AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  Because you can't say no to a burger (Nevh)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité
Oh burger, oh burger, I will eat you up
EXORDIUM.
Hazard

Le ticket en main, je baissais les yeux pour le regarder une nouvelle fois et soupirait longuement. Encore 5 numéros avant moi. Pff Sortant mon téléphone de mes poches, je commençais à pianoter dessus, rapidement, répondant à mes mails, tout ce qui s'était produit depuis mon départ de New York. Hazard. Petit coin perdu, une tâche dans le tableau, un petit coin où je m'arrêtais pour manger. Me dégourdir les jambes un peu. Le chauffeur était à l'extérieur, m'attendait. Et moi, j'attendais à ce que l'on se décide enfin de me laisser prendre ma putain de commande et de manger ce foutu burger parce que sérieusement, je commençais à en avoir marre de tout ça. J'avais un horaire plus que serré, je devais me rendre à Cincinnati le plus rapidement possible et vu que les conditions climatiques dans le ciel... bah en vrai c'était tempête sur tempête, j'avais pris la voiture. Et là, je devais répondre à l'appel de mon corps et perdre du temps à venir manger... Que du temps perdu, encore et encore, que du ridicule. Me retenant de rouler les yeux, je parcourais mes sms à la vitesse grand v, voulant faire le plus de choses possibles avant de repartir, puisque dans la voiture, je devais faire plusieurs appels. Nerveux, je jouais un peu avec ma chevalière alors que je rangeais mon téléphone dans ma poche et relevai les yeux pour regarder le numéro que l'on appelait. Sérieusement là? Ce crétin n'avait pas bougé d'un pouce. Serrant les dents, je ressortis mon téléphone d'un geste un peu plus rageur et je recommençai mon petit manège. Encore une fois.

Entendant des numéros appelés près de moi, je relevai la tête, me demandant si j'allais bientôt y passer ou bien il fallait que je crève de faim pour que l'on daigne enfin me donner ma commande. Comme si c'était tellement compliqué de me servir deux burgers et une frite. J'avais déjà la boisson en main en plus. Perte de temps, perte de temps. Levant les yeux, je regardais la salle dans laquelle plusieurs jeunes et moins jeunes personnes mangeaient. Un fast-food comme les autres à dire vrai. Pinçant les lèvres, je laissai mon regard parcourir l'ensemble de la salle et inspirai lentement avant de sentir mon téléphone vibrer dans ma main. Génial, un sms pour me dire que j'étais en retard. Grognant légèrement dans ma barbe, je pianotai une réponse sèche et brève, disant que j'allais être bientôt en route avant qu'un pressentiment ne me frappe. Il y avait un truc ici. Et comme justement je voulais regarder à nouveau, comme pour me rassurer, on nomma mon numéro. M'avançant et attrapant le sac sans aucun regard pour l'employée qui tentait de me faire les yeux doux en me souhaitant une bonne journée, je m'avançais, me dirigeant vers la sortie. Percutant sans le vouloir une jeune dame, je m'excusai avant de me retrouver face à face avec... une poubelle qui avait mangé un corps... enfin tentait de manger... Attendez quoi?  Je m'arrêtais nettement et fronçais les sourcils. Il était pas là y'a trente secondes....

Je m'avançais alors vers la poubelle, gardant mon sac dans une main et tirai légèrement sur la jambe de pantalon des jambes qui dépassaient de la poubelle. Visiblement, il s'agissait d'un mec. Et visiblement, il était assez fou pour y plonger la tête la première. Roulant les yeux, ne pouvant pas contenir un certain amusement parce que bon, qui ne rirait pas devant une poubelle munie de jambes, je me raclai la gorge doucement pour prendre la parole. « Étant donné qu'il n'y a que des vieilles dames ici bas, je pense bien que je suis la personne pour t'aider à sortir de là. Simplement, si j'avais été toi, j'aurai demandé conseil et je suis certain que l'on t'aurait répondu : " Ne fous pas ta tête là-dedans parce que c'est pas moi qui va t'aider à sortir." Bref, m'appuyant contre la poubelle, je pouvais me permettre de sortir un peu de mon rôle et d'être quelqu'un d'autre, pendant quelques instants. « Alors, ce coup de main, il est de mise ou pas? Parce que sinon je pourrais bien tirer profit d'une petite vidéo virale sur Youtube.»

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

kieran & nevh

you can't say no to a burger
(unless you're fucking stupid)

Hazard donne l'impression que la ville elle-même ne sait pas trop ce qu'elle fout là. Les magasins ont poussé au beau milieu des places et même eux semblent confus quant à leur présence dans les rues. Les maisons ne se ressemblent pas, et Hazard ressemble à un patchwork du pays, comme si les habitants étaient tombés sur la ville et s'étaient dit, quelle ville paumée, quel charme, chéri, apportons un peu de notre Texas natal au beau milieu de ce coin perdu. Nevh déteste. Par principe. Ce qu'il fout là ? Il est sûrement la touche New Yorkaise (ou écossaise, selon les avis) que ce type a voulu apporter à Hazard. Un bout du pays en plus à ajouter au décor. Certainment pas le plus charmant. Les habitants de petite ville ont pour habitude de dévisager. Il a passé la journée à les transpercer du regard. Ils ont tous détourné les yeux un à un. Le type qu'il a suivit depuis New York l'a abandonné pour aller travailler. Tu seras là quand je reviens ? Bien sûr, connard. Avec le dîner prêt et les jambes écartées. Il a compté dix minutes et s'est barré en embarquant le briquet doré posé sur le meuble de l'entrée.

C'est ce briquet-là, posé sur son plateau en plastique entre les frites froides et la boîte de burger en carton vide, qui trouve son chemin au fond de la poubelle avec le reste du contenu de son plateau quand il va le vider. Un flot de juron lui échappe. Pas moyen qu'il abandonne son trophée. Ca l'emmerde. Il envisage d'aller emmerder les employés, mais des ouvriers semblent avoir installé leur chantier à l'intérieur de son crâne, et il n'a pas la patience. Pas l'envie. Il plonge la tête la première dans la poubelle, smartphone en main pour la lumière. C'est à ce moment précis qu'on tire sur la jambe de son jean, et à la fois par réflexe et parce qu'il est contrarié, il balance un coup de pied à l'aveugle, dans l'espoir de frapper quiconque le touche. On lui parle, depuis l'extérieur de la poubelle. Il écoute à moitié, adresse un regard noir à la sauce curry qui s'étale sur la manche de son sweatshirt - faute de l'adresser au propriétaire de la main qui a tiré sur son jean - et repère enfin un éclat doré, quelque part entre un gobelet de soda et une boîte de nuggets encore pleine. "Essaie même pas de me sortir de là." Il balance à l'adresse de celui qui parle. Il tend la main, se tortille, et ressort, range le smartphone dans sa poche à côté de ses clopes, fourre le briquet doré au même endroit, retire une frite du col de son sweatshirt, et pose un regard sombre sur le type qui se tient devant lui. Il ouvre la boîte de nuggets qu'il a sortie de la poubelle, et en fourre un dans sa bouche. Le type à l'air blindé. Ca se hurle dans ses fringues et sur son visage. Les riches ont toujours l'air de mépriser le reste du monde. Nevh s'adosse contre la poubelle, l'observe de haut en bas, le regard assombri par quelque chose comme du mépris, ou du dédain, ou juste la moquerie. Il ne s'est pas encore décidé. "T'as pas trop l'air d'avoir besoin de ta vidéo virale, tu portes quoi, deux millions de dollars ?" Il lui tend la boîte de nuggets avec un sourire sardonique, juste pour voir sa réaction. "T'es perdu ? Les gens comme toi, ça a rien à foutre dans un fast food." Il ramène la boîte de nuggets à lui, en fourre un autre dans sa bouche. Pour de la bouffe sortie d'une poubelle, c'est pas mauvais. Il passe une main dans ses cheveux, observe la feuille de salade qui tombe au sol avec le mouvement. En baissant les yeux, il observe le sac. "T'es trop bien pour manger parmi les mortels ?" Il mâchouille son nuggets en l'observant, et son attitude crie la provocation. Peut-être bien qu'il y a de quoi se distraire dans ce coin paumé, finalement.



AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Oh burger, oh burger, I will eat you up
EXORDIUM.


Normalement, ce n'est pas mon truc de jouer les héros inconnus. Juste jouer les héros à dire vrai. Je me suis toujours vu comme un type qui ne pouvait pas avoir de fin heureuse et ce depuis l'enfance. Alors pourquoi est-ce que je me forcerais à faire le bien, telle est la question. Parce que je voulais pas être celui dont les clichés parlent tous autour de nous. Je voulais simplement... faire une différence auparavant. Auparavant, j'étais naïf et même si je n'avais pas confiance en moi, je me lançai quand même parce que je ne pouvais pas m'en empêcher. Et à force de recevoir coup sur coup sur la gueule encore et encore, j'avais compris. La vie, ce n'était qu'une grosse salope pour les héros et une douce et tendre envers les puissants. Alors, j'avais cessé tout ça. J'avais cessé de me comporter en héros, j'avais cessé de me prendre pour celui qui pourrait rajouter un petit grain de sel au monde et le changer pour le rendre meilleur. Parce que bon, on m'a toujours dit que chaque petite bonne action avait un effet domino et que ça ne faisait que grandir et devenir meilleur à chaque fois. Et mon cul peut-être? J'en restais toujours malheureux à chaque fois et je ne faisais que tendre la joue pour que l'on me frapper plus fort et plus fort encore. Alors non, j'avais cessé tout ça. Tout, d'un coup. Et pourtant, me voici alors que je tentai de faire une bonne action, un héros qui tentait de retirer un pauvre taré d'une poubelle....

Je ne vis pas le coup de pied venir, mais je peux dire qu'il me fit bien mal. Quand je disais que je ne faisais que me prendre des coups sur la gueule. L'air blasé, je passai ma main libre sur mon visage, sur l'endroit où il avait réussi à faire imprimer les motifs de ses baskets sur ma joue et soupirait longuement. Sentant la colère me gagner tranquillement, j'avais envie de juste passer outre, mais bon, je respirai lentement et repris mon calme. Parce que ça ne valait pas la peine que je perde mon calme ici et que je fasse quelque chose que j'allais regretter.

« Tiens tiens... » Je l'avais regarder sortir sans rien faire, je l'avais aussi regarder me détailler avec... une certaine haine? Je l'avais laissé me dire ses choses, comme j'en avais l'habitude malheureusement. J'étais trop bien pour eux blablabla.. Je roulai les yeux et soupirai longuement, n'ayant pas envie de m'énerver, mais j'avoue que ce serait amusant de lui faire goûter à un petit quelque chose qui le ferait figer sur place. J'haussai un sourcil devant son attitude, le laissant enchaîner les attaques, les piques une après l'autre avant de sourire à demi, sans aucune joie néanmoins. « En tant que société capitaliste, je suis libre de faire ce que je veux, alors,  ne sois pas choqué que certains hommes en costard viennent manger du fast-food, c'est normal! Et deuxièmement, même si je portais 2 millions de dollars sur moi, tu ne pourrais même pas le savoir.
»
Lentement, mon regard durcissait et je sentais que le froid tentait de s'emparer de moi alors que je tentais de lui résister. Il ne fallait pas.

« Normalement, j'aide pas les clodo dans ton genre, jeune homme, mais il semblerait que tu m'amusais.... Alors oui, peut-être que j'ai pas besoin de cette vidéo virale comme tu le dis, mais elle sera quand même très utile plus tard pour me faire encore plus d'argent et me noyer dedans.» Je tapotai ma poche où il y avait mon téléphone, ceci était un bluff totalement, mais hey, il n'était pas obligé de le savoir. Je trouvais cela intéressant malgré ma colère qui ne me reconnaissait pas. Parce que bon, je faisais pas mal de magazines et de couvertures dernièrement... malheureusement pour ma vie privée. J'en profitai pour prendre la boîte de nugget tendue et en croquer une devant ses yeux, l'expression de défi sur mes traits et des mes yeux. Je viens de ce monde, je suis pas un mec né avec une cuillère d'argent dans la gueule mec. « Tu sais qu'un seul coup de fil à la police pour... disons...
voie de fait et te voici derrière les barreaux pour un bon moment? À moins que tu sois toi aussi blindé de fric comme moi et que tu puisses te payer un bon avocat.»
Sarcastique, je l'observai avec attention, croquant rageusement dans ce qui restait de ce nugget. Game on bitch!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Because you can't say no to a burger (Nevh)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» [Terminée]Alors je voudrais une menu avatar burger bannière frite et coca !
» Le V-Burger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: (rps)-