AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  DUTE IN PĪZDA MĂTI † † †Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Invité
Invité

nephtys nirvana belaskel
ft. anna speckhart
↘ carte d'identité
nom : belaskel, nom romani sans aucune notoriété, sans aucune répercussion. un nom déchu, qui tombera dans l'oubli(é). + prénom(s) : nephtys nirvana, deux noms qui parlent de la mort et où on va après. nirvana, c'est pas vraiment ton deuxième nom, mais les gens comprennent pas que c'est ton nom rom et que les étrangers seraient cons de vouloir t'appeler comme ça. ils appelleraient leur patron "chérie", eux ? ton nom de gadji, c'est nephtys. déesse égyptienne des funérailles, tu fais semblant de pas te douter qu'elle doit exister parce que tu crains le moment malaisant que ça va créer. salut, on porte le même nom et la mythologie nous colle au cul à toutes les deux. + surnom(s) : tys, si vraiment ils sont paresseux. certains t'appellent neph, sinon. les deux sonnent comme un bras en moins dans ta tête. pendant deux-trois ans par contre, on t'a appelée black kitty. + âge : vingt-trois ans. + date et lieu de naissance : le premier novembre 1993 à cluj-napoca, transylvanie, roumanie. faut s'imaginer non pas les baraques de pierre jaune ou les châteaux imposants, mais bien les blocs de béton communistes où le gouvernement avait commencé à y ghettoïser les autres "gypsies", "vas-nus-pieds", "vagabonds", "cafards" ; bien avant de l'officialiser en 2015 dans l'espoir de paraître compatissant avec des gens qui n'en ont rien à foutre de leur pitié. mais mama est tombée enceinte et est partie sur le nouveau continent aussi vite que possible, incapable de se faire avorter et devant endurer les deux enfants du démon ; ainsi vous avez grandi à montréal, parlant roumain et deux-trois phrases romani à la maison et anglais dans l'académie ultra religieuse qu'était votre école. t'as appris le français pour plaire à une jolie policière, d'ailleurs. + orientation sexuelle : bisexuelle affirmée, et très. t'es libre, tu t'en fous, t'aimes le corps d'une femme et celui d'un homme et pourquoi pas les deux en même temps. t'as pensé être pan, mais en fait, c'est pas que tu t'en fous, du genre ; c'est que chacun d'entre eux sur le spectre en entier t'attire d'une façon qui lui est propre, de façon plus prononcée dans les deux extrêmes masculins et féminins. si tu devais te taper une relation sérieuse pendant plusieurs années avec un gars, tu finirais tôt ou tard par manquer la présence d'une femme. + statut civil : célibataire. t'es trop dure à suivre, trop méchante, trop sauvage. ton coeur a été conquis, brisé, reconstruit maintes et maintes et maintes fois. maintes et maintes et maintes fois t'as dit que t'allais changer, t'as pensé te marier avec eux et tu voulais brûler pour eux. puis quelque chose est arrivé. ils t'ont quittée, ou c'est toi qui les a quittés, ou c'est tous les deux qui avez senti que quelque chose tournait pas rond. ou ils sont morts. personne reste près de ton coeur et c'est peut-être bien, parce que sous les épines et la flamme qui couvre ta peau de marbre peut-être que ton coeur est beaucoup moins glacial que tu laisses croire. + occupation : t'as pas mis les pieds dans une école depuis 2006. et t'as jamais vraiment travaillé non plus, hormis les quelques temps entre la guerre contre kronos et celle contre gaïa où t'es devenue black kitty, la cracheuse de feu à la force surhumaine et au regard de braise du cirque-freakshow où tu t'es collée. depuis, t'es sur ta moto, tu erres entre le troisième camp et l'infini, incapable de savoir t'es qui maintenant que le monde est sauvé et que tu te retrouves avec les responsabilités les plus lourdes de toute ta vie pathétique. alors on peut dire que t'es ça. plus que vagabonde, t'es devenue aventurière. + groupe : le troisième camp, seconde maison. tu t'y sens bien avec les autres enfants un peu emo de dieux gothiques parmi les anarchistes. et puis après tant de temps perdu à vénérer ceux qui vous ont engendrés, après tout ce qui est arrivé, la conclusion est faite. c'est terminé.

parent divin : mors. + pouvoir(s) : force hystérique. si t'as une force salement supérieure à la moyenne malgré ta taille de guêpe en temps normal, ça monte avec l'adrénaline. plus la violence intérieure et la rage qui t'habite grimpe, ce que t'appelles la Bête, plus tes dents déchireront la chair, plus tes mains briseront les os. pyromancie. terme plutôt erroné mais raccourci pour des raisons pratiques, comme signer les registres et remplir les formulaires. en vrai, c'qui arrive, c'est que tu peux invoquer les flammes de tartare. au début, c'étaient des flammes rouges de la taille d'une bougie, des petites lumières au bout de tes doigts pour cogner plus douloureusement ou pour allumer tes clopes. des chandelles qui s'éveillaient quand t'entrait dans une pièce, un foyer plus sombre et intense quand tu gueulais. puis, dans les pires moments de la guerre, c'était rendu que les âmes des damnés, brûlantes, sautaient sur tes adversaires en hurlant de leurs millions de voix dans des faux corps miniatures et ignés. ça t'es plus jamais arrivé, quelque chose d'aussi intense, mais ce qui est certain c'est que t'as grandi depuis tes seize ans. + arme de prédilection : allumette, une canne pour aveugle la plupart du temps, lorsque rétractée. mais si t'appuies sur le bon bouton, d'un coup, ça devient une belle grosse épée à deux mains dans le joli style d'élysée (qui te va pas si bien, honnêtement) et que tu prends plaisir à allumer. + particularités : le premier est tout con pour n'importe qu'elle enfant de mors ; t'es capable et même que tu le fais de temps en temps pour gagner des sous de faire des séances de spiritisme et de jouer les médiums autour d'une table de ouija. c'est pas rare que tu t'arranges avec l'esprit contacté pour foutre une peur bleue à ton client et vous en rirez dans tes rêves, et neuf fois sur dix c'est même pas le bon fantôme que t'appelle ; n'empêche, les fantômes, tu les vois quand ils sont puissants. sinon, particularité reçue en cadeau par ton père lorsque t'es devenue aveugle, en remerciement pour ton rôle de martyre, ce fut de te repérer par écholocation. tu voies presque plus qu'une personne ordinaire, hormis les couleurs et surtout sur une question de distance. n'empêche, ça te permet de continuer à faire vrombir le moteur de ta moto, alors c'est cool.

oh et, ton pouls est hyper faible. ça te donne une pâleur de cadavre, des cernes grisâtres, un contact bien froid et les docs qui paniquent si ils t'analysent.

↘ caractère
Nephtys. Belle gosse à l'attitude de merde, en manque constant d'attention positive ou négative. Écorchée de la vie et condamnée au Tartare, veuve noire des coeurs les plus fragiles et bourreau des âmes sensibles. Tu te fous de tout, t'es sauvage et indomptable, une bête noire au sourire enjôleur et aux tendances aussi narcissiques que nymphomane. Aucune barrière, aucune limite, tu t'étais trouvée et maintenant tu t'es perdue à nouveau. Ancienne fugueuse périodique, adepte des larcins en tout genre, incapable de rester intégrée en société plus de quelques mois avant de repartir dans l'hécatombe et dans la déchéance. Accro à la bouteille et à la clope, faut que tu te redresses, ma belle. Quelque chose croît dans ton ventre et tu déteste cette chose - ces choses. Deux petites créatures se forment et toi tu paniques parce que sans tes vices qui te givrent la tête et sans une quête qui demande toute ton attention, tu dois te regarder en face. Sûr, t'as fait le mal pour faire le bien. T'as toujours été au service du meilleur dans le grand plan absolu. Mais ton problème, c'est que t'es tellement persuadée de finir dans le pire trou à rats des Enfers que tu te crucifies toi-même, et que maintenant tu dois réussir à pas te noyer dans tout le sang que t'as sur les mains. Aucune hésitation à détruire, éradiquer, t'utilises comme béquille ton statut de loque humaine pour excuser tes actes impardonnables. Plus brutale qu'une fille de Mars, plus facile qu'une fille de Vénus, voilà ce que t'as toujours été. Mais là, t'es toute seule. Tu dois t'occuper de tes futurs gamins, de ceux que t'as réussi à sauver de la guerre. Tu dois te greffer une colonne vertébrale pour te redresser au plus vite, parce que sinon, ça sera bien plus que ta vie que tu vas gâcher. Et tu veux pas devenir comme Mama, n'est-ce pas ?

↘ Depuis combien de temps sais-tu que tu es une sang-mêlée ?
Tu l'as appris sur le tard par rapport aux autres Légionnaires. Eux, c'est autour de quoi, onze, douze ans ? Nah, nah, pas pour toi. En même temps, qui aurait voulu te revendiquer, hein ? T'étais une gamine complètement perdue, fumeuse depuis ses huit ans pour avoir l'air dangereuse parmi tes fréquentations peu recommandables et ta famille d'eau plutôt que de sang. Non, tu te demandes plutôt pourquoi Luca, lui, il a pas été repéré plus tôt. Lui, il avait du potentiel. Lui, il aurait pu être une fierté. Luca, ton jumeau toujours dans son coin, qui a arrêté de parler dès qu'il a commencé la puberté. Toujours avec une gueule d'ange, à observer les gens et à vivre en marge de tout, protégé par une prostituée nommée Foufoune qui lui a enseigné à se protéger contre les monstres qui grondaient tout autour de la rue. En même temps vous étiez bons pour disparaître, pour vous fondre dans les artères crasseuses de Parc-X, le quartier honteux de la ville au Cent-Clochers. Mama vous l'a appris, ça, à ses dépends. À force de vous courir après en hurlant qu'elle en avait marre, qu'elle allait enfin vous tuer vous-enfants-du-diable, vous avez appris à être silencieux et à vous couper même du regard des créatures qui voulaient votre peau. Mais ça a arrêté de fonctionner à vos seize ans. Là, vous avez reçu l'appel de la Louve et là, les monstres vous ont pourchassés comme jamais. T'as piqué une voiture (c'est loin d'être la seule chose que t'as appris de tes amis), et vous avez tenté de survivre aussi longtemps que possible sur les routes à la recherche de cette chienne galeuse qui vous attirait. Vous avez dû apprendre à vous battre, vous avez trouvé des alliés qui sont morts aussi vite qu'ils sont arrivés. Puis ça été au tour de Luca.

Tout ça s'est passé très vite, trop vite pour que tu comprennes réellement les enjeux. Toi, t'as toujours été la fille qui se foutait des cours et qui préférait pervertir les garçons à l'Institut-Jésus plutôt que de suivre des matières que tu comprenais pas de toute façon. Meh, en même temps, ton côté demi-déesse pouvait être fun ; se mettre à psalmodier en latin sans t'en rendre compte dans le confessionnal, ça a manqué te foutre un exorcisme dans la gueule. Mais quand les monstres arrivent, t'es toujours prête. C'est la chasse, et tu t'es rendue très vite compte que t'avais deux choix ; continuer à être une dépressive sans but qui recherche à tout prix à se sentir vivante et rester une stupide proie, ou devenir toi-même le chasseur. Et c'est ce que t'as fait. Avec Luca, t'as créé des embuscades, t'as perdu les monstres dans les ruelles pour les poignarder par derrière. Mais bien sûr, alors que la neige tombaient par gros flocons et que le soleil se levait lentement, dans une éclaircie orangée à l'horizon, votre ruse a fini par mourir. Et t'as dû laisser Luca derrière, petit vaurien au visage parfait et toujours serein même dans la mort où il a pu rejoindre votre géniteur.

La légion, ça été tout un choc. Discipline, quatrième cohorte, solidité soudaine. T'as compris que votre périple, aux jumeaux Belaskel, c'étaient des pseudo-épreuves prétentieuses pour déterminer qui était le plus fort et tout ça. Mais c'est que des conneries. T'as jamais été forte, sauf au sens littéral. T'as toujours profité des opportunités, joué contre les règles, charmé ta survie. Toute la Nouvelle-Rome, ça te paraissait comme une grosse blague de merde, une travestie de ce qu'aurait dû être un pandémonium complet. Tu te sentais à part, ratée, et rapidement t'es retournée à tes anciennes habitudes. T'as reculé vers l'arrière, orpheline de frère, alcoolique de renom.


↘ As-tu pris part à la bataille de Manhattan/du mont Othrys ? Et celle contre Gaïa ? Si oui, à quel camp as-tu choisi d'être loyal(e) ?
C'est peut-être toi qui attire la guerre, ou bien alors tu la pourchasses sans vraiment t'en rendre compte. La honte, voilà ce qui t'as dirigée dans la toute première bataille, celle du Mont Othrys. L'entraînement militaire de la Légion, c'était ce qu'une fugueuse délinquante comme toi avait besoin, principalement après les horreurs traversées pendant les épreuves. Épreuves, épreuves, épreuves, t'avais l'impression que toute la vie n'était qu'une suite de tests et de rites de passages mais toi, tu changeais jamais. T'osais pas regarder Lupa dans les yeux, t'avais l'impression d'avoir échoué et elle te le faisait sentir. Jamais t'as reçu l'affection dont t'étais déjà privée avec Mama, t'es allée la chercher entre les draps de demi-dieux et de faunes dépravés. Ton père t'es jamais apparu, on savait même pas vraiment de qui tu venais et ça te rendais amère et hystérique de cynisme. Puis t'as vu ton salut. Un beau jeune homme, avec des grands rêves et la promesse d'un monde meilleur, sans ces dieux qui te méprisaient probablement encore plus que toi même, tu te détestais. Oh, t'étais le parangon de l'adolescente incomprise, et tes hormones ont fait briller l'aspect torturé qui te rongeais l'intérieur aussi fort que la Bête. Alors tu l'as suivi. Tu serais morte, pour lui. Tu le voyais parler et dans vos conversations, vous sembliez vous comprendre. Amour à sens unique dont le destin tragique était prévu d'avance mais duquel, par triste ironie, tu restais totalement aveugle. Alors tu l'as aidé à réveiller Saturne, t'as rêvé que peut-être ça se passerait bien, tout ça.

Quelle déception.

Coeur brisé, honte décuplée, haine acide sur ta propre stupidité. Quand l'Olympe a failli tomber, il était déjà trop tard. Alors t'as disparu. Tu l'as laissé se battre, la nausée au ventre, tentant de te convaincre que tu n'étais pas une mauvaise personne. Ce fut très, trop difficile.

Après l'échec de ton camp, alors, t'as disparu. T'as quitté la Légion, comme d'habitude, parce que t'étais douée pour fuir sans dire d'adieux. Pareil qu'avec Castellan ; aucune note auprès de tes rares amis, aucun au revoir à la Louve. Tu la soupçonnais même d'être celle qui faisait naître la Bête, sa présence dans ta tête de glissant des manies pyromanes comme des profonds creux d'obscurité. Ou peut-être que t'étais juste folle. Alors t'as entrepris un long, long voyage de rédemption, un pèlerinage qui ne se terminerait jamais vraiment. T'as trouvé un cabaret, avec un accès secret à l'étage dédié aux visiteurs du monde mythologique et dont la Brume interdisait l'accès aux mortels. Là, t'as découvert un véritable freakshow, presque un cirque où les créatures les plus spéciales étaient exposées à celles plus communes. T'es devenue cracheuse de feu, Black Kitty de par le tatouage sur ton bras gauche en forme de chat noir, la belle demi-déesse sauvage à la force surhumaine. T'y as même trouvé l'amour. Sirène dont la voix ramenait le coeur des hommes à la vie, chanteuse vedette, Marilyn Monroe des temps modernes. T'aurais jamais pensé qu'elle te le rendrait, certainement pas après les trahisons ressenties par le passé, et pourtant.

Et ce fut ce qui t'as poussé à partir à nouveau. Trop de stabilité, trop de vulnérabilité, une peur panique t'as envahie et t'as dû t'enfuir encore. Sans au revoir, sans jérémiades. Tu voulais voir le monde, toujours plus, réussir à trouver ce qui te complèterait vraiment au-delà d'un simple coeur partagé. Alors l'aventure a continué.

T'avais vingt ans quand t'as rejoins les Chasseresses ; pour un temps, constante dans ton inconstance. T'y as trouvé un refuge certain, un lieu où toute attache terrestre arrachée à ta chair accro aux altérations pouvait laisser tranquille ton esprit en recherche de vérité. Diana t'as permis d'embrasser la Bête, de conquérir l'âme sauvage qui t'habitait et te criait de courir dans les bois toute nue en hurlant comme une damnée. La paix est venue. Et avec la paix, l'assurance.

Ça a presque fonctionné. Mais l'appel de la Louve a retenti au bout d'un moment, plus fort que jamais ; et t'avais beau essayer de l'ignorer, éviter l'inévitable devint rapidement impossible. T'es retournée à la Légion, disant tes adieux à une déesse qui comprenait que ta place n'était pas à la virginité et la vie éternelle (les regards que tu lançais à Apollon en disaient beaucoup) ; tes premiers vrais adieux, et même si t'es restée personne à chaque endroit où t'as mis les pieds, à cet endroit, c'était comme de quitter le nid familial. Et la route se terminait ; ou du moins, c'était ce que tu croyais avant la dernière grande guerre qui révéla que ce n'était encore qu'une étape de ton voyage.

Parce qu'elle est venue, la Guerre de Gaïa. La guerre, la vraie, celle dont on parle aujourd'hui tout bas en ayant peur de réveiller quelque chose qui pourrait dormir d'un sommeil léger. Quand t'es arrivée, t'as à peine eu le temps de reprendre tes anciennes habitudes (un peu plus assurée, cette fois) que tu t'étais embarquée dans une Quête. Une mission qui semblait banale en temps de guerre, quelque chose qui aurait pas dû être important et surtout aussi mal tourner. Mais vous étiez tellement, tellement mal préparés.

Dix. Vous étiez dix au départ, censés accompagner une fille d'Athéna, gamine de neuf ans à peine du nom d'Azélis Bastien jusqu'à un cadeau de sa mère et qui permettrait à la Légion et la Colonie d'avoir un peu plus de puissance de frappe. Ça semblait si simple. Mais les tensions qui habitèrent votre groupe dès les premiers pas entamés, l'Apocalypse au-dessus de la tête et les trahisons qui se sont succédées ont fini par vous décimer.

Vous étiez dix, au départ. À la fin, vous n'étiez plus que trois.

↘ Et maintenant, que deviens-tu ?
Tu savais déjà que t'allais pas devenir une héroïne. Tu l'as appris avec tes années jamais tranquilles, que ceux qui n'ont pas le profil des héros n'en seront pas. Des trois qui s'en sont sortis, on accueille chaleureusement Azélis qui malgré son très jeune âge a réussi à s'en sortir et à accomplir sa mission. On remercie humblement le leader de l'expédition, un vertueux fils de Dame Iustitia, pour avoir dirigé toute l'opération et pour vous avoir tirés tous les trois après la tragique quête droit sur le front contre Gaïa. On les dit admirables, bons, on les trouve presque aussi cool que les Héros de l'Olympe (bon, peut-être pas, vous êtes vus comme un groupe maudit ; mais l'intention est là). Mais toi, on t'oublie, et t'as quelque chose à voir avec ça. Plus que la fatalité, ce fut un choix de rester dans l'ombre. Tu ne fais pas partie du casting principal, tu veux pas être dans le scénario. T'as fait ce que t'avais à faire, de façon dégueulasse, et maintenant t'es en paix. Ton père t'as enfin revendiquée, la mort de Luca semble lointaine. Et surtout, t'as de nombreux handicaps et blessures de guerre à soigner.

Le plus évident, c'est la perte de ta vue. Un combat mal mené qui a failli te coûter la peau mais qui a fini par te prendre seulement tes yeux. Sans le cadeau de ton père, ce serait le blackout complet. Ça te pousse toutefois à réfléchir autrement, à être en communion avec tes autres sens et à devenir moins creuse que tu l'as été. Au lieu de baver sur des belles courbes ou des muscles saillants, tu frémis au son d'une voix feutrée, frissonnes lorsque les doigts glissent sur ta peau. Certes, tu peux percevoir les contours et reliefs mais jamais la lumière, jamais les couleurs (donc tu peux pas lire, chose qui aurait bien plu à la toi de seize ans).

L'autre, c'est de grandir subitement. T'as jamais été une adulte, t'as jamais même été l'ombre d'une personne mature. Mais ce qui s'est passé pendant la guerre, les choses que tu as dû faire t'ont laissée avec des responsabilités énormes. Déjà, c'est maintenant toi qui t'occupes de la petite Azélis. T'as rejoins le troisième camp parce que t'en as marre de tout ça, il te faut un peu de tranquillité pour gérer l'éducation d'une fillette encore plus sage et intelligente que toi. Limite, c'est pas très difficile, on dirait presque que c'est elle qui t'élève et non l'inverse. Mais c'est encore plus grand, en fait. Je les sens dans mon ventre, tu dis en pleurant. J'ai tué leur père, mais je peux pas m'en débarrasser, Azélis. Ils sont deux. Tes yeux morts sautillent entre points vagues à l'horizon. Je les sens commencer à vivre et je veux pas devenir comme Mama.
derrière l'écran
morning glory | héloïse
âge : dix-sept plus trois :pepito:  + présence : meeeeh un rp par semaine ? deux semaines, dans les périodes les plus chargées ? + personnage inventé ou scénario/pv : inventé ! + un dernier mot ? J'ai changé d'idée de personnage et donc de nom, mais je peux pas changer mon pseudo  :pepito: Seriez-vous absolument formidables et accepteriez de le changer pour Nephtys Belaskel please ?  :cute:  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

anges cornus aux ailes de tôle


Aaron, fils de Justitia et chef d'expédition. Vivant.
Méphisto, fils de Nox. Mort. Tué par Aaron après des soupçons de traîtrise.
Boris, fils de Vulcain. Mort. Tué par des monstres.
Marcus, faune. Mort. Tué par des monstres.
Luna, dryade. Morte. Tuée par des monstres après avoir fui le groupe.
Azélis, fille d'Athéna. Vivante.
Nephtys, fille de Mors. Vivante.
Barty, fils d'Apollon. Mort. Tué par des monstres.
Garrett, fils d'Arès. Mort. Tué par Nephtys.
Roe, fils d'Aphrodite. Mort. Tué par Nephtys.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theodore A. Brennan
+ messages : 401
+ face and credits : tyler young, bazzart.
ce début de fiche :faints: je suis totalement intriguée, totalement à fond, j'ai hâte de lire son histoire. :cute:
bienvenue parmi nous, et n'hésite pas si tu as des questions. I love you
(oh, et c'est fait pour le changement de pseudo, et j'approuve tellement ce prénom :faints: )

_________________


how many yous have you been? how many, lined up inside, each killing the last? ☽ but on dark days he likes to walk, beside the heartsick sea. and as the waves begin to howl, he drops down to his knees, and cries for all he's lost and for all he used to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noah S. Warsmond
Admin
+ messages : 452
+ face and credits : jeremy allen white, (c) dark dreams.
wahhhh comment je suis subjuguée. I love you I love you
bienvenue sur aw, et bon courage pour la suite de ta fiche! :nya:
j'aime beaucoup ce que j'ai pu voir pour l'instant. :keur:
bon courage pour la suite de ta fiche!

_________________
hold on darling
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie J. Keystone
+ messages : 343
+ face and credits : Ira Chernova - Psychotic Kid
J'aime le caractère, l'explication du célibat et cette vision des choses pour l'identité sexuelle. En vrai, elle botte cette petite, alors l'histoire... On va l'attendre avec impatience. Pis, entre ta création des flammes et mon contrôle sur elles, je sens que ça va faire des étincelles.

Bienvenue par ici miss, bon courage pour le reste de ta fiche.

_________________


The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound
(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luca M. Carnstairs
+ messages : 237
+ face and credits : odeya rush (moony.) + astra (signa)
tout aurait été parfait si tu n'avais pas choisi le troisième camp :pepito: ce perso envoie vraiment du lourd, genre ce début de fiche est vraiment trop bon :amen: et puis ravie d'être l'homonyme de ton jumeau :zad:

_________________

   
Who will fix me now?
what doesn't destroy you, leaves you broken instead. got a hole in my soul growing deeper and deeper. and i can't take one more moment of this silence. the loneliness is haunting me and the weight of the world's getting harder to hold up.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Daaaaaaaw vous êtes adorables :pepito: :cute: :cute: Merci merci merci, je suis super pimpée maintenant :yaa:

CHARLIE : Oh oui oh oui j'espère qu'on pourra jouer ces étincelles :noo:

LUCA : Oh youuuu :héé: J'ai vu ton pseudo après avoir commencé ma fiche j'étais genre "yooooooooooo" :haa: Va trop falloir qu'on ait un lien, qu'on joue sur le malaise de l'homonimité :lalala:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gleeson Hedge
+ messages : 112
+ face and credits : orny adams, eriam.
coucou I love you

alors je passe rapidement sur ta fiche pour te dire que le pouvoir de force surhumaine (et toutes les variantes, du coup) est complet, du coup, il faudra que tu trouves autre chose. :keur:

désolée, j'ai préféré t'avertir rapidement pour ne pas trop te prendre de court. I love you si tu as besoin d'aide pour trouver autre chose, n'hésite pas à demander! :keur2:

(ah, et si tu pouvais redimensionner ton image de profil ça serait super parce qu'elle est immense et déforme la page quand on va sur ton profil :mdr: merci :keur: )

bon courage pour la suite :nya:

_________________
what about a compromise? i’ll kill them first, and if it turns out they were friendly, i’ll apologize.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Euh... bon, ok, le pouvoir m'est passé entre les doigts du coup :hmmm: :mdr: J'avoue être un peu malaisée, parce que Nephtys sans force hystérique, je le vois moyen (et je n'ai jamais été très chaude par rapport aux registres de pouvoirs à la base :mdr: ). Et je suis peut-être obstinée, mais quand j'ai vraiment envie de jouer un concept de personnage et que quelque chose qui donne vraiment une bonne partie de son style est rendue impossible alors que j'ai presque terminé ma fiche... :mdr: Ça me coupe pas mal dans mon élan.

Bon, je vais pas prendre de décision hâtive, je vais peut-être trouver un remplacement (merci pour la proposition d'aide, mais je vais y penser de mon côté). Mais déjà que j'ai le sentiment de prendre un risque avec ce personnage, si rien que ça ça ne fonctionne pas, je ne sais pas si j'ai envie de me battre tout le long :mdr: C'est un peu un préjugé, et j'en suis désolée ; j'ai juste souvent été confrontée à des situations très contrôlantes qui me rendent un peu allergique à même très petite dose :faints: Traumatisée d'la vie, va :urg:

Mais bon, j'avoue qu'il se peut que j'abandonne la route tout de suite, je préfère ne pas faire de faux espoirs.

Oh et, c'est noté pour l'image. J'ai aucun moyen de la redimensionner (sinon on aurait pas cette conversation :mdr: ), donc je vais juste la retirer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gleeson Hedge
+ messages : 112
+ face and credits : orny adams, eriam.
désolée pour ça, mais asher a été plus rapide du coup. :mdr:
pas de soucis tiens nous juste au courant de ce que tu comptes faire. I love you

_________________
what about a compromise? i’ll kill them first, and if it turns out they were friendly, i’ll apologize.
Revenir en haut Aller en bas
 
DUTE IN PĪZDA MĂTI † † †
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: (fiches)-