AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  cool kids never sleep + edelweissVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
R. Lyon Baghar
+ messages : 158
+ face and credits : cykeem bae white (ailahoz)
Sa montre indique 22h moins dix. Lyon est debout sur le trottoir, devant un vieil immeuble qui semble terriblement banal. Il a donné rendez-vous à Edel’ ici-même, lui promettant une soirée de tonnerre, encore plus que toutes celles auxquelles ils avaient déjà pu participer ensemble. Ouais, l’endroit semble légèrement abandonné. Mais Lyon a appris à se méfier des apparences – derrière cette façade à priori détériorée se passe la fête du siècle, réunissant les meilleurs DJs underground de New York et seul un groupe d’élus avait pu avoir l’adresse de la fête. Lyon faisait partie des élus, ce qui n’était guère étonnant de la part de celui qui pouvait tout obtenir avec un sourire. Mais il se voyait mal aller s’éclater toute la nuit sans sa partenaire officielle de fiesta, ce pourquoi il lui avait demandé de la retrouver devant le lieu de ladite fête pour qu’ils puissent s’y rendre ensemble. 22h, c’était l’horaire parfaite. Les gens commençaient à se décoincer, les DJs sortaient leurs meilleures pistes, la piste de danse s’enflammait. Rien de tel pour pouvoir faire son entrée en beauté et ainsi marquer tous les esprits – mais ça, c’était plutôt son plaisir personnel.

Il sort son portable (bouh le vilain demi-dieu !) et commence à checker ses réseaux sociaux quand il aperçoit une figure blonde arriver dans son champ de vision. Certes, de dos… Mais y’a pas dix milles blondinettes sur Terre, hein ? Il s’approche d’elle et pose sa main sur son épaule, esquissant un grand sourire. « Bah dis donc, je penserais pas que tu sois en avance ! » À sa mine effarée, il comprend bien que ce n’est pas Edelweiss. Il balance quelques excuses tandis que la blonde le fixe avec des yeux de merlan frit. Ouais, c’est bon, j’suis beau, pas la peine d’en faire toute une histoire. Lyon lève les yeux au ciel et s’éloigne sans même écouter ce que l’inconnue commence à lui dire, priant intérieurement pour qu’Edelweiss, la vraie cette fois, se dépêche d’arriver pour éviter tout autre incident du genre.

_________________
romantic in revolt
© minori.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
La fête m’appelait. Eh oui, j’étais une digne fille de Dionysos. Papa peut être fier de moi. J’allais me saouler pendant que lui serait obliger de boire un jus de raisin en maudissant son impossibilité de boire du vin. Rien que cette idée me mettait en joie. Mais la fête allait être géniale. J’aimais ces ambiances, en tout cas quand tout le monde se lâchait. Je n’avais qu’à me laisser porter par l’euphorie, danser et… juste me laisser porter. C’était comme si je planais. Génial. Bref, quand Lyon m’avait contacté bah… j’avais pas pu dire non. En plus, une fête avec Lyon, c’était l’éclate assuré. Le seul problème, c’est que j’allais avoir droit à des regards, et des sentiments, jaloux. Après tout… Lyon était beau. Mais genre vraiment. Et il le savait. C’était ça qui était amusant. Heureusement que draguer était pas ma priorité, parce qu’aux côtés de Lyon, je passerais pour la pire des mochetés. Oui, j’étais sûre que même les gars totalement hétérosexuels pouvaient pas s’empêcher de baver sur lui. Peut-être que je pourrais faire des paris. Genre, combien de personnes viendront le draguer. Ça pourrait être amusant. Le truc… c’est que je m’étais rappelé super tard que j’avais cette soirée. Parce que oui, vous savez ce que c’est. On se met à jardiner et après, bah on ne s’arrête plus. En tout cas pour ma part. Et donc oui, vu le trajet que j’avais à faire, il était déjà bien tard quand je me précipitais sous la douche, avant d’enfiler une tenue qui ferait l’affaire. Quant au reste… disons que je prêchais le naturel. Prenant la voiture je grillais largement toutes les limitations de vitesses pour arriver à New-York à temps. Facile. J’avais à peine 10 minutes de retard quand j’arrivais à me garer dans le centre-ville avant… de me rendre compte que j’avais pas pris l’adresse. Et que je l’avais pas noté sur ma main, qui était pleine d’écritures. Et merde. Bon, Lyon me connaissait, j’espérais qu’il ne s’attendait pas me voir à l’heure. Une chance, j’avais pris mon portable. Parce que oui, vu ma mémoire de poisson rouge, j’avais plutôt intérêt à l’avoir sur moi, il me permettait de sortir de bien des situations. Bref, en regardant l’historique des messages, j’arrivais à la trouver et je parti en courant jusqu’au lieux de rendez-vous. Parce que non, je n’étais pas en retard. Pas du tout. Enfin, quand j’arrivais devant le vieil immeuble, j’avais quand même 20 bonnes minutes de retards. Repérant facilement Lyon, parce que ouais, il avait une sorte d’attraction et que, bah je connaissais ses émotions, j’arrivais à les reconnaître. Parce que chaque personne ressentait les choses différemment. Bref, j’arrivais sûr Lyon. « Hello ! je suis pas en retard, si ? On avait dit quelle heure ? » Parce que c’était un défi pour moi d’arriver à l’heure et quand c’était le cas… j’étais toute joyeuse. Sinon bah… disons que j’étais pas plus surprise que ça. Mais là, j’avais vraiment donné de ma personne pour essayer d’être à l’heure. « Hey, je vais faire dans l’originalité, mais t’es plutôt pas mal ce soir… Allez, on paris combien que cinq minutes dans la boite et t’as déjà deux touches ? » Puis souriant malicieusement, j’ajoutais en chuchotant d’un air conspirateur : « Si tu pouvais draguer le ou la barman pour qu’on ait des verres gratuits, ce serait trop bien… ». Parce que ce genre d’endroit…. bah c’était super cher.

Enfin, j’étais enfin arrivé et en sautillant d’impatience, je me mis à faire la file. Peut-être que Lyon aurait pu dire qu’il est V.I.P pour passer plus vite… Bizarrement, les gens avaient tendance à hocher la tête et à baver quand il était dans les parages. Mais l’attente faisait aussi partie du truc sympa de ces soirées. Ça permettait de faire monter l’excitation. De trépigner comme je le faisais. « En tout cas, la musique à l’air trop bien ! Mais bon, c’est pas trop étonnant, tu sais bien choisir ces endroits… » Tout ce que j’espérais, c’était qu’ils allaient me laisser passer, parce que soyons clair, je crois que j’étais trop jeune… Je me rappelais plus vraiment de l’âge légal. D’un autre côté, c’était pas très important tant que j’avais monsieur charmeur avec moi. Le pire, c’est que je pouvais pas m’empêcher de jouer avec mes cheveux et de lui lancer des regards malicieux. J’y pouvais rien, Lyon appelait à la drague.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R. Lyon Baghar
+ messages : 158
+ face and credits : cykeem bae white (ailahoz)
Un long quart d’heure de malaise après, Lyon voit enfin Edelweiss apparaître dans son champ de vision. Toute trace de gêne disparaît alors et il l’accueille avec grand sourire, ravi de voir enfin son amie et compagne de fêtes déjantée. « Ça va, juste vingt minutes ! Tu t’améliores ! » Lui répond-il avant d’éclater de rire lorsqu’elle commence à parier sur le nombre de personnes qui viendront l’aborder. En même temps, elle a pas vraiment tort. Il peut pas s’empêcher de se faire accoster partout où il va – même en se dessinant un mono-sourcil et en évitant la douche pendant une semaine il continuerait de se faire draguer, c’est certain. Il continue de plus belle lorsqu’elle lui glisse qu’il faudrait qu’il drague le barman, histoire d’avoir des boissons gratuites. Ça, il pouvait totalement le faire. « T’inquiètes pas, on ne paiera rien ce soir, tu peux compter sur moi ! » Lui assure-t-il en lui donnant une tape amicale dans le dos, un sourire toujours amusé sur les lèvres.

La file est un peu longue et Lyon n’a pas vraiment la foi d’attendre encore une fois, alors il jette un coup d’œil pour voir si la sécurité à l’entrée semble méticuleuse ou pas. Enfin, même si elle l’est, il sait très bien qu’ils arriveront à passer outre. « Tu m’étonnes ! Il paraît que ce sont les meilleurs DJs de la ville qui s’affrontent, team contre team. Un vrai truc de film. L’ambiance à l’intérieur doit être complètement dingue. » Et sans plus attendre il lui saisit la main pour l’entraîner directement à l’entrée, doublant sans aucun problème la file longue de plusieurs dizaines de mètres. Arrivés devant les videurs, il se contente juste de sourire et passe un bras autour des épaules d’Edelweiss, l’air confiant. « Elle est avec moi. » Et les portes s’ouvrant, découvrant un immense entrepôt redécoré spécialement pour l’occasion où une foule de personnes danse au rythme de basses faisant vibrer les murs. Lyon sourit et fait le signe de la victoire. « Je t’avais dit que ça serait d’enfer ! »

Ils se frayent un chemin parmi la foule afin d’atteindre le bar, ignorant totalement les personnes se retournant sur leur passage pour dévisager le fils d’Eros. Il a l’habitude et Edel aussi, étant habituée à l’accompagner à ce genre de soirées. Il espère juste que ça ne la dérange pas trop, car c’est vrai que ça peut devenir envahissant à force. Et lui, il veut juste passer un bon moment avec son amie. Arrivée au bar, il commande deux cocktails avant de pousser un soupir de soulagement.

« Depuis le temps que j’attendais cette soirée ! Entre les entraînements à la Colonie où j’arrive à peine à tenir un bouclier et les séances photo interminables j’avais envie de m’enterrer. Heureusement que t’as répondu à mon invitation, je crois que je serais mort sans toi ! » Lui crie-t-il pour couvrir le bruit assourdissant de la musique. Autour d’eux, la fête bat son plein, n’attendant plus qu’ils la rejoignent. La vraie soirée ne faisait que commencer.

_________________
romantic in revolt
© minori.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
J’étais fier de voir que Lyon avait remarqué mes efforts. Vraiment. Parce que oui, j’en avais fait, je n’y pouvais rien s’ils n’avaient tout simplement pas tellement porté leurs fruits. ce qui était sûr, c’était que l’on allait s’amuser et qu’un quart de retard, bon d’accord, un peu plus, n’allait pas changer grand chose. Au contraire, l’ambiance allait vraiment s’installer. Et je sautillais sur place en tapant dans mes mains en entendant Lyon me promettre qu’on aura des boissons gratuites à foison. Vous savez pourquoi j’aime autant les boites de nuits ? Pour l’ambiance qui y régnait et sa répercussion sur les personnes. On était là pour s’amuser. Les soucis étaient moins présents. Et ici, c’était encore plus vrai, signe que le DJ savait faire son job et nous mener jusqu’à l’état second que toutes personnes dignes de ce nom devaient avoir dans une boite. « Des battles de DJ ?! Ouah, cet endroit semble être une véritable caverne d’Ali-Baba. T’es vraiment un as pour dénicher ce genre d’endroit ! » Moi, je n’étais sûrement pas aussi douée, pour la simple raison que je ne devais pas faire assez attention. Mais une ambiance comme ça, ça voulait dire qu’on allait pouvoir se dandiner, se trémousser au son de la musique, et c’était tout ce que je cherchais. Oublier. Ne rien ressentir de négatif, c’était mon but ultime, quasiment impossible à atteindre à cause de mon pouvoir. L’alcool me permettait d’atteindre enfant au moins un moment ce stade. La drogue aussi… mais j’essayais d’arrêter, de trouver autre chose, parce que sinon… je me connaissais, je pourrais facilement devenir accro. Autant éviter de tomber là-dedans, parce qu’alors, je ne me relèverais pas. Tout comme j’étais incapable de sortir de l’alcool. Et malgré ces pensées, j’étais impatiente, excitée, mon coeur battant à cent à l’heure, presque prise dans une folie, un peu comme dans les descriptions que l’on fait des bacchanales. Tout simplement que c’était ce que ressentaient la majorité des gens qui m’entouraient. Et autre point positif dans ces ambiances… je n’avais pas forcément besoin de boire ou de fumer pour en ressentir les effets. Pour le coup, j’avais envie d’embrasser Lyon… et pas seulement parce qu’il avait un physique à tomber par terre. C’était aussi ce que devait penser le videur, qui ne posa même pas de question. Lui adressant un petit coucou de la main, je me laissais entrainée par Lyon. Je répondis à son signe de la victoire en levant mes pouces bien haut et en lançant un cri histoire de mettre de l’ambiance. De toute façon, il ne se démarquait pas de la masse des autres sons. « J’adore ! » J’étais déjà prise par la musique, les cris qui acclamaient le DJ et tout un tourbillon d’émotions qui me faisaient tourner la tête. Je me contentais de me laisser entraîner par Lyon, le temps d’essayer de reprendre mes esprits. Pour le coup, je devais avoir l’air un peu paumée… mais c’était toujours le cas lorsque j’étais entourée d’autant de personne qui ressentaient des émotions aussi fortes. Je ne faisais pas attention aux regards qui se retournaient au passage de Lyon. De toute façon, je n’en avais pas besoin pour sentir le désir naître chez les personnes qu’il frôlait. « Tu sais que tu viens de donner un orgasme à cette fille juste en la touchant ? » Bon, j’avais peut-être un peu exagérer pour voir sa réaction, mais c’était pas loin. Personnellement, ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Le désir était une émotion bien plus plaisante que… la culpabilité, la dépression et tout le lots de sentiments plus déprimants les uns que les autres qui avaient tendances d’animer la plupart des demi-dieux.

J’observais le cocktail, me disant qu’il ressemblait vraiment à une oeuvre d’art. En le buvant, je me rendis compte qu’il ne faisait pas que ressembler à une oeuvre d’art… s’en était une. Il suffisait de voir comment chaque goût se mêlaient dans une parfaite symbiose. J’hochais la tête aux dires de Lyon, le comprenant parfaitement. Ce fut à mon tour de crier pour couvrir le bruit environnant. « M’en parle pas. Moi, je fais tout pour fuir les entraînements… mais je finis toujours par me faire prendre et j’ai le droit à un super savon… que ce soit par Teagan ou par Keith, c’est pas le meilleur moyen de commencer une journée. Bref, j’avais autant besoin que toi de cette sortie. Et puis…, je ne dis jamais non à une bonne soirée ! » oh non, ça, ça ne me ressemblait pas du tout. Je commandais de nouveaux cocktails, ayant déjà fini le mien. D’un certain côté, j’étais tellement habituée à l’alcool, qu’il me fallait plus que ça pour commencer à en ressentir les effets. Heureusement, j’étais d’un petit gabarit. « Et je ne connais rien de mieux que de se laisser emporter par l’ambiance d’une boite de nuit ! » Les nouveaux cocktails arrivèrent, et je bus le mieux d’une traite. Une musique venait d’être entamée, et même si je ne me souvenais plus de son titre, je savais qu’elle était super pour danser. Prenant Lyon par la main, je l’entrainais vers la piste de danse, lui laissant juste la possibilité de boire un peu avant. Tenant toujours une de ses mains, je me mis à sautiller et à bouger sur le rythme de la musique, essayant de me laisser enivrer par elle comme ou pourrait se laisser enivrer par l’alcool.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R. Lyon Baghar
+ messages : 158
+ face and credits : cykeem bae white (ailahoz)
La remarque d’Edelweiss le fait éclater de rire, un rire bruyant, fort, presque exagéré pour attirer les regards sur lui. C’est vrai qu’avec ses pouvoirs qu’il ne contrôlait pas toujours, il a toujours le contrôle sur les autres. Il suffit qu’il effleure par mégarde la main d’un inconnu pour lui donner une montée de désir inexplicable. Des fois, le désir se dirigeait vers le partenaire, le crush et tout rentrait dans l’ordre. D’autres fois, le désir trouvait une cible étonnante, comme un inconnu, un ennemi ou pire… Lui-même. Il se rappelait des quelques fois où il avait été suivi par une ou une désespérée, animé d’un désir dont il ne connaissait pas la source… Lyon aimait bien ses pouvoirs en général, mais ceux-ci présentaient aussi quelques désavantages. Ou alors c’était tout simplement lui qui jouait trop avec et les dieux le lui faisaient payer en lui infligeant ce genre de situations.

« Pas ma faute si je suis une bombe. » Répond-il tout simplement, haussant négligemment les épaules tout en sirotant son cocktail. Et quel cocktail ! Il peut sentir les arômes se mélanger dans sa bouche, quelques touches fruités, acides, se mêlant au goût brûlant de l’alcool. Il se sent soudainement désolé pour tous ceux qui n’ont pas l’occasion de déguster ce genre de boissons qui rendent la vie tellement plus facile. Edelweiss a déjà fini son cocktail et en recommande une tournée, alors Lyon se dépêche de finir son premier verre pour ne pas être devancé. En tant que fille de Dionysos, il se doute que les effets de l’alcool mettent plus de temps à agir chez elle malgré sa petite taille. « Des entraînements ? Quelle horreur. C’est tellement mainstream. Pourquoi s’entraîner d’ailleurs ? La guerre est finie. Faut arrêter avec cette version démodée du demi-dieu guerrier qui passe sa vie à s’entraîner. On n’est plus à l’Antiquité, merde. » Il lève les yeux au ciel tandis que les deux nouveaux cocktails arrivent. Edel le vide d’une traite et, sans attendre qu’il fasse de même, lui saisit la main et l’entraîne sur la piste. Contraint, Lyon a à peine le temps de poser son verre encore à moitié plein sur le comptoir avant de la suivre, son rire se mêlant au rythme de la musique. Qu’il soit ivre d’alcool ou de musique, qu’importe, il est là pour s’amuser et ne pas se prendre la tête.

La foule autour d’eux bouge comme un seul et unique corps, les battements de cœur se confondant avec les rugissements des basses. À l’oreille, le fils d’Eros reconnaît la voix d’Ed Sheeran, déformée sous tout un tas de rythmes et sons différents qui créent une étrange harmonie. C’est irréel, hors du temps, exactement ce qui caractérise une soirée chouette d’une soirée démente. Bougeant légèrement sa tête en rythme, son corps se mouvant seul comme hypnotisé par la musique, il se tourne vers la blonde en souriant.

« C’est pas à la Colonie qu’on a des fêtes comme ça, hein ? » Même dans la foule, même dans l’obscurité, même avec comme seule source de lumière quelques néons abîmés, il se détache de tout le monde. Comme le soleil autour duquel les planètes gravitent. Tout le monde danse autour de lui, par rapport à lui. Tout est une question de gravité et d’attraction.

_________________
romantic in revolt
© minori.
Revenir en haut Aller en bas
 
cool kids never sleep + edelweiss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ulysse ☼ All the cool kids, they seem to fit in
» SYDNEY ▬ Cool kids don't die.
» we're the cool kids (flashback) ft. Oswald Blueberry (TERMINE)
» Cool kids with nothing but fake life + Hilly
» COOL KIDS CAN'T DIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: (rps)-