AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
  death and magic walk into a bar. (roberta.)Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Theodore A. Brennan
+ messages : 401
+ face and credits : tyler young, bazzart.

robin & theodore

death and magic walk into a bar.


Les rues sont animées. C'est la période des fêtes, la ville est redécorée. Les lumières sont dans les arbres, dans les grands poteaux qui éclairent les rues, entre les immeubles dans les airs, sur les devantures des magasins. Sanford scintille en bleu et blanc, et les commerçants ont décoré leurs sacs plastiques, leurs gobelets de chocolat chaud et de café, leurs serviettes en papier et leurs stands de friandises. Les enfants pointent du doigt partout où ils le peuvent, le nez en l'air et la main fermement accrochée au poignet de leurs parents. Noël est passé, mais la nouvelle année est à quelques pas, et la magie est encore dans les airs. Theodore plonge la main dans sa poche, en ressort ses deux pièces d'argent, et les fait tourner entre ses doigts, disparaître, réappaître. Machinalement. A ses côtés, Robin marche, silencieuse. A une bonne distance. Il la comprend, il a eu une période un peu stupide, il y a quelques mois. Il a abusé de son pouvoir, juste pour savoir qu'il échappait à la mort tous les jours sans le savoir. Juste pour savoir qu'il risquait beaucoup ne serait-ce qu'en mettant un pied hors de la maison deux. Juste pour savoir qu'il pouvait rejoindre Jules aux Enfers à la minute où il le souhaitait. C'était stupide. Désespéré, aussi. Il ne s'est pas vraiment excusé, non plus. C'est pas son truc, les excuses, c'est quelque chose qu'il faut admettre et Theodore n'a jamais été très doué pour admettre les choses. Jules le faisait à sa place, comme le reste.
Ils ont des choses à ramener pour le troisième camp. C'est pour ça qu'ils sont dans Sanford, à marcher rapidement pour éviter l'étalage de joie des familles mortelles. C'est frustrant, tout ce bonheur. Ca le fait se sentir un peu jaloux. Un peu nostalgique. Il se rappelle des Noël avec Livia et Jules, dans la chaleur de l'appartement minuscule de la vieille femme, qui s'acharnait toujours à leur cuisiner un repas dignes de rois, pour leur offrir ensuite des petits paquets soigneusement emballés et ornés de rubans. Il n'a pas connu ça très longtemps, ne l'a pas connu depuis un moment. Ca reste quelque chose qui lui réchauffe la poitrine quand il y pense, ou qui lui traverse la poitrine dans un pincement, comme maintenant. "Le magasin de bricolage est par là-bas, je crois." Sa voix est basse, douce, toujours un peu en dessous d'une tonalité normale. Il parle doucement, toujours doucement, comme s'il avait peur qu'un peu trop de bruit ou d'agitation ne provoque quelque chose de trop dangereux. C'est à cause de ça, qu'ils sont partis, à vrai dire. Au troisième camp, la journée a commencé avec une dose conséquente de hurlements et de cris. Theodore n'est pas sûr de la raison, il a juste vu que c'était le bordel dans la maison une, puis dans la maison principale. Une histoire de conflit, de quelqu'un qui aurait mal monté l'un des murs des futures maisons, si bien qu'ils devraient démolir avant de reconstruire par-dessus. Le camp dégageait trop de colère, trop de négativité. Trop de bruit. S'il y a bien une chose qu'il apprécie au troisième camp, c'est le calme de la forêt et l'atmosphère paisible qui y règne. Aujourd'hui, c'est l'opposé, et il a préféré mettre les voiles pour la journée. Robin a suivi, une des listes du tableau du foyer à la main, juste pour qu'ils se rendent utiles au passage. Sanford est bruyante, agitée, mais pas de la même manière que le camp aujourd'hui. C'est plus léger. Moins étouffant.

Ils passent devant un Starbucks, et Theodore se fait violence pour ne pas s'y arrêter. Il n'a pas mangé, encore une fois, et ses membres lui semblent faibles. La caféine pourrait y faire quelque chose, mais il résiste. Il sait que ce n'est pas sain, qu'il devrait faire un effort. Teagan le lui dit, parfois. Il n'y peut rien s'il oublie de vivre, des fois. Les boutiques défilent à côté d'eux. Un magasin de vêtements qui semblent au-delà des prix qu'ils peuvent se permettre tous réunis au troisième. Une boutique d'antiquités qui donne l'impression d'un coin cosy et chargé de l'histoire des objets qui s'y trouvent. Une librairie dont le nom est orné d'une plume stylisée. Quand ils passent devant la devanture rose pâle et dorée d'une minuscule boutique sans nom, on les interpelle. "Toi, la fille. Tes cheveux, c'est terrible. Un tie and dye, c'est ça qui t'irait, ou un balayage. Tu serais adorable. Et le maquillage, par les dieux, quel manque d'efforts. Entrez, entrez." La demoiselle qui parle a les yeux d'un vert détonnant, les cheveux attachés en une tresse élaborée qui repose sur son épaule, ses mèches blondes parsemées de mèches de couleurs diverses dans des tons pastels, rose, violet, bleu. Sa robe blanche fait ressortir les couleurs. Elle agrippe le bras de Theodore, et l'attire à l'intérieur de la boutique. Avec un coup d'oeil paniqué pour Robin, il se raccroche au comptoir de ce qui semble être un salon de beauté, et se retourne pour voir que Robin aussi est entrée. Au moins, elle ne l'a pas abandonné. "Toi, le garçon. Les sweatshirts, c'est dépassé. Et ce jean, j'ai honte pour toi. Je ne mentionnerais pas les cheveux, c'est même pas une coupe, c'est un nid pour oiseaux sauvages." La fille les entraîne à l'intérieur du salon, et Theodore ne sait même pas quoi dire. Il se tourne vers Robin, l'air de demander de l'aide, un peu terrifié. "Je suis jamais venu dans un endroit pareil, fais quelque chose." Et si son ton est terrifié, ainsi soit-il.

AVENGEDINCHAINS

_________________


how many yous have you been? how many, lined up inside, each killing the last? ☽ but on dark days he likes to walk, beside the heartsick sea. and as the waves begin to howl, he drops down to his knees, and cries for all he's lost and for all he used to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
x

Ce post est perdu pour des raisons que je n'ai pas envie d'élaborer ici. :mdr:

( j'ai édité ce post au lieu de poster la réponse à la suite. Voilà. Désolée. Passez votre chemin. )

MAIS EN GROS Robin se fait traîner et propose à Theo de se casser à 3 quand la dame lui enlève les gants. Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theodore A. Brennan
+ messages : 401
+ face and credits : tyler young, bazzart.

robin & theodore

death and magic walk into a bar.


Robin semble s'amuser de sa détresse. Theodore ne peut même pas faire semblant de rire. D'une, parce qu'il est noyé dans la confusion, et que la fille qui les a interpellés pourrait très bien être un monstre, il ne serait même pas surpris. Il s'enfonce dans son siège, la tête rentrée dans ses épaules, espérant qu'on ne le remarquera pas. Il sait bien que ça n'a rien de très impressionnant ou de courageux, comme comportement. Mais la situation le met mal à l'aise, et Theodore ne gère pas très bien ce qui le met mal à l'aise. L'angoisse lui retourne l'estomac et fait vibrer l'énergie sous sa peau tout en le forçant à rester immobile. Il déteste ça, et pourtant, il a tout le temps peur. Il n'y peut pas grand chose. S'il passe pour un genre de gamin terrifié, c'est parce que c'est vrai. Et même si les seules menaces sont une dose de gel dans ses cheveux et un jean neuf, il est terrifié. Si cette fille touche à ses cheveux, il va vraiment hurler. Personne ne touche ses cheveux. Personne ne le touche tout court, d'ailleurs. Personne n'en a envie. Et surtout pas Theodore. Robin se rattrape tout de même, en lui murmurant des paroles un peu plus rassurante pendant que la fille disparaît dans les profondeurs du salon. Theodore jette un regard inquiet dans la direction où elle est partie : il n'ose même pas imaginer ce qui se trouve là-bas. Dans son esprit, ça ressemble à l'enfer. Il n'a rien contre les salons de beauté, vraiment. Ce n'est juste pas pour lui, rien que l'odeur de parfum hors de prix lui donne mal à la tête. Et il ne veut pas qu'on le relooke. Il ne fait pas spécialement attention à ce à quoi il ressemble, mais il apprécie ses vêtements invisibles, ses jeans élimés, ses converses irrécupérables, ses sweatshirts et ses occasionnelles vestes en cuir. Ca le rend invisible. Il aime être invisible. Personne ne le remarque, personne ne l'aborde, on le laisse tranquille. Et ses cheveux n'ont rien d'un nid d'oiseaux. Il préfèrerait en tous cas accueillir des oiseaux sur le sommet de sa tête que de laisser cette femme le toucher.

Robin semble soudainement de cet avis, beaucoup plus paniquée quand la femme lui enlève ses gants. Theodore fixe ses mains pendant une seconde, se laissant séduire juste une seconde par l'idée de juste tendre la main, et de voir... Il se rappelle la sensation étrange qui l'envahissait lorsqu'il savait qu'il avait trompé la mort. Une victoire au goût amer, qui faisait qu'il revenait toujours. Il se rappelle que ça noyait le reste de ses émotions, le vague dégoût de lui-même pour ce qu'il faisait et pour y avoir échappé encore quand Jules n'avait pas pu, lui. Il cligne des yeux, secoue la tête, et acquiesce brièvement à la suggestion de Robin. Il est trop lâche pour parler, la honte lui serre la gorge. Il regarde autour de lui à la recherche d'une arme potentielle. L'étalage de différents produits de maquillage est trop loin, et soulever l'ordinateur de bureau pourrait s'avérer un peu humiliant. Ne reste que l'agrafeuse. Ou... Il se mordille la lèvre. Humiliant, donc, dans un autre genre. Theodore se tourne vers Robin, qui semble au bord de la panique, ou du meurtre, ou des deux. "Trois." Il se relève brutalement, s'éjectant du fauteuil pour s'emparer du bouquet de fleurs gigantesque qui orne le bureau du salon et prend presque la moitié de la surface de travail, et sans vraiment réfléchir, le jette au visage de la femme. Pendant une fraction de seconde, il reste figé, horrifié à l'idée qu'il venait de faire quelque chose d'extrêmement stupide, et se reprend, ramasse les gants de Robin sur le sol et les lui lance. "J'espère que tu cours vite. J'ai probablement ruiné son maquillage. Et ses cheveux." Il ne bouge pas, ceci dit, avant de murmurer. "Je lui ai jeté un bouquet de fleurs."

AVENGEDINCHAINS

_________________


how many yous have you been? how many, lined up inside, each killing the last? ☽ but on dark days he likes to walk, beside the heartsick sea. and as the waves begin to howl, he drops down to his knees, and cries for all he's lost and for all he used to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Tout ce qu'elle comprend, c'est qu'elle n'a plus ses gants. Son cerveau ne pense plus qu'à ça. Elle est figée. Elle ne sait pas quoi faire. Elle commence à avoir du mal à respirer.Par réflexe, elle cache ses mains sous ses aisselles. C'est le seul moyen qu'elle a pour ne pas qu'on les voie. Pour ne pas qu'on les touche. Elle ne suit pas ce qui se passe devant elle. Depuis qu'elle a parlé à Theo, elle est comme paralysée. C'est ça qui l'a fait paniquer : elle comprend qu'elle parle avec quelqu'un, que ce quelqu'un peut lui répondre, mais qu'elle n'a pas ses gants, son armure pour la protéger. Elle n'entend pas Theo qui lui donne le signal pour se lever. La prochaine chose qu'elle arrive à comprendre, c'est que Theo lui lance ses gants en pleine face. Et qu'elle a l'air d'une idiote en camisole de force, à cacher ses mains cette manière. Aussi, bizarrement, il y a du vert un peu partout sur la rouquine tenant le magasin..

Son coeur est toujours palpitant, mais une fois qu'elle remet ses gants, Robin va mieux. Evidemment, elle fait comme d'habitude. Elle entend son coeur battre, mais elle préfère faire comme si de rien n'était.  « Un bouquet de fleurs.» dit-elle, observant la scène.  « Tu mérites une médaille là. Je crois qu'on n'a pas fait plus insensé depuis la brosse de cheveux bleue dans la face de Chronos. Bon, t'as de la chance, elle est assomée, elle, au moins.» dit-elle, sur un ton qu'elle veut le plus contrôlé possible. Mais elle sait bien que vu comment elle a agi avant, Theo n'allait pas pouvoir ne pas voir qu'elle est en train de cacher la merde au chat. Elle se lève, pour se rapprocher de lui. Elle plante son regard dans le sien, l'air très sérieux. « J'imagine qu'on est d'accord pour dire que nous deux paniquant dans un salon de relooking n'est pas quelque chose qu'on a envie de partager au reste du camp. » En clair : s'il te plaît, ne dis rien. Elle savait qu'il comprendrait. Il n'avait pas eu fière allure non plus, d'ailleurs. Elle n'avait juste pas envie de perdre la face.

Les choses calmées, Robin jauge la situation à nouveau.  Elle ne comprend pas pourquoi cette dame les avait pris pour cible. Elle murmure « Mais alors c'est qui, une sorte d'équivalent monstre de Christina Cordula ? » en oubliant que Theo est là et qu'il peut l'entendre. Ca lui arrive souvent, de murmurer ses pensées à elle-même. Parce qu'elle est souvent seule. Et qu'elle ne se gêne donc pas à se parler à elle-même. En essayant de comprendre qui est cette femme, elle se sent comme en cours : comme si elle tentait de résoudre un crime. Elle voit le regard intrigué de Theo.

C'est là qu'elle réalise : Il n'y a pas vraiment de crime à juger. Rien d'illégal ne s'est passé ici. À quoi bon se prendre la tête ? Un petit rictus se forme sur ses lèvres. Elle regarde l'heure. L'horloge dans le magasin affiche l'heure à laquelle ils étaient censés retourner au campement. Robin se tourne vers Theo. « Theo. Est-ce que t'as vraiment envie de rentrer au camp, ou devrais-je dire Badgad ? On est déjà en retard, de toutes façons. Autant en profiter.» Elle commence à se balader autour du magasin. Elle trouve un t-shirt rose fluo, avec une affiche qui dit Daddy's girl. Elle le montre à Theo. « J'hésite. Soit je te l'offre, soit je l'offre à Teagan. » Quand ses problèmes de contact ne sont plus des problèmes, Robin reprend la même attitude qu'elle avait au début, en entrant. Elle adore regarder des habits et se moquer de la mode actuelle. Que Theo la suive dans son délire ou pas, elle s'en fiche. Elle compte bien ne pas faire de fashion faux pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theodore A. Brennan
+ messages : 401
+ face and credits : tyler young, bazzart.

robin & theodore

death and magic walk into a bar.


Elle se ranime à l'instant où elle peut à nouveau enfiler ses gants. Il ne regrette pas d'avoir cédé à la tentation un instant plus tôt, leur amitié fragile n'aurait pas survécu. Déjà qu'il n'est pas certain qu'elle ait survécu à la trahison de Theodore, à la façon dont il l'a utilisée par le passé... Il déteste la culpabilité qui lui serre le ventre. La voir se figer comme elle l'a fait, puis passer de statue de cire à la Robin qu'il connaît apaise l'envie brûlante de se voir mourir encore une fois, juste une fois. Il ne peut pas lui faire ça. Il ne peut plus lui faire ça, plus maintenant qu'il a vu combien elle était blessée, et combien lui-même était tordu, messed up. Il a avancé, depuis. Quelques pas, rien de trop, mais le gigantesque creux dans sa poitrine ne le pousse plus à fermer les yeux pour imaginer à quel point sa mort serait douce. Il se complaisait dans ces scénarios, traversait  une route blindée et se demandait si ce serait une bonne chose qu'une voiture le percute à cet instant précis. Il effleurait Robin et voyait les possibilités s'étaler devant lui. Rassurantes. Tentantes. Pus maintenant.

Robin babille à propos de Cronos et d'une brosse bleue, et s'attire en réponse un regard confus de Theodore. Les autres ont tendance à oublier qu'il fait partie de ce club restreint des demi-dieux qui n'ont jamais mis les pieds dans un camp quelconque, que ce soit le camp jupiter ou la colonie. De la guerre contre Cronos, il ne sait que ce qu'il a vu. Le sang, les armes, les visages si jeunes déjà figés dans la mort. Rien de plus. Il serre les dents pour réprimer la nausée et ignore l'étau qui lui serre brusquement les tempes. Respire. La fille du salon de beauté est affalée sur le sol. Il a du mal à croire qu'il vient d'assommer quelqu'un avec un bouquet de fleur plus large que sa carrure. Un rire nerveux s'échappe d'entre ses lèvres, un peu étranglé.
Elle lui demande de ne pas en parler au reste du camp. Elle ne le dit pas explicitement, mais c'est quelque part entre les lignes. Theodore hausse les épaules. Il est le gamin effrayé qui traîne en retrait en permanence. Personne ne veut rien savoir à son sujet. Et il se moque du ridicule. "J'dirais rien. Faudrait pas ruiner ta réputation." Il pose le regard partout ailleurs que sur Robin, parce que la culpabilité est toujours un peu là. Heureusement, elle se détourne de lui, observe la fille allongée sur le sol et le bouquet à ses côtés, des pétales de couleurs diverses recouvrant le tapis vert pomme sur lequel les sièges et le bureau sont posés. Theodore s'adosse au mur, garde les mains dans les poches, le regard baissé. Il veut juste rentrer au camp, trouver leurs stupides outils et rentrer. Même le bordel qui y règne est moins épuisant que le monde mortel. Il pourrait s'enfermer dans sa chambre, croiser les doigts pour que Kingsley soit occupé ailleurs, qu'il ait la chambre pour lui tout seul, pour une fois. Robin le sort de ses pensées en marmonnant pour elle-même, s'attirant un regard intrigué de la part du fils d'Hécate. Il ne comprend pas la moitié de ce qu'elle dit.
Quand elle se tourne vers lui, un sourire accroché sur les lèvres, il fronce légèrement les sourcils. Elle veut... rester ? Il l'observe errer dans la boutique, s'emparer de vêtements pour les reposer, avant de fixer son choix sur un morceau de tissu aux couleurs criarde. Elle le lui montre, le rire dans la voix, quelque part sous le sarcasme. Theodore affiche un sourire léger, un peu forcé. "Tea adorera, j'en suis sûr." Teagan va lui en vouloir, c'est certain. En attendant, il n'aura jamais à se dire qu'il est propriétaire d'une telle horreur. Il traverse la boutique en quelque part, pose les mains sur le tissu doux et vert sombre d'une écharpe immense, puis passe les doigts sur les paillettes d'un top à bretelles. Quand son regard se pose sur un sweatshirt à motifs léopard roses, il le pointe du doigt. "Nova va adorer." Il se prend au jeu, malgré lui. Les voit déjà calmer les esprits et les coeurs avec des vêtement hideux, pour l'humour. S'imagine déjà glisser les quelques bijoux exposés au comptoir dans sa poche, pour les regarder briller de temps en temps, ou les jeter au visage de son colocataire parfois insupportable. Son regard se pose à nouveau sur l'écharpe verte. Elle est banale, mais elle à l'air capable de le recouvrir tout entier. C'est tentant. Mais ils ne prêtent attention qu'aux vêtements hideux, alors il lâche l'écharpe du regard, à regrets. "Est-ce qu'on ramène un souvenir à tout le monde ?" Il finit par demander, son sourire timide accroché aux lèvres, parce qu'il essaie, quand même, malgré la lassitude.

AVENGEDINCHAINS

_________________


how many yous have you been? how many, lined up inside, each killing the last? ☽ but on dark days he likes to walk, beside the heartsick sea. and as the waves begin to howl, he drops down to his knees, and cries for all he's lost and for all he used to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Elle ne sait pas vraiment ce qui lui prend. Elle se dit qu'après tout ce qui s'est passé avec Theo - et pas seulement aujourd'hui, mais il y a aussi quelques mois - elle n'en a pas grand chose à faire, de savoir ce qu'il pense d'elle. Elle en avait vu assez de lui, comme il en avait assez vu d'elle, quelque chose comme ça. Elle ne se sent pas exactement à l'aise, mais disons qu'être en sa présence ne la fait pas se bloquer. Ca n'arrive pas souvent. Du coup, elle se lâche un peu. Elle se permet quelques fantaisies, comme le fait de tester des habits dans un magasin dont ils viennent d'assommer la propriétaire. Ce n'est pas grave. À quoi bon faire genre, avec lui ? Elle l'a vu. Il est aussi tordu qu'elle. C'est peut-être pour ça, que ce n'est pas grave. Parce qu'elle sait de quoi il est fait.

Il comprend ce qu'elle veut dire - qu'elle ne veut qu'on parle de cette histoire. Robin arque un sourcil, cependant. « Ma réputation ? Please. Si ça se sait, je te balance totalement. T'es tout seul. » dit-elle, l'air assez sérieux pour qu'on y croie. Derrière le sarcasme, elle est contente qu'il promette de ne rien dire. Elle sait bien qu'elle n'est pas le centre du monde. Elle sait bien que même si les gens l'apprenaient, ça ne changerait pas grand chose - si ce n'est rien. Ca arrive souvent, des demi-dieux qui paniquent. C'est une partie entière du job, même. Pourtant, elle a quand même peur. Peur qu'on la juge. Peur qu'on se moque. Ou encore pire : peur qu'on s'inquiète. Mais bon. Y'aurait-il vraiment de quoi ?

Elle est déçue de voir qu'il propose que ce soit Teagan qui prenne le t-shirt et pas lui. Mais, elle l'avoue, contente de voir qu'il se prend au jeu. Elle garde le t-shirt sous son bras. « J'espère que la taille lui ira, je crois pas qu'ils avaient du 36 grosse connasse. » Robin croise les bras. Elle a toujours en tête toutes les tâches que lui fait faire la responsable de maison. Elle ne sait pas si Theo partage son avis. Mais comme pour toutes choses concernant le jeune homme aujourd'hui, elle s'en fiche pas mal. Elle dit ce qu'elle veut. Tant pis pour lui s'il n'est pas d'accord ou pas. Au pire des cas, il n'a qu'à retourner au camp sans elle, elle se débrouillera. Mais il ne s'en va pas. Il lui montre au contraire un sweat shirt léopard des plus tendances qu'il propose d'offrir à Nova. Elle hoche la tête.  « J'approuve totalement. Faudra juste pas qu'elle le congèle. Ce serait bête. » fait-elle, étonnée d'elle-même. Est-elle vraiment la mieux placée pour faire des blagues sur les pouvoirs ? Elle, qui vient de paniquer parce qu'on lui avait enlevé ses gants ? C'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité. 

Elle voit le regard de Theo qui se penche vers une écharpe rouge, qui elle, contrairement aux autres habits qu'ils regardent jusque là, a tout de même un peu de style. Le bout de sa lèvre droite s'arque, dans un sourire qui se veut moqueur. « Tu m'avais pas dit que t'étais un fashionista sur les bords. » Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle le taquine, mais ça lui fait du bien. Et encore, elle est gentille. Elle a eut fait bien pire.

Il lui propose de ramener des " cadeaux " pour tout le monde. « Evidemment. On ne serait pas assez méchants pour oublier quelqu'un, pas vrai ? » dit-elle, tout en montrant un nouvel opus : Un chapeau melon vert, décoré par des fleurs un peu partout sur le tissu. Elle lève son regard vers le fils d'Hecate. « Tu sais, t'es quand même plus cool comme ça que quand tu me demandes des.. services. » Venant d'elle, ça voulait dire beaucoup plus que ça ne laissait entendre. « Enfin, je dis ça comme ça. Prends pas la grosse tête, hein. »

Elle ne sait pas vraiment ce qui lui prend. Elle parle beaucoup, et elle parle pour de vrai. Alors que ce gars lui a... Elle ne comprend vraiment pas. Elle ne sait pas ce qui lui fait se délier comme ça. Elle ne sait pas si elle devrait remercier Theo ou le haïr d'autant plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Theodore A. Brennan
+ messages : 401
+ face and credits : tyler young, bazzart.

robin & theodore

death and magic walk into a bar.


Si ça se sait, je te balance totalement. Theodore lui balance un regard confus, parce que personne ne serait vraiment surpris d'apprendre que quelqu'un comme lui est parvenu à se faire harponner par une styliste psychotique. Ils seraient en fait plus surpris d'apprendre qu'il s'en est sorti. Et déçus, peut-être. "Moi qui rêvait de partager comment j'ai assommé une styliste d'une manière héroïque." Il se contente de lâcher, le ton sobre, neutre. Pour une fois qu'il parvient à assommer quelqu'un. Ou à le toucher tout court. La dernière fois qu'il a accompli quelque chose comme ça, c'était à Manhattan. Mais il ne veut pas penser à Manhattan, Manhattan fait partie des choses qu'il doit oublier. Ignorer. Il réprime un frisson, se concentre sur Robin et les vêtements criards qui l'entourent. "Elle sera ravie même si tu lui ramènes du 40. Ca lui fera une robe." Il hausse les épaules, imagine Teagan porter le t-shirt en robe, l'expression qu'elle aurait sur le visage. Et il sourit, brièvement. Tata Tea aurait fière allure. (Ceci dit, Teagan a toujours une allure, fière ou non. Ce ne sont pas ses vêtements qui font qu'elle dégage ce truc qu'il a toujours envié, c'est elle qui fait ça. Le fait qu'elle puisse être imposante même dans un t-shirt rose fluo le désespère.)
Robin approuve son choix concernant Nova, alors Theodore s'empare du sweatshirt, le glisse dans un sac plastique à l'enseigne du salon, et le garde à la main. "Tant pis, si elle le congèle. Ca n'aura rien d'une grande perte." Il fait remarquer, songeur. Le sweatshirt est hideux, comme la plupart des vêtements ici. Mais pas tous, et Robin le grille quand il jette un coup d'oeil à l'écharpe. Il hausse les épaules. "J'ai froid tout le temps." Ca lui semble une bonne raison. L'écharpe aurait pu avoir la couleur d'un canari qu'il l'aurait regardée tout pareil. Sans réfléchir, il la glisse dans le sac, à côté du sweatshirt léopard. Robin répond en brandissant un chapeau melon, qui laisse Theodore songeur. "Kai. Il va adorer." Il s'approche d'un stand de bijoux gigantesques, aux perles immenses et incrustées de brillants. Il se penche sur une broche qui affiche le mot "asshole". La glisse dans sa poche. Il sait déjà à qui il va la refiler, celle-là. Puis, Robin parle. Theodore se fige, la main dans la poche, toujours autour de la broche. Il ne se tourne pas vers elle, ne parvient pas à lui faire face, et tente un haussement d'épaule tendu. "Oh. Ouais. Ok. Désolé à... à propos de ça." Il sent qu'il est un peu pâle, mais il se contente de passer les doigts sur les bijoux, comme s'il les regardait avec attention. Tout plutôt que de regarder Robin.
Au final, il pointe du doigt une rangée de manteaux de fourrure. "Si on les file à Rose, elle nous fera peut être un remake de Thrift Shop." C'est une tentative stupide et hésitante, mais il ne veut pas parler de ces choses-là. Il ne parle jamais de ces choses-là. Il est trop fragile. S'il en parle, il va se fissurer plus qu'il ne l'est, et il tombera en miettes. "Ou alors, elle nous tuera tous les deux." Il ajoute, un peu perplexe. Au choix.

AVENGEDINCHAINS

_________________


how many yous have you been? how many, lined up inside, each killing the last? ☽ but on dark days he likes to walk, beside the heartsick sea. and as the waves begin to howl, he drops down to his knees, and cries for all he's lost and for all he used to be.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
death and magic walk into a bar. (roberta.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EDH for magic
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
after war. :: (rps)-