AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  guys like us should wear a warning. (keith)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

keith & nevh

guys like us should wear a warning

La musique lui vibre dans tous les membres, les basses résonnent dans sa poitrine, ça réveille son corps engourdi par l'alcool qu'il a ingéré sur le chemin. C'est pour pas avoir froid, qu'il a balancé à Keith avec un sourire narquois, comme si Keith allait gober ses mensonges. Il le connaît bien, Keith, maintenant. Du moins, suffisamment pour savoir que son unique relation durable est avec sa bouteille de whisky. C'est pour ça qu'il l'a embarqué à sa suite, et puis il connaît Keith aussi, suffisait de lui susurrer deux trois mots comme soirée étudiante, de la gamine naïve et de l'alcool à flots, et c'était dans la poche. Quand ils sont entrés, on leur a collé des gobelets écarlates dans les mains, du punch ou une merde du genre que Nevh s'est empressé de transformer en whisky. Il n'est pas là pour boire du jus d'orange, bordel, il est là pour être complètement déchiré, et s'il peut glisser les mains dans plusieurs paires de jeans, c'est pas plus mal. Il s'adosse au mur pour l'instant, son verre à la main, le regard un peu trouble, déjà, et son jean bas sur ses hanches. Son t-shirt remonte un peu, il sent l'air caresser sa peau, il a vu le regard de la nana qui se ressert un peu plus loin, l'a senti sur le bas de son ventre, a esquissé un sourire déjà prédateur quand elle a croisé son regard. Mais il n'est pas d'humeur pour la peau trop douce d'une meuf, pas plus qu'il ne l'est pour les courbes et formes féminines, ce soir. Il n'est pas souvent d'humeur pour ça, de toute façon. Ca change, parfois, de les voir entrouvrir leurs lèvres enduites de rouge à lèvres et de défaire leurs boucles parfaites pour les voir complètement abandonnées, mais son truc à lui, ça reste la force brute de ceux qui n'hésitent pas à le maltraiter un peu. C'est ce qu'il veut ce soir.

Il scanne la pièce du regard, lâche un éclat de rire en voyant qu'un mec vomit déjà - les étudiants sont des putains de sauvages en soirée, c'est magique. Puis il se tourne vers Keith, son sourire plaqué sur les lèvres, et vide son gobelet avant de le jeter au sol. "Tu veux boire quelque chose, chéri ?" Il y a le rire dans sa voix, et la dose de flirt qu'il y colle toujours quand il s'adresse à Keith. Son regard le parcourt de l'air appréciateur qu'il aime prendre parce qu'il sait que Keith rentrera dans son jeu - juste assez pour qu'il continue, jamais assez pour qu'il n'obtienne satisfaction. Il agite le bout des doigts. "J'peux te servir n'importe quoi." N'importe quoi qui ne soit pas ces cocktails élaborés que les pétasses adorent tenir à la main sans en boire une goutte. Lui-même a déjà soif, l'alcool ronronne déjà dans ses veines, mais ce n'est pas assez, ce n'est jamais assez. Il se faufile entre les corps qui dansent jusqu'à rejoindre l'alcool, s'empare d'une bouteille de vin dégueulasse, et tourne le liquide sombre en or presque opaque. Quand il revient auprès de Keith, la musique a changé, et il arque un sourcil. "Britney Spears. Ses chansons de salope, ça m'a toujours fait un truc. Et par truc, tu sais de quoi j'parle." Il promène son regard sur les étudiants qui dansent, certains à peine plus jeunes qu'eux. Innocents. Naïfs. Ca lui donne juste envie de leur arracher leur innocence là, sur la piste de danse. Il débouche sa bouteille, en avale plusieurs gorgées sans quitter du regard le trio de jeunes qui danse en les observant, le sourire aux lèvres. "J'crois qu'on est attendus. Y'a même une meuf pour toi, et elle est bonne." Lui, il fixe son attention sur le type dont les hanches ondulent au rythme de la musique. Gimme more. Nevh découvre les dents, le regard animal. Il ne regarde pas si Keith suit, il les rejoint, la bouteille à la main, tend sa main libre pour plaquer l'autre contre lui. Le whisky lui brûle la gorge quand il l'avale, le regard du type quand il pose les lèvres sur la bouteille ne lui échappe pas. Il l'a déjà dans la poche, dans le pantalon, probablement ailleurs aussi, vu comme c'est parti. Il balance un sourire moqueur à Keith, et se penche vers lui. "Celui qui en pécho le moins paye le McDo pour la gueule de bois demain matin." A peine ces mots prononcés, il se détourne, et attire l'inconnu contre lui, l'embrasse avec l'indécence de celui qui veut que ses intentions soient claires. Oh, la soirée commence bien, il songe, alors que ses mains vibrent sur la peau de l'autre, diffusant l'ivresse qui n'apparaît que lorsqu'il est dans l'état d'esprit qui convient.

AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Nevh & Keith

guys like us should wear a warning


Tu sens cette douce excitation monter lentement à l'intérieur de toi, ce qui te provoque un frisson assez sensuel qui fait légèrement hérisser tes poils. Tu es dans ce monde depuis pas très longtemps mais tu as déjà su te l'approprier et en visiter les moindres recoins capables de te divertir un temps soit peu. Tu es un homme qui a la bougeotte, tu n'aimes pas rester à un endroit, à ne rien faire, pire encore tu as constamment besoin de divertissement. Et depuis peu, tu ne cesses de te faire accompagner jusque ton lit, le doux plaisir de la passion charnel afin d'oublier, dû moins d'essayer d'oublier que tu vis à des siècles de ce qui a été ta vie autre fois. Tu as toujours été un homme appréciant la contact féminin, les échanges de regard, le flirt et la drague qui ne cesse de prendre une tournure intéressante dans ce jeu de séduction dont tu aimes tant te lancer. Mais maintenant tu ne cesses de vouloir aller plus loin, de provoquer davantage de sensations, de ressentis qui puissent te mener au plaisir quasi parfait. Ce n'est peut être pas une quête noble, pas comme celle que tu as déjà réalisé mais quelque chose sur laquelle tu t'es lancé afin de simplement être toi, de ne pas te laisser manger par tous ces soucis qui t'entourent, et plonger dans ce plaisir qu'est la vie.

Tu accompagnes donc Nevh, qui ne t'as même pas laissé le temps de donner une réponse à cette invitation, de toute façon tu aurais dit oui quoi qu'il arrive. Tu n'as jamais été déçu des soirées passés en sa compagnie, au contraire, il doit être la seule personne avec qui tu peux te lâcher complètement sans être juger ou pointer du doigt. Tu peux le dire maintenant, tu te sens assez proche de lui pour te lancer dans ce genre de délire ou l'y accompagner. Et c'est ainsi que tu le rejoins dans cette fête étudiante qui promet d'être hyper intéressante. A peine entrée, qu'on te donne déjà un gobelet rouge contenant du punch, bon pas terrible mais cela est déjà un début. Tu le sirotes afin de le goûter avant de faire une tête horrible, signe que ... et bien c'est dégueulasse. Tu te mets à suivre Nevh sans porter d'attention sur lui pour le moment, t'amusant à identifier le monde autour de toi, repérer de potentiels proies, d'imaginer qui pourrait te donne envie de parcourir son corps avec ta langue, de t'amuser à découvrir toutes ses courbes et de réussir à faire vibrer chaque parcelle de son corps. Tu n'as pas de genre particulier, dû moins tu le penses, attirer par toutes formes de beautés ou sensualités tant que cela ... te fait te sentir à l’étroit dans ton pantalon.

Tu es interpellé par la voix de Nevh durant ta conquête visuelle d'une proie, tu te mets à le fixer avant d'avoir ce rictus amusé sur tes lèvres. Pas du tout dérangé par cette appellation, tu sais très bien à quel jeu joue Nevh, tu ne le sais que trop bien maintenant. Et en réalité, tu t'amuses avec en repoussant de plus en plus les limites afin de le rendre fou et le faire craquer davantage en sachant bien que tu ne craqueras pas. Il pense tout le contraire, et c'est bien pour cela qu'il continue et ça ne te dérange pas bien au contraire, cela ne te fait que te rendre plus joyeux à l'idée d'étendre davantage ce jeu de séduction presque interdit venant de toi. En réalité, tu n'as aucune limite, tu dragues parce que tu aimes cela, peut importe avec qui, le fait de savoir que l'on est intéressé par toi, par ton corps te remplit de joie. Tu n'as juste jamais franchis cette barrière avec un homme car jusque là cela ne t'as jamais intéressé, jusque là seulement ... Tu lui rends donc son sourire avec un clin d’œil puis appuyé tout en te mordant la lèvre lorsqu'il s'approche, " Et bien, oui, je ne veux pas continuer à boire cette merde. Et tu sais bien que mon cœur craque pour la caractère doux et puissant de la vodka, sexy boy. " , tu attends qu'il pose ses doigts sur ton gobelet pour changer le liquide, hyper pratique comme pouvoir, avant de commencer à boire et apprécier ce gout en bouche. Tu laisses la vodka envahir tout l'intérieur, fermant les yeux presque dans un moment d'extase avant de laisser passer le liquide dans ta gorge afin qu'il en vienne à te réchauffer de l'intérieur. Tu te laisses déjà envahir par la musique en rigolant des paroles crues de Nevh mais tout à fait vrai, ce genre de chanson ne donne qu'une envie, c'est d'elle conclure rapidement. Tu repères le petit groupe et tu te mets à suivre Nevh de manière assurer, habillé d'un simple jean et d'un t shirt. Tu ne mises pas sur tes vêtements pour faire du charme mais bien ton corps ... Tu observes la belle brune se déhancher alors que Nevh est déjà bien occupé. Tu te mords la lèvre de nouveau mais cette fois par la beauté du derrière que te propose cette douce brune. Tu t'approches, verre en main, pour venir la coller de dos en te déhanchant avec elle, t'amusant à jouer avec tes lèvres dans son cou. Tu écoutes Nevh une nouvelle fois avant de rire et te retourner pour répondre , " Ouh challenge accepté ... Et pour être sur que tu te donnes à fond, si tu gagnes, je te laisserai m'embrasser. " , tu lui fais un clin d’œil, pour toi, tu es sur de gagner, tu ne lances cela que par pur provocation et afin de le voir faire tous les efforts du monde pour remporter ce pari. Et puis de toute façon, dans le pire des cas tu trouveras bien un moyen d'esquiver ça ... Tu sens déjà la brune avoir les mains baladeuses sur ton corps, alors qu'elle se retourne pour te faire face, plonger son regard dans le tien et venir glisser sa main sous ton t'shirt. Et de une ...

AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

keith & nevh

guys like us should wear a warning

Les quelques mots prononcés par Keith lui tirent un sourire qui vient interrompre son baiser prolongé avec avidité. Le challenge vient de devenir plus intéressant. Keith sait jouer avec lui, après tout, c'est ce qui le rend si intéressant, en plus du reste. Et s'il gagne... Keith n'a aucune idée de ce qui l'attend. Il a confiance en ses capacités, il fera voler sa prétendue hétérosexualité en éclats, la réduira en cendres. Si ce n'est pas ce soir, ce sera une autre fois. Il n'a aucune idée de ce qu'il rate, mais s'il y goûte... Ses pupilles s'élargissent autant que son sourire. Lorsque ses lèvres se détachent de celles de l'autre, Nevh le laisse lui mordiller la peau tendre de son cou avec avidité, et lui observe, alors que la brune se plaque contre Keith. Ca éveille quelque chose, juste de regarder, et il garde un demi-sourire sur les lèvres alors qu'il porte la bouteille à ses lèvres, avant de glisser sa main libre sous le t-shirt de l'inconnu pour explorer sa peau nue, à l'aveugle. Il le presse contre lui aussi, et déjà, il sent que le pouvoir étrange qui lui permet de distribuer l'ivresse du bout des doigts picote contre sa peau. Il observe distraitement la brune qui se déhanche contre Keith, ses mains baladeuses, et se penche à nouveau sur l'inconnu pour l'embrasser, affamé. Il lui mord la lèvre comme s'il allait vraiment le dévorer, parce que c'est le genre d'appétit qui le laisse survolté. Il se moque de ceux qui observent - au contraire, qu'ils apprennent, peut être même que ça les excitera aussi, il n'est jamais contre l'idée d'un peu de fun à plusieurs. L'alcool ne ronronne plus sous sa peau, il fait rage, lui brûle dans les veines, et c'est là, juste là, juste ce qu'il aime, ses pensées disparaissent aussi vite qu'elles sont venues et la musique rythme chacun de ses gestes contre l'inconnu qui a du mal à reprendre son souffle contre lui. Nevh peut le sentir, contre lui, il n'est sûrement pas à l'aise dans son jean, alors sa main redescend, s'empare de la boucle de son jean et l'attire encore plus près, son regard se pose sur Keith, et il lâche un sourire sauvage. Il ne prononce pas un mot, s'empare du poignet de l'autre, et l'emmène dans l'arrière de la maison qu'ils ont envahie, pousse la première porte qu'il trouve et plaque l'inconnu contre le plan de travail d'une cuisine vide, s'attaque déjà à la boucle de sa ceinture alors que l'autre s'essouffle déjà contre sa clavicule où il a posé le front. Les étudiants ivres, ils ne tiennent jamais longtemps, ils ne sont là que pour divertir, patienter. Nevh se laisse tomber à genoux sans chercher plus loin, et l'autre émet un son indécent, lui tire un sourire.
Quand il revient sur la piste de danse, Keith a disparu. Il s'en tape, se contente d'aller souffler une poignée de secondes contre le mur, sa bouteille à la main, les cheveux en bataille. Il ne lui faut pas longtemps pour pêcher dans sa poche le paquet de cigarettes industrielles qui ne le quitte jamais, et l'air frais de l'extérieur lui fait l'effet d'un étau, qui atténue juste une seconde les effets de l'alcool. Il avale quelques gorgées de whisky pour compenser, ferme les yeux pour savourer la brûlure qui efface le goût de l'autre qui persistait dans sa bouche. Il allume sa cigarette, l'enveloppe de ses lèvres, aspire une longue bouffée. Dans quelques jours, ça fera six mois qu'il a vu Alec s'effondrer. Il se fige. Putain, pourquoi tu penses à ça. Il avale une longue gorgée de whisky, manque de s'étouffer avec, et finit sa clope en aspirant bouffée après bouffée, recrachant l'épaisse fumée presque frénétiquement. Il est pitoyable, putain. Il retient un haut le coeur, ferme le poing, ferme les yeux, et lâche un flot d'insulte à mi-voix. Il balance le mégot par terre, s'engouffre à l'intérieur à nouveau, et trouve Keith, qu'il agrippe avec force. "J'ai pas assez bu." Sa voix traîne un peu, le détrompe, mais il s'en tape. "J'pense qu'il est temps de jouer." C'est pas ce qu'ils font, aux soirées étudiantes ? Des jeux d'alcool à la con où ils boivent comme des trous jusqu'à ne se souvenir de rien ? C'est ce qu'il veut, c'est exactement ce qu'il veut, chasser ces putains de souvenirs qui le hantent vingt quatre heures sur vingt quatre. Il repère un groupe, qui a un paquet de cartes étalés sur le sol, les jeunes installés en cercle tout autour. Il s'en approche, donne un bref coup de pied à une fille qui lui jette un coup d'oeil offensé. Il s'en branle, elle est moche. "Pousse-toi, on veut jouer." Et il se laisse tomber sur le sol, en tailleur, sa bouteille posée devant lui. Il balance un sourire à Keith. "J'parie que tu jouais pas à ces merdes de ton temps." Et s'il perd le pari, il peut sûrement l'avoir suffisamment ivre pour qu'il ne se souvienne de rien et accepte tout.

AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Nevh & Keith

guys like us should wear a warning


Tu commences à ressentir les effets de l'alcool, toi qui as pourtant tendance à plutôt bien tenir cette eau de vie, les verres que tu as cumulés avant de venir à cette soirée font enfin leurs effets. Tu continues pourtant à boire ta vodka gracieusement servie par Nevh, réclamant toujours plus, tu sais que tu peux encaissés davantage et cela ne te fais pas peur, ça ne te freine pas bien au contraire. Tu quittes la couleur transparente qu'il y a dans ton verre afin de faire face au regard de la brune que tu as en face de toi, totalement fasciné par ta beauté, elle se laisse à caresser davantage ton torse et ton dos ce qui te fait retenir un soupire de bien être, à la place tu te mords fortement la lèvre pour jouer encore avec elle alors que tu sais que tu peux rapidement la faire craquer. Tu observes ses traits fin, ses yeux noisettes et ses lèvres pulpeuses en venant assez rapidement mordiller son cou d'une douceur extrême. Tu sens son parfum, une odeur fruité émane de son cou et tu adores ça. Tu laisses ta main de libre venir s'accrocher à sa taille afin de l'approcher un peu plus de toi, de ton corps. Elle se met à son tour à te dévorer le cou, tu dégages légèrement celui ci, la laissant faire en ayant un large sourire sur le visage en appréciant cela. Tu te tournes rapidement vers Nevh en pleine action également avec sa proie, dont il a déjà la main mise dessus. Jamais déçu par lui, tu sais très bien qu'il a tous les talents pour la drague et mettre qui il veut dans son lit ... enfin à quelques exceptions prêt. Tu lui jette un regard rempli de sous entendu et de défis avant de le voir disparaître avec sa proie, de ton côté tu reviens donner tes yeux à la belle brune collé à toi. Pour échanger un baiser sensuel avec elle, tu lâches ton verre pour venir agripper de tes mains pour lui offrir un baiser digne de ce nom. Glissant l'une de tes mains dans son dos en la laissant chuter petit à petit afin qu'elle vienne à l'arrière de la cuisse de brune dont tu te mets à caresser pour la laisser émettre un son de satisfaction qui t'indique qu'elle est fin prête à passer aux choses sérieuses. Tu lâches un sourire mortel à un groupe de filles qui n'a pas cessé d'observer ton petit jeu, surement avec envie. Tu penses finalement que cette soirée est vraiment parfaite pour te lâcher un maximum et ne penser à rien, tu prends la main de ta proie du moment afin de l'emmener à l'étage. Ouvrant la première porte, tu prends même pas le temps de savoir si quelqu'un est à l'intérieur ou même d'allumer la lumière ... Tu viens la plaquer contre la porte que tu as fermer pour dévore lentement son corps tout en lui faisant perdre ses vêtements. A chaque parcelle de peau que tu découvres, tu y laisses un baiser, une marque, une morsure ... Elle te repousse ensuite sur le lit afin de grimper sur toi et commencer à te malmener de la même manière. Tu te prends au jeu et tu comptes bien lui montrer ce dont tu es capables afin de te graver dans sa mémoire.

Quelques minutes après, tu descends les escaliers tout en remettant ton t'shirt un large sourire sur les lèvres en ayant réussi à la contenter comme il se doit, si ce n'est davantage aux vues des bruits qu'elle a émit. Tu sens quelques regards se stopper sur toi lorsque tu descends les escaliers mais tu t'en fous, tu gardes le sourire totalement fier avant de voir Nevh rentrer de dehors avec sa bouteille qui s'avance rapidement vers toi. Au son de sa voix, tu sens qu'il se passe quelque chose, tu te demandes alors si ça s'est mal passer avec la personne qu'il l'a accompagné ou alors est ce encore ses souvenirs qui lui jouent des tours. Tu ne préfères pas demande en sachant bien comment Nevh est avec cela, tu sais qu'il préfère largement oublié en buvant et en profitant de cette soirée. Tu te demandes bien ce qu'il a en tête avant de te faire emporter pour s'approcher d'un groupe d'étudiant qui joue aux cartes ce qui te fait grandement sourire, lâchant même un petit rire moqueur à l'encontre de Nevh avant de te poser également en tailleur et te mettre à dire, " Et bien détrompe toi mon cher, je sais très bien jouer ... mais tu le verras par toi même. " , tu as juste besoin de connaître les règles du jeu et quoiqu'il arrive, tu ne perds jamais aux cartes, tel est ta particularité, dont tu es très fier. Tu arraches gentillement la bouteille de Nevh de ses mains pour venir y coller tes lèvres et boire une belle gorgée avant de grimacer et le lui rendre. Tu tapes des mains avant de fixer tout le monde, " Bon, c'est quoi le principe ? Et qui a envie de perde surtout ... j'espère qu'il y a un enjeu intéressant sinon c'est pas drôle. " , finis-tu par dire avant de rire un peu, tu fixes une belle blonde qui ne cesse de te lancer des regards ... hum trop de poitrine. Tu vois un peu plus loin une rousse sauvage qui s'amuse à passer derrière toi, tu l'as stoppe en agrippant son bras et sourit, " Dis moi ma belle, tu peux m'apporter une bière s'il te plait ? " , tu lances un clin d’œil, tout de suite charmer, elle s’exécute et tu fixes Nevh en penchant un peu la tête, essayant de le faire concentrer sur autre chose, " Tu veux qu'on fasse équipe pour éviter que tu perdes ou bien ? " , lances-tu avec provocation dans un large sourire.

AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

keith & nevh

guys like us should wear a warning

Il va mal finir la nuit. Il le sent, c'est dans ses veines, ça frémit lascivement, une promesse qu'il terminera incapable de dormir ou à vibrer de haine et de rage sans trouver quoi que ce soit pour atténuer la sensation. Le whisky lui brûle la gorge, s'infiltre dans ses veines et fait brûler sa poitrine. Les quelques instants enfermés avec l'inconnu ont diffusé la sensation familière qui lui endors les membres et lui embrument le cerveau. Le visage d'Alec brutalement invité dans ses pensées ont ravivé la rage et quelque chose qu'il refuse d'identifier. Un cocktail dangereux, explosif, aussi destructeur qu'une grenade - il n'y a plus qu'à attendre. Ca doit se voir sur visage, à la façon dont sa mâchoire est contractée quand il entre dans la maison, à son regard qui perfore ce sur quoi il se pose, à la soudaine aura qu'il dégage - quelque chose de dangereux. Keith ne pose pas de questions. Tant mieux. Il ne sait pas ce qu'il aurait fait, s'il avait demandé. A la place il le suit, silencieux mais pas moins enthousiaste, et Nevh traverse la pièce en quelques enjambées teintées de fureur, crache ses quelques mots à la fille qui se décale. Ils s'installent, et il a du mal à enregistrer les paroles de Keith, mais il pose tout de même un regard assombri sur lui, laisse un sourire dévoiler ses dents. "Montre-moi ce que t'as." Sa voix est chargée d'un mélange de la colère qui tempête dans sa poitrine et de quelque chose de plus suggestif. Le cercle d'étudiants les fixe, un mélange de curiosité, d'offense et de mépris. Un mélange qui attise son intérêt. Aucun d'eux ne parle, ceci dit, si ce n'est le duo plongé dans une conversation où leurs mots se mélangent, étirés par l'alcool qui mâche leurs paroles. "Pioche une carte. Ils te diront quoi faire." Il finit par lâcher, détaché, le regard posé sur un couple qui s'embrasse contre un mur. Quand la fille croise son regard alors que celui qui l'embrasse lui dévore la peau du cou, vorace, il laisse un sourire étirer ses lèvres et ne détourne pas le regard. C'est elle qui s'empourpre et s'empare de la main du type pour le tirer hors de la pièce. Il laisse échapper un rire sec. A ses côtés, Keith joue de ses charmes pour être servi. "De la bière, adorable." Il reporte son attention sur le jeu, reprend sa bouteille pour la garder entre ses deux mains. Posées sur le verre froid, elles ne tremblent pas. Ses jointures blanchissent, mais il est sous contrôle. Pour l'instant.
La question de Keith lui tire un autre rire, rauque. "Je compte bien perdre, y'a que comme ça qu'on boit." Une des filles du cercle étouffe un rire, mais il ne lui accorde pas un regard. Il n'a pas encore décidé de comment il allait éloigner la tempête, ce soir. Elle s'avère plus brutale qu'il ne l'avait imaginé. Sans attendre, il tend une main, la fait glisser sur les cartes étalées face cachée au centre du cercle, et en retourne une. Sept de carreau. La rousse, revenue avec la bière, se laisse tomber à côté d'eux avec un sourire narquois. "J'ai jamais." Un grognement lui monte aux lèvres, mais il le ravale, porte la bouteille à ses lèvres et pose un regard songeur sur les coeurs écarlates qui éclaboussent la carte. Il émet un ricanement, et tourne le regard vers Keith. "J'ai jamais été mort." Il ne tient pas en place, avec ce qui s'agite dans ses veines. Il a envie de provoquer. Les étudiants sont perplexes, certains laissent échapper des rires déformés par l'ivresse, d'autres lâchent des sons méprisants. "T'es censé boire." Il ajoute à l'adresse de Keith. La rousse à côté a cette expression que prennent les mortels lorsqu'ils mentionnent à demi-mots leurs aventures : mépris, perplexité, la sensation claire qu'on se fout de sa gueule et qu'on a perdu la boule. Il peut pratiquement voir la jauge de son intérêt descendre en-dessous de zéro. C'est con, c'est satisfaisant. Keith trouvera quelqu'un d'autre, et lui laisse la satisfaction d'avoir ruiné quelque chose, même de minime. Il se laisse partir en arrière, appuie les paumes sur le sol derrière lui, et observe Keith. "Tu peux piocher."

AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Nevh & Keith

guys like us should wear a warning


Finalement tu réussis à sentir cette tension émanant de Nevh, tu as déjà ressentis cela en sa compagnie mais tu n'as jamais réellement su les pensées qui lui passe par la tête à ce moment. Tu es au courant de son histoire, tu y as assisté. Tu lui as sauvé la vie alors qu'il n'arrivait plus à rien à fixer le corps sans vie de ce qui s'approchait de son petit ami. Tu ne peux que compatir à son ressenti ayant vécu la même chose, ce n'est pas pour autant que tu te sens bon conseiller afin de faire face à ce genre de sentiment. Toi-même tu cherches à fuir ces souvenirs douloureux, à ne plus penser à elle, à ne pas penser à tout cela, à tout ton passé. C'est ainsi que tu as un peu volé la manière que Nevh utilise afin de fuir cette réalité, en se mettant à boire et faire tout autre chose que de se laisser aller à la réflexion. Car là où vous vous ressemblez, c'est qu'il vous suffit d'une simple minute de solitude, de réflexion, d'être ailleurs que dans le moment présent pour se mettre à penser à tout cela et que cela éveille en vous des sentiments incontrôlables et dangereux. Mais enfin bref, tu ne tiens pas à te plonger dans tout cela, surtout que pour le moment, c'est Nevh qui a l'air d'être mal en point alors autant ne pas être plusieurs dans cette état d'esprit pour qu'il y en est au moins un des deux qui puissent rattraper l'autre. Tu t'es donc mis à suivre Nevh afin de t'installer avec un petit groupe de jeune pour jouer aux cartes. Enfin un domaine où tu vas exceller et en mettre plein la vue à ceux qui vous entoure, ce qui peut te faire gagner des points auprès de la gente féminine de ce soir afin de conclure rapidement.

Tu uses de tes charmes afin de déjà commencer à draguer une autre fille avant de l'envoyer te chercher une bière, tu ne sais pas tellement ce qu'il serve dans cette soirée et tu n'as pas trop confiance non plus alors tu te contente d'une verre de bière que Nevh finira surement par transformer en vodka. En attendant, tu te mets à écouter les règles du jeu, qu'un étudiant à côté se met à te dicter en voyant ton air un peu perdu. Tu hoches de la tête avant de te mettre à rire à le réflexion de Nevh, tu le fixes d'un air assuré et presque mielleux. " Tu sais que ce n'est qu'une façon pour moi d'avoir un verre en main, je compte bien changer cette bière en vodka si tu vois ce que je veux dire. " , finis-tu par dire en lui envoyant un clin d’œil appuyé. Tu observes un peu le déroulement du jeu du coin de l'oeil, du compte bien gagner même si le but est de finir bourré, tu as la gagne dans le sang surtout lorsqu'il concerne les jeux de cartes qui est totalement ton domaine. " Ecoute, je compte finir totalement torché mais ne pas perdre pour autant sexy boy. " , la belle rousse revient finalement avec la bière que tu te mets à prendre dans ta main avant de la diriger discrètement vers Nevh afin qu'il exécute son tour de magie de changement d'alcool, très utile. " Merci ma belle, je saurai te récompenser. " affirmes-tu en glissant un bras autour d'elle pour l'approcher un peu plus de toi avant de boire quelques gorgées et poser ton verre. Sauf que tu ne t'attendais pas à ce que Nevh pique de son venin afin de réussir à faire fuir ta prochaine prétendante dans ta liste de chasse de ce soir. En déclarant à tous un je n'ai jamais qui ne pouvait que d'être adressé. Tu te mets à lâcher un grognement, mi amusé mi brutale à son encontre avant de te mettre à boire puisque contrairement à lui, il est vrai que tu es déjà mort. L'enfoiré le sait et il s'en amuse ce soir, tu sens déjà que la soirée risque d'être dangereuse à souhait à travers de lourds provocations qui vont fortement t'amuser. Tu sens la rousse à coté de toi se mettre à se décaler un peu, retirant ton bras qui était autour de sa taille, tu te mets à secouer de la tête avant de lâcher un nouveau grognement, tu sais qu'il ne t'est pas permis de mentir sur ce coup là alors tu acceptes, tu t'en fiches puisque tu sais que tu pourras facilement trouver une autre chaussure à ton pied. Tu fixes alors Nevh en montrant qu'il allait le payer à travers un regard appuyé avant de sourire et tirer une carte, usant bien entendu de ton talent pour avoir un dix de pique en main que tu poses en souriant fièrement. " C'est toi qui veut absolument finir torcher hein. J'ajoute la règle qui double par 2 toutes les cartes de gorgées qui seront tirés. On verra qui tient le mieux l'alcool ainsi ... " , tu sais que ça risque de te mettre également en danger mais tu as confiance en toi puisque tu ne perds jamais aux jeux de cartes. Tu lances donc un clin d’œil à Nevh avant d'augmenter un peu plus le retour de balle. " Il fait un peu trop chaud là, non ? " , faisant le geste avant de finalement retirer ton t'shirt que tu poses à côté de toi, " Aaaah ... c'est mieux comme ça. " , tu laisses alors une montagne de regard s'appuyer sur ton torse. Tu sens les jugements de tous diverger mais tu t'en fous complètement, gardant se sourire fier sur ton visage.

AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

keith & nevh

guys like us should wear a warning

Keith compte sur lui pour changer ses boissons en tout ce qu'il souhaite. Nevh, avec l'irritation qui frémit dans sa poitrine, lui répond d'un sourire un peu dangereux. Dépendant du point de vue, Keith l'utilise, ou Nevh a le pouvoir sur ce qu'il boit. Les deux options ont leur charme - Nevh apprécie avoir le pouvoir, comme n'importe qui, mais n'a jamais été contre le céder, surtout dans certaines situations. Il aime donner l'image de celui qui ne cèdera pas un pouce. Parce qu'il repère comme ça ceux qui tiennent à avoir le contrôle, qui veulent s'emparer du pouvoir et faire plier l'autre. Il les repère, et il cède. Chacun y trouve son compte. Il s'agite légèrement, contient ce qui s'agite sous sa peau, pose un regard voilé d'ennui sur le cercle d'étudiants. Le surnom que lui donne Keith l'interpelle, et il lui jette un regard acéré. Sexy boy. Comme d'habitude, ce genre de réflexions éveille une palette d'émotions et de réactions. Un rire éraillé qui s'échappe d'entre ses lèvres. La frustration qui fait l'effet d'une explosion miniature juste sous son sternum. L'envie qui s'étire comme un chat au creux de son estomac. L'agacement qui se répand comme un liquide épais derrière ses côtes. "Y'a pas de victoires à ces jeux-là." Il répond, et il ne sait pas trop s'il parle des cartes étalées devant eux ou d'autre chose.

Le grognement qu'échappe Keith n'est pas aussi satisfaisant qu'il l'aurait pensé. Il a cette envie de provoquer une réaction - l'agacement, la colère, la frustration, peut être la haine aussi. Keith ne lui offre rien. Ca ne suffit pas à rassasier l'envie qui s'est étirée dans sa poitrine, différente de celle qu'il éprouvait un peu plus tôt avec l'inconnu. La faim est toute aussi grande, juste différente. Plus sombre. Il veut quelque chose qui laissera des marques, dessinera des bleus de la taille d'un poing sur sa mâchoire ou au creux de son ventre. Il veut qu'on force la tempête hors de son corps d'un coup bien placé. Sa main gauche commence à trembler, et il la laisse là, n'essaie pas de le masquer. Peu lui importe qu'on le remarque. Son regard s'est déjà assombri, ses traits sont aussi aiguisés qu'un rasoir, et il sait qu'il dégage cette aura de colère tiède qui ne demande qu'à être embrasée. Le regard appuyé de Keith lui tire un nouveau sourire, dépourvu de toute sympathie. Il pose le regard sur le 10 que vient de piocher Keith, et laisse la satisfaction l'envahir. Ils vont au moins pimenter le jeu. Les gorgées doublées signifient que l'alcool ne fera effet que plus vite. Ses paumes sur le sol deviennent douloureuses sous son poids mais il ne bouge pas, laisse ses bras trembler légèrement d'être dans une position inconfortable, miroir des tremblements qui l'agitent à l'intérieur. Il fait un peu trop chaud là, non ? Nevh tourne la tête, croise le regard chargé d'un million de choses de Keith. Il le regarde enlever son t-shirt, parcourt son corps avec une indifférence contrôlée, laisse traîner son regard plus longtemps qu'il ne le devrait, remonte pour croiser son regard. La chaleur s'est réinstallée au creux de son estomac mais il n'esquisse pas un mouvement. Il y a des flammes dans son regard, et c'est incertain de si elles cherchent à dévorer Keith ou à brûler Nevh. Quand il détourne le regard, il constate qu'il n'était pas le seul à observer. Un sourire narquois s'étire sur ses lèvres. Une des étudiantes se racle la gorge, se penche pour piocher une carte. Elle l'indique au reste du cercle, et Nevh pose les yeux sur le six de trèfle, le détourne aussitôt avec ennui. La fille, minuscule et toute fine, repliée sur elle-même avec les genoux contre sa poitrine, parcourt le cercle d'un oeil songeur avant de distribuer ses gorgées. Elle pose les yeux sur Keith, résolument fixés sur le visage de celui-ci avec une insistance qui indique seulement qu'elle s'efforce de ne pas les baisser. "Deux pour toi." Nevh émet un son entre le rire et le mépris. "Ca fait quatre." La fille pose les yeux sur lui et lui en donne deux également. Il étire les lèvres dans une expression indéchiffrable et avale ses quatre gorgées à la suite. Le whisky ne brûle plus rien mais le goût familier lui reste sur les lèvres et pèse contre sa langue. Le jeu continue, les étudiants piochent, l'un après l'autre. Nevh se désintéresse, ne participe que lorsqu'on lui donne les gorgées qu'il doit boire, et il les avale avec empressement et satisfaction. Il peut sentir le whisky qui s'étire dans ses veines et il ferme les yeux avec appréciation. La rage ronronne toujours, mais pour l'instant, elle est contenue. Enchaînée. Quand il rouvre les yeux, c'est pour tendre la main et transformer la bière de Keith. "Vodka, hm?" Le liquide devient transparent. Tequila. Juste pour la surprise. Bientôt, le cercle se complète, et l'étudiant à ses côtés pioche à son tour. Dix de carreau. "Pas d'insultes." Si les yeux de Nevh pouvaient s'élever au ciel plus haut, ils feraient un tour sur eux-mêmes. Il ne dit pas un mot, se penche pour piocher. As de pique. Des rires retentissent. Nevh ne peut pas vraiment vider sa bouteille, alors il étend le bras, passe au-dessus du jeu de cartes pour s'emparer du gobelet de celui qui a ri le plus fort, un type qui a la carrure d'un joueur de rugby et l'observe avec mépris, et tourne le cocktail en whisky avant d'avaler le contenu du verre en entier et de reposer le gobelet rouge dans un bruit sourd devant son propriétaire. Le regard du rugbyman est un laser à travers sa tête et pourrait brûler des trous dans son crâne. Nevh lui adresse un sourire carnassier et s'adresse à Keith sans détourner la tête. "A toi."

Spoiler:
 

AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Nevh & Keith

guys like us should wear a warning


Que dirait ceux qui t'ont connu à une certaine époque s'ils te voyaient actuellement ? Bon, à dire vrai tu as toujours été ainsi, prônant une certaine liberté, ne te cachant pas derrière un visage froid ou fermer comme beaucoup de personne l'ont au Camp Jupiter. Tu as toujours su avoir le sourire et le rire facile, afin de communiquer et te mettre plus en avant facilement. Peut être la seule différence qu'il y a aujourd'hui, c'est que tu ne te préoccupe plus de rien, plus des conséquences qui pourrait advenir. Avec ton expérience et ce que tu as vécu de la mort, tu ne veux plus te fermer de portes, te restreindre à des choses futiles et qui n'ont plus lieu d'être dans ce nouveau monde. Tu n'as plus autant de responsabilité qu'avant, tu n'as plus cette impression de porter sur tes épaules les problèmes du Camp Jupiter, même si malgré tout au fond de toi, une petite partie persiste et résiste à l'idée d'être inquiet quand au futur du camp et à ceux qui le dirige actuellement. Ta soif de justice ne cesse de monter en toi, ta soif de vengeance, de rétablir la vérité mais tu essaye de la contenir en te disant que ça ne t'apportera que davantage de soucis peut être même au camp dans lequel tu es actuellement. Tu n'as pas encore pu régler ce qui te lit à ton passer, ce qui fait que tu sois à nouveau vivant, respirant ce nouvel air, embrassant cette nouvelle vie. Tu fixes un petit moment cette large cicatrice au niveau de ta clavicule gauche, cette marque laissé par l'épée qui t'as empalé jusqu'au cœur afin de mettre un terme à ta vie. Ce n'est pas ta cicatrice la plus ancienne, ni la plus récente mais c'est celle qui est chargé d'histoire, d'émotion et qui fait encore mal surtout. Tu ne sais pas si les autres la voit aussi grande que toi, peut être que tu l'as vois assez large au vue de tout ce qu'elle te fait rappeler. Tu l'as caresse un moment du bout des doigts, le regard vide, perdu sans voir tous les regards qui te sont portés depuis que tu as retiré ton haut.

Tu reviens finalement à toi lorsque tu es désigné afin de boire deux gorgées qui sont bien évidemment doublé à cause de ta propre règle, que tu ne regrette pas cependant. Tu souris fièrement à la fille qui te le propose en lui glissant un clin d’œil bien entendu avant de boire ces gorgées. Et continuer lorsque tu es de nouveau désigner par les autres étudiants en cercle qui jouent avec vous. Tu as quand même pu observer avant ça le comportement de Nevh, le fait qu'il soit sous nerf, à vif, prêt à exploser à n'importe quel moment. Il n'est plus tellement un mystère pour toi, tu as eu le temps d'apprendre à le connaître, à connaître ses mimiques, ses habitudes. Et cette fameuse sensation qui fait appel à son passé douloureux et qui le pousse à aller toujours plus loin dans les limites pour tenter de ne plus y penser, de ne plus avoir mal. Tu connais ça, tu le connais trop bien mais peut être as-tu plus de facilité à faire avec ou à le gérer par rapport à lui, c'est aussi un peu pour ça que tu es content d'être présent à ces côtés quand ça arrive, pour pouvoir le canaliser ou le concentrer sur autre chose comme tu viens de le faire. Tu lui lances un large sourire lorsqu'il vient à changer l'alcool de ton verre, tu le remercies du regard alors que tu sens finalement l'alcool faire de plus en plus d'effet dans ton organisme. Toi qui pensait n'avoir pas pu autant, vu que tu as besoin d'une grande dose d'alcool pour commencer à en sentir les effets plus intenses. Tu sens que ça arrive finalement, cette sensation de légèreté, de bien être, d'anesthésie corporel comme si rien ne pouvait t'atteindre ou te blesser. Que tu peux être capable de tout ... absolument tout. Du goûte alors à ton verre avant de rouler des yeux et soupirer en fixant le fils de Dionysos, " Sérieux, de la Tequila ? T'es vraiment un enfoiré ! Tu m'as pris pour l'une de ces petites natures là ... " , tu te mets à rire ensuite surtout en le voyant fier de sa connerie. Pile au moment où la fille annonce la règle des insultes, tu grognes en entendant ça puisque les insultes ont toujours fait partie de ton langage. Tu l'as fixe alors d'un regard assez sévère comme si tu voyais en elle celle qui comptait gâcher la fête. Cela ajouté au fait que le taux d'alcool grandissait et te brûlait les veines, ça ne faisait que renforcer ton côté hargneux. Encore un peu, et tu aurais pu enfumer toute la salle et en brûler certains de l'intérieur. Tu as jamais aimé les règles qui restreint ou t'empêche d'être qui tu es, et elle, vient de taper dans le mille. Tu craques un peu ton cou en entendant la voix de Nevh qui te fait redescendre un peu, tu fixes le paquet de carte avec une nouvelle sensation qui grandit en toi, qui n'a cesse de grandir en toi depuis que tu connais Nevh. Tu fixes tout le monde avant de regarder davantage Nevh et te mordre la lèvre sans gêne en avouant, " Tu veux pas qu'on passe aux choses sérieuses ? Qu'on monte le niveau d'un cran Sexy Boy ? Je commences à me faire chier avec ceux là ! " , avoues-tu alors que des étudiants autour de vous se mettent à rigoler , à se moquer ou à être outre de ton comportement. Bien que la plupart des regards filent en direction de la fille qui a mis cette règle stupide contre les insultes. Tu t'approches un peu plus de Nevh, pire que ça, te le colle presque pour venir lui susurrer ces mots à son oreille, " Et si on sélectionnait quelques personnes pour se faire un poker strip ? " , demandes-tu avant d'entrouvrir la bouche pour laisser tes dents parcourir très légèrement le cou de Nevh puis tu te lèves brusquement en renversant les cartes en jeu, " Façon, je te laisses pas le choix ... Et puis tu pars déjà avec un avantage non ? Et on fixe n'importe quelle règle de ton choix vu que bon ... Etant très doué aux cartes, tu imagines bien comment ça va se finir ! " , tu te mets à rire t'en foutant littéralement du monde autour de toi même cherchant quand même après quelqu'un, " Est-ce que quelqu'un pourrait me fournir un joins si vous plait ? J'ai du liquide sur moi pour ceux que ça intéresse. " , en attendant qu'un personne vienne se désigner et que Nevh réponde à ton défis.

AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ceren-Nevh Lynch
+ messages : 261
+ face and credits : tim borrmann. (faust)

keith & nevh

guys like us should wear a warning

Il guettait, du coin de l'oeil. Dès l'instant où Keith porte la bouteille à ses lèvres, il a le regard planté dans le sien. Satisfaction. Enfoiré. Il peut parler. Nevh ne répond pas, se contente de promener le regard sur le torse nu de Keith. Il l'a voulu après tout. Son regard se fait pesant. Pressant. La chaleur dans son estomac se fait plus vive. Quand il recroise le regard de Keith, il sait que ses pupilles se sont élargies. Il veut qu'il le sache, l'effet qu'il lui fait. Il n'insiste jamais avec ceux qui disent non, ça ne l'empêche pas de montrer ce qu'ils lui font. A la seconde où il se mort la lèvre, son regard tombe droit dessus, et reste longtemps fixé dessus. Il est plus ivre qu'il ne le pensait. Le whisky bouillonne dans ses veines. Autre chose, aussi. Le bout de ses doigts picotent. Keith recommence. Sexy boy. Il prend le temps d'enrouler les doigts autour de sa bouteille et de la porter à ses lèvres, ferme les yeux le temps d'avaler une gorgée, deux. Laisse l'alcool le réchauffer de l'intérieur. Il bout. La chaleur tournoie dans chacune des parties de son corps. Il rouvre les yeux, repose la bouteille. Il n'a pas le temps de parler. Il reste immobile quand Keith s'approche. Reste immobile quand il parle. Reste immobile quand il s'attaque à son cou, juste une fraction de seconde, juste assez pour embraser tout ce qui lui courait dans les veines. La main qui tient la bouteille a les jointures blanches. L'autre est posée à plat sur le sol, fermement. Il reste silencieux longtemps. Il reste silencieux quand Keith parle encore. Il reste silencieux quand Keith se relève. Il reste silencieux quand Keith réclame un joint. Il reste silencieux quand un duo d'étudiants s'approche pour faire affaire. Il reste silencieux quand l'échange se fait. A l'intérieur, la tempête fait rage. La fureur et le reste ne font pas bon mélange. Sa main tremble à nouveau, et il étouffe brutalement.
Quand il se lève, c'est d'un bond, et il reste à nouveau immobile, les pupilles dilatées par la rage, la mâchoire contractée. Contre son cou, il sent encore le souffle de Keith. Quelque chose qui ressemble à la faim lui tiraille l'estomac. Il met longtemps à mettre le doigt sur la marche à suivre. La tempête veut de la violence. Il veut de la violence. Pas les dents qui s'attaquent à son cou, pas le souffle contre sa peau, rien de comme ça. Il veut plus - il veut qu'on frappe. Quand il parle, sa voix est dure, les mots s'allongent avec l'alcool. "J'veux pas jouer au poker." Il ne veut pas jouer tout court. La colère lui vibre dans tous les membres et obscurcit sa vision. Il ne saura pas la retenir, cette fois. Il cède.

Quand il s'approche de Keith, son sourire n'en est pas un - c'est celui d'un fauve, il découvre les dents mais ça n'a rien d'un sourire, c'est juste une annonce, c'est juste dangereux. "T'aurais pas dû enlever tes fringues." Il lâche, et son ton est presque menaçant. Les mains vibrants de la magie qui rend si désespérément ivre, il les plaque contre Keith, et ça n'a rien de suggestif, il ne cède pas à l'envie qui lui dévore les entrailles - ce soir, c'est la rage qui gagne, rien d'autre. Il plaque les mains à plat sur le torse de Keith, les laisse là, laisse son pouvoir faire effet et garde le regard fixé dans celui de Keith, redoutable. Il laisse le temps s'étirer. Quand il retire ses mains, son sourire n'est plus qu'une ligne fine, une lame acérée. Il n'hésite même pas, ensuite. Ses mains, qui étaient retombées contre ses cuisses, agrippent les épaules de Keith et l'attirent contre lui. Il laisse un battement, une fraction de seconde pour que Keith réagisse - qu'il le frappe, qu'il fasse quelque chose - et plaque ses lèvres contre les siennes. Ca n'a rien de beau, ça n'a rien de passionné, ça n'a rien d'enragé comme ce qu'il fait d'habitude, il l'embrasse juste sans laisser paraître la faim qui fait rage, et lui mord la lèvre avec force. Quand il recule, c'est la hargne qui lui brûle dans le regard, la provocation qui lui a tendu tous les membres, et il attend, il espère. Il laisse échapper un rire. Sec. Qu'il réagisse. Les types comme lui, les hétéro, j'suis pas de ce bord là, ils sautent sur la moindre occasion de rappeler leur orientation sexuelle, ils le crient sur les toits, se défendent comme si on les avait appelés pestiférés, sont pris de rage lorsqu'ils pensent ne serait-ce qu'attirer un regard masculin. Alors que Keith le prouve. Nevh écarte légèrement les bras, le regard flamboyant et redoutable, le sourire animal. Vas-y.

AVENGEDINCHAINS

_________________
t'as pas vu ? c'est imprimé partout, dans les journaux, sur les écrans, dans le regard des gens. c'est même écrit en grand sur les immeubles, la nuit, quand les gens biens comme toi sont endormis, c'est marqué en rouge: tu nais comme ça, tu vis comme ça, tu canes comme ça, seul à poil face à ton reflet, avec ton dégoût de toi-même, ta culpabilité et ton désespoir comme seuls témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keith N. Stark
+ messages : 133
+ face and credits : ○ Théo James // (c) sixty

Nevh & Keith

guys like us should wear a warning


Les montagnes russes, tu ne te souviens pas d'en avoir vu ou entendu parler à ton époque et c'est bien pour cela que tu t'es vite retrouver perdu dans ce nouveau siècle lorsque l'on te faisait cette métaphore en rapport à cette machine monstrueuse qui te fait tourner dans tous les sens. Cela comme beaucoup d'autres expressions mais maintenant tu en as largement su saisir le sens véritable, lié aux émotions, aux sensations que l'on ressent qui peuvent aller d'un extrême à un autre en un rien de temps comme si tu te retrouvais dans ce manège, dans un début calme et paisible qui passe rapidement à une action vif, flou et extrême. Cela résume parfaitement ce qui va se passer au fond de toi, ce que tu vas exprimer sans réellement le vouloir mais refréner, cacher ou faire semblant qu'une noirceur n'est pas présente au fond de toi est surement l'une de tes plus grandes erreurs depuis ton retour à la vie. Elle existait déjà à ton époque mais tu savais l'exploiter, la mettre en avant, la déclencher au bon moment pour ne pas que cela paraisse mauvais, excessif ou dangereux. Mais sur la fin, tu as commencé à la cacher notamment envers elle, comme tu le fais depuis ton retour à la vie, tu étouffes cette noirceur qui fait partie de toi, qui te représente sous un certain aspect, qui sera toujours présent en toi car cela fait également partie de ta force. Tu pensais également de ne pas avoir besoin de le montrer ou le mettre en avant, d'être quelqu'un de différent afin qu'on ne sache pas qui tu es réellement et ce qui t'es arrivé. Tu n'as pas énormément changer ton comportement ou ton caractère mais cette partie là de toi, tu l'as bloqué en espérant ne plus jamais avoir affaire avec lui. Ce qui part d'un bon sentiment surtout que cette soirée se passe plutôt bien dans l'ensemble, l'ambiance tu l'as crée avec Nevh comme toujours lorsque vous passer de fête en fête afin de ne pas se laisser aller à des pensées et des réflexions qui ne t'apporteront rien de bon pour le moment. Tu pensais avoir été assez divertissant envers Nevh pour qu'il bloque à son tour cette colère qui bout au fond de lui. Tu ne pensais sans nul doute que cette soirée aller prendre de telles proportions mais pourtant, s'il y a bien une chose dont tu devrais être sur, c'est qu'il est incapable de savoir ce qui peut se passer lorsque tu es en présence de cette homme.

Et c'est bien le problème bien que cela ne te déplaise point, tu sens joueur et taquin, toujours un peu plus au fur et à mesure que ton taux d'alcool ne cesse de grimper au sein de tes veines. Tu sens ce liquide chaud et brûlant parcourir toutes tes veines avec cette sensation de plaisir, de bonheur, d'extase et de satisfaction. Tant que celle ci n'est pas en excès à l'intérieur de ton corps car tu en connais les conséquences lorsque l'alcool prédomine de trop à l'intérieur de toi. Et ce fut l'un de ces moments qui s'apprêtent à arriver, alors que tu fixes Nevh après ta proposition et ta provocation, tu ne t'attends certainement pas à cette réponse négative et plutôt sèche. Tu te retournes afin de lui faire face et le fixer en haussant un cil, tu essayes de comprendre, de déchiffrer son comportement, ses expressions au cas où tu aurais manqué quelque chose ou fait quelque chose de mal envers lui. Tu ne le penses pas pour autant, tu observes son visage en pensant peut être qu'il entre dans un jeu de provocation pour répondre à ce que tu as fais. Tu sens finalement ses mains venir se plaquer contre ton torse, ce qui ne te dérange pas ou peu à dire vrai. Encore un peu perturber parce la voix de Nevh qui à l'air perçante, acérée et piquante. Et tu commences à ressentir une sensation, grimpante de manière assez lente au début mais très vite tu comprends que la particularité de Nevh à travers ses mains s'immisce en toi comme un venin. Alors que l'alcool était déjà bien présente dans ton corps, cela ne fait que renforcer celle-ci un peu plus, un peu trop à dire vrai. Beaucoup trop, ce qui te fait donc passer d'un extrême à un autre en un rien de temps. Et alors qu'en l'espace de quelques secondes, tu sens la porte qui gardait emprisonné cette noirceur s'ouvrir et commence à se répandre comme un nouveau venin se mélangeant à l'alcool, cocktail explosif mais pas bon du tout. Tous tes souvenirs, tes mauvais souvenirs refont surface alors que tu sens les lèvres de Nevh venir capturer les tiennes et les mordre sans aucune délicatesse. Ce qui aurait pu passer pour un jeu, une provocation en temps normal, n'est devenu qu'une excuse pour laisser parler et s'échapper ce coté sombre beaucoup trop endormie en toi. Ton corps réagit beaucoup plus vite que ta pensée voir même ta raison face à ce mélange nocif qui te laisses arborer un regard noir, violent et déterminé. Ton poing par tout seul pour venir frapper sans aucune once de résistance de la part de tes muscles, la mâchoire de Nevh d'une violence que tu réserves d'habitude à tes ennemis. Mais tu ne le vois pas, tu ne veux personne hors mis les ténèbres et la mort qui semblerait te réclamer à nouveau. Ne lui laissant nullement le temps de réagir, tu viens lui agripper la mâchoire et le plaquer violemment contre le premier mur se trouvant à ton dos alors que les autres étudiants sont en plein choc et incompréhension, vous qui vous êtes toujours montrer assez complice depuis votre arrivée ici. L'un des étudiants semble vouloir intervenir pour vous séparer mais c'était sans compter le demi dieux que tu es, beaucoup plus vif et réactif surtout avec ce cocktail dans ton sang. Tu l'attrapes de ton autre main pour venir lui donner un coup de tête bien placé et lui caser le nez dans un bruit sec et strident. Tu fixes à nouveau Nevh , le regard flou, perdu avec les pupilles totalement dilaté comme dans un état second , tu n'as aucune raison de lui faire du mal mais ton corps le réclame plus que tout, tu ne vois que le demi dieu qu'il est reflétant l'image de celui qui t'a fait quitter ton monde. " Je vais te rendre la monnaie de ta pièce, espèce d'enfoiré. " , tu relâches finalement la pression que tu portais à sa mâchoire à la limite de son cou alors que tu te sens basculer en arrière vu que deux autres étudiants sont venu te séparer et tentent de te maîtriser.

AVENGEDINCHAINS

_________________
Un jour, je suis né, depuis j'improvise.
Your opinion of me doesn't define who I am. We were born to be real, not to be perfect. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
 
guys like us should wear a warning. (keith)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 01. Another study time with you {PV Keith}
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» Randal Keith Orton.
» Hey guys, keep calm ! ☮
» KEITH PARKINSON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: (rps)-