you ever been with boys all your life ? Nan ? Et bien ça vous forge le caractère. Cela a fait d'Alycia une femme forte émotionnellement, un peu brutale dans ses paroles et avec un franc parler qui vous ferait tomber des nues. Et puis ça transforme la façon de penser et de se tenir, on devient vite décontracté, un peu vulgaire et on ose parler de tout, tout en ayant un esprit aussi tordu, voire plus tordu, que le leur. Ca c'est Alycia : ce qui se rapproche le plus d'un garçon manqué, mis à part le fait qu'elle sait être très féminine si vous voyez ce que je veux dire [enfin, n'allez pas imaginer que mon esprit est aussi mal placé que le sien]. Ce qui m'amène à vous dire qu'Alycia est en fait très séductrice, mais pas toujours subtile, et qu'elle parvient toujours à ses fins. Complètement dénuée de tout complexe quant à son corps ou son caractère elle n'hésitera pas une seconde à mettre les autres mal à l'aise pour x ou x raison.

En dehors de ça, Aly est plutôt du genre combative, impulsive, un peu violente et ne contrôlant pas sa force ce qui lui porte souvent préjudice. Pourtant elle ferait tout pour ses amis car elle est quelqu'un de très dévouée et de très fidèle et qui malheureusement pour elle s'attache trop vite et fait confiance trop rapidement en raison de son altruisme et de son côté responsable et curieux. Très colérique elle s'emporte généralement rapidement et peu passer du chaud en froid en quelques instants. Pourtant elle est naturellement positive et optimiste, cherchant probablement un rayon de soleil dans sa vie misérable. C'est en réalité avec leur vie sans cesse en danger qu'elle a appris à vivre le moment présent, sans jamais se soucier du futur (un peu trop naïvement peut être), et à être heureuse de peu de chose.

Alycia aime la solitude, c'est pour ça qu'elle est devenue garde-chasse, entre autre, mais elle aime surtout la compagnie des hommes, n'étant pas très proche des femmes en règle général. Elle aime se sentir aimée et désirée, ce qui flatte son égo et son côté narcissique. Puisqu'elle sait qu'elle à tout pour plaire, elle aime jouer de son charme naturel sur les hommes. Et puis c'est utile pour tout savoir sur tout, ce qu'elle adore.

L'humour c'pas trop son truc, elle est plutôt cash et son humour est assez noir et décalé, et elle en est même cynique. Alycia a un côté sarcastique mais en fin de compte elle est plutôt taquin. On ne pense pas au premier abord qu'elle puisse être si attentionnée et douce avec ses amis mais au fond d'elle elle ne cherche qu'un peu d'amour. Son côté glacial et un peu hautain est en réalité loin d'être son réel caractère et si on cherche à creuser avec elle, Aly risque de rapidement laisser tomber cette façade.

Sa plus grande peur est elle-même : elle s'effraie de ne pas arriver à contrôler sa force, mais également de devenir dangereuse pour les autres lors de ses accès de colère, tout sentiment instable comme la peur, le stress ou la colère pouvant faire apparaître et diriger contre les gens des armes sans qu'elle ne s'en rende réellement compte, son inconscient travaillant pour elle.

↘ Depuis combien de temps sais-tu que tu es un(e) sang-mêlé(e) ?
Half-blood and proud to be. Je pense qu'au fond d'elle, une petite part l'a toujours sur. Bon d'accord elle n'a jamais cru en la mythologie, mais cela l'a toujours intriguée et elle a toujours été plus forte physiquement que la moyenne, aimant ainsi se comparer aux héros antiques. En réalité elle n'était pas bien loin du compte. Alycia n'a pas eu une vie des plus faciles, mais la première fois que son pouvoir d'armokinésie s'est manifesté elle avait 11 ans. Elle rentrait chez elle de l'école comme tous les soirs et s'est fait attaquer en traversant le bout de forêt qui menait jusqu'à chez elle. Alors, n'ayant rien d'autre que sa force (amplifiée certes mais tout de même) d'enfant, contre deux hommes qui tentaient d'abuser d'elle, elle ferma les yeux en serrant les points, espérant avoir une arme, quoi que ce soit, pour se défendre. Et quand, par magie, elle se retrouva avec un poignard dans la main, elle l'utilisa contre les deux hommes avec une aisance inouïe puis il disparu. C'est ainsi qu'Alycia eu la connaissance de ses pouvoirs. Elle en a parlé à sa mère parce que cela lui avait fait peur et cette dernière pensa que sa fille s'était droguée.

Deux ans plus tard, à l'âge de 13ans, la fille d'Arès fut trouvée par un satyre qui recherchait des demi-dieux dans la forêt où elle habitait. Il l'a emmené à la colonie et lui au moins la croyait lorsqu'elle parlait de ses armes qui apparaissaient quand elle était en colère ou en danger et qu'elle pouvait les contrôler avec l'esprit. Il lui appris de qui elle était l'enfant, et lui expliqua également que son hyperactivité et sa dyslexie ne faisaient pas d'elle un enfant retardé par rapport aux autres, bien au contraire.

↘ As-tu pris part à la bataille de Manhattan/du mont Othrys ? Et celle contre Gaïa ? Si oui, à quel camp as-tu choisi d'être loyal(e) ?
The war I fought was worse than all you can imagine. Les batailles dont vous parlez, je n'y étais pas. J'ai quitté la colonie des sangs-mêlés bien avant même que les "romains" fassent leur apparition. Non moi j'étais déjà seule, vivant dans ma cabane dans les bois. Mais si je suis là-bas il y a une raison qui vaut probablement tout autant que votre guerre, et ses répercussions sur mon être ont été... dévastatrices. Je ne sais pas si vous avez déjà été... au centre d'un monde si violent et si dur que vos pauvres petites oreilles d'enfant innocent ne peuvent le supporter. Que vous devez vous cacher sous votre lit parce que votre mère reçoit quelqu'un, et que votre lit est en réalité la banquette de la cuisine de la caravane dans laquelle vous vivez. Vous n'avez pas idée ce que c'est que de vivre dans la peur, dans cette peur d'être abusée à tout moment, fermer les yeux un instant puis les rouvrir, le ventre tordu par la douleur de vos contusions, et par la peur d'être battue à nouveau. Non vous ne savez rien de tout cela. J'ai vécu des choses avec lesquelles même la guerre ne rivalise pas. J'ai vu ma plus proche famille mourir de mes mains, j'ai vu leur sang couler  dans le lavabo alors que je frottais ma peau, les yeux embués de larme, pour retirer toute trace de cette mort qui semble s'être greffée à ma vie. On ne voit plus la mort pareille ensuite, on ne veut plus tuer, on veut sauver. Je veux sauver.

↘ Et maintenant, que deviens-tu ?
I am so lonely. Depuis trois ans Alycia vit dans la forêt. Enfin, elle l'a toujours fait, mais désormais c'est par choix. Elle se rend peu à la ville, seulement pour acheter à manger en fait, elle a une moto pour s'y rendre, mais le couvert des arbres est beaucoup plus rassurant aux yeux d'Alycia. Elle est garde-chasse et son but est et bien, d'empêcher les gens de chasser, de protéger la faune et la flore des gens cons qui viennent en foutre partout avec leurs pique-nique, d'éviter toute sorte de braconnage. C'est un peu une gardienne de la forêt : Artémis pourrait être fière d'elle, mais en fait, Alycia en aurait rien à foutre. Elle n'est pas toute seule à faire ça, d'autres hommes font ça avec elle, et puis elle vit dans un petit chalet dans la forêt, avec un garçon qu'elle a ramassé. Il est... Comment dire... Bizarre. Alycia ne sait pas trop quoi penser de lui. Elle l'a ramassé agonisant il y a plusieurs années et depuis il vit avec elle, ils dorment dans le même lit, elle le nourrit et le loge, et pourtant, leur relation est comme le ciel, un jour bleu et sans nuage, le lendemain noir et orageux. Et puis elle ne sait pas réellement ce qu'il pense, il semble n'avoir aucune confiance en elle et pourtant : il est tout ce qui lui reste.
derrière l'écran
Ice | Crazyness
âge : 19. + présence : essentiellement les weeks end je suis en prépa + personnage inventé ou scénario/pv : scéna de Jules + un dernier mot ? euhm cookie ?

_________________
But love doesn’t make sense.
Tu ne vois que ce que tu veux voir. Creuse, creuse encore... Tu verras qu'au plus profond de toi il y a plus que cela. Les grecs avaient raison. Connaîs toi toi même et tu connaîtras le monde et les dieux.
credit.wildheart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alycia E. Ginger
+ messages : 49
+ face and credits : Shelley Hennig - Ice
My life, their tragedy

Il fait froid. C'est l'automne et la caravane est mal chauffée. Zaya regarde sa fille qui dort dans un berceau. Bordel comment elle a pu se retrouver avec un gosse sur les bras ? Putain c'est ça de faire des conneries avec trop de gens.
Et pourtant, il faut croire que Zaya a un coeur. La prostituée avait rapporté son gosse chez elle. Maintenant qu'elle l'avait, autant s'en occuper. Elle avait essayé d'avorter mais sans succès, et elle ne pouvait pas expliquer pourquoi -on ne se débarrasse probablement pas d'une progéniture divine si facilement. Pauvre Alycia, dans quel monde venait elle de naître ? Zaya avait une soeur dans le Missouri. Autant dire qu'elle n'allait pas lui envoyer sa gamine, déjà qu'elle avait trois gosses. Ils se verraient à Thanksgiving va, ça lui ferait des amis. La femme de 22 ans regarda sa caravane : sa fille devrait se contenter de ça.

Et c'est ainsi qu'Alycia grandit. Elle allait à l'école de l'autre côté de la forêt, et lorsqu'elle rentrait le soir, elle devait attendre dehors si sa mère voyait quelqu'un. Puis elle rentrait. Parfois il y en avait de partout, surtout de l'alcool, des seringues vides. En fait elle ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait parfois lorsqu'elle marchait dessus sans faire exprès : pourquoi il y avait des aiguilles ? Maman se dépêchait de les enlever, encore une folie d'un client riche. Alycia n'était pas très douée en classe, il fallait dire qu'elle ne lisait pas très bien et qu'à l'école et bien, elle passait son temps à regarder dehors, attendant la récréation.

Le petit monde d'Alycia n'était donc pas bien joyeux, mais elle, elle était toujours rayonnante. Les mamans de ses copines ne voulaient pas qu'elles viennent jouer chez elle, mais cela ne l'empêchait pas de les retrouver jouer au parc, et puis elle comprenait, elle ne pouvait pas venir dans la caravane parce que maman travaille souvent : elle disait qu'elles allaient bientôt déménager, et Aly était contente, parce qu'elle n'aimait pas dormir sur la banquette. Un soir, alors qu'Alycia était couchée, un homme ivre vint à la rencontre de sa mère. Tout ne se passa pas comme prévu : il aperçut la fillette et voulut l'avoir en plus de la femme qu'il payait. Celle-ci défendant son enfant, fut violemment projetée contre un mur et s'évanouit. L'heure qui suivit fut terriblement traumatisante pour la petite fille. Elle criait elle pleurait, elle repoussait le monsieur qui voulait lui faire du mal et qui la tapait, mais rien n'y fit, ici personne ne pouvait la sauver.

Ce n'était pas la première fois que la petite Alycia recevait des coups, mais personne ne l'avait jamais atteinte de la sorte avant. D'habitude, c'était sa mère qui la frappait : elle était rentrée trop tôt, un client l'avait vu et était parti, outré qu'on puisse éduquer une gamine dans un pareil endroit, et puis le soir la mère buvait et la petite encaissait les coups en pleurant, et le lendemain Zaya revenait vers elle pour la câliner et lui dire que maman était désolée. Alycia, gentille, peut être trop, et innocente, pardonnait toujours maman. Mais cette fois-ci, Zaya décida de déménager réellement, de prendre une petite maison, également en bordure de forêt, avec cinq pièces, et où sa fille pourrait s'enfermer à clef à l'avenir. Ce fut le moment où Alycia eut une maison. Mais la nuit elle ne dormait plus, elle faisait des cauchemars, elle avait peur du noir, peur d'être seule, et demandait toujours une mère qui ne pouvait venir.


11 ans. Sur le chemin du retour de l'école. Alycia ne cesse de se retourner, comme tous les jours, pour vérifier que personne ne la suit, parce qu'elle a peur, peur de tout, de tout le monde. Mais si, il y a des gens, elle presse le pas. Vite... Vite... Vite... Ce n'est plus très loin. Vite...
Rentrer à la maison et pousser le loquet qui sera sa sécurité, cet emprisonnement qui la libérera. Plus vite. Encore quelques centaines de mètres. Ils sont là. Tous les deux. A sa hauteur. C'est trop tard. Elle a peur. Court. Est rattrapée. Se débat. Pleure. Espère qu'ils vont mourir. Si fort. Elle aimerait tant avoir une arme. Les jointures de ses petits poings se serrent. Elle sent un métal froid. Un petit poignard est dans sa main gauche. Elle sait qu'elle peut l'utiliser. Elle sait naturellement où viser. Un premier monsieur est blessé. Il se plie en deux et jure. Elle plante la lame dans le corps du deuxième. Il crie. Elle rit. Elle lâche l'arme qui disparaît. Elle laisse là son sac. Elle court. Enfin la maison est là. Maman est là. Mais maman voit du sang sur le corps de sa fille. Maman à peur. Maman sort et voit deux cadavres près de chez elle. La police pourrait la trouver. S'en serait fini pour elle. Maman regarde Alycia les yeux pleins de larmes. Maman lui dit de partir et de ne jamais revenir. Alycia est en colère. Elle ne comprend pas. Elle a si peur. Elle veut que maman la protège. Mais maman ne veut pas. Maman ne peut pas. Alors Alycia veut que maman meurt aussi. Comme les monsieur. Alycia revoit le petit poignard dans sa main. Alycia frappe maman. Tout est rouge. Rouge. Rouge.

Alycia se roule en boule sous son lit, enfermée dans sa chambre, seul endroit où elle se sent en sécurité. Ses mains sont poisseuses, elle appelle sa mère qui ne se relèvera jamais. Zaya a le corps perforé par la lame de sa fille. Qui viendra la sauver ? Personne. Elle est seule. Seule. Seule. Alycia s'endort, sous son lit, ne pensant pas à demain, juste à cette odeur qui emplit ces narines, cette peur qui lui fait faire de terribles choses, mais elle a bien aimé. Les monsieurs ressemblaient à des poupées, ils n'étaient pas si effrayants finalement, puisqu'elle a gagné.

Au matin, lorsqu'Alycia se réveille, elle voit des pieds depuis son lit. Ce ne sont pas des pieds d'hommes, ni ceux de maman d'ailleurs. Mais à qui sont ils ? Le corps se baisse et elle fois une dame, une jolie dame, qui lui sourit. Elle a l'air gentille et lui demande de sortir de là-dessous. Alycia hésite un peu, mais n'a pas tellement le choix finalement. Elle s'extirpe de son cocon protecteur et la regarde, cachant ses mains ensanglantées derrière elle. La dame est très gentille avec elle. Elle lui dit que tout ceci n'est pas grave, qu'elle va l'emmener dans un endroit avec que des gens comme elle. Alors Alycia la laisse prendre sa main, pour qu'elle l'emmène loin de cette forêt effrayante.

L'endroit est joli. La dame ne lâche pas sa main. Il y a pleins de gens, pleins d'enfants de partout, et Alycia sourit. Personne ne la regarde de travers et les gens lui semblent attachants. La dame avait raison, c'est bien ici. Rapidement, Alycia apprend qu'elle est la fille d'un dieu grec, celui de la guerre : Arès. Oh et bien, ça en fait des choses à digérer pour le moment. Mais Alycia est fière de son père, tout en étant triste que ça mère ne soit pas là pour en entendre parler.

***

Cela fait six ans qu'Alycia vit à la colonie. En période scolaire, elle retourne vivre chez ses cousins. Mais ce jour là, tout va mal. La soeur de Zaya n'apprécie pas beaucoup Alycia, mais depuis la mort de sa soeur, elle n'a d'autre choix que d'être son tuteur légal. Je vous laisse imaginer le remake d'Harry Potter dans votre tête, vous n'en êtes pas loin, ouais essayez de croiser avec Cendrillon. Et puis y'a Tom. C'est son cousin là. Lui il a deux ans de plus qu'elle et il fait partie d'une sorte de gang avec ses potes. L'un d'eux aime bien Alycia, mais elle, se passerait bien des commentaires désobligeant qu'il lui fait. Il a 19 ans et manifestement elle l'intéresse. Mais Alycia a les yeux tournés vers un autre garçon, plus intelligent, avec qui elle a eu une aventure un soir. Il s'en fiche maintenant : pas elle. Mais le pote de son frère la regarde avec des yeux qu'elle n'aime pas du tout. Et pendant cette soirée, tout tourne mal.

Il essaye de s'approcher un peu trop d'elle, et quand il veut la forcer, tous les souvenirs de la petite fille qu'elle était surgissent. Alycia a beau avoir 17ans, elle ne contrôle toujours pas sa force surhumaine, pouvoir que lui a légué son père à sa naissance : merci les gènes. Alors Alycia l'attrape par le col et le balance de l'autre côté de la pièce. Il faut croire qu'il se cogna contre une partie de la table, parce qu'il ne se releva pas. La jeune fille s'approcha de lui et sentit à nouveau le pouvoir qu'elle avait, ce pouvoir d'ôter la vie si facilement, de briser les gens comme des allumettes. Et son regard se teinta de noir. Mais lorsque son cousin entra dans la pièce et vit le cadavre, il crut d'abord qu'il était trop saoûl pour bouger. Mais quand Alycia lui expliqua, il voulut s'en prendre à elle à son tour. Elle plongea son regard dans le sien et sentit de la peur. Que dégageait elle pour faire si peur ? Elle qui n'avait jamais rien demandé de cela. Il se jeta sur elle mais bien sur, ses réflexes de demi-déesses prirent le dessus, et bientôt elle se retrouva avec un autre cadavre sur les bras. Un sourire aux lèvres, elle se redressa et se regarda dans le miroir : elle ne vit qu'une tueuse, une tueuse dépossédée de son âme qui ne savait même pas ce qu'elle faisait, et cela lui fit peur, mais aussi plaisir. Alors elle attendit. Elle attendit. Il fallait que sa tante et les deux petites rentrent. Elle ne pouvait pas en laisser un en vie. Ce serait les vouer à l'orphelinat. Elles avaient beau être si belles pour Alycia, si gentilles et si innocentes, lui rappelant elle-même, elle voulait leur épargner de la souffrance. Ce ne fut pas dur de faire partir tous les gens de la fête, ils n'étaient qu'une dizaine, trop ivres pour poser des questions.

Et quand sa tante revint, Alycia l'attendait dans la cuisine. Elle tendit un verre de lait à ses cousines avant qu'elles aillent dormir. Elle ne pouvait pas les tuer de sang froid, pas elles. Alors elle les laissa monter, laissa leur mère les border et les embrasser avant de dormir : tout ceci devait être la faute de la mère. Quand elle se retrouva en face de cette dernière, la regarda droit dans les yeux : il fallait que cela ressemble à un suicide. La première chose qu'elle fit fut d'étouffer sa tante jusqu'à ce qu'elle s'évanouisse. Cette dernière avait un regard aussi froid que celui de sa nièce, comme si le meurtre ne lui était pas étranger. Ce fut probablement la personne la plus perturbante qu'Alycia eut a tuer. La tuer ensuite était beaucoup plus simple. Alycia était effrayante de lucidité. Tout se faisait dans le calme, tout était calculé. Elle alla vider l'essence de la voiture et en mis au rez de chaussée. Jetant une allumette à portée du corps de sa tante, elle sortit par la porte de derrière. Tout cela. Sans laisser de trace.


Alycia se confia à Satin. Personne d'autre ne devait savoir. La nymphe saurait quoi faire si toute l'affaire était découverte, mais Alycia ne devrait pas avoir trop de problèmes. Presque personne ne la connaissait. Ce qui l'inquiétait c'était surtout qu'elle aimait ça.

Quand elle tuait, elle semblait se transformer en quelqu'un d'autre, qui n'a pas de coeur et aime le sang. Et à la seconde où ça s'arrête, où l'adrénaline retombe, elle est horrifiée. En dehors de cette peur d'elle-même, depuis que Satin l'a emmenée à la colonie, Alycia a bien grandi. Maintenant elle se bat comme une vraie fille de la guerre, elle côtoie des garçons arrogants tous les jours et a appris à devenir encore plus arrogants qu'eux. Mais ce qui l'intéresse le plus, c'est les faire tomber sous son charme avec son charisme naturel. Ca elle aime bien. D'un naturel autoritaire, elle ne laisse personne dicter sa conduite et aime bien créer sa propre loi. Avoir les gens à ses pieds, elle trouve ça plutôt cool. Pourtant elle ne se sent plus vraiment à sa place ici. Ici elle est la joie de vivre et l'altruisme incarné, en dehors elle est une tueuse sanguinaire : à quoi bon vivre cette vie ? Aujourd'hui elle a fait trop de mal. Aujourd'hui elle quitte la colonie.

***

Alycia a loué un petit studio dans New York. La journée, elle va à la fac ou travaille dans un magasin en tant que vendeuse, et pour son temps libre, elle s'occupe des sans abris. Je crois qu'elle essaye d'oublier sa vie d'avant. Les monstres, les dieux, tout ça c'est fini pour elle. Elle veut tourner le dos à cette vie de fou. Elle veut lui donner un sens, donner un sens à ces morts en donnant de son temps à autrui. Tant qu'elle le peut, Alycia fait du bénévolat. Elle vit avec peu de choses, mais s'essaye à tout. Bien sur elle a 18 ans, ce sont les meilleures années de sa vie. Pendant ses cours, elle rencontre encore pleins de garçons à faire succomber. Elle mène une vie libertine la nuit, sage la journée, en contraste perpétuel, comme l'est sa vie. Mais ceci ne durera que deux ans. Bientôt la ville, le monde, les gens mauvais: elle a du mal à contrôler les accès de colère qu'elle peut avoir contre les autres. Et bientôt le sourire d'un sans abris le matin ne suffit plus à lui redonner le sien. Elle est triste, elle cherche du réconfort où elle peut mais elle n'en trouve aucun. Alors elle appelle Satin. Elle lui demande comment faire, elle veut s'isoler. Celle-ci lui dégote un petit boulot de garde-chasse à Sanford, quelque chose de tranquille et de protégé en forêt. Alycia trouve que l'idée est bonne, elle quitte la ville et rejoint cette petite maison en bois pour prendre sa fonction.

Bien sûr elle n'est pas la seule. D'autres hommes font comme elle, mais aucune femme. C'est la plus jeune. Elle a vingt ans. Ils sont quatre dans son coin de forêt: un gars de 40 ans, celui qui les briffe un peu, un de 28 et un de 24. Ils sont pas mal, et elle aussi, ils pourraient peut être un jour... Elle sort cette idée de sa tête. Chacun sa petite maison, séparées aux quatre coins de la forêt, chacun son périmètre, on se rencontre une fois par semaine pour dîner et pour parler des évènements. Avec tout le groupe (les autres groupes de garde-chasse de la grande forêt) cela se fait une fois par mois, il y a une autre fille, mais elle est un peu bizarre. Alycia a rapidement su se faire respecter. Une vie de solitaire mais en groupe. L'idée lui plaît. Il ne passe pas deux mois avant qu'elle ne se tape le premier. Un soir où il venait gentiment lui apporter du beurre parce qu'elle n'en avait plus. Cela avait fini comme tout fini lorsqu'Alycia est seule avec un garçon le soir. Ils remirent ça plusieurs fois, jusqu'à ce que la femme de celui-ci vienne vivre avec lui. Ah merde. Alycia lui pardonna ce coup là. Au pire quoi ? Elle avait qu'à savoir garder son mec.  

Six mois plus tard, alors qu'elle se baladait dans la forêt, seule, Alycia entendit un bruit sourd. Alertée par une odeur de sang, elle accouru. Un jeune homme gisait à terre. Il avait l'air mal en point. La fille d'Arès le souleva en faisant attention à ses blessures, il était inconscient, et pas bien lourd soit dit en passant.
Alycia le ramena chez elle. L'allongeant sur la table de la cuisine, elle s'attela à recoudre tant bien que mal la vilaine blessure qu'il avait au ventre. Elle lui fit un bandage propre puis le retransporta jusque dans son lit. La jeune fille prit une chaise et s'assit. Le reste de la forêt pouvait attendre, manifestement lui pas. Il était agité dans son sommeil et ne cessait de répéter le nom Théo. Alycia, qui notait toutes les choses qui se passaient dans cette forêt dans son carnet, l'écrivit et fit un rapide croquis du visage endormi et paisible du garçon. A côté elle inscrivit un "Théo ?". La blessure se remit à saigner. Se levant, Alycia pressa un torchon mouillé sur la blessure, c'était artisanal mais elle n'avait pas mieux. A ce moment là, il se crispa, ouvrit les yeux et tenta de se redresser. Mais la main ferme d'Alycia sur son torse le plaqua à nouveau contre le matelat : « Bouge pas abruti, déjà que t'es blessé, vas pas te défoncer encore plus. Mais qu'il est con celui-là ! » Il se rendort rapidement, probablement toujours exténué. Alycia se repositionne sur sa chaise et attend. Bientôt elle fait une petite sieste, ses longs cheveux tombant devant ses yeux. Mais un rien la réveille. Alors qu'il se redresse à nouveau quelques heures plus tard, elle lui dit en redressant la tête pour croiser son regard pour la première fois : « Tu devrais rester allongé. » Il a de magnifiques yeux. C'est la chose qui la frappe. Ils échangent quelques mots : enfin, surtout elle. Elle veut savoir son nom, qui est Théo, il ne répond pas. Elle est énervée. Elle ne doit pas. Cela lui ferait du mal. A lui qui est déjà en piteux état. Soudain il se lève, elle lui répète plusieurs fois de se recoucher, il n'en fait qu'à sa tête. Et bien tant pis. Qu'il se lève, il ne tiendra pas deux heures. « Et merci c'est pour les chiens ? » crie alors Alycia sur le pas de la porte alors qu'il était en train de sortir de sa maisonnette. « J't'ai pas demandé d'aide. » Sa voix est sèche. Normal, il la connaît pas d'un côté. De l'autre, elle lui a sauvé la vie. Mais Alycia n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, s'il pensait ça, il se mettait le doigt dans l'oeil. « Normal que tu m'aies pas demandé d'aide, t'étais à moitié en train de crever pauvre con ! Et c'est bizarre, là tu retrouves ta langue. » Il s'en va quand même. Mais au moins il lui a répondu alors elle a une petite victoire. De toute façon, il n'ira pas bien loin. Elle n'a qu'à rester là, elle sait qu'il va revenir. Et il ne lui faut pas plus de vingt minutes pour être de retour. Il titube. Alycia se redresse alors qu'elle était assise sur le porche. Un demi sourire illumine son visage : elle savait qu'il aurait besoin de force, mais ce crétin ne l'a pas écouté. Alors elle distingue des larmes sur ses joues, et elle s'approche de lui voyant qu'il a de plus en plus de mal à marcher. Quand il tombe enfin, c'est dans ses bras à elle, alors qu'elle murmure doucement pour le réconforter « Doucement, ça va aller. » Finalement et contre toute attente, il se laisse aller contre elle et pleure à chaude larme. A cet instant, elle se revoit meurtrière, et elle aussi aurait envie de pleurer dans les bras de quelqu'un, de Satin qui a été là pour elle. Mais tout ça, c'est derrière elle.

***

Alycia ouvre les yeux et regarde à côté d'elle. Il dort. « Jules ? » C'est son nom. Enfin c'est ce qu'il dit. Alycia préfère l'appeler Night, ça lui donne un petit air mystérieux et puis, ça lui fait penser à ses beaux yeux. Il veut pas manger et bien qu'il ne mange pas. Ca fait quatre mois maintenant qu'ils vivent ensemble. Elle l'a récupéré ce jour-là et finalement il n'est jamais parti. Alycia voulait en savoir plus sur lui. Parfois elle lui parlait de sa fac, mais elle évitait toute autre partie de sa vie qui n'était pas deux ans avant. « Raconte-moi un peu ce que t'as vécu, vas. Du style.. T'as eu des copines ? Dis-moi tout, je veux te connaître. » Il se redresse et sa tête la fait sourire. Il est mignon au réveil quand même. « Quoi ? » Marmonne-t-il dans un demi sommeil. Bon il ne veut pas parler. Mais elle s'en fou, elle ne prend pas le nom pour réponse. Alycia est curieuse, Alycia est chiante alors elle continue : « Quoi quoi ? Tu vas pas me dire que t'as jamais eu de copine ? Que t'as jamais eu de baisers ?.. Ou même que t'as jamais baisé tout court.. ? » Il lui tourne le dos et ne dit rien. Alycia fronce les sourcils il la soule ce matin. Pourquoi il est si fermé ? Elle elle s'ouvre pourtant, alors elle insiste, quitte à ce qu'il l'envoie bouler : « Je te crois pas. Parce que si tu penses que rester silencieux ça marche avec moi, t'es toujours silencieux quand t'essayes de me faire comprendre que j'ai raison. Eh bah là, j'te crois pas. T'as quoi.. Vingt-deux ans c'est ça ? C'est pas possible. » Il émet un grognement qui agace la fille d'Arès, mais en même temps qui est le signe qu'il va répondre. C'est ce qu'elle a appris de lui en quatre moi « J'suis pas intéressé par les filles. » Alors ça, c'est juste drôle. Alycia n'est pas stupide. Elle aime les filles autant que les garçons, elle connaît des gays, ils ne sont pas comme lui. « Euh, ouais c'est ça ouais. Ça se voit bien quand tu me regardes le soir quand j'me change. » Après tout elle s'en foutait. Alycia n'était pas pudique le moins du monde. Elle se changeait dos à lui par respect pour lui, mais elle pourrait se balader nue que la présence du garçon ne la gênerait pas. Alors elle rit de plus belle et le retourne vers elle. Il est tout léger ce gamin sérieusement. Il a mis ses mains sur son visage, pour cacher une honte, une gêne ? C'est limite mignon. « C'est bon, je te crois Night. » Finalement, après un long regard échangé, il lui sourit. Ce n'est pas la première fois mais c'est rare. « Mais il va falloir qu'on arrange ça, c'est pas possible de rester vierge jusqu'à vingt-deux ans. » Il fronce les sourcils et fait une moue contrariée. Alycia ne se souvient même plus de la première fois qu'elle a eu une relation sexuelle avec un garçon (enfin si, mais pas avec son consentement). « Quoi ?! Eh, laisse-moi prendre mon temps s'il te plaît, j'suis pas prêt pour ces conneries. » Alycia rit de plus belle, il est tellement naïf et ignorant, mon dieu mais où a-t-il pu vivre pendant tout ce temps pour ne pas être prêt pour cela à son âge ? Elle se redresse pour aller préparer le petit-déjeuner. Tout le monde ne peut pas lézarder au lit toute la journée.

***

Et puis un jour, la carapace s'est ouverte. Il a parlé. Cela faisait un an. Un an qu'il était là chez elle, à vivre entièrement à ses dépends. Mais cela ne la dérangeait pas. Il n'emmerdait pas son travail, il n'était pas si terrible que ça, et elle avait un peu de compagnie. Ce "Théo ?" dans le carnet fut rempli par d'autres pages comportant son nom. Maintenant elle en savait plus de lui. Il était tout simplement son frère, son frère qu'il pensait mort. Et elle, elle qui n'avait pas de frère ne pouvait pas comprendre. Elle le réconforta comme elle le pouvait. Maintenant qu'il s'était ouvert, ils pourraient commencer à avoir une vraie relation amicale.

In ne lui fait pas confiance. Alycia est sidérée. Night ne lui fait pas confiance. Elle s'est embrouillée avec les autres gardes l'autre fois à propos d'un ours dans la forêt. Depuis elle veut partir d'ici, lui non. Il ne la comprend pas. Elle ne le comprend pas non plus. Où est passée leur alchimie ?
Alycia est en colère. Elle arrive de mieux en mieux à la contrôler grâce à ses fréquents excès de colère et ses engueulades avec lui. Au moins un point positif à leurs multiples joutes verbales. La fille d'Arès qui a tué des gens n'existe plus, maintenant elle est calme, maintenant elle est altruiste et généreuse, elle ne veut plus tuer, ne veut plus aimer cela, et grâce à Jules, elle y arrive. Elle sait qu'au fond il a confiance. Mais elle ne peut s'empêcher de lui demander pourquoi. « Parce que je suis pas encore prêt à laisser ma vie entre les mains de quelqu'un. Tu comprends pas, Aly. J'ai peur. Constamment. J'ai peur d'être blessé, j'ai peur de mourir. Et.. Et j'ai même peur de vivre et je sais pas.. Je peux pas, je peux pas te faire confiance aussi facilement pour ça. Plus maintenant. » elle comprend ce qu'il dit. Mais pour elle c'est bien trop facile de se cacher derrière la peur. Elle est un mauvais exemple, mais elle au moins ne fait pas souffrir son entourage. Il ajoute à mi mot, alors qu'elle ne dit rien, faisant tout passer à travers le regard. « Et j'ai pas envie de te détruire. » Elle se revoit en lui. Il est elle et elle est lui en fin de compte. Il est comme son double. Le coeur d'Alycia se serre. S'il se fou d'elle et ne lui fait pas confiance, pourquoi ne pas lui faire de mal ? Parce qu'il en est incapable. « Night, tu ne vas pas me détruire, je le sais. » Lui répond elle alors. Il ne peut pas la détruire, elle est déjà détruite. « Si, Alycia. J'vais finir par te détruire, t'as bien vu comment j'ai.. Comment j'agis avec toutes ces personnes, même quand on me fait rien j'ai.. J'lui ai explosé le crâne à coups de haches quand même. Et le pire.. C'est que j'avais tellement envie de continuer. » Il ne sait pas ce qu'il dit, il ne sait pas qu'elle a ressenti la même chose avant, mais que maintenant ça va mieux. Elle voudrait lui dire mais n'ose pas, quelque chose l'en empêche, elle ne sait pas pourquoi, mais elle se contente de le regarder et de poser une main sur sa joue pour le réconforter. « Tu vas pas me détruire, Night. Parce que je sais que tu peux contrôler l'animal assoiffé de sang qui est en toi. Je sais que t'y arriveras. Tu vaux mieux qu'un animal, tu vaux mieux que tout l'or du monde. Et je suis certaine que s'il était là, Theo dirait la même chose de toi. » Elle sait que parler de son frère l'apaisera, chacun à son déclencheur, lui c'est Théo. Il faut le manier avec prudence, cela aurait pu l'énerver de plus belle, mais Alycia avait bien choisi ses mots. Ils se regardent sans rien dire alors qu'un mince sourire élargit la bouche du garçon.

Et finalement leurs lèvres se rencontrent. Pour la première fois. Alors qu'ils vivent ensemble, dorment ensemble, depuis si longtemps, ils s'embrassent comme le feraient deux timides inconnus. Elle se souvient qu'il n'y connait rien. Puis a un pincement au coeur alors qu'ils se retrouve allongé l'un sur l'autre : a-t-il seulement conscience de ce qu'il fait ? Ou essaye-t-il seulement de noyer sa peine ? Alycia préfère ne pas y penser : elle aussi a de la peine à noyer. Bientôt la seule chose qui lui traverse l'esprit ce sont les baisers de Jules sur sa peau, ses mains inexpérimentées qui parcourent son corps, la douce chaleur de son étreinte. Elle lui rend ses caresses, lui murmure à l'oreille des choses que seul lui veut entendre et s'abandonne pour une seule fois à quelque chose qu'elle pensait inimaginable avec lui.

***

Est ce qu'ils avaient bien fait ? Le bon choix ? En ayant cédé ce soir-là ? Alycia ne sait plus trop. Elle est dans la forêt et marche pour faire une de ses rondes habituelles. Depuis quelques semaines, depuis Ce jour, il ne lui parle presque plus. "Ca", ils n'en ont jamais reparlé, comme si cela n'avait pas eu lieu, si bien qu'elle se demande si cela s'est réellement passé. Mais quand elle le voit sans son tee shirt le matin au réveil, elle voit ses propres traces d'ongle dans son dos et elle ne peut s'empêcher de les fixer, pour s'accrocher à ce dernier bout du rêve. Ils n'en parlent pas et pourtant cela lui trotte dans la tête. Elle sait que ce n'est pas bien, que pour lui comme pour elle cela ne doit rien signifier, mais elle ne peut s'empêcher d'y penser tout de même : ils ont déjà tout d'un couple, que lui manque-t-elle pour qu'il soit heureux ? En réalité, elle se demande réellement si elle veut le savoir. Alycia parcoure rapidement la forêt. Elle sent un trop-plein de sentiment monter en elle et n'arrive pas à l'étouffer : amitié, amour, colère, haine, peur, souffrance. Tout. Tout remonte à la surface et la submerge. Il est différent en ce moment, il est violent. Il est comme elle était avant. Et elle a peur de ne pas arriver à le calmer. Elle a peur de ce qu'il pourrait faire, pas à elle, non elle sa vie ne vaut plus rien depuis longtemps, elle a peur qu'il se détruise lui-même.

"Night devint violent". Ecrit t-elle dans son carnet. Elle met souvent trois quatre mots en dehors de ce qui se passe dans la forêt, à propos de sa vie personnelle dans le carnet. Ce n'est pas un journal intime, mais c'est un carnet de bord, il faut noter toute chose suspicieuse qui se passe dans la forêt : ça en fait partie. Lors de la dernière attaque de monstre, il est devenu presque fou. Alycia soulève son tee shirt et regarda sa hanche violette. Quelque chose ne va pas. Il l'a blessé pendant le combat, elle pense qu'il ne s'en est pas rendu compte, mais sa lame devait être empoisonnée, parce qu'elle a de plus en plus mal, que cela ne semble pas guérir, et que ces derniers jours elle a été prise de vertige. Mais pourtant, Alycia n'ose pas lui dire, de peur de confirmer les dires du garçon qu'elle ne peut s'avouer à elle-même : Jules est dangereux pour elle.

_________________
But love doesn’t make sense.
Tu ne vois que ce que tu veux voir. Creuse, creuse encore... Tu verras qu'au plus profond de toi il y a plus que cela. Les grecs avaient raison. Connaîs toi toi même et tu connaîtras le monde et les dieux.
credit.wildheart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)
ouuuh j'en connais un qui va être content :zad:

bienvenue parmi nous, et bon courage pour ta fiche :keur: si tu as des questions, n'hésite pas :cute:

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
:keur2: :keur2: :keur2: :keur2: :keur2: :keur2:
BIENVENUE.
Once again, merci d'avoir pris ma jolie petite Alycia, je t'aime du fond de mon coeur et j'espère que tu me planteras pas.
J'aime déjà le deuxième pouvoir que t'as choisi et la particularité, damn :lalala:
Bon courage pour ta fiche mon chaton ♥ Si t'as des questions, j'suis là (enfin j'suis là mais pas là, en vrai vu que je reçois les mails j'viendrais direct donc hésite pas)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alycia E. Ginger
+ messages : 49
+ face and credits : Shelley Hennig - Ice
Merci à vous deux ! J'essaie de faire ça bien :nya:

_________________
But love doesn’t make sense.
Tu ne vois que ce que tu veux voir. Creuse, creuse encore... Tu verras qu'au plus profond de toi il y a plus que cela. Les grecs avaient raison. Connaîs toi toi même et tu connaîtras le monde et les dieux.
credit.wildheart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Satin Shade
+ messages : 86
+ face and credits : kiernan shipka (merenwen)
bienvenue parmi nous jolie demi-déesse I love you c'est toujours cool de voir les scénarios pris, c'est vraiment des persos trop cools :cute: bon courage pour ta fiche!

_________________
    be kind, always ◇ some mornings i wake up and find myself trapped under the weight of every bad thing that has ever happened to me. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alycia E. Ginger
+ messages : 49
+ face and credits : Shelley Hennig - Ice
Ouais bah Fio du turfu je m'attendais à un meilleur accueil venant de toi (et à de la couleur dans tes cheveux) :miguel: :zad: I love you

_________________
But love doesn’t make sense.
Tu ne vois que ce que tu veux voir. Creuse, creuse encore... Tu verras qu'au plus profond de toi il y a plus que cela. Les grecs avaient raison. Connaîs toi toi même et tu connaîtras le monde et les dieux.
credit.wildheart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Satin Shade
+ messages : 86
+ face and credits : kiernan shipka (merenwen)
wat wat wat j'avais pas vuuuuuuuuuuu :urg: :urg: :urg: icouuuuu :lov: j'pensais pas te retrouver ici mais du coup ça me fait un endroit de plus pour t'embêter :zad: (et oui j'avoue que pour les couleurs d'cheveux j'ai pas assuré, mais c'est qu'ça devient compliqué à en trouver :noo:)

_________________
    be kind, always ◇ some mornings i wake up and find myself trapped under the weight of every bad thing that has ever happened to me. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alycia E. Ginger
+ messages : 49
+ face and credits : Shelley Hennig - Ice
Ah bah quand même ^^ J'ai vu "Fio" dans ton pseudo j'ai vérifié quatre fois pour voir si je ne m'étais pas trompée de ligne avec "crédit" :facepalm: Nymphe de la colo quand même je reconnais bien là la petite touche de Neven ^^ :hmmm:

_________________
But love doesn’t make sense.
Tu ne vois que ce que tu veux voir. Creuse, creuse encore... Tu verras qu'au plus profond de toi il y a plus que cela. Les grecs avaient raison. Connaîs toi toi même et tu connaîtras le monde et les dieux.
credit.wildheart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Satin Shade
+ messages : 86
+ face and credits : kiernan shipka (merenwen)
et non tu rêves pas, t'as bien ta star préférée en face de toi :cool: t'es pas au bout de tes surprises crois-moi :héé: (bref j'arrête de flooder sur ta fiche ahah, bon courage pour la finir :keur2:)

_________________
    be kind, always ◇ some mornings i wake up and find myself trapped under the weight of every bad thing that has ever happened to me. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
 
Death everywhere | Alycia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Mes Death Skullz
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand
» [Validée]Death The Kid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
character.
 :: (who you are) :: présentations validées.
-