AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  mica + parce qu'on peut croire en l'homéopathie sans être un hippieVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Mica Walker
+ messages : 143
+ face and credits : jack o'connell (a)herjuliwii(ava) & lion's tears(signa)

mica walker
ft. jack o'connell
↘️ carte d'identité
nom : walker (nom pas spécialement représentatif de ce qu'il est parce que c'est pas un grand fan de marche et de ni de tous les types de déplacements d'ailleurs) + prénom(s) : mica (et même si c'est pas un violent, le surnom "mikado" lui donne des tics de mâchoire plutôt flippants) + surnom(s) : mikado (par les courageux), micky (par son père) + âge : 21 ans(et le droit de se prendre des méchantes cuites légalement) + nationalité et origines:anglais expatrié aux USA avec son père depuis qu'il a 7 ans (mais dans la tête c'est un vrai british, avec l'humour et l'accent sexy qui va avec) + date et lieu de naissance : le 5 janvier 1996 à Liverpool en Angleterre + orientation sexuelle : hétérosexuel + statut civil : célibataire + occupation : étudiant en médecine à la Nouvelle Rome et légionnaire dans la quatrième cohorte+ groupe : romain

parent divin : salus, déesse romaine de la médecine préventive et de la guérison + pouvoir(s) : il est capable d'un simple touché de faire un diagnostique complet de toutes les pathologies actuelles et éventuelles de qui que ce soit, il peut également créer de petites illusions pour apaiser ses patients pendant qu'il les soigne ou quand il n'y a plus rien à faire pour eux + arme de prédilection : l'arc + particularité : il ne tombe jamais malade

↘️ caractère
Le 22 mai 2003

Mica est venu à l’hôpital avec moi aujourd'hui parce qu'il ne voulait pas aller à l'école. Sa dyslexie le retarde énormément dans son apprentissage de la lecture et entraîne les moqueries de ses petits camarades ce qui le pousse à se refermer sur lui même. A contrario, j'ai l'impression que l'ambiance de l’hôpital le stimule incroyablement. Lui qui est d'ordinaire un garçon plutôt timide qui fuit le contact des autres, il fait preuve avec les patients d'un dévouement que je n'aurai jamais soupçonné de sa part. A peine étions nous arrivés à la salle d'attente qu'il fonçait déjà sur les malades pour leur parler, rire avec eux, leur raconter ses journées à l'école... Et le plus surprenant, c'est que les patients, même ceux ayant l'air les plus mal en point, entrent dans son jeu tout de suite, sans s'étonner plus que ça de la présence d'un petit bonhomme de 7 ans. Il ressemble de plus en plus à sa mère, aujourd'hui j'ai vu la même lueur de joie teintée de malice briller dans ses yeux lorsqu'il m'a raconté de quoi il avait parlé avec ses nouveaux amis pendant que je faisais mes consultations. Je pense que je l'emmènerai plus souvent avec moi à partir de maintenant, peut être qu'ainsi il apprendra à devenir plus sociable aussi à l'école ? Notre déménagement aux États Unis est prévu pour la fin de l'été et j'ai peur qu'arriver dans un nouveau pays n'arrange pas les choses...

--- Extrait du journal de bord de Daniel Walker, père de Mica


Le 3 avril 2007

Cher journal,

Il y a un nouveau au camps Jupiter : il s'appelle Mica, c'est un anglais et il est super mignon. Je lui ai pas parlé, mais Cassie m'a dit qu'au début il était un peu tendu, mais qu'après avoir mis un pied à l'infirmerie il a commencé à discuter avec tout le monde. Apparemment, il est super drôle avec les malades et d'après Cassie il en connaît un rayon en médecine. Elle pense que c'est une sorte de geek du médoc qui tire la tronche dès qu'il sort un peu de son élément, mais je pense pas : je l'ai croisé dans les rues de la Nouvelle Rome et il avait pas l'air mal à l'aise ni rien, juste super curieux. Cassie a toujours vécu ici alors elle peut pas comprendre ce que ça fait de débarquer dans un endroit plein de demi dieux, surtout quand on sait toujours pas qui est son parent divin. Avec Sam, on a lancé les paris : lui il pense que c'est un fils de Cérès et moi d'Apollon. J'ai hâte de savoir ce qu'il en est vraiment, et j'ai encore plus hâte de parler avec Mica, parce que geek ou pas, il a juste l'air gentil et moi ça me va.

--- Extrait du journal intime d'Eva Pinchotti, résidente au camp Jupiter


Salut ma grosse ! Désolée de pas avoir répondu plus tôt à ton texto, j'ai passé le week end avec mon cousin Mica ! Je sais pas trop si je t'ai déjà parlé de Mica mais je suis sûre qu'il te plairait : il est vraiment marrant et super cool, même si parfois il a des phases un peu chelou où il regarde dans le vide et où il t'écoute plus du tout comme si il était dans son monde. Ma mère dit que c'est une force tranquille et je la comprends parce que même si il est toujours super gentil, tu sens quand même au fond de toi que faut pas trop le faire chier (en plus il est pas mal musclé, t'en prendrais plein les yeux si tu le voyais!). On est allés au parc d'attraction et même si je sentais qu'il était pas super à l'aise au milieu de la foule, on a passé un super moment, surtout qu'il y avait son pote Will avec nous et lui c'est une pile électrique ! La prochaine fois faudra que tu viennes avec nous, tu verras on va s'éclater tous les 4 !

--- Extrait d'un SMS envoyé par Sally Walker le 9 juin 2013


« L'équipe médicale a aujourd'hui fait face à un jeune homme souffrant de terrible terreurs nocturnes dont il ne parvenait pas à se réveiller. Mica Walker, un fils de Salus et bénévole régulier au sein de l’hôpital a souhaité apporter son soutien et tenté de trouver une solution pour permettre au jeune homme de sortir de son cauchemar.
Mica Walker est un jeune homme connu pour sa patience et sa rigueur dans l'application des soins, son aisance à parler avec les malades, ainsi que pour la rapidité et la justesse de ses diagnostiques médicaux grâce à un simple touché. Cependant, au contact du patient, Mica n'est pas parvenu à déterminer la véritable source du mal. L'équipe en a donc conclu que son don ne fonctionnait que pour révéler les maladies autres que mentales – ici il s'agissait d'effets dû au choc post traumatique suite à la bataille du mont Othrys auquel le patient avait participé et perdu un de ses proches – mais cette soudaine impuissance et incapacité à s'appuyer sur son pouvoir a plongé Mica dans un état d'abattement que personne ne lui connaissait, contrastant violemment avec son habituel vivacité et son humour. Je ne pense pas que Mica ne supporte pas l'échec, je serai plutôt d'avis qu'il ne sait absolument pas gérer l'impuissance . L'échec l'abat d'un coup, et je pense que s'il devait perdre une grande bataille, les séquelles sur lui ne s'arrêteraient pas à de simples terreurs nocturnes.
Mica Walker ne doit pas être sollicité du côté des maladies mentales tant qu'il n'aura pas réussi à se forger une volonté suffisante pour lui permettre de surpasser ses échecs au lieu de se rétracter instantanément quand il ne trouve pas la solution. »

--- Extrait du rapport de l'hopital de la Nouvelle Rome du 30 février 2016

↘️ Depuis combien de temps sais-tu que tu es un(e) sang-mêlé(e) ?
« Mec je me demandai la dernière fois, comment t'as su que ta mère c'est Phalus ?
- Salus abrutit, pas Phalus. Et pour répondre à ta question, disons que mon père me l'a jamais vraiment caché. Quand j'étais petit, j'avais des gros problèmes de dyslexie et j'arrivais pas à apprendre à lire comme les autres, alors mon père m'emmenait avec lui à l’hôpital pour que je lui file un coup de main avec les diagnostiques. Comme j'étais un petit môme de 8 ans, il pouvait pas dire à ses collègues que c'était moi qui trouvait les maladies de ses patients en deux secondes chrono mais je m'en foutais parce qu'à chaque fois, il me disait que j'étais aussi exceptionnel que ma mère. Quand j'ai eu 10 ans, mon père m'a pris entre quatre yeux et m'a expliqué que ma mère était pas une personne normale, qu'elle était pas humaine, et ça va peut être te paraître un peu con, mais ça m'a pas étonné plus que ça, j'ai pas eu de mal à le croire. Je pense que c'est parce que toutes ces années, il avait cultivé en moi cette idée que ma mère était un être à part, que même si elle n'était pas là elle avait toujours un œil sur moi. Au camp, je vois souvent des demi-dieux comme moi qui sont en colère contre leur parent divin. Moi... Je suis pas en colère contre ma mère. Je suis un peu triste qu'elle ait pas choisi de vivre exclusivement avec mon père et moi, forcément, mais je préfère avoir avec la conviction que si elle ne l'a pas fait, c'est parce qu'elle doit aider des personnes qui souffrent un peu partout dans le monde. En gros, c'est comme si ma mère bossait pour médecin sans frontières tu vois ? Du coup la première fois que je l'ai vu, j'étais juste content d'enfin la rencontrer. C'était bizarre forcément, parce que je savais pas trop comment lui parler ni quoi lui dire mais finalement ça s'est fait tout seul et elle m'a même offert une super crème contre l’acné.
- Contre l'acné ? Mais j'croyais que tu tombais jamais malade !
- C'est pas une maladie ça, et puis crois moi ça m'a fait du bien parce que je bourgeonnais sévère...
- Ouais je m'en souviens, t'avais plus de boutons sur la gueule que sur le tableau de bord de la fusée Arianne, en plus ils étaient tout blancs et tout...
- BREF, un peu après que mon père m'ait annoncé que ma mère était Salus, Lupa m'a trouvé et...
- C'est qui Lupa ?
- Mec sérieux je t'en ai parlé mille fois ! C'est la louve que je voyais dans mes rêves quand on était en primaire !
- Haaaaaaaaan cette Lupa là ! Ok ok continue.
- Donc Lupa m'a trouvé et elle m'a ramené au camp Jupiter où j'ai rencontré mes demi-frères et sœurs.
- Et tes demi-cousins et cousines, tes demi-tantes et oncles... Je m'en souviens de ça. Putain c'est le bordel dans la famille de ta mère, j'aimerai pas être celui qui régale toute la smala pour Noël.
- Tu m'étonnes, d'autant plus que j'avais toujours été habitué à avoir une petite famille avec juste mon père, ma tante, ma cousine et mon oncle. Là je me retrouvais avec tout un camp pour nouvelle famille, alors moi qui suis pas un grand fan de la foule, j'étouffais un peu, je savais pas trop vers qui me tourner. Donc forcément j'allais me planquer à l'infirmerie, c'était le seul endroit où je me sentais un peu chez moi. Puis, petit à petit, je me suis senti plus à l'aise avec mes demi-frères et sœurs, puis avec les autres légionnaires de ma cohorte et finalement, j'ai fait mon trou. »
Will hoche la tête en marmonnant un long « Huuuuuuummmmm » et finit par me poser sa vraie question :
« Et juste pour savoir, si tu pécho une de tes demi-cousines du camp, est ce qu'on t'envoie au bûcher pour inceste ? »

↘️ As-tu pris part à la bataille de Manhattan/du mont Othrys ? Et celle contre Gaïa ? Si oui, à quel camp as-tu choisi d'être loyal(e) ?
« Ho mon Dieu... Micky c'est quoi cette cicatrice ?! »
A deux doigts de plonger dans l'eau fraîche de la piscine, je fronce les sourcils et baisse les yeux pour les poser sur la cicatrice encore bien rose qui barre mon flanc droit. Sally, ma cousine, est figée par le choc, a tel point qu'elle en a laissé tomber la bouteille de crème solaire qu'elle avait entre les mains.
« Souvenir du Vietnam... »
C'est la seule chose que je trouve à lui dire pour tenter de détendre l'atmosphère mais elle ne se laisse pas avoir :
« Te fous pas de moi, qui est ce qui t'a fait ça ? Est ce que vous faites la guerre pour de vrai dans ton camps de romanos ?
- On est des romains Sally, pas des romanos, et évidemment qu'on fait la guerre pour de vrai, des monstres ça se détruit pas par la force du sein esprit !
- Tu fais souvent la guerre toi ? Oh seigneur est ce que tu as failli mourir ? »
Je passe ma langue sur mes lèvres sèches et abandonne d'office l'idée d'aller me baigner dans les minutes qui viennent. Sally ne va pas me lâcher avec ça je le sens, alors autant ne pas lui mentir :
« J'ai participé à deux grosses batailles. La première c'était celle du mont Othrys mais j'étais pas en première ligne, je m'occupais surtout d'aider les blessés ou je créais des illusions pour détourner l'attention des ennemis qui s'approchaient de ceux d'entre nous qui étaient les plus mal en point. La seconde par contre... »
Instinctivement, je plaque ma main contre mon flanc marqué, comme pour stopper un saignement qui n'existe plus depuis maintenant plusieurs mois.
« La seconde était contre la déesse Gaïa et sa tripotée de monstres. C'était... affreux. J'avais jamais vu ça. La violence qu'on peut voir dans les films, c'est rien comparé à ce qui peut se passer dans la réalité. Quand tu vois des cyclopes, des géants armés jusqu'aux dents qui foncent sur toi avec une seule idée en tête te découper en pièces, tu vois vraiment toute ta vie passer devant tes yeux. »
J'ai retiré ma main de ma cicatrice.
« J'ai reçu un coup d'épée et pour être honnête, je me souviens même pas de qui a bien pu me planter. Je me rappelle seulement de la douleur et que j'avais jamais vu autant de sang sortir de mon corps comme ça. »
Sally me regarde avec ses grands yeux bleus plein de peine et s'approche de moi pour frôler délicatement ma cicatrice.
« Ça te fait encore mal ?
- Pas trop, enfin ça dépend. C'est surtout dans la tête que ça fait mal.
- Qu'est ce que tu veux dire ?
- Mon patrimoine génétique me permet de mieux encaisser les blessures que les autres : je tombe jamais malade parce que j'ai des anti-corps en béton qui ont empêché toute forme d'infection et permis à ma blessure de se refermer sans risque très rapidement. Mais le processus de guérison d'un point de vu mental est nettement plus long, surtout après une bataille comme celle de cet été où de nombreuse vies ont été perdues. Même si ça fait des mois, tu continues d'entendre leurs cris, tu vois leurs visages quand tu ferme les yeux, tu sursautes la nuit quand tu entends un bruit et que tu es dans le noir, tu...
- Mica ? T'es toujours avec moi ? »
Je cligne des yeux et me focalise de nouveau sur Sally, incapable de comprendre ce qu'elle veut dire.
« Quoi ?
- T'as commencé à me parler comme si t'écrivais le script d'un épisode de Grey's Anatomy et puis tout d'un coup tu t'es arrêté en plein milieu de ta phrase et tu as... phasé. »
Je frotte mes mains contre mon visages en prenant une grande inspiration et reprends :
« Désolé, c'est que j'aime pas trop parlé de ce qu'il s'est passé cet été, c'est encore... tu sais...
- Trop frais ?
- C'est ça. »
Trop frais. Glacé même. Comme la lame d'une épée.

↘️ Et maintenant, que deviens-tu ?
« Tiens, tu fumes maintenant Mica ? »
Je me retourne en sursautant et me retrouve nez à nez avec ma mère, la déesse Salus, habillée comme une infirmière anglaise de la Seconde Guerre mondiale. C'est tellement rare pour moi de la voir que j'en laisse tomber ma clope à moitié consumée par terre.
« M... maman ? Qu'est ce que tu fais ici ?
- Je suis une déesse mon garçon, a priori j'ai le droit de me balader où ça me chante. Toi en revanche, tu veux bien me dire ce que tu fabriques caché derrière l'infirmerie à fumer comme un ado rebelle ? »
Mon pied commence à remuer nerveusement, comme un gamin pris la main dans le sac à bouffer des bonbons dans la réserve.
« Ça me calme, je me contente de répondre.
- Ça détruit tes poumons et des milliers de vies par an.
- Je peux pas tomber malade.
- Pas si j'en décide autrement. »
Là, je suis obligé de m'avouer vaincu. Mais au lieu de me passer un savon monstrueux, ma mère me sourit et sort à son tour un vieux paquet de clopes datant des années cinquante et s'en allume une à l'aide d'un zippo en argent qui doit coûter une blinde. Elle tire une longue bouffée avant de la souffler en s'adosser contre le mur derrière nous.
« Ce sont souvent les médecins qui fument le plus. On a beau être conscients des risques, traiter tous les jours de nouveaux patients qui meurent à petit feu à cause des cigarettes, on le fait quand même. Ton père fumait aussi quand je l'ai rencontré. »
Ça, j'en avais aucune idée. Mon père me parle rarement de sa rencontre avec ma mère, je ne sais pas si c'est par pudeur ou si c'est parce qu'évoquer ses souvenirs avec elle est trop douloureux pour lui.
« Comment tu vas ? me demande ma mère »
Je sais que la question n'est pas anodine et qu'elle ne veut pas simplement savoir si je me débrouille bien en médecine ou pas. Elle veut parler de mon état après la guerre contre Gaïa.
« Je sais pas trop, je lui réponds en m'allumant une nouvelle clope. Physiquement je suis remis, mais mentalement c'est plus compliqué.
- Tu fais des cauchemars ?
- Souvent. Pas toutes les nuits comme au début, mais quand j'en fais, ça me réveille. Je suis encore moins à l'aise dans la foule qu'avant. Voir des photos des rues bondées de Tokyo ça me file la nausée. Je pourrai jamais aller là-bas, j'aurai trop peur de me faire attaquer par quelqu'un au milieu de tout ce monde. Comme pendant la bataille contre Gaïa. Et puis j'ai aussi ce sentiment d'impuissance constamment, je repense à toutes ces personnes qui s'écroulaient autour de moi et que je n'ai pas eu le temps de sauver alors que j'aurai sûrement pu. Quand c'est trop lourd à porter, je vais me griller une clope. Quand ça suffit pas, je m'enferme pendant quelques heures dans une de mes illusions. Mais c'est toujours plus difficile d'en ressortir. »
Ma mère hoche la tête en tirant une nouvelle latte.
« Pourquoi as-tu décidé de devenir médecin Mica ? Parce que tu es mon fils ou parce que tu le veux ? »
Je prends le temps de réfléchir quelques secondes à ma réponse avant de lâcher :
« Les deux je suppose. J'ai le pouvoir de sauver des gens justement parce que je suis ton fils, et j'aime la médecine.
- Si tu aimes la médecine, alors tu devrais savoir qu'être médecin, c'est comme être tous les jours sur un champs de bataille. En l'espace d'une journée, tu vas voir des dizaines de patients défiler. Parfois tu pourras les soigner, parfois même si tu auras tout fait pour eux, ils ne s'en sortiront pas. Être médecin c'est psychologiquement très violent, surtout quand tu décides d'être dans un hôpital. Les urgentistes comme ton père n'ont pas la possibilité de s'enfermer dans des illusions pour oublier tout ce qu'ils ont pu voir pendant leur service, alors tu dois être aussi courageux qu'eux. Tu penses peut être que tes illusions te permettent d'avoir quelques instants de répit, mais un jour tu te retrouveras enfermé dans l'une d'elle et il n'y aura plus rien à faire pour toi. »
Après avoir craché sa fumée, ma mère lâche son mégot par terre et l'écrase avec son talon avant de me tendre son zippo.
« Il est pour toi. Tu as raison, fumer n'affectera pas ton système immunitaire et je préfère largement que tu sentes le tabac plutôt que de te voir finir comme un légume, perdu dans une illusion. »
Je lui souris en attrapant le briquet et la remercie d'un hochement de tête. Elle me rend mon sourire, fait claquer l'un de ses gants en nitrile blanc et me lance avant de disparaître :
« Bien, si ça c'est réglé, à la prochaine Mica ! »
derrière l'écran
BIB L'EPONGE | Léa
âge : 21 ans + présence : un peu tous les soirs je dirai + personnage inventé ou scénario/pv : inventé + un dernier mot ? depuis le temps que je cherchais un beau fo PJ, ma patience est enfin récompensée !  :lov:  

_________________
Life is beautiful We live until we die When you run into my arms We steal a perfect moment Let the monsters see you smile Let them see you smiling. Do I hold you too tightly ? When will the hurt kick in ? Life is beautiful But it's complicated We barely make it We don't need To understand There are miracles —
Life is beautiful
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mica Walker
+ messages : 143
+ face and credits : jack o'connell (a)herjuliwii(ava) & lion's tears(signa)
don't let nothing hold you down
On raconte souvent que lorsqu'on est sur le point de mourir, on voit toute sa vie défiler devant ses yeux. Selon moi, on en voit plutôt de vague fragments, des instants parfois fugaces mais suffisamment marquants pour qu'on se les rappelle avant de bouffer les pissenlits par la racine.

Mon premier moment, mon premier souvenir, celui que je pense voir au moment de casser ma pipe, c'est quand j'ai compris que je n'étais pas normal. Pas parce que je tombais jamais malade, ni parce que j'étais dyslexique, mais parce que contrairement à tous les autres mouflons de ma classe, j'avais pas de maman, pas la moindre trace, ni même une photo. J'avais 4 ans et pourtant, ce jour là est gravé au fer rouge dans ma mémoire, celui où à la sortie de l'école, j'ai demandé à mon père pourquoi les autres ils avaient une maman et pas moi. Et il m'a simplement répondu : « Parce que ta maman sauve des vies. » Au début, j'ai pensé que c'était parce qu'elle était docteur, comme mon père. Ce n'est que plus tard que j'ai réellement compris le sens de ces paroles. Mon père n'a jamais prétendu que ma mère était morte ou quelque chose dans ce genre, ce qui lui aurait pourtant vachement facilité la tâche, surtout quand j'étais encore tout môme. Et je lui en ai toujours été reconnaissant.

Mon second moment est celui où à 7 ans j'ai déménagé à Chicago avec mon père. J'adore l'Angleterre, mais j'étais trop heureux de vivre là bas, d'autant plus que les travaux de la maison étaient pas terminés quand on est arrivés et on a dû aller vivre chez mon oncle et ma tante. Les 4 mois qu'on a passé chez eux, je les compte parmi les meilleurs de ma vie. Avec ma cousine Sally qui a un an de moins que moi, on passait nos après midi à jouer dans le jardin, à s'affronter au hockey, à aller voir des matchs des Chicago Bulls avec son père... J'avais l'impression d'avoir une grande famille, et pour moi qui avait grandi sans mère, c'était tout ce dont je pouvais rêver.

A 8 ans, pendant mon premier jour de classe, j'ai rencontré Will McBride. On était les petits nouveaux de la classe tous les deux, il venait juste d’emménager et débarquait tout droit du Canada. Mais contrairement à moi, qui était un gamin plutôt timide et réservé à l'école, Will était du genre chahuteur, à faire des conneries toutes les 5 minutes en s'arrangeant pour se faire détester de la maîtresse et adorer par les autres élèves. Comme on était à côté en classe, il m'a entraîné dans toutes ses combines foireuses. Au début je le suivais à reculons, puis j'ai commencé à vraiment m'amuser et à partir de là, nous sommes devenus inséparables. Les parents de Will travaillaient beaucoup à cette époque et comme il détestait les trois quarts de ses nounous, il passait tout son temps chez moi. C'était la seule personne à cette époque qui était capable de me foutre vraiment en pétard en me poussant à bout et c'est grâce à lui que je suis sorti de ma coquille pour vraiment m'ouvrir au monde.

Le quatrième élément marquant de ma vie a probablement été celui où Lupa m'a emmené au camp Jupiter pour la première fois, loin de chez moi, à des kilomètres de la fraîcheur de Chicago, de ma famille, de mes amis. Je savais que ce moment arriverait, ma mère avait prévenu mon père que je serai appelé à rejoindre la légion, mais je redoutais autant ce jour que je l'attendais. La Nouvelle Rome m'offrais tout un monde de possibilités, un endroit où je pourrai me rendre utile, où mes connaissances et mes dons n'auraient pas à être cachés, un nid dans lequel je n'aurai pas à craindre l'apparition d'un monstre. Mais en même temps, je restais au fond de moi ce gamin effrayé par la foule et même si au contact de Will j'avais appris à surmonter ma timidité, cette partie de moi ne s'était pas envolée pour autant. Là, jeté dans la fosse au lion, j'avais du mal à savoir comment m'en sortir sans lui. J'avais promis à mon père de ne pas me réfugier exclusivement à l'infirmerie, mais pendant un bon moment je n'ai pas pu honorer cette promesse. Et finalement, un soir, ma mère m'a reconnu et tout a été beaucoup plus simple : j'ai rencontré mes frères et sœurs, ce qui m'a donné le courage de parler avec les autres membres de ma cohorte pour finalement me sentir vraiment à ma place au camp Jupiter.

J'espère simplement que les batailles n’apparaîtront pas. J'avais trouvé celle du mont Othrys déjà assez sanglante, mais c'était rien comparé à celle contre Gaïa. Quand on était petits, Will et moi on adorait jouer avec les vieux soldats de plomb de son père. On élaborait des stratégies pour vaincre les méchants en les prenant en tenaille ou en fonçant dans le tas quand on avait pas la patience de faire des plans trop tactiques. Sur le champs de bataille, j'ai réalisé que quand des centaines de monstres répondant aux ordres d'une vieille peau à la gueule de boue te foncent dessus, tu penses pas stratégie : tu penses seulement à sauver ta peau et à pas te faire écraser par des machins qui font parfois 4 fois ta taille. Je suis pas un soldat dans l'âme, je l'ai jamais été. Mes parents sont des médecins, pas des guerriers et il faut croire que ça a pris le pas sur mon sang de légionnaire romain. On a cherché à me faire croire que mon arme de prédilection c'est l'arc mais c'est faux : mon arme à moi, c'est le bistouri, le fil à recoudre et les sédatifs. Des trucs qui servent à sauver des vies, pas à les prendre. Lors d'une de mes rares discussions avec ma mère, elle m'a fait comprendre que soigner était un combat aussi important que ferrailler sur le champ de bataille, mais je ne suis pas sûr que cette philosophie sur la médecine soit du goût des autres légionnaires qui se retrouvent en pièces sur le billard pendant que moi je les rafistole sans avoir la moindre égratignure.

En revanche, j'aimerai revoir les vacances que j'ai passé avec ma famille et Will en République Dominicaine, un mois après la bataille contre Gaïa, juste avant le début de mon premier semestre de médecine. Pendant ces deux semaines, j'ai eu l'impression d'être un mec normal, sans histoire, sans mère divine. Ma nouvelle passion pour la cigarette n'a pas enchanté mon père et Sally mais depuis cet été, c'est la seule chose qui parvient à me faire relâcher la pression. Parfois, surtout après avoir fait des cauchemars, je crée une illusion dans laquelle je m'enferme quelques heures. La plupart du temps, je reproduis ces semaines de vacances avec mes proches, ou alors je me visualise au sommet d'une montagne, là où tout est calme, où personne ne pourra me retrouver.

« Mica ! Ho j'te parle, tu m'écoutes ? m'interpelle Will.
- Ouais ouais, tu disais que... euh...
- Je te demandais si tu avais fait ton vœux ! Gros ça fait une plombe que je tiens ton gâteau et que tout le monde attend que tu souffles tes trois bougies donc si tu pouvais te décider ça m'arrangerait, en plus ça commence à me démanger la couille gauche... »
Je ricane avant de me pencher de nouveau sur mon gâteau d'anniversaire et de prendre une grande inspiration. Faire un vœu. A cet instant, j'ai l'impression que ce vœu représente la décision la plus importante de ma vie. Qu'est ce que j'attends de l'avenir ? Avoir mon diplôme ? Devenir un médecin reconnu ? Ou alors quelque chose de moins égoïste comme que ma famille reste en bonne santé ? Je ferme les yeux et souffle.

Je souhaite...


______________


De : Will McBride

A : Mica Walker

Objet : Affiche de propagande

Yo mec, je me faisais chier en cours de graphisme alors j'ai fait cette affiche de propagande pour toi. J'espère que tout roule aux states et que t'es pas sur le point de partir faire la guerre du Vietnam parce que j'ai maté Full Metal Jacket hier et c'est franchement badant là bas.

Pièce jointe :

Là où les Texas Rangers ont Chuck Norris, la médecine, elle, a Mica Walker.
Mica Walker est LE médecin qu'il vous faut pour éviter toutes les maladies. Aussi efficace qu'un gros pruneau contre la constipation, Mica Walker vous soignera en un rien de temps avant même que vous ne tombiez malade, grâce à ses plantes qui puent mais qui sont quand même efficaces. Les moyens vous manquent pour vous payer les soins d'un bon médecin ? Aucun problème : Mica est plus docile qu'un esclave, il vous soignera pour la modique somme de 0$ et cela sans vous prélever le moindre organe !
Votez la fin des chiasses avant les rendez vous, votez les diagnostiques faits encore plus vite que ceux de docteur House, votez l'annihilation complète du vieux goût de vomi qui reste dans la bouche après une bonne race à la gnôle.
VOTEZ MICA WALKER


--- Mail reçu le 27 octobre 2016

_____

De : Sally Walker

A : Mica Walker

Objet : Photos vacances

Coucou Micky !
Comme promis je t'envoie les photos de la République Dominicaine. Il y en a beaucoup et je tiens à préciser que toutes celles qui sont floues ont été prises pas Will. Il a même réussi à en prendre en laissant le cache dessus et après il s'étonne qu'elles soient toutes noires...
Je voulais aussi te dire que je suis vraiment soulagée que tu ne sois pas fâché pour Will et moi. Quand on a commencé à se mettre ensemble, il avait très peur de ta réaction et ça a été un cauchemar de le retenir d'envoyer des pièces de 25ct le plus loin possible dès qu'il voyait un arc en ciel pour essayer de te contacter et te demander ta bénédiction.
J'espère que tout va bien pour toi au camp et que tu n'as pas une nouvelle bataille de programmée, j'aime déjà pas te voir fumer des clopes, j'aimerai encore moins que tu te sniffes des rails de coke pour oublier les horreurs du front... En plus j'ai vu Full Metal Jacket avec Will et maintenant j'ai encore plus peur pour toi.
Envoie des nouvelles, tu nous manques à tous !

Je t'aime fort

--- Mail reçu le 5 novembre 2016

_____

De : Daniel Walker

A : Mica Walker

Objet : Programme expérimental

Salut fiston,
J'espère que tout va bien pour toi au camps et que ta première année de médecine se passe toujours aussi bien. En ce moment je suis au Botswana, je devrai y rester quelques mois pas plus, ensuite je rentrerai quelques semaines aux USA pour te voir. J'ai bien reçu tes notes et tes idées sur un nouveau programme expérimental de prévention contre le SIDA et je l'ai trouvé particulièrement brillant. Je m'occupe de récupérer les échantillons que tu m'as demandé pour que tu puisses les tester quand on se verra.
Je dois aussi te dire que je ne rentrerai probablement pas seul du Botswana : j'ai rencontré une infirmière estonienne, Isabel, qui travaille avec moi pour Médecin sans frontières. C'est une femme très intelligente et avec beaucoup d'humour, je suis sûre qu'elle te plaira.
Je te donnerai plus de précisions sur mon retour dès que j'en ai, porte toi bien.

Papa

PS : Will m'a envoyé une affiche étrange par mail, si tu comptes te lancer en politique je te déconseille de l'employer pour faire ta comm'

--- Mail reçu le 15 novembre 2016

_________________
Life is beautiful We live until we die When you run into my arms We steal a perfect moment Let the monsters see you smile Let them see you smiling. Do I hold you too tightly ? When will the hurt kick in ? Life is beautiful But it's complicated We barely make it We don't need To understand There are miracles —
Life is beautiful
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
oh oui un romain, comment je suis trop content. :nya: :wa: en plus le choix de parent divin est juste ouf, et en plus tes pouvoirs quoi. :faints: :cool: :bwala: j'approuve tout, non puis même l'avatar c'est un super bon choix, j'adore tout. :lov: faut plus que tu ais été /sois dans la quatrième cohorte et c'est parfait. :héé:
BIENVENUE sur le forum et bon courage pour ta fiche. I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mica Walker
+ messages : 143
+ face and credits : jack o'connell (a)herjuliwii(ava) & lion's tears(signa)
Aaaawwww merci ! On en parle deux secondes de ton ava à toi ? :noo: Vous avez une fandom sense8 ici ou quoi ? Parce que si c'est le cas, on va vraiment devenir copains :miguel:
Merci pour l'accueil en tout cas ça fait trop chaud dans mon coeur de fragile :aw: :keur:

_________________
Life is beautiful We live until we die When you run into my arms We steal a perfect moment Let the monsters see you smile Let them see you smiling. Do I hold you too tightly ? When will the hurt kick in ? Life is beautiful But it's complicated We barely make it We don't need To understand There are miracles —
Life is beautiful
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theodore A. Brennan
+ messages : 401
+ face and credits : tyler young, bazzart.
bienvenue parmi nouuuus :keur:
(sache que mica, c'est le nom de mon chat, donc elle et moi on approuve Arrow )

j'ai hâte d'en lire plus, les pouvoirs, le parent divin, le personnage à l'air super intéressant, je suis super curieuse. :nya:

je tenais juste à te prévenir que l'avatar de cole est déjà tenté, et que les avatars sont pré-réservés le temps du délai de deux semaines des fiches de présentation, ce qui fait que ton avatar est considéré comme déjà pris jusqu'à la fin du délai de la personne qui le tente également. :cute: après, si tu as besoin d'aide pour trouver un autre avatar, noah et moi sommes là pour aider, ainsi que les membres tous gentils sur la chatbox (... pas vrai les gars ? :urg:). :aw:

en tous cas, si tu as des questions, n'hésite surtout pas, et bon courage pour ta fiche ! :keur:

_________________


how many yous have you been? how many, lined up inside, each killing the last? ☽ but on dark days he likes to walk, beside the heartsick sea. and as the waves begin to howl, he drops down to his knees, and cries for all he's lost and for all he used to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noah S. Warsmond
Admin
+ messages : 458
+ face and credits : jeremy allen white, (c) dark dreams.
ohhhhhhh un romain et un fils de salus comment j'approuve trop, j'adore cette déesse. I love you
c'est marrant j'avais pensé à la même particularité quand j'avais en tête de faire un gosse de salus aussi, donc je suis complètement pour ce choix. :nya: #systèmeimmunitaireenbéton
du coup ça fera un frère pour lyuba! si c'est pas cool. :zad:
bienvenue sur aw, et bon courage pour la suite de ta fiche! comme l'a dit ma partenaire du dessus, si tu as besoin d'aide pour trouver un substitut à monsieur sprouse, n'hésite pas à le dire. What a Face

_________________
hold on darling
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mica Walker
+ messages : 143
+ face and credits : jack o'connell (a)herjuliwii(ava) & lion's tears(signa)
Aaaaarf cruelle déception pour l'ava, j'avais pas fait gaffe ! Tant pis, je vais taper dans ma liste des BG qui doit trainer dans un coin et changer ça rapidement :zad:

Merci pour l'accueil, vous êtes tous trop mignons par ici :nya: :lov:

_________________
Life is beautiful We live until we die When you run into my arms We steal a perfect moment Let the monsters see you smile Let them see you smiling. Do I hold you too tightly ? When will the hurt kick in ? Life is beautiful But it's complicated We barely make it We don't need To understand There are miracles —
Life is beautiful
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noah S. Warsmond
Admin
+ messages : 458
+ face and credits : jeremy allen white, (c) dark dreams.
(je passe juste pour dire que J'APPROUVE JACK O'CONNELL omg)

_________________
hold on darling
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
ok je meurs pour l'avatar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
J'approuve le parent divin et le pouvoir ! **
Un lien s'imposera entre nos personnages : l'un qui aide, l'une qui tue ! **

Bienvenuuuuuuuue !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
mica + parce qu'on peut croire en l'homéopathie sans être un hippie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Parce qu'on peut devenir des handicapés quand on veut
» Où il est prouvé que l'Olympe peut être en fête sans Ferrero Rocher
» Un Dragon: Jacques DANNEQUIN
» Demande de baptême, mariage, funérailles, confession etc.
» Parce qu'il n'y a pas de lumière sans ténèbres, parce qu'il n'y a pas de moi sans toi.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
character.
 :: (who you are) :: présentations validées.
-