AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  Home is where the heart is - Ft. TheodoreVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité
Trahir le Camp Jupiter était un acte grave.. Le serment de servir notre patrie était encré en nous et les déserteurs n'avaient jamais été vraiment à la mode.. Pourtant quelques uns avait franchi le pas, il avait remis en cause les dieux et notre camp. Je n'comprenais pas vraiment ça.. Enfin pas totalement. Il est vrai que chez les romains certains peuvent penser que c'est un peu "marche ou crève", les êtres libres peuvent parfois s'y sentir à l'étroit mais.. Cette fraternité, ce sens du devoir, bordel! C'était ça qui nous faisait vivre. En tout cas ça ne suffisait pas pour certains.. Et fallait avouer que ça m'intriguer. Qu'est-ce qu'ils avaient de plus ? Qu'offraient-ils à nos romains déchus ? Je devais en avoir le cœur net.. Histoire de pouvoir alimenter les potins pour au moins toute un mois.

Et pour ça, je devais avoir un moyen idéal pour trouver ce camp : prendre en filature le prochain "traître romain". Ça faisait déjà un moment que je tendais l'oreille, observais les comportements et .. espionner clairement mes congénères. Et j'en ai trouvé un (les dieux soient loués, son départ n'allait pas me fendre le cœur). Etant donné mes cauchemars incessant, avoir une occupation d'agent du F.B.I la nuit n'était en aucune façon gênante. Et ça avait porté ses fruits : Une nuit, bardés de sacs, je voyais enfin le demi-dieux se barrer. Sortant mes grosses lunettes noires, je pouvais enfin me prendre pour Miss Marple (en plus jeune et plus canon) et commencer ma filature. Des heures et des heures de routes infernales pour au final.. Le perdre aux alentours d'une forêt.

Sortant de mon véhicule, je pestais sur ceux foutu gars qui m'avait fait faire des kilomètres et des kilomètres pour finalement arriver près d'une putain de forêt. Lui bien sûr il avait du trouver son chemin mais moi, que dalle, nada, rien, des arbres, de la boue et de la solitude divine. Deux solutions.. Continuer ou abandonner. Non, je déconne. Je comptais bien marcher des heures dans ces foutus bois pour trouver ne serait-ce qu'un indice sur ce camp. Et ce fût le cas.. enfin.. J'ai marché quoi. Pour rien trouver. Totalement désespérée je m'adossais à un arbre avant.. D'entendre un bruit. C'était vraiment proche, peut-être que le romain déserteur s'était perdu aussi ? Il fallait en avoir le corps net! Sortant directement de derrière mon arbre, tête en avant, j'étais prête à en découdre.. Et c'est arrivé. Mon front à heurté celui d'un autre. Me reculant, complètement sonnée, j'étais obligée de râler un bon coup, reflex vital. "Ah mais bordel, tu m'as explosé le crâne!" Je regardais ensuite le jeune homme, il était brun, l'air aussi perdu que moi.. Le problème c'est que ce n'était pas mon romain déserteur, alors qui est-ce que c'était ? Main sur mon front encore endolori, j'apaisais les traits de mon visage. Il fallait réfléchir et agir vite. " Je-euh.. Je voulais dire.. Waoh, t'as la tête dure. Et sinon.. si le choc est pas trop fort, tu peux m'dire qui tu es au juste ?" Il était plutôt mignon mais ça ne devait pas interférer avec ma mission personnelle : Plus je récolterais des informations sur l'autre camp, plus j'allais pourvoir me l'a jouer investigatrice de l'année auprès des autres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theodore A. Brennan
+ messages : 401
+ face and credits : tyler young, bazzart.

jaden & theodore

home is where the heart is.


C'est le milieu de la nuit. Son souffle dessine des nuages dans l'air, à peine éclairés par la faible lueur de la Lune entre les arbres. Il ne sait pas vraiment quelle heure il est, il a perdu la notion du temps depuis un moment déjà. Le froid s'est infiltré dans chaque couche de ses vêtements. Il n'arrête pas de remonter la fermeture de son manteau, comme si elle n'était pas déjà arrivée jusqu'à son cou. Le tissu lui frotte la gorge, il déteste ça, mais c'est ça ou avoir froid, alors il garde les mains profondément enfoncée dans ses poches, les poings serrés pour gagner un peu de chaleur. Le froid traverse son jean et lui donne l'impression de porter des glaçons, mais il commence à avoir l'habitude. Ce n'est pas la première fois qu'il sort au milieu de la nuit. C'est apaisant, la nuit. Le silence, l'air qui se modifie pour devenir plus léger, plus clair, au point qu'il le ressente jusque dans la moelle. L'assurance qu'il échappe à ses cauchemars, qu'il reste éveillé parce que le froid le saisit juste assez pour qu'il ne puisse pas laisser ses pensées s'évader. Il a quitté le camp, ce soir, pour aller s'aventurer près d'un lac. Il aime bien s'asseoir et regarder les reflets dans l'eau calme, apaiser son coeur un peu trop erratique, noyer les cauchemars dans l'image trouble du ciel sur la surface de l'eau. Il n'a pas vu le temps passer, perdu dans ses pensées, dans cet état entre l'éveil et le sommeil où rien ne semble réel ni palpable. Il est sûrement temps de rentrer. Il n'a pas spécialement envie que ses camarades de maison se réveillent et ne s'imaginent qu'il s'est barré. Ils ne remarqueraient sûrement pas son absence, mais mieux valait rentrer, juste au cas où. Il ne parle à personne de ses ballades nocturnes, et préfèrerait garder ça pour lui. Juste pour être tranquille.

Il reprend la route en direction du camp, et le silence règne encore, brisé par le bruit régulier de ses pas et des branches qui craquent. Il est encore perdu dans ses pensées, c'est pour ça qu'il n'enregistre pas le son qui retentit, trop proche, et qu'il frappe de plein fouet l'obstacle qui surgit face à lui. Le choc est violent, il recule de plusieurs pas pendant que la douleur explose dans son crâne, lui fait fermer les yeux une bonne poignée de secondes et lui tire un grognement. Ah mais bordel, tu m'as explosé le crâne! La voix est féminine, furieuse. Theodore rouvre les yeux, la main plaquée sur le front, les yeux écarquillés, parce qu'il ne connaît pas cette fille, et qu'elle lui a explosé le crâne aussi. "Quoi ?" Il cligne des yeux, la douleur s'apaise lentement, encore lancinante. Qu'est-ce qu'elle fait là ? Un monstre ? Une demi-déesse ? Une mortelle vraiment stupide ? La fille reprend rapidement, essaie de se rattraper. Theodore l'observe une seconde, silencieux. Il envisage de prétendre avoir pris un sacré coup et avoir oublié tout ce qu'il sait, juste pour s'amuser une minute, mais finit par renoncer. Il ne sait pas qui est cette fille. "Theodore." Il répond après un moment. "Qu'est-ce que tu fais là ?" Il enlève la main qui était plaquée sur son front pour croiser les bras, sourcils froncés et regard intrigué. Si c'est un monstre, elle n'a pas l'air bien maline. Et si c'est une mortelle... Les mortels l'agacent profondément. "Pourquoi tu portes des lunettes de soleil ? C'est la nuit." Il vient juste de le remarquer, mais c'est sûrement ce qui a cogné si fort contre son sourcil. Il sent déjà que ça enfle. Ce genre de chose n'arrive vraiment qu'à lui, c'est incroyable.

AVENGEDINCHAINS

_________________


how many yous have you been? how many, lined up inside, each killing the last? ☽ but on dark days he likes to walk, beside the heartsick sea. and as the waves begin to howl, he drops down to his knees, and cries for all he's lost and for all he used to be.
Revenir en haut Aller en bas
 
Home is where the heart is - Ft. Theodore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Home is where the heart is.
» Home is where the heART is. ||Hope
» Nathanaël ♣ Home is where the heart is
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: (rps)-