AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  no place for us (theo)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Luca M. Carnstairs
+ messages : 237
+ face and credits : odeya rush (moony.) + astra (signa)
Theo fixe l’objectif avec son air habituel, comme s’il était là mais pas vraiment, un peu à côté de la plaque, en décalage permanent – elle remarque l’effort qu’il fait en esquissant un petit sourire. Elle recule sa tête, regarde la photo apparaître doucement. Le cliché lui semble parfait, à l’image de Theo. Elle l’aurait pas imaginé faire un sourire flamboyant comme tous ces gens sur instagram, elle l’aurait pas vu grimacer. Non, juste Theo et son air maladroit avec son petit sourire à peine visible comme s’il y croyait pas lui-même. C’est lui.

« Bien sûr. Les sangs mêlés vendent n’importe quoi. Une fois, j’ai même vu des mini-statuettes de Terminus, notre dieu gardien. C’était vraiment flippant. » Dit-elle en inclinant la tête. Si elle avait eu un peu d’humour, elle en aurait sûrement acheté une pour l’offrir, mais rien que voir la petite figure du dieu la fixer de son air grognon lui donnait envie de s’enterrer sous terre. Terminus n’est pas méchant mais qu’est-ce qu’il peut être lourd… Avoir des répliques de sa petite tête chez soi n’avait rien d’un cadeau. « J’essayerai de te trouver un truc aussi bien. Et si je prends des clichés qui valent la peine, je les montrerai à ton œil d’expert. » Elle découpe une autre part de pizza, la dernière, dont le fromage coulant tisse des liens avec le reste des parts tandis que Theodore commande une tasse de café. C’est un peu comme un second hydromel, sans les vertus revigorantes physiquement. Mentalement… Luca n’en buvait que depuis la guerre contre Gaïa, comme si le liquide noir pouvait noyer ses souvenirs. Elle mange sa part lentement, songeuse, appréciant l’instant présent sans se soucier du silence qui s’installe entre eux. Il y a des amitiés où des fois il n’y a même pas besoin de parler pour se sentir mieux – celle avec Theodore en fait partie. Luca est plus à l’aise avec les silences qu’avec les conversations enjouées et pleines d’humour qui la laissent généralement déphasées. Elle parle pas beaucoup, rigole pas non plus énormément : elle sait tout juste pas faire la conversation, mais avec lui il n’y a pas besoin. Elle se laisse bercer par la musique qui passe, tantôt du Joy Division tantôt du ABBA. Quand Theo reprend la parole, elle peut pas s’empêcher d’esquisser un petit sourire en se remémorant leur première rencontre. Un terrible orage, sans aucun doute. Mais elle n’aurait rien changé au monde parce que c’était cet orage qui leur avait permis de se rencontrer.

« Peut-être que je vais sortir. Qui sait, je vais peut-être faire une rencontre extraordinaire ce soir. » Lui répond-elle doucement en fendant la croûte entre ses deux doigts. À vrai dire, elle imagine mal tomber sur un second Theodore. Elle a du mal à imaginer deux personnes comme lui sur Terre, tout comme elle n’imagine pas qu’il puisse y avoir deux Luca. Leurs blessures respectives les ont tous deux rendus particuliers. C’est de ce point commun qu’ils ont su tirer quelque chose, comme extraire un élixir d’un poison particulièrement redoutable. Tous deux blessés, noyés dans un mal-être interne. Une nuit d’orage a tout changé.

_________________

   
Who will fix me now?
what doesn't destroy you, leaves you broken instead. got a hole in my soul growing deeper and deeper. and i can't take one more moment of this silence. the loneliness is haunting me and the weight of the world's getting harder to hold up.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theodore A. Brennan
+ messages : 401
+ face and credits : tyler young, bazzart.

luca & theodore

no place for us

Il essaie d'imaginer les rues de la Nouvelle Rome - et dans sa tête, c'est comme New York, mais en sécurité, et avec des boutiques d'armes et peut être des nymphes ou des dryades qui s'y promènent. C'est peut être idéalisé, ou peut être réaliste, il ne sait pas vraiment. L'idée d'une ville entière où les demi-dieux y seraient saufs. Comme si ça existait. Quand ce ne sont pas les monstres, ce sont les gens qui attaquent. Mais la mention d'une statuette de Terminus lui tire un sourire. Il a déjà entendu parler du gardien capricieux de la Nouvelle Rome, les romains qui ont rejoint le troisième camp le mentionnent avec des frissons d'horreur. Il essaie d'imaginer à quoi ressemblerait une boutique de souvenirs du troisième camp. Des bustes de Declan en guise de presse-papier, peut-être ? Ou des pancartes de warning avec le nom de certains pensionnaires du camp, style "chien dangereux". Il réprime un sourire. "Oeil expert, tu me surestimes." Il finit par dire avec une moue gênée. "Mais j'espère que tu me montreras tout ça, oui." Ca l'intéresse, de savoir ce qui vaut la peine d'être immortalisé aux yeux de Luca. Avec le temps, c'est devenu une amie qui lui est chère, et même s'ils ne se connaissent pas si bien - leur amitié est particulière, après tout, il apprécie l'idée d'apprendre un peu plus d'elle au travers des photos qu'elle pourrait lui montrer.

Quand son café a un peu refroidi, il en prend une gorgée, et profite du silence. C'est confortable, le silence, quand tu le partages avec ceux qui savent aussi l'apprécier. C'est à des kilomètres du silence étouffant qui enserre la gorge quand on cherche à toute vitesse quelque chose à dire à tout prix. C'est agréable, de pouvoir en profiter. Quand il brise le silence, c'est pour obtenir une réponse qui lui tire un petit rire. "Qui sait." Il s'imagine rester à l'extérieur pendant l'orage plutôt que de rejoindre sa chambre minuscule dans un hôtel à l'écart de la ville. Aucune chance qu'une aventure comme celle qu'ils ont vécue se reproduise une seconde fois. Et puis, il trouve un certain charme à l'idée de passer la nuit dans sa chambre mal isolée, avec la télévision qui saute à chaque coup de tonnerre. Beaucoup de choses lui font peur, mais l'orage ne fait plus partie de ces choses-là depuis sa rencontre avec Luca. Au contraire, il y trouve une certaine magie, et pas de celle qui anime leur vie tous les jours. Pas celle, non plus, qui lui permet de jouer des tours aux yeux non-entraînés des mortels dans la rue, quand il s'ennuie. Un autre genre. Plus spécial. Il termine son café. La cafféine vibre sous sa peau, mais il l'ignore. Il est avec Luca. Ca aussi, c'est spécial. On les interrompt pour leur proposer un dessert, maintenant que Luca a terminé sa pizza. Theodore fait non de la tête, interroge Luca du regard. Il ignore si elle a des choses de prévues, si elle va devoir partir, ou si elle a tout le temps du monde. Lui ne sait pas trop, encore. Il est supposé ramener un souvenir à Livia, lui envoyer une carte postale. Il a le temps dans les prochains jours, rien ne presse, si ce n'est le danger de rester trop longtemps au même endroit.


AVENGEDINCHAINS

_________________


how many yous have you been? how many, lined up inside, each killing the last? ☽ but on dark days he likes to walk, beside the heartsick sea. and as the waves begin to howl, he drops down to his knees, and cries for all he's lost and for all he used to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luca M. Carnstairs
+ messages : 237
+ face and credits : odeya rush (moony.) + astra (signa)
Luca ne sait pas trop ce qu’elle pourrait photographier. La Nouvelle-Rome ? Elle y avait trouvé une nouvelle maison mais aussi un nouveau tombeau. Les murailles s’étaient resserrées autour d’elle comme les murs d’une prison, répercutant les échos de ses cauchemars lors de ses nuits sans sommeil, lui rappelant le nom de celle qu’elle n’avait pu sauver. Son père ? Elle avait pendant si longtemps intériorisé sa peur de lui qu’elle ne savait plus comment se comporter en sa présence. Devait-elle lui être reconnaissante pour la rigueur dont il avait fait preuve avec elle ? Devait-elle le remercier pour les heures passées à s’entraîner sans relâche, pour les compétitions gagnées, les victoires innombrables, les voyages ? Ou devait-elle lui en vouloir pour l’avoir empêché de s’épanouir comme elle l’aurait voulu, pour l’avoir séparé de tous les gens de son âge pour la transformer en robot, exclusion dont elle payait aujourd’hui les compétences, incapable de se comporter correctement avec les autres, toujours avec quelque chose qui cloche, quelque chose qui ne va pas ? Tout était flou. Sa seule valeur sûre c’était Theo. Et pour l’instant, c’était suffisant.

Elle sourit doucement – c’est un peu dur pour elle, elle doit y aller lentement. À vrai dire, elle doute de refaire une rencontre de ce genre dans toute sa vie. Les étoiles étaient alignées spécialement, il y avait quelque chose de surnaturel, un truc en plus qui les avait placés sur le chemin de l’autre. Des fois, elle se demandait même si tout ça avait été réel ou si c’était juste un songe qu’elle s’était inventée pour se rassurer et combler sa solitude blessante. Aujoud’hui, avec le polaroid dans ses mains et ses yeux posés sur Theo, elle savait que c’était plus qu’un rêve.

« Je me demande comment ça aurait été s’il n’y avait pas eu cet orage. On serait juste chacun parti de notre côté et on aurait fini par oublier cette rencontre. » Souffle-t-elle avant de secouer la tête à son tour quand on leur propose un dessert. Elle fait des efforts pour manger à nouveau, elle y va progressivement. Elle a déjà mangé une pizza, ce qui relève du miracle quand elle se rappelle son séjour à l’infirmerie où elle ne pouvait rien avaler. Combien de fois s’était-elle évanouie sur le terrain ? Combien de fois Mica avait dû l’engueuler et la forcer à avaler quelque chose ? Ses efforts commençaient à payer. Elle était un peu plus en forme, un peu plus vivante. Elle mangeait un peu plus. Elle avait même recommencé à s’entraîner le matin, courant à travers la Nouvelle Rome encore endormie. Elle ne pouvait pas ignorer le poids qu’avait Theodore dans tout ça. S’il n’y avait pas eu cette amitié, tout aurait été différent. Elle n’aurait peut-être pas réussi à reprendre les choses en main. Elle lui était reconnaissante pour ça. Pour ça et pour tout le reste.

_________________

   
Who will fix me now?
what doesn't destroy you, leaves you broken instead. got a hole in my soul growing deeper and deeper. and i can't take one more moment of this silence. the loneliness is haunting me and the weight of the world's getting harder to hold up.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
no place for us (theo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]
» Theo Walcott [Arsenal]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: 
cities.
 :: (san francisco) :: commerces et restaurants.
-