AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  (f) alicia vikander ›› there's truth in the darkness we findVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

Mera Sargent
ft. Alicia Vikander
↘ carte d'identité
nom : Rémanence d’une époque révolue, un temps où le ballet millimétré d’une princesse de porcelaine se devait de battre des paupières sur commande, Sargent est un nom balafre. Une cicatrice que rien ne semble pouvoir effacer. + prénom(s) : Mera, l’insouciance innée de la danseuse étoilée. Le souffle court de l’intrépide traversant la vie les bras tendus et le cœur au bord des lèvres. Esmeralda, la bohémienne ivre des libertés lui étant défendues. Elle s’affranchit de ce monde-là, s’affranchit de cette destinée aseptisée jurant avec l’huile de moteur sur ses doigts et la suie refusant de quitter sa carne. + surnom(s) : Simplement Mera. Uniquement Mera. Juste Mera. Au point que le nom s’effaça au profit de ce sobriquet tatoué à l’envers de son âme. + âge : 26 années passées à courir après des chimères. + date et lieu de naissance : Au choix à Anchorage, Alaska. + orientation sexuelle : Bisexuelle ou hétérosexuelle. + statut civil : Il  ne lui reste au coeur que la solitude d'un amour refusant de se consumer. Célibataire par dépit elle ne refuse la compagnie même si c'est à l'océan d'un autre regard qu'elle pense en s'oubliant à d'autres corps. + occupation : Véritable petit génie, Mera a passé la majeure partie de sa vie les mains dans la suie à réparer tout ce qui lui passait sous la main. Maintenant qu’elle parcourt les Etats-Unis à la recherche d’une sérénité lui faisant défaut, la brune se fait de beaux billets en réparant toutes les carcasses qu’on lui met sous les doigts.+ groupe : The Wild Ones, ancienne habitante de la Nouvelle Rome/Légionnaire.

parent divin : Dépositaire du feu en ses veines, l’héritière condamnée à l’absence par l’acte de sa naissance, elle ne douta jamais de cette parenté hors norme. Princesse destinée à abandonner la soie pour la sueur et  a saleté de l’établi, c’est sans étonnement que son père revendiqua sa paternité dès son arrivée au camp jupiter. Fille de Vulcain, ils sont fous ceux pensant pouvoir faire plier celle dont les veines battent au rythme de ce feu prisonnier en sa carne.  + pouvoir(s) : Au choix (annexe) + arme de prédilection : Au choix. + particularité : Fille du demiurge artisan, c’est naturellement que cette dernière possède une inventivité sans précédent. Ainsi, Mera est capable de construire des objets sortant de son imaginaire fertile et sans égale.

↘ caractère
 Etoile filante déchirant le ciel de cet aplomb qu’elle brandit à la force de ses phalanges, Mera fait partie de ces gens dont on ne peut réchapper. Elle fait partie de ces individus à la douceur violente qui consume la chair de ceux incapable de les tenir entre leurs doigts. Petit bout de femme au caractère insoutenable, jamais la belle ne se pliera pour les beaux yeux d’un damoiseau, d’une hirondelle ou d’un cœur de passage. Intransigeante avec elle-même, elle refuse de se plier à la médiocrité d’un second rôle dans l’histoire de sa légende. Pourtant, sous les poings serrés, la répartie acerbe cache une femme au cœur tendre, à la douceur innée. Mera fait partie de ceux à qui on offrit le souffle créateur, ce doux pouvoir permettant d’animer les choses et les êtres d’une vie leur faisant parfois défaut. La Sargent est inspirée et inspirante, pourtant elle se préserve dans l’anonymat d’un monde où elle veut se faire connaître par ses actes et non ses origines. Garçon manqué à la bravoure indéniable, elle sera toujours la première à se jeter tête la première à l’eau, quitte à rentrer trempée et écorchée de tout part. Mera fait partie de ces personnes désireuses de vivre envers et contre-tout. Elle possède ce feu consumant ses veines, la trainant toujours plus vers l’avant quitte à frôler le fil du précipice. Sa sensibilité mal digéré l’alourdi parfois, le vitriol de ses mots traduisant mal la douleur d’une vie où on offre un visage et vit avec un autre. Depuis qu’elle est revenue du champ de gloire, malgré le sarcasme pour plus belle arme les tambours de guerre ont cessés de battre la cadence d’une horreur sans nom. Elle cherche ce sens profond à l’univers. Cette logique qu’elle trouva à son arrivée au camp. Gamine perdue au cœur d’un univers trop grand pour ses mains brisées, elle peine à se raccrocher à cette bravoure qu’elle affiche avec bien moins d’aplomb. Elle ne cherche plus que de quoi rêver encore.

↘ La petite histoire.
Héritière d’un empire à la noirceur étouffante. La Sargent était destinée à suivre la voie tracée par sa génitrice en reprenant les commandes de l’entreprise pétrolière familiale.  Poupée de soie dans un monde monochromatique, la petite peinait à comprendre l’intérêt de cette vie sans saveur. Reine d’un royaume blanc la moitié de l’année, celle souffrant le feu en sa chair peinait à ne pas céder aux assauts répétés de cet hiver existant dans les prunelles de sa mère. Ainée d’une famille de cinq enfants, Mera appris à ignorer les gémissements incessants de ces demi-portions que son beau-père et sa mère lui imposèrent. Elle appris à faire taire ce tressaillement furieux la traînant hors des limites du château en papier-mâché en lequel sa mère pensait pouvoir la garder. Dévorée par ce besoin de créer, se salir les mains, les coudes. La petite se frottait à la vie de tous les côtés, s’écorchant les genoux au point d’en horrifier sa génitrice lorsqu’elle rentrait du garage en suivant son beau-père d’un air innocent. Le garage était devenu son royaume, les pièces assemblées en tous sens ses sujets qu’elle manipulait avec le plus grand soin. Bénie des dieux, l’argent ne manquant pas, l’amour non plus, Mera peina pourtant à jamais se sentir proche de cette mère l’oubliant elle et son véritable père aussitôt que son foyer fut sceller par tous ces nouveaux bambins. C’est à peine âgée de dix ans que Lupa lui apparut. Sans même un regard en arrière, l’enfant abandonna sa famille et son nom dans l’espoir fou de mettre un nom sur cette fêlure que tous refusaient de toucher. Marquée par cette mère de substitution que devint la louve, marquée par la Nouvelle Rome et le camp attenant, la jeune femme trouva la pièce manquant à son édifice une fois un nom placé sur ce trou en son arbre généalogique. Appréciée de tous, crainte par certains, le caractère bien trempé de la jeune Sargent lui fit des amis inestimables. Rendant la déchirure d’autant plus douloureuse. Si elle ne prit pas part aux combats du Mont Othrys, elle se battit l’heure venue contre Gaïa. Comme tant d’autres, elle perdit plus que ce que les mots lui permettraient de le dire. Troublées par le souvenir d’une rage n’étant sienne, la jeune femme lutte contre l’océan menaçant de l’avaler à chaque fois qu’elle ferme les yeux. Elle lutte contre cette distance existant entre elle et le monde, cette couche de glace l’empêchant d’apprécier ce qui autrefois faisait pourtant battre son cœur. Elle est partie pour se retrouver. Elle a fui pour réapprendre à aimer. Commencer à s’aimer soi-même, retrouver l’amour d’une chair à laquelle fut tatoué injustement des constellations d’horreur. Réapprendre à aimer un homme qui n’en a plus le titre que par procuration. Puis réapprendre à vivre. Un jour après l’autre. Alors, elle fuit. Elle est entrée dans une voiture, entrant aussi aisément dans l’inconnu. Elle est tombée dans un motel, s’est cogné dans un pick-up battu par les années avant de récupérer la Mustang fané de Monsieur Cohen, c’est homme qu’elle considère presque comme un père. Depuis, elle roule. Elle roule, ignorant ses vagues à l’âme. Ignorant ce besoin de donner un coup de volant au dernier moment, ignorant ces kilomètres/heures explosant la console et ce frisson lui déchirant la colonne vertébrale. Elle roule parce qu’un jour elle trouvera peut-être quelque part où aller.

Isha Cohen
they fit the way fractured things often do

Héritiers forcés d’une engeance parfois conspuée, parfois vénérée, Mera et Isha arrivèrent au camp la même année. Tout les deux le cœur serré, ils trouvèrent dans le trouble de l’autre les fondations de ce qui deviendra progressivement un foyer. D’abord compagnons d’infortunes, les deux gamins devinrent amis au fil des années, au fil des découvertes. S’apprenant au détour des entraînements, sous les rayons opalins d’une lune gardienne de leurs secrets, ils offrirent à l’autre des fragments d’eux-mêmes qu’ils ne savaient posséder. Rapidement devenus deux moitiés d’une même personne, à l’instar de jumeaux, il était rare d’en voir un sans que l’autre n’apparaisse instantanément. Membres de cohortes différentes, leurs assignations différentes ne les empêchèrent jamais de trouver du temps à se partager. Cette franche camaraderie ne laissa jamais paraître les sentiments papillonnants entre eux. Le monde autour semblait percevoir les liens d’une histoire pourtant invisible aux yeux des deux. Ingénus, le cœur encore tendre des premiers émois, ils aimèrent à deux d’autres rivages que ceux les ramenant toujours à cette autre moitié de soi. Malgré la possessivité, cette proximité existant en permanence entre Mera et Isha, il ne se passa rien. La belle se contentant du silence reposant sur eux alors qu’elle caressait le poil dru du loup sous la pleine lune. Le blond se contentant de la présence là où ce contact lui faisant défaut aurait pu lui en faire imploser le cœur. Amoureux ? Ils l’étaient certainement. S’aimant au point de ne pouvoir s’approcher, au point de ne savoir comment manipuler cette moitié d’eux-mêmes qu’ils aimaient plus que leur propre carne. Les années amenèrent la lucidité aussi bien chez le jeune homme que chez sa moitié. Avec celle-ci vinrent les non-dits, ces propos amers sur lesquels ils n’eurent de cesse de s’étouffer les deux dernières années. Vint aussi la conscience, cette perception doucereuse d’une chose qui ne demande qu’à éclore et pourtant encore si fragile qu’ils doutent pouvoir rendre cette rose pérenne. Isha avait parfaitement conscience d’être éperdu de Mera. La belle savait que le Cohen l’aimait plus que tout ce qu’il avait pu un jour chérir. Elle savait qu’il l’aimerait certainement plus que toutes ces étoiles filantes ayant traversées sa vie avant de se consumer. La Sargent était plus qu’une étoile filante pour Isha, elle était une supernova qu’il passait son temps à toucher peu importait à quel point sa chair se consumait à son contact. Elle était une supernova qu’il ne pourrait jamais emprisonner dans les limites de ses bras, mais ça lui allait. Elle pouvait parcourir le ciel, aimer d’autres étoiles naines, tant qu’elle lui revenait. Et elle lui revenait toujours.
Il y a un mois, Mera a quitté le camp de Jupiter. Dans un dernier adieu, elle laissa Isha derrière elle incapable de voir sa moitié passer son temps à boire la tasse. Après l’avoir vu se vider sur le champ de bataille, l’avoir vu supplier une fin refusant de le défaire de ses maux, elle ne pouvait contempler ses prunelles azurées sans le revoir mourant. Elle ne pouvait affronter son regard éteint sans sentir la nausée lui rompre la gorge et les embruns monter à ses paupières. Elle est partie car elle savait qu’elle ne pouvait rester. Elle savait qu’il n’était pas son devoir de soigner cet homme, tout comme il n’était pas son devoir à lui de la soigner de ses maux. Personnage principal de sa propre histoire, elle décida de chercher la suite de son roman. Même s’il aimerait que les choses soient différentes, Isha ne peut nier cette rage consumant ses veines lorsqu’il songe à sa meilleure amie. Il ne peut nier le trou béant qu’elle abandonna à son poitrail en le quittant aux heures silencieuses de la nuit. Elle l’a trahit et le blond ne sait comment aimer malgré la violence de cette douleur-là. Pourtant, jours après jours, nuits après nuits, elle consume ses songes troublés et le pousse à aller de l’avant. Peut-être reviendra-t-elle si elle voit à quel point il est efficient. Peut-être lui reviendra-t-elle si elle entend à quel point il va mieux. S’enfermant dans un quotidien dont on aspira les couleurs, il est déchiré entre son besoin de la voir et cette rancœur qu’il éprouve à son égard.

nom prénom
titre/nature du lien

description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien.

nom prénom
titre/nature du lien

description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien. description du lien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Don't ever question that my heart beats only for you
AVATAR : Pour le coup, je vais être assez intransigeante j’imaginais pour le personnage Alicia Vikander ou Emmy Rossum. A moins de me proposer un autre avatar capable de je ne changerai pas d’avis.
comment résister?:
 
PSEUDO : Celui-ci est entièrement négociable. J’aime bien le prénom Mera et le nom Sargent (trc ftw), mais si vous ne pouvez pas les voir en peinture n’hésitez pas à en changer.
PARENT/POUVOIR/PARTICULARITE : J’ai indiqué à ce niveau-ci, mais la plupart sont parfaitement négociable. Je dois admettre que j’aimerais bien que Mera soit la fille de Vulcain, mais si vous ne pouvez pas voir ce dernier en peinture (le pauvre chou) ça ne me dérangerait pas plus que cela que vous en changiez. Je me réserve un droit de véto tout de même.
HISTOIRE : Même si j’ai mis pas mal d’informations, celles-ci sont assez négociables. J’ai essayé de rester assez vague afin que vous puissiez vous approprier le personnage. Si vous avez le moindre doute ou la moindre question n’hésitez pas à me harceler de mp.
LIEN : Bien entendu, ce dernier n’est pas du tout négociable.
extrait fiche de présentation:
 
RP/ACTIVITE : Pas besoin d’être un Baudelaire en herbe pour pouvoir tenter le scénario. Je dois admettre que j’écris des rps de l’ordre de 600-1500mots, mais ne fuyez pas. En ce qui concerne l’activité, ayant une vie pas mal chargée je comprends qu’on ne puisse passer toutes les heures sur le forum. Cependant, c’est toujours plus agréable de faire vivre le forum en faisant acte de présence.

Pour finir, membres fantômes veuillez passer votre chemin, il n’y a rien de pire pour un créateur de scénario de voir le personnage tenté et de faire face à une fiche qui achève aux oubliettes en étant vide (pensez à mon petit cœur !).
Bien entendu, je vous construis directement un temple en chocolat à votre arrivée (ou marshmallow, sucreries, saucissons selon vos désirs) tout en me faisant votre esclave à vie !  :amen:  :string:  :seksi:  :cutie:  :luv:  :leche:  :a:

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Je peux ? :cute:
Je t'avoue que j'ai complètement craqué et puis ta plume :wa: :wa:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ca c'est une magnifique surprise de retour d'absence. :yaa: :amen: :string:

Bien sur que tu peux. :leche: :drama: :choc:
Je vais te préparer un temple de ce pas! :charlie2: :panique: :lama:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Je m'en vais de ce pas faire ma fiche :B: :B: :B:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
(f) alicia vikander ›› there's truth in the darkness we find
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JILLIAN RIVERS-HOLLAND ► Alicia Vikander
» [F] ▲ ALICIA VIKANDER - I don't hate you, but if you put 'about to jump of a cliff' as your Facebook status, I'd poke you.
» (f) Alicia Vikander / Soeur
» CHLOÉ N. SAINT-PIERRE ► alicia vikander
» (neela) + come back to me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: (fiches)-