AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  with your face all made up, living on a screen. (kieran)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Johanna A. Rivera
+ messages : 43
+ face and credits : emeraude toubia (c) hollidaysee.
JOHANNA & KIERAN
are you high enough without the mary jane like me?
do you tear yourself apart to entertain like me?

25 février 2017 - Elle s’ennuyait. Et quand elle s’ennuyait, sans surprise, elle faisait n’importe quoi. Du moins, ça avait l’air d’être n’importe quoi aux yeux des autres ; elle, elle était à deux cent pour cent certaine de ce qu’elle faisait. Elle était toujours sûre d’elle, peu importe la manœuvre ou l’entreprise. La seule fois où elle avait franchement douté, c’était les minutes avant de se jeter dans le combat contre Gaïa, vu qu’elle avait complètement ignoré la menace – et le monde mythologique en général – depuis la fin de Cronos. Lena l’avait tirée de cet état, cette espèce de torpeur, ce je-m’en-foutiste palissant pour une fille d’Arès qui avait un jour dirigé l’armée d’un titan.
Et aujourd’hui, elle était à nouveau dans cet état de léthargie. Pas physiquement parlant, certes, mais… dans toutes les autres faces de sa vie. Elle ne faisait pas grand-chose, n’attendait pas grand-chose, ne savait pas grand-chose, ne s’intéressait à pas grand-chose ; bref, elle haïssait cette période de sa vie, et ça l’ennuyait. Et elle haïssait s’ennuyer. Soit.
Elle avait enfilé des escarpins. Parce que les chaussures à talons (ça, et le rouge à lèvres) lui donnaient toujours l’impression de pouvoir conquérir le monde, ou le reconquérir en tous cas. Et sa veste en cuir – son éternelle veste en cuir (elle n’avait probablement que ça dans sa garde-robe de toute façon). Elle avait pris le premier taxi, et s’était enfin échappé de son palace (ou plutôt son loft à Manhattan). Sans hésitation, elle avait lancé, confiante, l’adresse au conducteur. Elle savait où elle allait, et elle savait ce qu’elle allait faire.
L’ennui, on le bat en s’amusant. Clairement.

Elle passa sans trop de problèmes l’accueil et se dirigea tout aussi confiante vers sa suite. Un texto (qui ressemblait fortement à waiting for u xoxo ps : im naked) (à la Gossip Girl ; elle aimait bien cette série) (et oui, elle avait son numéro ; ce n’était pas difficile de le trouver vu qu’il était un grand homme) (et elle n’était pas nue, plutôt même assez bien habillée – slim noir et compagnie), et elle attendit avec toute la patience du monde, allongée dans une pose nonchalante sur le lit king-size, occupée tantôt à balayer la pièce du regard, tantôt à regarder sans grand intérêt sa manucure toute fraiche.
Finalement, il débarqua enfin et, immédiatement, elle se redressa légèrement, sur son coude, dardant ses yeux bruns sur lui, avec un sourire au coin. Elle prit d’abord la peine de le dévisager, sans pour autant lui laisser le temps d’en placer une. « Où est la bouteille de champagne ? Je suis un peu déçue, Kieran. » Si elle avait voulu le respecter, elle l’aurait appelé « Gallagher » ; au lieu de ça, elle avait minaudé ce Kieran avec une prétention qui lui était propre. Mais elle était totalement sérieuse à propos du champagne – les choses avaient changé, comme quoi !
Puis elle l’observa. Il n’avait guère changé depuis… depuis la dernière fois qu’elle l’avait vu. Jackson était encore en vie à cette époque et lui menait une guerre sans merci (enfin, ça s’y apparentait) (les hommes riches et leur rivalité…). Elle rejeta la tête en arrière à cette pensée, la chassant aussi vite qu’elle était apparue, et reprit sa contemplation. Kieran était toujours si… droit. Si froid, aussi (pas étonnant pour un fils de Chioné, me direz-vous, mais elle le pensait plutôt d’une autre manière, presque comme un synonyme de « coincé »). Urg. Il aurait pu fondre un petit peu au moins… Enfin, elle n’allait pas s’en plaindre, ça ne rendrait le jeu que plus amusant (et les dieux savaient ce qu’elle aimait s’amuser !).
D’ailleurs, de sa main libre, elle tapota le bord du lit avec la même mimique. « Viens. » Pas sûr qu’il allait obtempérer (elle était sûre que non), mais qu’est-ce ça lui avait manqué de l’ennuyer de la sorte.

_________________

they made you into a weapon and told you to find peace.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
JOHANNA & KIERAN
are you high enough without the mary jane like me?
do you tear yourself apart to entertain like me?

25 février 2017 - Les doigts, mes doigts pianotaient tranquillement sur le bureau dans la salle de réunion de l'hôtel, réunion qui nous informait des avancées de notre budget et qu'est-ce que nous allions faire pour la prochaine année pour attirer plus de clientèle. Ou comment dire, une réunion où je perdais très clairement mon temps. Me retenant de soupirer en permanence parce que bon, j'étais quand même un PDG de cette entreprise et vu que le premier hôtel de la chaîne était celui de New York, il s'agissait un peu de ce qui pouvait pouvait nommer un siège social. En quelque sorte. Fixant d'un oeil distrait les graphiques, je n'écoutais réellement que d'une seule oreille, ne portant pas trop attention.

Même encore aujourd'hui, il s'agissait de mon père qui avait le contrôle sur la chaîne d'hôtel. Moi, mon attention, elle était sur Gallagher Entreprise tandis que ma mère avait le contrôle de Cherry. Néanmoins, étant leur héritier,
j'avais un contrôle dans les trois entreprises, même si je me concentrai réellement sur une. Donc, le pourquoi du fait que je me faisais chier à la présentation. Parce qu'elle était fait par mon père, ni plus ni moins. Et je n'avais pas besoin de ça. Je savais que trop bien qu'il me voyait et qu'il voulait que mon attention soit fixée ailleurs que sur mon téléphone, mais je n'y pouvais rien. Sorry not sorry daddy, mais j'avais une entreprise à faire fonctionner.

Et puis alors que je m'y attendais le moins, je reçus un message. Un SMS.
Voyant le numéro, un sourire las s'étira sur mes lèvres, me doutant de qui il pourrait s'agir puisque bon, des numéros comme ça qui m'écrivent des messages, je peux en avoir à la pelle. Mais il y aurait juste une personne pour m'écrire quelque chose dans ce genre là, j'en suis totalement certain. M'excusant auprès de mes confrères, je me levai et prétextant une urgence,
ce qui en était réellement une, s'il s'agissait de la personne que je pensais,
je m'esquivai de la salle et me rendit directement au numéro de chambre que j'avais reçu. Sortant des mes poches la carte passe-partout, je la fis glisser lentement dans la serrure. Sésame ouvre-toi.

Je connaissais cette chambre par coeur à dire vrai. Je connaissais ce décor par coeur parce que c'était moi qui l'avait choisi. Parce que j'y passais souvent mon temps dans cette putain de chambre. Rien ne m'étonnait à dire vrai, tout était prévisible. Cette chambre, une des plus chères, elle sur le lit, avec cette attitude de.... Beau mec que je vais draguer... ô doux mâle que je vais escroquer. Et moi, moi qui avançait tranquillement dans cette pièce et croisant les bras lorsque je fus à une hauteur que je jugeais raisonnable. Voyant qu'elle ne souhaitait pas faire un dialogue mais bien un monologue, j'haussai délicatement un sourcil avant d'afficher un sourire en coin. «Délicate Johanna... Semblerait que ton Jackson ne t'offre plus assez de champagne, il faut que tu viennes cogner à ma porte?» Parlant d'un ton doucereux, d'une voix qui appuyait là où les mots pouvaient piquer, je me faisais un point d'honneur de me souvenir de cette jolie demoiselle. Je ne pouvais pas le nier, elle était jolie. Mais pas de champagne pour toi, milady. M'avançant tranquillement, j'attrapai le fauteuil qui trainait près du lit et y pris place. Hors de question que je me pose près d'elle. Il était trop pour des joutes tendant vers le sexuel. «Tu viens me voir pour des investissements?
Ou tu viens me voir pour me changer les idées après la très vilaine réunion dont je viens de sortir parce que j'ai reçu un sms illicite?»
Le regard appuyé, le sourire narquois sur les lèvres, le corps en position pour laisser entrevoir une ouverture. Oui certes, j'étais froid et distant, mais après ce que j'avais entrevu d'elle et de Jackson, hors de question de la laisser gagner.

« Donc, la chambre, tu la gardes pour combien de temps? Savoir comment j'arrange le service de chambre pour être certain qu'ils t'offrent toutes les attentions que tu mérites.» Pour mieux te faire chier même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johanna A. Rivera
+ messages : 43
+ face and credits : emeraude toubia (c) hollidaysee.
JOHANNA & KIERAN
are you high enough without the mary jane like me?
do you tear yourself apart to entertain like me?

25 février 2017 - Johanna pencha la tête, amusée. Elle ne savait pas que Jackson était encore dans l’équation. En fait, elle était même à deux cent pour cent certaine que le fils de Thanatos ne faisait plus partie du plateau de jeu, qu’il ne faisait plus partie de rien d’ailleurs - sauf des Enfers. « Les morts ne m’apportent jamais de champagne. C’est triste. », répondit-elle avec une moue faussement déçue. Pas qu’elle était très friande de voir des morts revenir à la vie, ceci dit. Elle reposa une seconde sa tête sur l’oreiller, avant de reposer son regard brûlant sur Kieran qui, sans surprise, faisait toujours mine d’être de glace.
Il y avait pourtant quelque chose de différent dans son attitude. Il était moqueur. Cette constatation la fit sourire, la fille d’Arès, carnassière. Kieran « Coincé » Gallagher se serait-il un peu dévergondé ces derniers mois ? Oh, ça lui plaisait. Il jouait. Il avait si longtemps refusé de participer au jeu qu’elle en avait longtemps été frustrée, mais s’il se comportait désormais ainsi, elle ne voyait pas de raison de changer un peu les règles.
Pour l’instant, elle garda sa pose langoureuse sur le lit, observant son interlocuteur. Il prit place dans le fauteuil non loin du lit, l’air confiant, genoux écartés, provocateur. Elle prit la peine de le dévisager, des pieds à la tête, et dans le sens inverse également, sans gêne - et puis elle le faisait souvent, ça. « Tu viens me voir pour des investissements ? Ou tu viens me voir pour me changer les idées après la très vilaine réunion dont je viens de sortir parce que j’ai reçu un SMS illicite ? » Elle sourit plus largement, dévoilant ses dents. Mais écoutez-le... Johanna se demanda franchement ce qui était advenu du Kieran qu’elle connaissait, même si le changement ne lui déplaisait pas (bien au contraire). Pourtant, peu de temps s’était écoulé depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus... Du moins... ça devait remonter quand même à quelques mois, peut-être en fait même avant le combat contre Gaïa (elle ne faisait pas attention à ces choses-là, au temps qui passait, pas pour ces choses-là en tous cas). Ou bien, elle avait été si aveuglée par Jackson et par tout le reste qu’elle n’avait pas vu le changement ? Ça la troublait un peu. Elle en fronça brièvement les sourcils, avant de passer à autre chose et de se concentrer à nouveau sur Kieran, dont la voix retentissait à nouveau dans la suite luxueuse.
Joueur. Ironique, comme d’habitude, mais prêt à la suivre. Par tous les dieux, elle avait vraiment manqué quelque chose dans l’attitude du fils de Chioné, ou il avait bien caché son jeu. Elle garda son petit rictus au coin des lèvres tandis qu’elle se redressait, ses pieds retrouvant le sol. Elle se leva et s’approcha de Kieran, décidant au dernier moment de juste contourner le fauteuil, glissant son doigt sur le dossier - puis sur l’épaule de Kieran, une fois qu’elle fut derrière lui. « Je n’ai pas encore décidé. » Elle se pencha légèrement vers lui, ses deux mains sur lui cette fois, et, la bouche proche de son oreille, susurra. « Si je reste longtemps, tu viendrais me voir ? Il me faudrait de la compagnie. » Au fond d’elle, elle savait déjà ce qu’il allait lui répondre (elle espérait toujours que ses prédictions seraient fausses, ce serait plus amusant), alors elle garda son visage où il était, ses yeux bruns sur lui, ses doigts contre ses épaules, et attendit avec toute la patience du monde la réaction de l’héritier Gallagher.

_________________

they made you into a weapon and told you to find peace.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
JOHANNA & KIERAN
are you high enough without the mary jane like me?
do you tear yourself apart to entertain like me?

25 février 2017 -   « Les morts sont drôlement ingrats, tu ne trouves pas ? À nous laisser là, avoir la voie facile... alors que nous, nous sommes encore sur-le-champ de bataille.» Je la regardai sans rien laisser paraître alors qu'elle tentait peut-être de me séduire, de me faire flancher par cette moue. N'empêche que je ne voulais pas tomber dans son jeu et je me devais d'être toujours un pion à l'avance, un coup à l'avance je devrais même dire. Je la regardais de mon siège, de ce trône improvisé alors que j'attendais la suite. Je n'avais pas l'intention de la laisser gagner, je n'avais pas l'intention de lui laisser de l'avance sur moi. Je voulais simplement m'arranger pour conserver la main. S'il y avait bien une chose que je ne voulais pas perdre était le contrôle. Et surtout pas avec une femme telle que Johanna a dire vrai. Je savais très bien que je jouais avec le feu, mais que serait la vie sans quelques risques?

Alors, oui, je regardais, l'air sérieusement, l'air tranquille, chose que j'étais à l'instant même j'oserais même dire. Mais le plus important, c'était elle. Elle qui allait poser ses cartes tranquillement, elle qui jouait à son tour. Je ne bougeais pas, elle avait toute mon attention, elle le savait, elle le ressentait, j'en étais certain. Alors, patient, tapotant légèrement sur le bras du siège, je l'attendais. J'attendais simplement. Étant donné que je ne voulais pas courir nécessairement courir après elle. Je voulais simplement... prendre le temps... De savourer.

La suivant du regard alors qu'elle se levait, je ne bougeais pas de mon siège, mais commençait à me tendre alors qu'elle tournait autour de mon fauteuil. Je ne voulais pas qu'elle me touche. Je ne voulais pas qu'elle pose ses mains sur moi. Je n'aimais pas lorsque ce n'était pas moi qui instaurais le contact. Et là, elle dépassait les bornes. J'attendis simplement, la laissant bouger, conservant néanmoins une position normale, tranquille, ne montrant rien, même si j'avais peur qu'elle fasse ce que je ne voulais pas voir. Et bien entendu, en sentant ses mains sur mes épaules, je grimaçai un sourire et inspirait doucement. « Je te conseille de te décider parce que c'est une chambre prisée ici...» Je me levai et la regardai dans les yeux avant de sourire légèrement et éteindre la sonnerie de mon téléphone qui sonnait à l'instant même avant de reporter mon attention sur elle. « Je suis un homme occupé, mais je pourrais certainement faire quelque chose pour toi, selon mon horaire, j'imagine...» Laissant entrevoir une moue pensive, je croisai les mains derrière mon dos et la regardai un moment avant de me diriger vers le téléphone et de composer le numéro de la réception. « Oui, ici Gallagher. Panier cadeau de luxe pour la chambre 1107 s'il vous plaît.» Je reposai le téléphone et tournai la tête vers elle avec un demi sourire « J'ai quand même le temps d'un verre, peut-être même deux. » J'attendis que l'on vienne mener le panier, ouvrit la bouteille et servi deux coupes avant de lui en tendre une. « Sans vouloir être indélicat, à la mort de Jackson, sans qui, tu ne seras pas là.» Je levai mon verre a son intention et but en la regardant dans les yeux. Personne ne me touche sauf si je le dis, personne ne joue avec moi sauf si je le veux. Et là maintenant, je veux gagner.

Revenir en haut Aller en bas
 
with your face all made up, living on a screen. (kieran)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» The Impossible Made Possible. Fè san sòt lan wòch? Lamizè ayisyen
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: (rps)-